Affaire Testut

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'affaire Testut, instruite par les juges Persyn et Vandingenen, porte sur des prélèvements abusifs réalisés par les sociétés de Bernard Tapie, alors député des Bouches-du-Rhône, sur l'entreprise de pesage Testut.

Description[modifier | modifier le code]

On retrouve notamment dans cette affaire :

Le , une fois son immunité parlementaire levée, Bernard Tapie est mis en examen pour « abus de biens sociaux », et est condamné le par le tribunal de Béthune (Pas-de-Calais), à deux ans de prison avec sursis, à 300 000 francs d'amende et à cinq ans d'interdiction de gérer.

Les deux juges d'instruction de Béthune se sont également interrogés sur l'attitude des commissaires aux comptes et des dirigeants de la Société de banque occidentale (SDBO), et ont donc demandé leur perquisition, parce que les premiers ont fermé les yeux sur certaines opérations de Testut, et parce que les seconds ont soutenu, au-delà du raisonnable, l'activité de cette entreprise.

Après de longues procédures, la Cour de cassation a confirmé en 2004 la solidarité entre auteurs et complices des délits dans cette affaire en vue de payer les dommages-intérêts[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arrêt de la Cour de cassation du 28 janvier 2004, publié au Bulletin.