Affaire Jonathan Coulom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coulom.

Affaire Jonathan Coulom
Nature du crime Homicide d'un mineur de moins de 15 ans
Type de crime Enlèvement et meurtre
Pays de lieu du crime Drapeau de la France France
Ville Saint-Brevin-les-Pins, Guérande
Date du crime
Nombre de victimes 1 : Jonathan Coulom
Jugement
Statut affaire non résolue

L'affaire Jonathan Coulom, également appelée de manière abrégée Affaire Jonathan, est une affaire criminelle française dans laquelle Jonathan Coulom, 10 ans, a été enlevé dans la nuit le à Saint-Brevin-les-Pins en Loire-Atlantique. Son corps est trouvé, ligoté et lesté d'un parpaing dans un étang à Guérande le . À ce jour, l'auteur de ce crime n'a pas été identifié.

Biographies[modifier | modifier le code]

Jonathan Coulom habite Orval dans le Cher[1]. Il est surnommé « Titi » ou « cowboy » par ses parents Virginie et Stéphane. Il a trois sœurs. Jonathan n'a pas été reconnu par Laurent, son père biologique. Quand Stéphane et Virginie se sont unis, Jonathan avait un an et demi et Stéphane avait également une fille d'un an. Stéphane était câbleur jusqu'à un accident en qui lui a brisé le dos. Virginie était caissière jusqu'à la naissance de sa dernière fille[2]. Jonathan est frêle : il mesure environ 1 m 40 pour à peine plus de 30 kg. Il est timide, méfiant et souriant[3]. Il aime la moto et le football[4]. Il a une boucle d'oreille dorée à l'oreille gauche.

Les faits et l'enquête[modifier | modifier le code]

Jonathan a 10 ans et demi et est en CM2. Le , il fait partie des 24 enfants des classes de CM1-CM2 qui partent en classe de mer à la station balnéaire de Saint-Brevin-les-Pins en Loire-Atlantique, pour une semaine, dans le centre de vacances « PEP 18 »[5],[6]. Il est au sud de la commune, bordé par la route bleue et l'allée André Vien, dans le quartier du menhir. La commune est presque déserte en cette saison. La moitié des résidences sont inoccupées.

Jonathan dort avec cinq autres camarades[4] dans la chambre « Pouliguen »[5],[6]. Il n'y a pas de poignée à l'intérieur sur la porte de la chambre, donc par sécurité, la porte n'est jamais fermée quand quelqu'un est à l'intérieur. Le grillage séparant le centre de vacances et la route bleue est éventré et affaissé à plusieurs endroits, il est donc facile de s'introduire sur le terrain et accéder aux bâtiments.

Le soir du le groupe se couche vers 23 h, car une boum est organisée. Dans un bâtiment adjacent, une fête organisée par des jeunes adultes qui passent le BAFA, se termine aux environs de h. Lors de sa dernière ronde aux environs de minuit, le surveillant est certain que Jonathan était couché dans son lit. La conductrice du car, qui a conduit les enfants dans ce centre, se rend aux toilettes dans la nuit du 6 au 7 et constate que la porte du bloc où dort Jonathan est grande ouverte (cette porte donne sur l'extérieur). Elle la referme.

Le , un peu après h du matin, sa disparition est constatée. Il n'était vêtu que de son pyjama. Toutes ses affaires sont restées dans la chambre[4]. La nuit était froide et pluvieuse.

Le le procureur de Saint-Nazaire ouvre une information judiciaire pour enlèvement et séquestration. Catherine Salsac est l'avocate des parents de Jonathan[2].

Le les enquêteurs allemands de l'Office fédéral de police criminelle contactent les gendarmes, car l'affaire présente des similitudes avec celles d'un tueur en série allemand, surnommé « l'homme en noir », « l'homme à la cagoule » ou « l'homme au masque ». Il est soupçonné d'avoir commis une quarantaine d'agressions sexuelles sur des garçons dans des colonies de vacances ou des campings en bord de mer. Quatre autres ont été enlevés et tués : trois allemands, Stefan Jahr 13 ans le , Dennis Rostel 8 ans le et Dennis Klein 11 ans le et un hollandais Nicky Verstappen (nl) 11 ans le [7],[8],[9].

Un témoin déclare avoir vu une berline immatriculée avec des plaques allemandes, stationnée près du centre de vacances, la nuit de la disparition de Jonathan[10].

Une minuscule tache de sang est trouvée sur un drap du lit où dormait Jonathan. Une vaste campagne de prélèvement et d'analyse d'ADN est réalisée[11],[12],[13], en vain, c'était une fausse piste. Environ 200 prélèvements d'ADN ont été réalisés en cinq ans. C'est du sang d'un autre enfant qui a dormi dans les mêmes draps, quelque temps avant Jonathan.

Découverte du corps[modifier | modifier le code]

Le soir du le corps de Jonathan est trouvé nu, ligoté en position fœtale et lesté d'un parpaing dans le petit étang du manoir de la Porte-Calon à Guérande à proximité de l'ancien couvent des Ursulines[14],[15],[16],[17]. Son cou, ses poignets et ses chevilles sont liés par une cordelette en nylon nouée avec des nœuds marins[6] tous identiques, réalisés avec précision. L'étang est invisible de l'extérieur de la propriété, il se trouve sous les fenêtres des locataires du manoir.

Les médecins légistes ayant autopsié le corps de Jonathan concluent qu'il n'est pas mort noyé, son corps ne présente aucune lésion osseuse, ni blessure visible, pas de trace d'étranglement, ni d'élément toxique, il a vraisemblablement été tué par suffocation. Le corps de Jonathan est trop dégradé pour pouvoir dire s'il a été violé[2],[11].

