Affaire Dupont de Ligonnès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Affaire Dupont de Ligonnès
Façade du 55 boulevard Robert-Schuman à Nantes.Lieu des crimes dans l'affaire Dupont de Ligonnès.
Façade du 55 boulevard Robert-Schuman à Nantes.
Lieu des crimes dans l'affaire Dupont de Ligonnès.

Type Quintuple meurtre
Pays Drapeau de la France France
Localisation Nantes
Coordonnées 47° 14′ 10″ nord, 1° 34′ 07″ ouest
Date
Bilan
Morts 5

Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Affaire Dupont de Ligonnès
Géolocalisation sur la carte : Nantes
(Voir situation sur carte : Nantes)
Affaire Dupont de Ligonnès

L’affaire Dupont de Ligonnès, appelée aussi la « tuerie de Nantes », est un quintuple meurtre non élucidé survenu à Nantes (Loire-Atlantique) en France. Cinq membres de la famille Dupont de Ligonnès — la mère, Agnès, et ses quatre enfants Arthur, Thomas, Anne et Benoît — sont assassinés entre le et le  ; leurs corps sont retrouvés le , dans leur maison nantaise.

Le père de famille et principal suspect des assassinats, Xavier Dupont de Ligonnès, est vu pour la dernière fois le à Roquebrune-sur-Argens, dans le Var, et reste introuvable depuis cette date.

Personnes[modifier | modifier le code]

La famille Dupont de Ligonnès est une vieille famille de la noblesse française originaire de la région d'Annonay, dans le Vivarais[1], qui s'est ensuite transplantée à Chanac, en Gévaudan[2].

Arbre généalogique de la famille de Xavier et d'Agnès, avec leurs proches. Les victimes, dont les corps sont retrouvés sous la terrasse de la maison familiale, sont mises en évidence en gris :

 
 
Hubert
1931–2011
 
Geneviève
1930–…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Véronique
1957–…
 
Xavier
1961–?
 
Agnès
1962–2011
 
 
 
 
 
François
 
Christine
1966–…
 
Bertram
1979–…
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Thomas
1992–2011
 
Anne
1994–2011
 
Benoît
1997–2011
 
Arthur
1990–2011
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Parents[modifier | modifier le code]

Xavier, le père[modifier | modifier le code]

Xavier Pierre Marie Dupont de Ligonnès est né le à Versailles, fils d'Hubert Dupont de Ligonnès (, Senlis - , Levallois-Perret), ingénieur de l'ENSMA Poitiers, et de Geneviève Maître (née en 1930 à Versailles)[3],[4]. Le père de Xavier, Bernard-Hubert, « play-boy et baroudeur », déserte le foyer familial alors que Xavier est âgé d'une dizaine d'années.[5]. L'enfant grandit avec ses deux sœurs dans un appartement rue du Maréchal Foch, à Versailles, et étudie au lycée privé Saint-Exupéry[6]. Sa mère Geneviève fonde en 1960 « Philadelphie », un mouvement à caractère sectaire fondé sur l'Apocalypse, implanté entre Versailles et le nord de la Bretagne[5].

Les activités professionnelles de Xavier Dupont de Ligonnès sont très floues, mais il est défini comme « commercial », selon une source proche de l’enquête[7]. Il a créé plusieurs petites structures, au succès limité :

  • la SELREF, société à l'activité discrète et mal définie basée à Pornic (Loire-Atlantique), dont il était gérant-salarié. Les comptes de la société pour l'année 2006, accessibles via un site d’information commercial, montraient un bilan réduit à sa plus simple expression, et le dernier dépôt d’informations au greffe du tribunal de commerce remontait au [7]. Il avait embauché en 2003 six commerciaux qui durent être licenciés par la suite[8] ;
  • la Route des Commerciaux (même adresse que la SELREF[7]), un guide d'hôtels et de restaurants pour VRP[9] ;
  • Carte Crystal (à l'adresse personnelle de la famille Dupont de Ligonnès, bd Robert-Schuman[7]), un « projet de système de fidélisation de clientèle pour les restaurants »[10] ;
  • une Fédération française des commerciaux (également basée bd Robert-Schuman et dont les statuts avaient été déposés en ), qui avait pour but de « centraliser les informations nécessaires aux professionnels de la formation commerciale, quel que soit leur statut »[7],[11].

