The Afghan Whigs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Afghan Whigs)
Aller à : navigation, rechercher
The Afghan Whigs
Description de cette image, également commentée ci-après
The Afghan Whigs au Haldern Pop Festival 2017.
Informations générales
Pays d'origine Cincinnati Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre musical Rock alternatif, musique soul
Années actives 1986-2001, 2006, depuis 2011
Labels Sub Pop, Elektra Records, Columbia Records, Mute Records, Blast First
Composition du groupe
Membres Greg Dulli
John Curley
Rick G. Nelson
Jon Skibic
Patrick Keeler
Anciens membres Dave Rosser
Rick McCollum
Steve Earle
Paul Buchignani
Michael Horrigan
Doug Falsetti
Cully Symington
Mark McGuire

The Afghan Whigs est un groupe de rock alternatif américain, originaire de Cincinnati, dans l'Ohio. Le groupe obtient un petit succès d'estime dans les années 1990, notamment grâce à la médiatisation du label Sub Pop. Malgré tout, la formation reste assez méconnue et son succès ne dépasse guère les frontières américaines.

Formé à l'origine par Greg Dulli (chant, guitare rythmique), Rick McCollum (guitare solo), John Curley (basse) et Steve Earle (batterie), ils sortent leur premier album Big Top Halloween sur leur propre label Ultrasuede en 1988. Le groupe signe ensuite chez Sub Pop en 1989. De cette collaboration résulteront les albums Up In It en 1990 et Congregation en 1992, celui-ci marquant le virage soul caractéristique du son du groupe. Suivront ensuite Gentlemen en 1993 et Black Love en 1996, tous les deux sur Elektra Records. En 1999, ils contribuent à l'album Burning London, The Clash Tribute, album-hommage de reprises de The Clash, en reprenant le titre Lost In The Supermarket.

The Afghan Whigs publient leur dernier album, 1965, chez Columbia Records en 1998. Ils se séparent ensuite en 2001. Depuis 2003, Greg Dulli forme un duo avec Mark Lanegan (Screaming Trees, Queens of the Stone Age) : The Gutter Twins. Ils sortent un album et effectué quelques tournées.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts (1986-1988)[modifier | modifier le code]

Greg Dulli (chant, guitare rythmique), Rick McCollum (guitare solo), John Curley (basse), et Steve Earle (batterie) forment le groupe à Cincinnati à la fin 1986[1]. The Afghan Whigs se développent depuis l'ancien groupe de Dulli, The Black Republicans, auquel se joindra plus tard Curley. Curley présentera Dulli à McCollum, un partenaire de jam réputé dans la scène de Cincinnati pour son usage innovateur de la pédale à effets. McCollum et Dulli s'associent grâce à leur passion commune pour le RnB, et répètent la première chanson des Afghan Whigs, une reprise de la chanson Psychedelic Shack des Temptations[2]. Dulli décrira par la suite The Afghan Whigs comme « un croisement de the Band, les Temptations, et Neil Young jouant avec Crazy Horse[3]. »

Après la séparation des Black Republicans, Dulli emménage en Arizona, où il compose de chansons qui feront partie du premier album des Afghan Whigs, Big Top Halloween (1988), auto-publié par leur propre label Ultrasuede[4]. Seuls un millier d'exemplaires seront pressés à l'origine[5], l'un d'entre eux ayant attiré l'attention de Jonathan Poneman[6], cofondateur du label indépendant Sub Pop, qui signera Afghan Whigs en 1989[5]. Initialement, Sub Pop souhaitait ne publier qu'un single des Whigs, mais finira par publier la totalité de l'album[7].

Succès (1989–1995)[modifier | modifier le code]

Après leur signature chez Sub Pop, The Afghan Whigs deviennent le second groupe issu en dehors du nord-est des États-Unis, à enregistrer chez Sub Pop[8],[9]. En 1990, Sub Pop publie le deuxième album des Afghan Whigs, Up in It : enregistré par le producteur de Nirvana, Jack Endino, et comprenant le single à succès Retarded, Up in It est bien acueilli par la presse spécialisée[6]. En soutien à l'album, les Afghan Whigs tournent avec Mudhoney et Bullet LaVolta[10], [11]. Up in It est suivi du single en édition limitée publié par No.6 Records, Ornament, qui fait participer Marcy Mays au chant.