Dans un premier temps, les enquêteurs privilégient l'hypothèse d'un prédateur local car :

  • les conclusions de l'autopsie font croire que Jonathan a été séquestré un certain temps avant d'être tué[10] ;
  • il faut « être du coin » pour connaitre l'existence du centre de vacances à Saint-Brevin-les-Pins et de l'étang du manoir à Guérande, et pour savoir comment y accéder discrètement[14].

En , Martin Ney (de) un allemand, ancien éducateur devenu pédagogue, est arrêté à Hambourg. Il avoue de nombreuses agressions sexuelles et les meurtres des trois garçons allemands en , et . Mais il nie être l'auteur des faits sur Jonathan Coulom et Nicky Verstappen, le garçon hollandais[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27]. La piste du tueur allemand n'étant pas concluante, est abandonnée[15].

Les recherches se concentrent depuis sur un prédateur sévissant dans une douzaine de centres de vacances de la façade atlantique, principalement dans le secteur de Guérande, Saint-Brévin-les-Pins et La Turballe. Il a agressé ou tenté d'agresser sexuellement au moins 30 filles et garçons de 7 à 13 ans entre et [3],[8],[12],[15],[22].

En , un codétenu de Martin Ney (de) révèle que ce dernier lui a fait des confidences en prison, dans lesquelles il avoue être l'auteur de l'enlèvement de Jonathan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Presse Océan évoque un témoignage clé dans l'affaire Jonathan », article de Geoffroy Jeay publié le 1er avril 2011 dans Le Berry républicain.
  2. a b et c « La solitude des parents de Jonathan », article de Claire Chartier publié le 24 janvier 2005 dans L'Express.
  3. a et b « Dossier Jonathan : le profil d'un rôdeur se précise », article de Denis Daumin publié le 8 avril 2011 dans La Nouvelle République.
  4. a b et c « Affaire Jonathan. Dix ans après, le mystère demeure », article publié le 5 avril 2014 dans Ouest-France.
  5. a et b « Dix ans après, la mère de Jonathan conserve "l'espoir de retrouver l'assassin" », article publié le 6 avril 2014 dans Le Parisien.
  6. a b et c « Dix ans, c'est trop long », article publié le 7 avril 2014 dans Le Parisien.
  7. « Jonathan : la police allemande suspecte "l'homme en noir" », article de Timothée Boutry publié le 19 juillet 2004 dans Le Parisien.
  8. a et b « Affaire du petit Jonathan : un homme recherché », article de Thibaut Chevillard publié le 8 avril 2011 dans France-Soir.
  9. « Le petit Jonathan victime d’un tueur en série allemand ? », article publié le 16 avril 2011 dans Elle.
  10. a et b « Nouvel appel à témoins 7 ans après le meurtre de Jonathan », article publié le 6 avril 2011 dans Elle.
  11. a et b « Il y a sept ans à Saint-Brévin-les-Pins », article publié le 8 avril 2011 dans La Nouvelle République.
  12. a et b « Nouvelle piste dans l'affaire Jonathan », article publié le 8 avril 2011 dans 20 minutes.
  13. « Meurtre de Jonathan : les gendarmes n'abdiquent pas », article publié le 19 mai 2014 dans Le Courrier du pays de Retz.
  14. a et b « L'enquête sur le meurtre de Jonathan est relancée », article publié le 10 mai 2009 dans Le Parisien.
  15. a b et c « Affaire Jonathan: nouvel appel à témoins », article publié le 7 avril 2011 dans L'Express.
  16. « Saint-Brévin Affaire Jonathan : 10 ans après, sa mère attend toujours la vérité », article publié le 5 avril 2014 dans Presse-Océan.
  17. « Saint-Brévin-les-Pins : Affaire Jonathan, 10 ans après », article de Fabienne Béranger et Stéphanie Pasgrimaud publié le 7 avril 2014 sur France 3 Pays de la Loire.
  18. « Affaire du petit Jonathan : Un criminel pédophile présumé arrêté », article publié le 15 avril 2011 dans France-Soir.
  19. « Le suspect interpellé en Allemagne "sans lien" avec Jonathan », article publié le 15 avril 2011 dans L'Express.
  20. « Affaire Jonathan Coulom : un homme arrêté pour le meurtre de trois enfants allemands », article publié le 16 avril 2011 dans 20 minutes.
  21. « Meurtre de Jonathan: un suspect allemand arrêté », article de Marie Desnos publié le 16 avril 2011 dans Paris Match.
  22. a et b « La cellule Disparition 44 reste prudente », article publié le 16 avril 2011 dans Le Parisien.
  23. « Le suspect allemand qui relance l'affaire Jonathan », article publié le 16 avril 2011 dans Le Parisien.
  24. « Affaire Jonathan. La piste du prédateur allemand », article publié le 17 avril 2011 dans La Dépêche du Midi.
  25. « Les enquêteurs allemands veulent savoir si le tueur en série est le meurtrier de Jonathan », article publié le 17 avril 2011 dans Le Parisien.
  26. « Loire-Atlantique Le meurtrier présumé du petit Jonathan a été interpellé », article publié le 23 février 2012 dans Le Courrier de l'Ouest.
  27. « La piste du tueur allemand toujours ouverte », article publié le 7 avril 2014 dans Le Parisien.

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Émission radiophonique[modifier | modifier le code]

  • « L'affaire Jonathan, dix ans sans réponses » le 8 avril 2014, « L'affaire Jonathan » le 10 avril 2018 et « L'affaire Jonathan : sur la piste de l'homme en noir » le 23 avril 2018 dans L'Heure du crime de Jacques Pradel sur RTL.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]