Xavier Dupont de Ligonnès est considéré par la justice comme le principal témoin et suspect principal dans l'assassinat de son épouse et ses quatre enfants. Après la découverte des corps enterrés dans le jardin de la maison familiale, la police s'est mise à sa recherche, mais il est resté introuvable. D'après le procureur, s'appuyant sur des témoignages de la famille, il aurait déclaré par lettre, afin de justifier son absence et celle de sa famille, « qu’il était en quelque sorte un agent secret pour le compte des États-Unis et devait y retourner dans le cadre d’un programme de protection de témoin pour assister à un procès contre la drogue[7]. »

Agnès, la mère[modifier | modifier le code]

Son épouse, Agnès Hodanger est née le à Neuilly-sur-Seine au sein d'une « bonne famille » d'avocats et d’architectes[12],[13]. Elle grandit dans un pavillon du boulevard de Glatigny à Versailles et suit sa scolarité au lycée privé Notre-Dame-du-Grandchamp[14]. Elle rencontre son époux au début des années 80 à Versailles avant de l'épouser en 1991[15]. Elle est adjointe à la vie scolaire au sein de l'ensemble scolaire catholique Blanche-de-Castille de Nantes, où elle enseigne également le catéchisme.

Agnès est décrite par les paroissiens comme une femme très pieuse[12], se rendant régulièrement à la messe en compagnie de ses enfants et autoritaire avec eux[16]. Agnès Hodanger avait quarante-huit ans lors de sa mort (elle a reçu deux balles dans la tête).

En 2004, soit sept ans avant le drame, elle s'était confiée longuement[17] sur le forum Doctissimo[18], témoignant des difficultés que connaissaient le couple et la famille.

Enfants[modifier | modifier le code]

Arthur[modifier | modifier le code]

Arthur Nicolas Dupont de Ligonnès est né le à Versailles d'un autre père, mais reconnu par Xavier Dupont de Ligonnès lors de son mariage avec Agnès, deux ans après la naissance de cet enfant[19]. Il obtient un baccalauréat sciences et technologies industrielles (STI) à 20 ans[20]. Étudiant en BTS Génie Informatique à l'établissement privé Saint-Gabriel, sis à Saint-Laurent-sur-Sèvre, en Vendée, Arthur est aussi employé de restauration dans une pizzéria de Nantes[21]. Arthur avait 20 ans à sa mort ; il est mort de deux balles dans la tête[22].

Thomas[modifier | modifier le code]

Thomas Dupont de Ligonnès est né le à Draguignan. Il obtient un baccalauréat littéraire à 16 ans[23]. Passionné de musique, il était étudiant en musicologie à l'Université catholique de l'Ouest d'Angers et vivait au foyer Saint-Aubin, où il est décrit comme un « garçon sans histoires souvent accompagné de sa famille, qui venait le déposer ou le rechercher »[24], alors que plusieurs de ses camarades se souviennent d'un garçon « très discret »[25]. Thomas avait 18 ans le jour de sa mort ; il a été tué de deux balles dans la tête et d'une balle dans le thorax[26].

Anne[modifier | modifier le code]

Anne Dupont de Ligonnès est née le à Draguignan. Lycéenne en 1re scientifique au lycée privé la Perverie Sacré-Cœur, elle est décrite par ses amies et proches comme une jeune fille qui suivait l'exemple de sa mère, croyante, ouverte aux autres et attentionnée. Ses absences répétées sur Internet et les appels de téléphone de ses amis laissés sans réponse avaient inquiété ces derniers. Anne avait 16 ans le jour de sa mort ; elle a été tuée de deux balles dans la tête[22].

