Affaire Zineb Redouane

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Affaire Zineb Redouane
Affiches en mémoire de Zineb Redouane, rue d'Aubagne à Marseille, en 2020.
Affiches en mémoire de Zineb Redouane, rue d'Aubagne à Marseille, en 2020.

Fait reproché Homicide involontaire
Pays France
Ville Marseille
Nature de l'arme Grenade lacrymogène
Date 2 décembre 2018
Nombre de victimes 1
Jugement
Statut Enquêtes préliminaires en cours

L'affaire Zineb Redouane est une affaire judiciaire française liée à la mort d'une octogénaire à Marseille, le , après qu'elle a été blessée la veille à son domicile situé au quatrième étage par une grenade lacrymogène tirée par les forces de l'ordre lors de l'« acte III » du mouvement des Gilets jaunes. Selon plusieurs témoins, elle a déclaré avoir été visée par les forces de l'ordre.

Une enquête préliminaire française est ouverte sur cette mort le et une enquête algérienne le . L'enquête française est critiquée par une partie de l'opinion pour ses zones d'ombres, des dissimulations alléguées de preuves, et l'autopsie contestée sur laquelle elle repose.

Faits[modifier | modifier le code]

Le cortège de la manifestation du .
Témoignage d'une voisine de Zineb Redouane et témoin.

Zineb Zerari-Redouane[1], de nationalité algérienne, résidente française depuis les années 1980[2], est née en en Tunisie[3]. Elle est mère de six enfants[4] et décrite par certains médias comme étant de santé fragile[5].

Le samedi , trois manifestations ont lieu simultanément à Marseille :

  • l'« acte III » du mouvement des Gilets jaunes, soutenu par la CGT[6],[7];
  • la "Marche pour le droit à un logement digne" du Collectif du 5 novembre[8] également soutenu par la CGT mais aussi par les écologistes[9];
  • la manifestation de motards, objets de plus en plus de contrôles et de taxes et surtout dont le stationnement payant est censé bientôt être généralisé.

Le cortège des Gilets Jaunes se rassemble à 10h sur le vieux port de Marseille. Il se dirige vers les centres commerciaux "Les Terrasses du Port" et "Les Docks Village" aussitôt fermés et protégés. Compte tenu des débordements des manifestations passées, les forces de l'Ordre les surveillent étroitement. En retournant sur le Vieux Port et la Canebière qu'ils arpenteront toute la journée, les manifestants bloquent une entrée du Port de la Joliette et le Tunnel qui passe sous le Vieux Port.

La Marche Blanche du Collectif du 5 novembre[8] se rassemble à 15h au Cours Julien devant l'église Notre-Dame du Mont pour se diriger elle aussi sur le vieux Port[10]. Alors qu'ils descendent le boulevard Garibaldi vers 16h, un balcon s'effondre, mais tout reste calme jusqu'à ce que le cortège rejoigne celui des Gilets Jaunes devant la Mairie, en début de soirée.

La tension monte et la situation dégénére alors que la manifestation est censée toucher à sa fin. Des casseurs infiltrés parmi les manifestants en profitent pour déclencher des troubles afin de piller les boutiques avoisinantes, parmi lesquelles un magasin de téléphonie et une bijouterie. Les forces de l'ordre sont obligées d'intervenir et la manifestation tourne à l'affrontement avec les CRS.[11] Un véhicule de police est incendié sur la Canebière ainsi que de poubelles et du mobilier urbain est saccagé[12],[13]. Vers 21 h 00, la préfecture de police annoncera 21 interpellations.

Peu avant 19 h[14], le cortège passe devant la rue des Feuillants, dans le 1er arrondissement[9]. Zineb Redouane habite au quatrième étage de l'immeuble situé au 12 de cette rue, à l'angle de la Canebière[15]. Alors qu'elle ferme ses volets pour se protéger des gaz lacrymogènes et de la fumée, elle reçoit un tir de grenade lacrymogène au visage. Deux capsules de dix grammes de gaz lacrymogène sont retrouvées chez elle, provennant d'un tir de lance-grenades MP7[16].

Selon plusieurs témoins, elle a déclaré avoir été visée par les forces de l'ordre[17], ce que confirme sa fille, alors au téléphone avec elle. Sa mère aurait dit, juste après avoir reçu la grenade : « Le policier m'a visée. Je l'ai vu[2]. »

Elle est transportée à l'hôpital de la Timone puis à celui de la Conception[3] où elle meurt le lendemain d'un arrêt cardiaque alors qu'elle est au bloc opératoire[18],[16]. Zineb Redouane est inhumée le à Birkhadem en Algérie[19].

