Affaire de corruption à la FIFA

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cet article concerne un événement en cours.

Ces informations peuvent manquer de recul, ne pas prendre en compte des développements récents ou changer à mesure que l’événement progresse. Le titre lui-même peut être provisoire. N’hésitez pas à l’améliorer en veillant à citer vos sources.
 

L'hôtel Baur au Lac à Zurich, où sept officiels de la FIFA ont été arrêtés le 27 mai 2015.

L'affaire de corruption à la FIFA, appelée aussi Fifagate, est une enquête portant sur des soupçons de corruption au sein de la Fédération internationale de football (FIFA). En mai 2015, quatorze personnes dont neuf hauts responsables de l'instance dirigeante du football mondial sont inculpés[1] dans le cadre d'une enquête menée par le FBI (grâce notamment à son informateur Chuck Blazer, ancien dirigeant de la FIFA accusé de corruption et qui collabore avec l'agence américaine depuis plus de trois ans[2]) pour racket, fraude et blanchiment d'argent sur une période de 25 ans, les soupçons de corruption portant principalement sur les conditions d'attribution de plusieurs coupes du monde ainsi que sur des contrats de marketing[3].

Le 27 mai, sept responsables de la FIFA sont arrêtés à l'hôtel Baur au Lac à Zurich où ils s'apprêtaient à assister au 65e Congrès de la FIFA, dans lequel doit se tenir l'élection de la présidence de la FIFA[4]. Ils sont censés être extradés vers les États-Unis, soupçonnés d'avoir sollicité et reçu plus de 150 millions de dollars en pots-de-vin et rétrocommissions[3]. Une opération policière simultanée a aussi eu lieu au siège de la CONCACAF à Miami[5].

Le 17 septembre, la FIFA annonce que son secrétaire général Jérôme Valcke est démis de ses fonctions et qu'elle « demande une enquête de la Commission d’Ethique »[6].

Le 29 septembre, le président de la Confédération d'Amérique du nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes (Concacaf) Jack Warner est suspendu à vie de toute activité liée au football par la commission d’éthique de la Fédération internationale[7]. Celle-ci le reconnaît « coupable de différents actes répréhensibles de façon continue et répétée durant la période où il occupait différents postes de haut niveau à la Fifa et à la Concacaf », et notamment d'avoir « proposé ou accepté des paiements illégaux »[7].

Le 21 décembre, on apprend que Michel Platini président de l'UEFA et Sepp Blatter, président de la FIFA (tous les 2 membres du comité exécutif de la FIFA) seront suspendus de toutes activités footballistiques pour une durée de 8 ans.

Individus arrêtés[modifier | modifier le code]

Neuf responsables de la FIFA et cinq hommes d'affaires ont été arrêtés ou inculpés[8].

Responsables de la FIFA arrêtés à Zurich[modifier | modifier le code]

Pays Nom Poste
Drapeau des Îles Caïmans Îles Caïmans Jeffrey Webb[9] Président de la CONCACAF et de la Fédération des îles Caïmans de football (CIFA) et vice-président de la FIFA
Drapeau de l'Uruguay Uruguay Drapeau des États-Unis États-Unis [10] Eugenio Figueredo (en)[9] Ancien président de l'Association uruguayenne de football (AUF) et ancien président de la CONMEBOL
Drapeau du Costa Rica Costa Rica Eduardo Li[9] Président de la Fédération du Costa Rica de football (FEDEFUT), élu membre du comité exécutif de la FIFA et membre du comité exécutif de la CONCACAF
Drapeau du Nicaragua Nicaragua Julio Rocha [9] Président de la Fédération du Nicaragua de football (FENIFUT), officier de développement de la FIFA et ancien président de l'Union centre-américaine de football (UNCAF)
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Costas Takkas (en)[9],[11] Ancien secrétaire de la Fédération des îles Caïmans de football et attaché du président de la CONCACAF
Drapeau du Venezuela Venezuela Rafael Esquivel[9] Président de la Fédération vénézuélienne de football (FVF) et membre du comité exécutif de la CONMEBOL
Drapeau du Brésil Brésil José Maria Marin[9] Ancien président de la Confédération brésilienne de football (CBF) et ancien gouverneur de l'État de São Paulo

Autres responsables de la FIFA inculpés[modifier | modifier le code]

Pays Nom Poste
Drapeau du Paraguay Paraguay Nicolás Leoz[9] Président du CONMEBOL entre 1986 et 2013
Drapeau de Trinité-et-Tobago Trinité-et-Tobago Jack Warner[9] Ancien vice-président de la FIFA, ancien président de la CONCACAF et ancien ministre de la Sécurité nationale

Références[modifier | modifier le code]

  1. « FIFA Indictments », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. « Chuck Blazer, corrompu et informateur du FBI », sur francetvinfo.fr,‎
  3. a et b « Scandale à la FIFA : la justice américaine retient 47 chefs d'accusation et enquête sur 4 Coupes du monde », Atlantico.fr, 28 mai 2015.
  4. « Fifa officials arrested on corruption charges as World Cup inquiry launched », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  5. Jennie Matthew, « US prosecutors allege 'World Cup' of soccer fraud », Yahoo!, AFP,‎ (lire en ligne)
  6. « FIFA: Jérôme Valcke démis de ses fonctions » (consulté le 17 septembre 2015)
  7. a et b « Jack Warner, la fin du voyage en ballon - Etranger - Football » (consulté le 29 septembre 2015)
  8. « Fifa corruption: arrests made following hotel raid », Daily Telegraph,‎ (lire en ligne)
  9. a, b, c, d, e, f, g, h et i « Nine FIFA Officials and Five Corporate Executives Indicted for Racketeering Conspiracy and Corruption », United States Department of Justice,‎ (consulté le 28 mai 2015)
  10. De la demencia con el inglés, a los US$ 110 millones de soborno. El País, 27 de mayo de 2015
  11. Jonathan Watts, « 'Old bastards!' Latin America delights in Fifa arrests after years of impunity », The Guardian,‎ (consulté le 28 mai 2015)

Article connexe[modifier | modifier le code]