Benoît[modifier | modifier le code]

Benoît Dupont de Ligonnès est né le à Pornic[27]. Collégien au collège privé la Perverie Sacré-Cœur, il est le dernier enfant de la famille[28]. Il était populaire dans son collège, selon ses amis et camarades, et plaisait aux filles[29]. Il était enfant de chœur à l'église Saint-Félix[12]. Benoît avait treize ans à sa mort ; il a reçu trois balles dans la tête et deux balles dans le thorax[22].

Localisation[modifier | modifier le code]

En 2011, les protagonistes de l'affaire résidaient au 55, boulevard Robert-Schuman à Nantes[30],[31],[32], dans une maison sobre du nord-ouest de la ville.

Faits présumés[modifier | modifier le code]

Un an avant le meurtre[modifier | modifier le code]

Xavier Dupont de Ligonnès, qui a multiplié les échecs professionnels et se voit rattrapé par les dettes, envoie à deux amis un courriel dans lequel il écrit :

« Si ça tourne mal, je n’ai que deux solutions, me foutre en l’air avec ma voiture ou foutre le feu à la baraque quand tout le monde dort […]. Post-scriptum : je suis très sérieux, lucide et sous l’emprise d’aucune drogue ni d’aucun alcool. »

« Je serai donc fin août-début septembre au pied du mur avec une décision définitive à prendre : suicide seul ou suicide collectif… », poursuit-il, accompagnant son message d'une pièce jointe intitulée « Dispositions.doc » ressemblant à un testament[33].

Derniers gestes de la famille[modifier | modifier le code]

Mars 2011[modifier | modifier le code]

  • Xavier Dupont de Ligonnès achète un silencieux et des cartouches de carabine le dans une armurerie de Nantes[39].
  • Il était inscrit au Stand National de tir Charles des Jamonières à « la Jonelière », au nord de Nantes, où il est allé à quatre séances entre le et le 1er avril[32]. Il avait obtenu sa licence le . Thomas et Benoît avaient commencé l'initiation. Arthur aurait dû également y aller[40].
  • Un ticket de caisse d'un magasin de bricolage à Saint-Maur dans l'Indre retrouvé au domicile de la famille d'un mercredi de la fin mars — le 23 ou le 30 — et sur lequel figurent plusieurs achats, dont « un rouleau de sacs-poubelles de grande taille, ainsi qu'un paquet de dalles plastique adhésives pour le sol ».

Avril 2011[modifier | modifier le code]

1er avril[modifier | modifier le code]
  • Le fils aîné Arthur quitte Saint-Laurent-sur-Sèvre où il est étudiant et ne rejoint pas le soir même la pizzeria de Nantes où il travaille et où il devait recevoir son salaire, ce qui intrigue l'employeur du jeune homme qui affirme qu'il venait pourtant toujours chercher sa paye du mois.
  • Xavier Dupont de Ligonnès achète du ciment ainsi qu'une bêche et une houe[41].
2 avril[modifier | modifier le code]
  • Xavier Dupont de Ligonnès achète 4 sacs de chaux de 10 kg chacun, dans différents magasins de la région nantaise[42].
3 avril[modifier | modifier le code]
  • Un voisin, Fabrice, voit pour la dernière fois Agnès puis, peu après, Xavier « mettant des gros sacs dans sa voiture », une Citroën C5[43].
  • Le couple et trois des enfants vont au cinéma et dînent dans un restaurant nantais[44].
  • À 22 h 37, Xavier laisse le message suivant sur le répondeur de sa sœur Christine : « [...] On était au cinoche en famille, et au restaurant ensuite : dimanche soir, et on rentre juste — donc je t'ai envoyé un petit truc pour te demander si c'était trop tard pour le téléphone et puis là je vois que tu es sur ton répondeur. Mais... J'ai été surpris, tu me parles de Bertram, qui est dans ses préparatifs pour l'avion !? Ah ?! donc... Je croyais qu'il venait d'arriver !... Alors j'étais un peu surpris. Voilà, je t'embrasse... Si c'est pas trop tard, tu me rebipes, ou tu m'envoies un petit SMS et je te rappelle, là je vais coucher les enfants, dire bonsoir à tout le monde. À tout de suite !... Peut-être... »[45].
4 avril[modifier | modifier le code]
  • Anne et Benoît sont absents du collège la Perverie Sacré-Cœur « pour cause de maladie »[43],[46]. Les élèves proches d'Anne et de Benoît s'inquiètent de ne pouvoir les joindre[43]. Ils évoquent la rumeur d'un départ en Australie où le père aurait été muté et trouvent suspect qu'ils n'aient pas été prévenus par leurs camarades de ce « départ ». Ils ont tenté de contacter Benoît et Anne sur Internet et par SMS[47].
  • La sœur de Xavier, Christine de Ligonnès, passe entre 20 et 30 minutes au téléphone avec lui[48]. Selon elle, tout avait l'air normal[49].
  • Xavier dîne en tête-à-tête avec son fils Thomas dans un restaurant gastronomique de la périphérie d'Angers, « Le Cavier / La Croix Cadeau »[50] à Avrillé. Les deux serveurs se souviennent que le jeune homme de 18 ans ne se sentait pas très bien vers la fin du repas et que le dîner était des plus silencieux[51],[52].

