Africajarc

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Africajarc, contraction des mots Afrique et Cajarc, est le nom d'une association culturelle et d'un festival, basés dans le village de Cajarc dans le Lot, dans le Sud-Ouest de la France. Le festival se déroule chaque année durant quatre jours, la troisième semaine de juillet.

Introduction[modifier | modifier le code]

Créé en 1999 à Cajarc, Africajarc est un festival pluridisciplinaire dédié aux cultures d'Afrique. Africajarc est porté par l'association éponyme déclarée d'intérêt général. Elle se veut porte-parole du continent africain et de la diaspora africaine. Son objectif et son éthique sont de porter un message de tolérance, de favoriser un esprit d’ouverture et de compréhension du public sous le prisme des Afriques. Chaque année au mois de juillet le village de Cajarc est investi littéralement par les festivaliers, entre 15000 et 20000 selon les éditions[1]. Avec le temps l'expression « un festival dans un village » s'est associée à Africajarc.

Le festival a comme devise « invitation aux cultures d'Afrique », à travers des programmations pluridisciplinaires (musique, littérature, cinéma, arts plastiques, contes, etc.). En 2018, à l'aube de sa vingtième édition le festival est reconnu comme l'un des plus célèbres festivals dédiés aux cultures d'Afrique de France[2]. Réputé parce que la plupart des grands artistes africains s'y sont produits, le festival est depuis quelques années devenu un véritable révélateur de talents, en particulier grâce à la section « tremplins » qui met en valeur des talents émergents comme récemment les groupes Yélé et John Bleck & Sorcier Apokalyps[3] (vainqueurs des tremplins 2016 et 2017), leur proposant de se produire sur la Grande Scène l'année qui suit leur victoire aux tremplins[4].

Le festival emploie plus de 200 bénévoles. Il est auto-financé à seulement 50% et donc économiquement fragile. Il a connu quelques années difficiles, notamment à cause de l'augmentation des coûts de sécurité et des coûts techniques, mais il est soutenu par des élus, des mécènes et partenaires[5],[6],[7].

Historique[modifier | modifier le code]

1997 - 1998[modifier | modifier le code]

Lors de l’été 1997, une troupe d’artistes burkinabè et togolais donne un concert à Cajarc à l’occasion de leur échange avec le Lycée Clément Marot de Cahors. Les écoles de Cajarc, soutenues par une association de parents d’élèves dynamique et impliquée, montent une pièce de théâtre chaque année, projets culturels d’envergure menés pendant quatre ans avec des artistes professionnels[8].

La rencontre avec la troupe Kongo Ba en 1997 donne une autre orientation à ces projets : Jean-Pierre Lelubre, président de l’association des parents d’élèves, propose d’accueillir, Anani et Akouvi Apetogbo, deux des artistes de Kongo Ba, en résidence un an pour travailler avec les enfants autour de la danse, le chant, les rythmes et les contes d’Afrique de l’Ouest[8].

Huit écoles (quatre du Lot dont les deux écoles de Cajarc et quatre d’Aveyron) s'inscrivent dans cette démarche. En fin d’année scolaire 1998, trois grandes représentations réunissent 180 enfants sur scène et 1000 spectateurs pour celle donnée à Cajarc le 4 juillet 1998[8].

Le président de l’Association de Parents d’Elèves à l’initiative de ce projet a réussi son pari : ouvrir les écoles rurales à d’autres horizons culturels. Il n’a pas envie de s’en tenir là. La soirée de juin 1998 lui donne l’envie et l’idée d’organiser un festival autour des cultures africaines. Ce soir-là, dans son esprit, le Festival Africajarc est déjà né, d'abord avec l'association Miadé qui deviendra association Africajarc en octobre 2002[8].

1999 : La première édition[modifier | modifier le code]

En juillet 1999, la première édition du festival Africajarc se déroule à Cajarc avec comme tête d'affiche le groupe sénégalais Touré Kunda[9]. La réussite de cette première édition dépassant les espérances, le festival sera reconduit l'année suivante.

En 2018, le festival Africajarc célèbre sa vingtième édition, et bénéficie d'une très bonne fréquentation[6].

Liste d'artistes du festival[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Richard Bona - Angélique Kidjo - Zap Mama - Ba Cissokho - Mamani Keita - Habib Koité - Ismaël Lo - Lokua Kanza - Dobet Gnahoré - Alpha Blondy - Salif Keita - Idir - Manu Dibango - Fémi Kuti - Tiken Jah Fakoly - Toma Sidibé - Youssou N’Dour - Keziah Jones - Abd Al Malik - Masike Pedro Kouyaté - Eyonlé - Touré Kunda - Rokia Traoré - Souad Massi - Ba Cissoko - Mémé Landin - Omar Pene - Sayon Bamba - Vieux Farka Touré - Didier Awadi - Régis Gizavo - Ballaké Sissoko - Staff Benda Bilili - Le Bal de l’Afrique enchantée - Amadou & Mariam - Fatoumata Diawara - Roberto Fonseca

Cinéma[modifier | modifier le code]

Cheick Oumar Sissoko - Michel Zongo - Abderrahmane Sissako - Rama Thiaw - Laurent Chevallier - Emmanuelle Villard - Valéry Gaillard - Sylvia Vaser - Delphe Kifouani - Gilbert-Ndunga Nsangata - Cheikh Djemaï - Joël Calmettes - Ibrahima Touré - Mathieu Soudais - Boubacar Gakou

Littérature[modifier | modifier le code]

