Affixe multiplicateur IUPAC

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nombre Affixe Nombre Affixe
1 mono- 32 dotriaconta-
2 di- 40 tétraconta-
3 tri- 50 pentaconta-
4 tétra- 60 hexaconta-
5 penta- 70 heptaconta-
6 hexa- 80 octaconta-
7 hepta- 90 nonaconta-
8 octa- 100 hecta-
9 nona- 200 dicta-
10 déca- 300 tricta-
11 undéca- 400 tétracta-
12 dodéca- 500 pentacta-
13 tridéca- 600 hexacta-
14 tétradéca- 700 heptacta-
15 pentadéca- 800 octacta-
16 hexadéca- 900 nonacta-
17 heptadéca- 1 000 kilia-
18 octadéca- 2 000 dilia-
19 nonadéca- 3 000 trilia-
20 icosa- 4 000 tétralia-
21 hénicosa- 5 000 pentalia-
22 docosa- 6 000 hexalia-
23 tricosa- 7 000 heptalia-
30 triconta- 8 000 octalia-
31 hentriconta- 9 000 nonalia-

L’affixe multiplicateur IUPAC, utilisé dans la nomenclature IUPAC, indique le nombre d’atomes ou de groupes fonctionnels liés à une molécule. Les affixes sont d’origine grecque ou latine.

Affixes composés[modifier | modifier le code]

Pour un nombre supérieur à 12, l’affixe se construit dans l’ordre inverse de son écriture en numération décimale : unités, dizaines, centaines, milliers. Par exemple :

548 → octa- (8) + tétraconta- (40) + pentacta- (500) = octatétracontapentacta-
9 267 → hepta- (7) + hexaconta- (60) + dicta- (200) + nonalia- (9 000) = heptahexacontadictanonalia-.

Le nombre un[modifier | modifier le code]

Alors que l’empoi de l’affixe mono- n’est que rarement nécessaire en chimie organique, il est souvent utilisé en chimie inorganique pour éviter toute ambiguïté : l’« oxyde de carbone » pourrait être du monoxyde de carbone ou du dioxyde de carbone. Pour la formation des affixes composés, le nombre 1 se représente par le terme hen- sauf s’il sert à exprimer le nombre 11 (undéca-) ; donc :

241 → hen- (1) + tétraconta- (40) + dicta- (200) = hentétracontadicta-
411 → undéca- (11) + tétracta- (400) = undécatétracta-.

Le nombre deux[modifier | modifier le code]

Dans les affixes composés, le nombre 2 se représente par do-, sauf s’il sert à exprimer les nombres 20 (icosa-), 200 (dicta-) ou 2 000 (dilia-).

Icosa- vs eicosa-[modifier | modifier le code]

Pour le nombre 20, l’IUPAC spécifie actuellement l’affixe icosa- pour raison étymologique. L’ancien affixe eicosa-[1] est considéré comme une forme désuète ; celle-ci est cependant utilisée par le Chemical Abstracts Service et la base de données Beilstein database.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme « mono- » provient du grec monos = « seul, unique ». Les termes « un » = 1 et « nona- » = 9 sont d’origine latine. Les autres affixes sont dérivés des nombres correspondants en grec.

Les linguistes pourraient relever que les formes pour 100 et plus ne sont pas du grec correct. En grec ancien, hekaton = 100, diakosioi = 200, triakosioi = 300, etc. ; khīlioi = 1 000, diskhīlioi = 2 000, triskhīlioi = 3 000, etc. ; et les formes pour 13 à 19 sont treiskaideka… avec insertion du terme grec pour « et » (comme dans Triskaïdékaphobie).

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) http://www.acdlabs.com/iupac/nomenclature/79/r79_35.htm

Sources[modifier | modifier le code]