Selon les enquêteurs, Xavier Dupont de Ligonnès aurait assassiné son épouse Agnès et trois de ses enfants dans la nuit du 3 au , puis son fils Thomas dans la soirée du [53].

5 avril[modifier | modifier le code]
  • Un huissier de justice, chargé de recouvrer une dette de 20 000 euros, se rend à la maison familiale, mais trouve porte close[54].
  • Des témoins du voisinage sèment le doute sur la date supposée du décès d'Agnès de Ligonnès. Elle aurait été aperçue devant son domicile le vers 12 h 15 ou 12 h 30, puis le [55]. Le procureur de Nantes a du reste reconnu que la date exacte des décès ne pouvait être déterminée « au jour près par les légistes ». Ainsi une salariée du salon de coiffure voisin du domicile familial affirme sur RTL avoir vu Agnès Dupont de Ligonnès le mardi . « Je venais chercher mon salaire. C'était un mardi, c'était le . J'en avais besoin. Je l'ai vue sur le trottoir avec son téléphone vers midi quinze, midi trente », déclare cette femme[56].
  • Un ami de Thomas, étudiant en musicologie comme lui, affirme que Thomas a passé l'après-midi du mardi en sa compagnie dans son domicile d'Angers où ils ont fait de la musique et regardé la télévision[57]. Il s'apprêtait à passer la nuit chez son ami quand Xavier aurait appelé son fils pour qu'il rentre à Nantes au chevet d'Agnès, sa mère, qui aurait eu « un accident de vélo ». Thomas a dîné rapidement chez son ami puis a pris le train vers 22 h. Le lendemain, son ami cherche à avoir des nouvelles mais se voit répondre de courts SMS comme « Je rentre pas chez toi. Je suis malade », ou encore « Malade à crever, je ne vais pas en cours ». Deux jours après le départ de Thomas, son ami reçoit un SMS : « Je n'ai plus de batterie, mon père va me chercher un nouveau chargeur ». Puis l'ami de Thomas n'a plus de nouvelles de la famille[47]. Pauline, une ex-petite amie et camarade de classe de Thomas, se souvient d'un « garçon blagueur, souriant, joyeux »[58]. La jeune femme déclare qu'ils sont sortis tous les deux « pas longtemps » et décrit son ex-compagnon comme « quelqu'un de très très gentil, toujours à l'écoute (…) très proche de ses frères, de sa sœur, de sa mère et de son père (…) passionné de musique et de cinéma ». De plus, elle déclare qu'elle lui a parlé sur Facebook le mardi lorsqu'il se trouvait chez son ami, et qu'il lui a paru « bizarre sur la manière d'écrire » lorsqu'il lui a confié que sa mère avait eu un accident de vélo selon son père et qu'il devait rentrer chez lui le soir-même. De même, la veille de cette journée, le lundi , elle avait aperçu Thomas « seul », tout comme le mardi 5, où le jeune homme lui a dit qu'il « allait sécher les cours du mercredi pour venir faire une répétition », répétition où il n'était pas venu, ce qui « ne lui ressemblait pas ».
  • Cette même semaine, des voisins entendent les chiens de la famille hurler deux nuits durant, puis plus rien[43].