Avec l'album Congregation (1992) et EP de reprises, Uptown Avondale, le groupe se fait connaitre à l'international pour son style musical mêlant soul, psychédélique et punk[12]. La presse note surtout un mélange d'influences Stax et Motown[13]. Uptown Avondale comprend des reprises de groupes de soul comme The Supremes[14]. Des clips de chansons issues de Congregation comme Conjure Me et Turn on the Water seront diffusés sur les ondes de MTV, qui mettra souvent en avant les Afghan Whigs[15]. Les Afghan Whigs tourneront aussi beaucoup pendant cette période, notamment avec les rockeurs écossais Teenage Fanclub[16].

Popularisé grâce au buzz médiatique concernant Congregation, The Afghan Whigs signent avec la major Elektra Records[17],[18]. Pour leur début chez une major, The Afghan Whigs entrent aux Ardent Studios de Memphis, où Big Star, Bob Dylan, Led Zeppelin, et ZZ Top étaient passés[19]. Ces sessions résultent en l'album Gentlemen (1993)[1]. Gentlemen est bien accueilli par la presse spécialisée comme Rolling Stone[17],[20],[21],[22]. Gentlemen se classe 17e de la liste des Pazz and Jop établie par Village Voice en 1993[23]. Gentlemen est l'album des Afghan Whigs le mieux vendu. Les singles Debonair et Gentlemen sont joués sur MTV et les radios universitaires ; le single Fountain and Fairfax est incluse dans la série Angela, 15 ans en 1994[7].

Période Black Love (1996–2000)[modifier | modifier le code]

Après la tournée Gentlemen, The Afghan Whigs attirent l'intérêt publique. En 1996, Dulli devient producteur exécutif de la bande-son du film Beautiful Girls de Ted Demme. The Afghan Whigs participent au film, et contribuent à deux chansons : Be For Real Can't Get Enough of Your Love, Babe de Barry White[24]. Dulli est aussi le seul musicien, autre que Dave Grohl, au premier album de Foo Fighters[25]. Black Love explore un côté plus sombre et complexe de Dulli[26] qui se termine par le meurtre et la paranoïa[27]. Dulli lui-même note que ces événements reflètent la structure d'un film dans la veine de James Ellroy et de films néo-noirs comme Blood Simple[28] ; il s'inspire aussi de pulp fiction, de Hollywood Babylon de Kenneth Anger[6] et les photos de crime de Weegee[29]. Les paroles s'inspirent aussi de la vie troublée du chanteur des Temptation, David Ruffin pour la chanson Blame, Etc.[30].

Black Love atteint la 79e place du Billboard 200. L'album est aussi bien accueilli pour avoir capturé la puissance similaire à celle d'un concert en studio[31],[32] et pour un rock alternatif plus conventionnel de l'époque[33],[34]. The Whigs jouent en soutien à Black Love pendant la tournée de Neil Young[35],[36]. The Afghan Whigs publient leur dernier album 1965 chez Columbia Records en 1998.

Séparation (2001)[modifier | modifier le code]

En 2001, The Afghan Whigs se sépare après l'avoir annoncé à la presse[37],[38] à cause de disparités géographiques et d'obligations familiales qui rendaient impossibles l'enregistrement de nouvelles chansons.

Retour (depuis 2011)[modifier | modifier le code]

Greg Dulli (deuxième sur la gauche) et John Curley (à droite), en 2012.

En 2006, The Afghan Whigs se réunissent temporairement[39]. La formation enregistre deux chansons (I'm A Soldier et Magazine) qui sont incluses dans la compilation Unbreakable: A Retrospective 1990–2006, publiée le 5 juin 2007 chez Rhino Records[40]. Le groupe ne jouera plus jusqu'au 7 décembre 2011.

