Affaire Romain Dupuy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupuy.

L'affaire Romain Dupuy également connue sous le nom de Drame de Pau est un fait divers survenu dans la nuit du 17 au à l'hôpital psychiatrique de Pau où l'aide-soignante Lucette Gariod, 40 ans et l'infirmière Chantal Klimaszewski, 48 ans ont été tuées dans un bâtiment de l'hôpital psychiatrique.

Cet événement a été très médiatisé en France, en raison de la décapitation d'une des victimes. Certaines personnes disent qu'il a véhiculé toutes les peurs et a mis en lumière des carences en matière de politique de gestion de la santé mentale en France : la sécurité, les effectifs, le manque de psychiatres, un suivi des malades insuffisant.

Faits[modifier | modifier le code]

Romain Dupuy, déjà interné à trois reprises pour schizophrénie à l'hôpital psychiatrique de Pau[1], quitte son domicile le après avoir passé des heures à jouer à Predator et fumé une quinzaine de joints[2]. Agressé selon lui trois jours plus tôt dans un quartier de Pau où il était venu se procurer du cannabis, il a rempli ses poches de vis cruciformes, pensant que des chiens sauvages peuvent l'attaquer en chemin et a pris un couteau de cuisine pour se venger de ses agresseurs. Ne les trouvant pas, il se rend à l'hôpital psychiatrique. Croisant deux infirmières, il poignarde la première et décapite la seconde, déposant sa tête sur un poste de télévision[3]. Le , Romain Dupuy est arrêté pour tentative de meurtre sur des policiers de la Brigade anti-criminalité de Pau lors d'un contrôle de routine. Il est confondu par son ADN prélevé par la police sur son sang laissé lorsqu'il a brisé un vasistas de l'hôpital[4].

Conséquences[modifier | modifier le code]

Le plan santé mentale 2005/2008 initié par le ministre Philippe Douste-Blazy a fait suite à cet événement et a tenté de trouver des solutions à ce qui est présenté comme la crise de la psychiatrie en France. Certaines personnes[Qui ?] disent qu'il a remis en lumière l'échec de l'application des recommandations du rapport Piel-Roelandt de 2001.

Malgré les demandes des familles des victimes, Romain Dupuy, la personne à l'origine du drame, a été déclaré irresponsable pénalement après une bataille d'experts (discernement aboli lors de son acte), et un non-lieu psychiatrique a été prononcé selon l'article 122-1 du code pénal le . Ce non-lieu fut confirmé en appel au mois de novembre suivant[5].

Lors de l'ouverture du procès en appel, Romain Dupuy a obtenu après avis médical le droit de témoigner, il affirma regretter ce qu'il avait fait tout en ajoutant que cela ne servait à rien de s'excuser. Son avocat avait alors expliqué redouter ce moment en raison de la pathologie de son client qui souffre de schizophrénie paranoïde. Il prévint que Romain Dupuy « [allait exprimer] ce que sa maladie l'amènera à dire à ce moment-là. Pour les observateurs, cela pourra apparaître comme un discours cohérent »[6].

Romain Dupuy est encore en décembre 2014 hospitalisé à l'Unité des Malades Difficiles (UMD) de Cadillac[7] (Gironde) ou, selon les médecins qui le suivent, il réagit bien au traitement.

Ces événements ont également posé le débat sur la responsabilité pénale des malades mentaux, ainsi que de la réponse pouvant être apportée aux familles des victimes de malades mentaux déclarés irresponsables.

Georges Fenech a été par la suite rapporteur de la loi « irresponsabilité pénale » de 2008, qui permet de prendre d'autres mesures qu'une ordonnance de non-lieu à l'égard des personnes jugées malades. Avec cette loi, la justice peut reconnaître simultanément et paradoxalement l'imputabilité des faits au criminel en même temps que son irresponsabilité.

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hôpital construit en 1865, dont les bâtiments de l'époque étaient vétuses. L'hôpital a depuis été rénové.
  2. Jacques Pradel, « L'affaire Romain Dupuy », émission L'heure du crime sur RTL, 12 septembre 2012
  3. Stéphane Durand-Souffland, « Romain Dupuy : J'ai pris l'infirmière pour un mort-vivant », sur lefigaro.fr,
  4. Christophe Hondelatte, « Romain Dupuy : les infirmières de Pau », émission Faites entrer l'accusé sur France 2, 2009
  5. Europe 1 journal du 7 novembre 2007
  6. La dépêche 9 novembre 2007
  7. Pierre Breteau et Daniel Corsand : « Il y a dix ans, le double meurtre du Centre hospitalier des Pyrénées à Pau », francebleu.fr, 17 décembre 2014.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]