6 avril[modifier | modifier le code]
  • La petite amie d'Arthur, inquiète de ne pas avoir eu de nouvelles de son compagnon, est venue frapper à la porte de la maison familiale des Dupont de Ligonnès, où « une lumière éclairait encore le premier étage », mais les deux labradors de la famille n'aboyaient pas à ce moment-là[réf. nécessaire].
7 avril : des témoignages concordants affirment avoir vu Agnès en vie[modifier | modifier le code]
  • Xavier de Ligonnès aurait été vu faisant plusieurs allers-retours et transportant des gros sacs et cabas à sa voiture Citroën C5[59]. Une voisine affirme avoir également parlé avec Agnès ce jour-là : « Le , j’ai vu Agnès promener son chien. On a parlé un peu. Puis j’ai écourté car j’avais un rendez-vous impératif[60]. »
  • « Les journaux disent qu'elle est morte d'après les autopsies le 4 (avril) et moi j'étais quasiment persuadée de l'avoir vue le jeudi 7 au soir parce que je sais que je n'avais pas beaucoup de temps pour parler avec elle parce que le jeudi soir je récupère mon fils chez la nourrice », avait déclaré sur RTL cette voisine proche qui a souhaité conserver l'anonymat[55],[56].
  • Le reportage d'Anne-Sophie Martin, diffusé sur France 2 dans l'émission Envoyé spécial le , montre que plus de deux ans plus tard, cette voisine est toujours persuadée d'avoir vu Agnès. Le reportage révèle un autre témoignage concordant, une commerçante et amie d'Agnès qui affirme l'avoir vue dans son commerce le jeudi 7 ou le vendredi [61].
  • Des témoignages similaires sont cités sur une page du blog de la partie civile[62].
8 avril[modifier | modifier le code]
  • Xavier communique sur le forum catholique cite-catholique.org[63]. D'après le procureur de la République, il « s'est connecté pour la dernière fois le 8 avril, à partir de l'adresse IP du domicile nantais de la famille »[64].
  • Il envoie un courriel à son beau-frère, époux de Christine : « Tout va bien, Bertram, tu auras bientôt des nouvelles plus longues par Christine. À plus. Amicalement. Xavier »[65].
  • Un message destiné à la mère et à la sœur de Xavier est adressé depuis l'adresse IP de la maison. À la suite de la révélation de cette information par RTL et Le Figaro le , l'avocat de la famille Stéphane Goldenstein déclare : « Elle est partie de son adresse IP, mais n'a-t-elle pas été écrite sous la contrainte ? Soit Xavier s'est tué, soit il a été assassiné… ».

Lettres aux proches et disparition de la famille[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
La « cavale » de Xavier Dupont de Ligonnès :
1. Départ de Nantes le 10/04
2. Nuit du 10 au 11/04 à Puilboreau
3. Nuit du 11 au 12/04 à Blagnac
4. Nuit du 12 au 13/04 au Pontet
5. Nuit du 13 au 14/04 à La Seyne-sur-Mer
6. Nuit du 14 au 15/04 à Roquebrune-sur-Argens,
puis disparition de Xavier.