Leur huitième album, In Spades, sort le 5 mai 2017. Le guitariste Dave Rosser, membre depuis 2014, décède le 28 juin 2017 après un long combat contre un cancer du colon[41].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Martin C. Strong, The Great Rock Discography, Édimbourg, Mojo Books, , 10–11 p. (ISBN 1-84195-017-3).
  2. (en) « Afgha Whigs' Dulli Explains Why Sometimes The Jerk Goes Ballistic », Chicago Tribune (consulté le 2 janvier 2015).
  3. (en) « The Bob », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  4. (en) Bob Grendon, Gentlemen, Continuum, , 11–15 p. (ISBN 978-0-8264-2910-0)
  5. a et b (en) « Going to Town », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  6. a, b et c (en) « Black, White, and Gray », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  7. a et b (en) Stephen Thomas Erlewine, « The Afghan Whigs – Music Biography, Streaming Radio and Discography – AllMusic », AllMusic (consulté le 2 janvier 2015).
  8. (en) « The Afghan Whigs », Sub Pop Records (consulté le 2 janvier 2015).
  9. (en) « Entertainment & the Arts – Afghan Whigs Waiting in Wings For Stardom – Seattle Times Newspaper », Community.seattletimes.nwsource.com (consulté le 2 janvier 2015).
  10. (en) « A Deeper Shade of Soul », Adeepershadeofsoul.blogspot.com (consulté le 1er janvier 2015)
  11. (en) « Archives », .
  12. (en) « SPEX », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  13. (en) « The Afghan Whigs », Pitchfork (consulté le 2 janvier 2015).
  14. (en) « Redirecting... », Archive.rollingstone.com (consulté le 2 janvier 2015).
  15. (en) « Flashback: MTV, Whigs and the Next Seattle », Citybeat.com (consulté le 2 janvier 2015).
  16. (en) « 4.24.92 // Teenage Fanclub at Summer's Kiss – Afghan Whigs, Twilight Singers », Summerskiss.com (consulté le 2 janvier 2015).
  17. a et b (en) « Redirecting... », Archive.rollingstone.com (consulté le 2 janvier 2015).
  18. (en) « Whigging Out », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015)
  19. (en) « Ladies and...Gentlemen », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  20. (en) « Redirecting... », Archive.rollingstone.com (consulté le 2 janvier 2015).
  21. (en) « Gentlemen Entertainment Weekly at Summer's Kiss – Afghan Whigs, Twilight Singers », Summerskiss.com (consulté le 2 janvier 2015).
  22. (en) « Robert Christgau: Consumer Guide Mar. 1, 1994 », Robertchristgau.com (consulté le 2 janvier 2015).
  23. (en) « Phair Is A Big Hit in Critics Poll », Chicago Tribune (consulté le 2 janvier 2015).
  24. (en) « Greg Dulli Vs Ted Demme », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  25. (en) « Foo Fighters », Rolling Stone (consulté le 2 janvier 2015).
  26. (en) « Afghan Whigs : Black Love (Elektra) (star) », Chicago Tribune (consulté le 2 janvier 2015).
  27. (en) « ROCK REVIEW;A Show and CD at Odds », Nytimes.com, (consulté le 2 janvier 2015).
  28. (en) « Put That Love Thing on Ya », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  29. (en) « Afghan Whigs Reunite: Read SPIN's 1996 Feature », SPIN (consulté le 2 janvier 2015).
  30. (en) « London Bar Fight », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  31. (en) « Black Love – Details at Summer's Kiss – Afghan Whigs, Twilight Singers », Summerskiss.com (consulté le 2 janvier 2015).
  32. (en) « Black Love – Billboard at Summer's Kiss – Afghan Whigs, Twilight Singers », Summerskiss.com (consulté le 2 janvier 2015).
  33. (en) n, « Black Love – USA Today at Summer's Kiss – Afghan Whigs, Twilight Singers », Summerskiss.com (consulté le 2 janvier 2015)
  34. (en) « Black Love – Spin at Summer's Kiss – Afghan Whigs, Twilight Singers », Summerskiss.com (consulté le 2 janvier 2015).
  35. (en) « Greg Dulli Sells His Soul », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  36. (en) « Rick Talks », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  37. (en) « Break Up Press Release », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  38. (en) « Afghan Whigs Say Goodnight », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  39. (en) « Archives », .
  40. (en) « New Whigs Photos, Press Release, Track Reviews », Summer's Kiss (consulté le 2 janvier 2015).
  41. (en) (en) Noah Yoo, « The Afghan Whigs' Dave Rosser Dead at 50 », sur pitchfork.com (consulté le 28 juin 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]