Adame Ba Konaré - Beyrouk - Tanella Boni - Hemley Boum - Ken Bugul - Souleymane Bachir Diagne - Boubacar Boris Diop - Mourad Djebel - Abdelkader Djemaï - Emmanuel Dongala - Eugène Ebodé - Intagrist El Ansari - Christian Epanya - Khady Hane - Cheikh Hamidou Kane - Gaston Kelman - Lilyan Kesteloot - Jussy Kiyindou - Alain Mabanckou - Mohamed Mbougar Sarr - Nathalie M’Déla-Mounier - Boniface Mongo Mboussa - Fadéla M’Rabet - Mamadou Mahmoud N’Dongo - Wilfried N’Sondé - Jean-Luc Raharimanana - Sami Tchak - Habib Tengour - Adrienne Yabouza

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

Omar Sidibé - Fadiwa - Senou Fofana - Nëggus - Philippe Kayumba - Mamadou Bâ « Bobo » - Pape Teigne Diouf - Olga Yameogo - Rhode Makoumbou - Jacob Diboum - François Mafoua - Do Mesrine - Nina Adler - Bamadou Traoré - Diagne Chanel - Olivier Sultan - Mahmoud Nouacer - Kokou Ekouagou - Casimir Bationo - Amadou Sanogo

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Adjim Danngar dit Achou - Edoardo Di Muro - Nadège Guilloud-Bazin - Alain Mata Mamengi dit Al’Mata - Simon- Pierre Mbumbo - Christophe N’Galle Edimo - Didier Randriamanantena

Contes[modifier | modifier le code]

Taxi conteur - Bako - Binda Ngazolo - Hamadou Kansaye Lamine Diagne - Sylvie Mombo - Toumani Kouyaté - Saïdou Abatcha - Mamadou Sall

Les éditions depuis 1999[modifier | modifier le code]

  1. 1999 : Première édition (groupe notable : Touré Kunda)
  2. 2000
  3. 2001
  4. 2002
  5. 2003
  6. 2004
  7. 2005
  8. 2006 : du 27 au 30 juillet 2006 (dont Idir, Desert Rebel, Souad Massi, Didier Awadi, Diogal, Bonga, Lokua Kanza, Bakh Yaye, Herminia, Zap Mama, etc.)
  9. 2007
  10. 2008
  11. 2009
  12. 2010 : du 22 au 25 juillet 2010 (dont Grand Corps Malade, Nëggus, John Banzaï, Anna Anatchaï Kawa et Gnima, Mosaïca, Khaled, Vieux Farka Touré, Richard Bona, Fanga, Chengetai, Iza, etc.)
  13. 2011
  14. 2012 : du 26 au 29 juillet 2012 (dont Hanitra, Amadou & Mariam, Fatoumata Diawara, Simon Nwambeben, Tiken Jah Fakoly, Alpha Blondy, Le Bal de l'Afrique Enchantée, Les mercenaires de l'ambiance, etc.)
  15. 2013 : du 25 au 28 juillet 2013 (dont Tendé Disswat, Pedro Kouyaté, Ballaké Sissoko, Fatoumata Diawara, Mamani Keïta, Roland Tchakounté, Manu Dibango, Les Tambours de Brazza, etc.)
  16. 2014
  17. 2015 : du 23 au 26 juillet 2015 (dont Maya Kamaty, Zebda, Moh! Kouyaté, Nikki Hill, Mahmoud Ahmed, Kuku, Winston McAnuff & Fixi, etc.)
  18. 2016 : du 21 au 24 juillet 2016 (dont Kunbé, Pat Thomas & Kwashibu Area Band, Jupiter & Okwess International, Sahra Halgan, Awa Ly, Les Amazones d'Afrique, Ester Rada, Paris Kinshasa Express, Mandé Brass Band, etc.)
  19. 2017 : du 20 au 23 juillet 2017 (dont notamment Roberto Fonseca, Flavia Coelho, Jupiter & Okwess International, Mo'Kalamity, BKO Quintet, Vaudou Game, Yélé & Erik Truffaz, African Salsa Orchestra, etc.)
  20. 2018 : La vingtième, du 19 au 22 juillet 2018. La section cinéma se dote d'une compétition courts métrages africains[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rédaction Cahors, « Le festival Africajarc fêtera ses 20 ans du 19 au 22 juillet 2018 », La Vie Quercynoise,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2018)
  2. « Festival Africajarc 2013, Le festival de cultures africaines le plus célèbre de France a quinze ans ! », sur www.africavivre.com (consulté le 7 février 2018)
  3. M. T., « Yelé, le lauréat du tremplin 2016, prend son envol à Africajarc sur la grande scène ce soir », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2018)
  4. La dépêche, « Africajarc : tremplins et concerts au Faubourg », ladepeche.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2018)
  5. « Africajarc : un village africain dans la vallée du Lot », sur JeuneAfrique.com, (consulté le 21 décembre 2018)
  6. a et b « Pour ses 20 ans, Africajarc avait rêvé de ce festival exceptionnel », sur ladepeche.fr, (consulté le 21 décembre 2018)
  7. « Irréductible Africajarc », sur Marianne, (consulté le 21 décembre 2018)
  8. a b c et d « L’histoire d’Africajarc – AFRICAJARC », sur www.africajarc.com (consulté le 6 février 2018)
  9. Affiche de la première édition d'Africajarc, 1999
  10. « Cinéma – AFRICAJARC », sur www.africajarc.com (consulté le 6 février 2018)