Enquêtes[modifier | modifier le code]

Le , le procureur de la République, Xavier Tarabeux, indique à la radio que Zineb Redouane est morte d'« un choc opératoire ». Selon lui, « on ne peut pas établir de lien de cause à effet entre la blessure et le décès »[20]. Le même jour, une autopsie est effectuée à l'hôpital de la Timone[21]. Il est constaté un « traumatisme facial sévère, avec fractures de l'ensemble de l'hémiface droite, et des fractures costales » ainsi qu'un « œdème pulmonaire aigu »[22]. Le médecin légiste ne se prononce pas directement sur la cause de la mort, mais évoque les antécédents médicaux de Zineb Redouane. Une enquête préliminaire est ouverte à Marseille le [23]. Le procureur d'Alger ouvre une enquête préliminaire le 25 du même mois[24] et une autre autopsie est menée le même jour à l'hôpital Mustapha Pacha. Le site Le Média publie le rapport le  : l'autopsie conclut que le traumatisme facial est « imputable à l'impact d'un projectile non pénétrant [...], pouvant correspondre à une bombe lacrymogène » et qu'il est « directement responsable de la mort par aggravation de l’état antérieur de la défunte »[25],[26].

Une information judiciaire est ouverte en [27]. La famille porte plainte pour violences ayant entraîné la mort[28] et demande le dépaysement de l'enquête, six mois après le décès, en faisant valoir le fait que l’enquête n’a pas avancé et que le policier n’a toujours pas été identifié malgré la présence d’une caméra de surveillance[29],[30]. L’enquête judiciaire française est très critiquée par plusieurs média dont Arrêt sur images qui s'interroge « la police cherche-t-elle à faire obstacle à la vérité sur la mort de Zineb Redouane ? ». En cause, « l’autopsie algérienne qui contredit la française », mais aussi les révélations de plusieurs média, dont celui de Denis Robert du Média d'après qui selon ses sources « il n’y a pas eu qu’un seul tir de grenade. Il y en a eu plusieurs. D’ailleurs, on n’est même pas sûrs que ce soit uniquement des grenades » et qu'« un ou des policiers, vraisemblablement des CRS, seraient montés dans l’appartement de madame Redouane et l’auraient nettoyé à grande eau, enlevant les objets brisés et les traces de tir et de grenade » selon une jeune policière qui « s’est confiée et a craqué ». Mediapart et Le Monde révèlent que « c'est André Ribes, numéro 2 du parquet de Marseille, qui était aux côtés des forces de l’ordre lors de la manifestation du , avec l’accord du procureur de République de Marseille » et qu'il « n’en avait informé ni les enquêteurs, ni la juge d’instruction marseillaise » alors qu'il était chargé du début de l’enquête. Mediapart et Le Canard enchaîné révèlent aussi des « CRS amnésiques », aucun d'entre eux n'ayant reconnu être l’auteur des tirs, et des « armes non fournies à l'IGPN » par le capitaine de la compagnie de CRS incriminée. L'avocat de la famille porte plainte contre X auprès du procureur de la république de Marseille pour « altération et soustraction de preuves ». Le Parisien dévoile que la seule caméra qui était dans l'angle de tir a été déclarée inopérante par l'IGPN qui est visée par une plainte pour « faux en écriture publique aggravée » déposée par la famille de Zineb Redouane qui accuse l’IGPN d’entraver l’enquête[31].

Le procureur général de la cour d'appel d'Aix-en-Provence est conscient que la présence du procureur adjoint André Ribes aux côtés des forces de l'ordre — avant qu'il ne soit chargé du début de l'enquête — peut faire naître la suspicion. Il déclare : « Les polémiques entretenues sur le manque supposé d'objectivité du parquet de Marseille, dit le procureur général, sont de nature à faire craindre une exploitation de cet élément[32]. » Le , il demande à la chambre criminelle de la Cour de cassation de dépayser l'enquête[32]. Le , la Cour de cassation ordonne le dépaysement à Lyon[33].

