Agnès Letestu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Agnès Letestu
Naissance (46 ans)
Saint-Maur-des-Fossés, Val-de-Marne
Activité principale Danseuse étoile
Style Danse classique
Danse contemporaine
Activités annexes Créatrice de costumes
Répétitrice
Enseignante
Lieux d'activité Paris
Années d'activité Professeur de danse classique depuis 2013
Formation École de danse de l'Opéra de Paris
Maîtres Gilbert Mayer
Patrice Bart
Laurent Hilaire
Clotilde Vayer
Enseignement Claude Bessy
Récompenses Prix de l'Eurovision des jeunes danseurs
Concours international de ballet de Varna (medaille d'or)
Prix de l'AROP
Prix du Cercle Carpeaux
Prix Léonide Massine
Prix Benois de la danse
Distinctions honorifiques Officier des Arts et des Lettres
Chevalier de l'Ordre national du Mérite
Chevalier de la Légion d'honneur

Scènes principales

Opéra national de Paris

Agnès Letestu, née le à Saint-Maur en banlieue[1] de Paris, est une danseuse française. Elle est étoile du ballet de l'Opéra de Paris.

Les débuts[modifier | modifier le code]

Agnès Letestu commence la danse en 1979, à l'âge de 8 ans, au conservatoire de Saint-Maur, après avoir vu Margot Fonteyn et Rudolf Noureev s'envoler dans une vidéo du Lac des cygnes[2].

École de danse[modifier | modifier le code]

Sur les conseils de son professeur, elle entre à l'école de danse de l'Opéra de Paris en 1983. Claude Bessy, alors directrice, dira d'elle qu'elle était sa meilleure élève[3]. Il va sans dire qu'Agnès Letestu est considérée par Claude Bessy comme la meilleure élève de sa division, parce que selon Claude Bessy Aurélie Dupont aussi était la meilleure de sa classe[4].

Dans le ballet de l'Opéra de Paris[modifier | modifier le code]

En 1987, Agnès Letestu est admise à l'âge de 16 ans dans le corps de ballet de l'Opéra.

Elle est promue coryphée en 1988, sujet en 1989 et première danseuse en 1993 (grâce à une variation imposée tirée de Diane et Actéon, et une variation libre extraite des Mirages de Serge Lifar).

À noter qu'avec sa taille de 1,77 m, elle culmine au-dessus des autres danseuses, qui sont traditionnellement plus petites[5].

« Quand je suis entrée au ballet, en 1987, l'Opéra Bastille n'existait pas, il y avait moins de spectacles », se rappelle-t-elle quelques décennies plus tard.

« Lorsqu'on débutait, on avait le temps de s'ennuyer ou d'observer. Rudolf Noureïev, alors directeur de la danse, était un despote. On ne parlait pas au tsar, on attendait que le tsar nous adresse la parole… Il m'a fait travailler Gamzatti dans La Bayadère, un rôle d'étoile – que je n'étais pas encore. Je ne me suis pas posé de questions : si Noureïev estimait que j'étais prête, c'est que je l'étais ! »[6]

Danseuse étoile[modifier | modifier le code]

Agnès Letestu est nommée danseuse étoile le , à l'issue d'une représentation du Lac des cygnes.

Elle danse des rôles de premier plan depuis des années, et un de ceux qui la marque le plus est celui de Gamzatti dans La Bayadère : elle n'est que sujet lorsque Rudolf Noureev chorégraphie sa propre version, mais il la veut pour ce rôle et se battra pour qu'elle le danse lors des premières représentations.

Agnès Letestu danse comme artiste invitée pour le Ballet du Mariinsky, le Ballet Nacional de Cuba, le Het Nationale Ballet d'Amsterdam, l'English National Ballet, le Tokyo Ballet ou encore pour le Ballet du Teatro Communale de Florence.

Elle fait ses adieux officiels à l'Opéra de Paris le 10 octobre 2013 dans La Dame aux camélias de John Neumeier[7].

Après ses adieux, Agnès Letestu a dansé à l’Opéra de Paris en tant qu’artiste invitée dans Le Palais de Cristal de George Balanchine et dans la tournée du ballet au Japon pour La Dame aux Camélias de John Neumeier. Elle danse également dans des galas à l’étranger ou en France. En 2016, elle participe au spectacle Ombre et Lumière de la compagnie Incidence chorégraphique pour lequel elle conçoit également les costumes des chorégraphies de Bruno Bouché et de la pianiste Edna Stern.

