Afong Moy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Afong Moy exposée avec « diverses curiosités chinoises ».

Afong Moy est la première femme chinoise à immigrer aux États-Unis[1]. En 1834, elle est amenée à New York City depuis sa ville de Guangzhou par Nathaniel et Frederick Carne, qui l'exhibe sous le nom de la « Dame chinoise ». L'annonce de l'exhibition averti sur son habillement, sa langue, et ses « petits pieds »[2] en raison de la pratique des pieds bandés[3].

Afong Moy arrive à New York le . Le New York Daily Advertiser la présente comme « Juila Foochee ching-chang king, fille de Hong wang-tzang tzee king »[3]. Elle est exhibée pendant quelque temps à New York, avec un traducteur nommé Atung, et « diverses curiosités chinoises »[2], puis fait le tour des États-Unis, et rencontre même le président Andrew Jackson[3].

Bien qu'elle devait à l'origine retourner en Chine après deux ans aux États-Unis, elle reste finalement plus longtemps, et est toujours l'objet d'exposition en 1850[3].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Saartjie Baartman, surnommée la « Vénus noire », femme africaine amenée en France en 1814.
  • Ahutoru, surnommé le « bon sauvage », jeune homme tahitien qui se proposa pour accompagner Bougainville en 1769 et découvrir la France où il rencontra Louis XV. Il meurt de la variole lors de son voyage de retour vers Tahiti.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wei Chi Poon, « The Life Experiences of Chinese Women in the U.S. » (consulté le 5 septembre 2014)
  2. a et b « The First Chinese Women in the United States », The National Women's History Museum (consulté le 5 septembre 2014)
  3. a b c et d John Haddad, « The Chinese Lady and China for the Ladies » (consulté le 5 septembre 2014)