Le , le rapport d’expertise balistique réalisé à Lyon entre et est remis à la juge marseillaise qui l’avait commandé lorsqu’elle instruisait l’enquête. Le rapport indique que le fonctionnaire de police, auteur du tir, a été finalement identifié, et que le tir « a été effectué selon les règles d’usage », sans visée : « la grenade de type MP7 lancée par l’arme de type Cougar a atteint la victime de manière totalement accidentelle ». L’avocat de la famille de la victime Yassine Bouzrou espère que cette expertise sera ignorée par les nouveaux juges: « Tous les mensonges, dissimulations de preuves et les faux en écritures publiques dans ce dossier constituent une association de malfaiteurs en vue d’exonérer le policier qui a tué Zineb Redouane »[34]. Le , une modélisation réalisée par le média Disclose et l’agence Forensic Architecture conclut que la responsabilité du policier est « clairement engagée »[35]. La vidéo mise en ligne par Disclose[36] contredit la thèse du rapport officiel d’expertise; on y voit le CRS qui a tiré regarder à plusieurs reprises en direction de la fenêtre de la victime[37].

A l'issue de l'enquête administrative, alors que la directrice de l'IGPN, Brigitte Julien, recommande de convoquer un conseil de discipline, le directeur général de la Police Nationale classe le dossier administratif sans prendre de sanction. Le dossier administratif est transmis au juge en charge de l'instruction au Tribunal Judiciaire de Lyon[38],[39].

Deux ans après le décès, la fille de Zineb Redouane, Milfet, annonce déposer plainte contre Christophe Castaner pour « altération et soustraction de preuves », estimant que l’ancien ministre de l’intérieur a « entrav[é] la manifestation de la vérité », en disculpant immédiatement les CRS, encore non-identifiés, qui ont lancé la grenade[35].

Réactions[modifier | modifier le code]

Le ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, déclare en sur France Inter : « Je ne voudrais pas qu’on laisse penser que les forces de l’ordre ont tué Zineb Redouane. Parce que c’est faux[22]. » Il réaffirme sa position en août de la même année sur la chaîne BFM TV : « Qu'on n'accuse pas la police d'avoir tué quelqu'un, ça n'est pas le cas[40]. » Milfet Redouane, benjamine de Zineb, lui répond dans un entretien pour Libération en  : « Comment [Christophe Castaner et Emmanuel Macron] peuvent dire que ma mère n'est pas morte à cause de sa blessure par la grenade lacrymogène ? Qu'il n'y a pas eu de mort en marge des manifestations des Gilets jaunes ? Qu'on ne peut pas laisser dire que madame Redouane a été tuée par la police[2] ? »

Après la médiatisation de sa mort, Zineb Redouane devient un symbole des luttes anti-violences policières. Elle est considérée par d'autres comme la « neuvième morte » de l'effondrement des immeubles de la rue d'Aubagne et par certains militants antiracistes comme une nouvelle preuve du racisme de la police[2].

Le , 300 personnes se réunissent à Marseille pour rendre hommage à Zineb Redouane[41]. Huit jours après, une manifestation rassemble entre 200 et 300 personnes devant l'immeuble où vivait Zineb Redouane. Il y est réclamé la vérité sur sa mort ainsi que le retour de son corps auprès de sa famille en Algérie[1]. Une marche en sa mémoire est organisée le . Une centaine de personnes y défilent[4]. Une nouvelle marche est organisée à la mi-septembre : elle réunit un demi-milier de personnes[42]. Plusieurs autres rassemblements sont organisés simultanément dans d'autres villes[43].