Répertoire[modifier | modifier le code]

Créatrice de costumes[modifier | modifier le code]

Agnès Letestu est aussi créatrice de costumes. Elle a commencé et continué à travailler pour les pièces chorégraphiques et ballets de José Martínez avant d'étendre ses créations à d'autres chorégraphes, d'abord pour le ballet de l'opéra de Paris puis d'autres maisons d'Opéra, comme le Ballet du Rhin, le Wiener Staatsoper ou le ballet de Shanghai.

Répétitrice et enseignante[modifier | modifier le code]

Agnès Letestu poursuit sa carrière en tant que répétitrice de plusieurs rôles-titres de ballets du répertoire au sein de l'Opéra de Paris. Parmi les danseurs ou duos qu'elle fait répéter, on trouve par exemple Amandine Albisson et Mathieu Ganio, Audric Bezard et Laura Hecquet ou Hannah O'Neill. Elle est également chargé des répétitions de ballets de chorégraphes invités du ballet de l'Opéra de Paris comme John Neumeier (Le chant de la terre -2015 ) ou Alexeï Ratmansky (Seven Sonatas- 2016).

Agnès Letestu est directrice artistique et pédagogique de l'École Supérieure Chorégraphique (ACTS) de Paris conjointement avec Pasqualina Noël[8].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Ballets de l'Opéra de Paris

Divers

  • Le rêve d'Othello, chorégraphie de Lario Ekson de Marlène Ionesco, 2000

Documentaire

  • Agnès Letestu : Regards sur une étoile de Marlène Ionesco, 2005
  • Agnès Letestu : L'Apogée d'une étoile de Marlène Ionesco, 2013 (Delange Productions)
  • Backstage de Marlène Ionesco, 2016 (Delange Productions)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

Agnès Letestu remporte le prix du Concours Eurovision des jeunes danseurs (danse contemporaine) en 1989 et la médaille d'or du Concours international de ballet de Varna en 1990. L'année suivante, elle se voit décerner le Prix public de l'AROP ainsi que le prix du Cercle Carpeaux. En 2004, elle est récompensée par le prix Léonide Massine et, en 2007, par le prix Benois de la danse pour son interprétation dans les Mirages de Serge Lifar. Elle est également décorée comme officier de l'ordre des Arts et des Lettres, chevalier de l'Ordre national du Mérite et chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Saint-Maur est située treize kilomètres au sud-est de Paris.
  2. Profil d'Agnès Letestu dans l' encyclopédie universalis.
  3. « Agnès était ma meilleure élève. […] Je l'ai choisie pour interpréter Gourouli dans Les Deux Pigeons parce qu'elle avait la fraîcheur et la pureté nécessaires au rôle en plus de la technique. Elle est avec José Martinez (lui aussi nommé danseur étoile cette année) le futur de la danse classique non seulement en France mais dans le monde entier. », Culturekiosque, 8 novembre 1997.
  4. Aurélie Dupont était éleve de l'école de danse de 1983 à 1989. Quant à la remarque de Claude Bessy voir Claude Bessy sur Aurélie Dupont "Still I did not understand what was her problem: she was always first in class, always the center of attention, danced leading roles in school performances." Quant au problème, voir Aurélie Dupont talks about being the Paris Opera Ballet's shining étoile "Of course when you have a little bit of talent… But I didn’t know that at ten; I heard some nasty little words or sentences, and that was very difficult. I couldn’t understand why they had to be nasty with people. That was the most difficult thing for me at school. So I was really happy to leave this school and become a professional", entretien d'Aurélie Dupont avec Gia Kourlas, Time Out New York du 10 juillet 2010
  5. Pluie de fleurs et d'or pour les adieux d'Agnès Letestu, article par Culturebox (avec AFP) du 11 octobre 2013.
  6. Agnès Letestu : le finale d’une étoile sur telerama.fr du 12 octobre 2013
  7. Le Journal du Dimanche,"Agnès Letestu, l'étoile filante", 5 octobre 2013
  8. Voir Site officiel de École Supérieure Chorégraphique (ACTS).