AfriNIC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
AfriNIC
AFRINIC-logo.svg
Histoire
Fondation
Cadre
Type
Siège
Pays
Organisation
Site web

AFRINIC est le registre régional d'adresses IP desservant l'Afrique.

Il s'agit d'une organisation non gouvernementale à but non lucratif dont le siège est situé dans la Cybertour d'Ébène, au centre de l'île Maurice. Elle dispose d'équipes techniques en Afrique du Sud et de centres en Égypte et au Ghana. Son directeur est Eddy Kayihura. Ses membres sont des opérateurs réseaux et fournisseurs de service Internet.

Histoire[modifier | modifier le code]

De nombreuses réunions ont eu lieu depuis 1996, date de la première réunion informelle à Montréal, pendant une réunion ISOC. La question du siège d'AFRINIC a été particulièrement disputée, ce qui explique la localisation actuelle sur plusieurs sites.

AFRINIC a commencé à fonctionner le , après que les données "africaines" enregistrées au RIPE-NCC aient été transférées. L'ICANN a officiellement reconnu AFRINIC le .

Controverses et scandales[modifier | modifier le code]

AFRINIC a été au centre d'un certain nombre de controverses organisationnelles au cours des cinq dernières années.

Corruption[modifier | modifier le code]

Un ancien membre de la direction d'AFRINIC, Ernest Byaruhanga, a commis ce qui est considéré comme le plus grand hold-up Internet d'Afrique. Au total, 4,1 millions d'adresses IP ont été volées. 2,3 millions provenaient du "pool libre" d'AFRINIC et 1,7 million d'autres étaient des adresses IP "héritées". Leur valeur s'élève à environ 87 millions de dollars, selon MyBroadband. Les adresses IPv4, qui étaient déjà réservées et utilisées par de grandes organisations, ont été effectivement détournées et vendues. Ces adresses IP réappropriées ont été utilisées pour transférer des spams, violer des enregistrements de données et compromettre des sites Web opérationnels. Des dizaines de sociétés et d'entreprises basées en Afrique du Sud ont été touchées. Les secteurs de l'éducation et le ministère de la Défense ont également été touchés, perdant des adresses d'une valeur d'environ 5,3 millions de dollars.

Harcèlement sexuel[modifier | modifier le code]

En mars 2018, une plainte pour harcèlement sexuel a été déposée par l'ancienne responsable des relations extérieures du RIR, Vymala Poligadu. Elle a allégué avoir été harcelée sexuellement par l'ancien président d'AFRINIC, Sunday Folayan, l'ancien vice-président, Hytham El-Nakhal, et l'ancienne directrice financière, Patrisse Deesse. Elle a également affirmé qu'ils avaient activement comploté pour qu'elle soit renvoyée de son poste.

Le rapport interne détaillant les accusations de Poligadu a ensuite été divulgué sur la liste de diffusion de l'organisation par une personne anonyme, en réponse à une plainte d'un autre membre concernant le taux de rotation élevé du personnel.

Sunday Folayan et Haitham El Nakhal ont démissionné après que la victime ait déposé une plainte décrivant en détail l'environnement de travail toxique et non professionnel au sein d'AFRINIC, tout en déclarant qu'elle n'était qu'une des nombreuses autres employées qui étaient harcelées et intimidées quotidiennement par le personnel masculin de l'AFRINIC. Au lieu de mener une enquête, AFRINIC a étouffé le scandale en ne traitant pas les SMS qui harcelaient la collaboratrice d'AFRINIC aujourd'hui décédée, et a annoncé qu'il n'y avait aucune preuve de harcèlement, d'intimidation ou d'intimidation de la part de certains membres du conseil d'administration[1].

Poursuite judiciaire[modifier | modifier le code]

AFRINIC est en conflit avec Cloud Innovation (CI) depuis juillet 2021, car elle avait l'intention de révoquer plus de 6 millions d'adresses IP de la société en invoquant une violation de la politique.  La tentative d'AFRINIC de saisir les adresses IP actuellement sous le domaine de Cloud Innovation s'est retournée contre elle, car en portant l'affaire directement devant les tribunaux, sans chercher à désamorcer la situation, le RIR n'a pas suivi ses propres politiques internes. En raison des allégations infondées avancées par AFRINIC, la Cour suprême de l'île Maurice a ordonné le gel des comptes bancaires du RIR, paralysant ainsi ses opérations. Bien qu'en raison d'une décision de justice, AFRINIC ait rétabli les blocs d'adresses IP de CI le 15 juillet, les avoirs bancaires du RIR sont restés gelés jusqu'au 15 octobre, date à laquelle ils ont obtenu la levée de l'ordonnance de gel contre AFRINIC devant la Cour de Maurice. Le litige est toujours en cours.[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Kieren McCarthy in San Francisco, « Africa's internet body hit with sexual harassment cover-up claims », sur www.theregister.com (consulté le )
  2. (en) « Afrinic’s IP Address Crisis Raises Red Flags for Entire African Internet’s Sustainability », sur circleid.com (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]