Des rassemblements sont organisé les 2 et 4 décembre 2021[44]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « L’algérienne tuée lors de la révolte des « gilets jaunes » va enfin pouvoir être enterrée », sur TSA, (consulté le )
  2. a b c et d Dounia Hadni, « Milfet Redouane : tout pour sa mère », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. a et b « Mort d’une octogénaire blessée samedi par une grenade à Marseille », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a et b « Marseille : un rassemblement à la mémoire de Zineb Redouane », sur France 3 Provence-Alpes-Côte d'Azur, .
  5. « Marseille: ce que l'on sait de l'octogénaire touchée par une grenade », sur LExpress.fr, (consulté le )
  6. « Une octogénaire décède en marge des manifestations de samedi », sur LExpress.fr, (consulté le )
  7. complété par le blocage du rond-point de Saint-Menet (11e) et l'occuptation des péages et instauration de barrages filtrants à Auriol, La Barque, Coudoux, Lançon, Meyrargues — cette précision dépasse l'objet de cet article
  8. a et b « Vie et mort de « Mama Zina », l’octogénaire atteinte par une grenade lacrymogène à Marseille », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  9. a et b « Mort de Zineb Redouane : l’enquête est dépaysée pour éviter « une forme de suspicion » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  10. « Marche contre le mal-logement à Marseille : les dockers accueillent les manifestants », sur LaProvence.com, (consulté le )
  11. « Vidéo - Marseille : des manifestations sous haute tension ont eu lieu ce samedi sur le Vieux-Port », sur LaProvence.com, (consulté le )
  12. « "Gilets jaunes" : 13 personnes interpellées à Marseille après les manifestations », sur RTL, .
  13. Guillaume Origoni, « Marseille flambe – Samedi 1 décembre 2018 », sur Marsactu.fr, .
  14. « Les proches de Zineb Redouane manifestent à Marseille pour obtenir justice », sur France Bleu, (consulté le )
  15. « Hommage à Zineb, tuée par une grenade lacrymo - Journal La Marseillaise » (version du 22 janvier 2019 sur l'Internet Archive), sur www.lamarseillaise.fr
  16. a et b « "Gilets jaunes" : ce que l'on sait de la mort d'une octogénaire blessée par une grenade lacrymogène à Marseille », sur Franceinfo, (consulté le )
  17. « « Gilets jaunes » : ce que l'on sait de la mort d'une octogénaire blessée par une grenade lacrymogène à Marseille », sur France Info, .
  18. Louise Fessard, « Zineb Redouane, blessée par une grenade lacrymo et décédée à l’hôpital à Marseille », sur Mediapart (consulté le )
  19. « Décédée après un tir de grenade lacrymogène, Zineb Redouane a enfin pu être inhumée », sur Marsactu (consulté le )
  20. « Gilets jaunes : touchée chez elle par une grenade lacrymogène, une marseillaise décède », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  21. « Marseille: décès d'une femme blessée par une grenade lacrymogène », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  22. a et b « Violences policières. Affaire Zineb Redouane : le rôle des CRS se précise », L'Humanité,‎ (lire en ligne)
  23. « Mort de Zineb Redouane à Marseille : où en est l’enquête ? », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. Manuel Vicuña, « Mort de Zineb Redouane : Révélations en cascade », sur Arrêt sur images, (consulté le ).
  25. Olivier-Jourdan Roulot et Yanis Mhamdi, « Exclusif - Mort de Zineb Redouane : l'autopsie algérienne qui contredit les autorités françaises », sur Le Média, (consulté le )
  26. « Mort de Zineb Redouane : en Algérie, une autopsie contredit les conclusions françaises », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  27. AFP, « Information judiciaire ouverte après la mort d’une octogénaire blessée par une grenade en marge d’une manifestation », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. « La famille de Zineb Redouane porte plainte pour violences ayant entraîné la mort », sur Marsactu (consulté le ).
  29. « Mort de Zineb Redouane : l’enquête est dépaysée pour éviter « une forme de suspicion » », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. « Affaire Zineb Redouane : nouvelle plainte de la famille », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. Manuel Vicuña, « Mort de Zineb Redouane : révélations en cascade », Arrêt sur images (consulté le )
  32. a et b Timothée Boutry, « Mort de Zineb Redouane : le parquet général veut dépayser l’enquête », sur leparisien.fr, 20 juin 2019 (consulté le 21 août 2019).
  33. « L’enquête sur la mort de Zineb Redouane, pendant une manifestation des « gilets jaunes », dépaysée à Lyon », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « Mort de Zineb Redouane : le rapport d’expertise balistique disculpe la police », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. a et b « Mort de Zineb Redouane : sa fille va déposer plainte contre Christophe Castaner devant la Cour de justice de la République », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  36. « Mort de Zineb Redouane : les preuves qui accusent la police », sur disclose.ngo (consulté le )
  37. Stéphanie Harounyan, « Affaire Zineb Redouane : «Cette contre-expertise, ça m’apaise» », sur Libération.fr, (consulté le )
  38. Emmanuel Leclère, « Affaire Zineb Redouane à Marseille : pas de sanction administrative pour le CRS identifié », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  39. « Le chef de la police absout l'auteur du tir qui a tué Zineb Redouane contre l'avis de l'IGPN », sur Marsactu (consulté le )
  40. Sarah Boumghar, « Zineb Redouane est-elle décédée des suites d'un choc opératoire comme l'a affirmé Christophe Castaner ? », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  41. « Marseille : hommage et colère pour Zineb Redouane, l'octogénaire décédée après les débordements de samedi », sur La Provence, .
  42. « Marseille : marche silencieuse en hommage à Zineb Redouane », sur L'Express, (consulté le ).
  43. « Marseille : une marche en hommage à Zineb Redouane organisée le 15 septembre », sur La Provence, (consulté le ).
  44. « POUR ZINEB (contre Zemmour) », sur Marsactu,

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]