11 avril[modifier | modifier le code]

  • Le collège de la Perverie reçoit une lettre signée de la main de Xavier, indiquant qu'Anne et Benoît quittent l'établissement et partent en Australie du fait d'une « mutation professionnelle urgente ». L'établissement catholique Blanche-de-Castille reçoit une lettre de démission signée de la main d'Agnès, évoquant également cette mutation. Le directeur ne parvient pas à la joindre par téléphone[43].
  • Une lettre dactylographiée non signée[66], datée du (la date peut avoir été ajoutée) et destinée à ses proches, est révélée par la presse le . Dans cette lettre, Xavier explique qu'après qu'il a travaillé en secret pour la DEA (agence fédérale américaine dans la lutte contre les stupéfiants) l'ensemble de la famille a dû être exfiltré vers les États-Unis dans le cadre du Programme fédéral de protection des témoins et que personne ne pourra les joindre durant quelques années.
  • Il explique que toute la famille sera contrainte de vivre sous une fausse identité, financée par le gouvernement des États-Unis et résidera dans un endroit où il fait chaud la plupart du temps et où il y a de la bonne musique. Il recommande même à ses proches de faire circuler sur les réseaux sociaux la nouvelle de sa prétendue mutation en Australie.

12 avril[modifier | modifier le code]

  • Il passe la nuit du 12 au à l'Auberge de Cassagne sur la commune du Pontet (Vaucluse), sous la fausse identité de M. Xavier Laurent. Il paye 214,59  par carte bancaire.

13 avril[modifier | modifier le code]

  • Une couturière dont la boutique est située près de la maison voisine appelle la police, inquiète de voir les volets clos depuis plus d'une semaine alors que la voiture d'Agnès est garée dans la rue[43]. Les policiers font appel à un serrurier et constatent que la maison a entièrement été vidée et nettoyée[67].

14 avril[modifier | modifier le code]

15 avril[modifier | modifier le code]

  • Xavier quitte l'hôtel mais abandonne son véhicule.
  • À une trentaine de kilomètres de Roquebrune-sur-Argens, Colette Deromme disparaît de sa villa de Lorgues (Var) de façon mystérieuse, sans prendre son véhicule ni ses clefs ; son corps sera retrouvé un mois après. Dans les années 1990, les époux Dupont de Ligonnès ont habité Lorgues, où sont nés deux de leurs enfants. Un rapprochement a été proposé entre ces deux faits divers mais la justice n'évoque qu'une coïncidence[69]. Elle a en fait été étranglée par sa belle-sœur pour un différend financier[70].

La trace de Xavier Dupont de Ligonnès se perd à partir de cette date. La dernière image de lui le montre en train de retirer de l'argent dans un distributeur[71].

Enquête pour disparition inquiétante et découverte de corps[modifier | modifier le code]

19 avril[modifier | modifier le code]

  • Ouverture d'une enquête pour disparition inquiétante[43].

21 avril[modifier | modifier le code]

  • Un avis de recherche est lancé pour toute la famille. Mais dans la journée, les enquêteurs découvrent sous la terrasse de la maison[Note 1] les restes humains de la mère et de ses quatre enfants, en tenue de nuit, les corps enveloppés de draps, placés dans des sacs de jute et recouverts de chaux vive pour en accélérer la décomposition et atténuer les odeurs de putréfaction cadavérique[43]. Les deux chiens de la famille, des labradors, ont été aussi abattus et enterrés.
  • Dans la nuit du 21 au 22, la Citroën C5 bleu métallisé immatriculée 235 CJG 44[72], est repérée sur le parking du Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens par des gendarmes équipés d’un logiciel de lecture automatique des plaques d’immatriculation, relié au fichier des véhicules recherchés[73]. Un véhicule Pontiac, également recherché, reste introuvable[43].
  • Les enquêteurs se tournent aussi vers la piste d'un monastère. Xavier Dupont de Ligonnès aurait pu se retirer dans un monastère, lieu qui garantit la discrétion et qui apparaît comme idéal pour un fugitif[74].

Autopsies, obsèques et crémation[modifier | modifier le code]

22 avril : autopsies[modifier | modifier le code]

  • D'après les autopsies, après avoir été droguées avec un somnifère, les victimes auraient été abattues à bout portant pendant leur sommeil, avec une carabine 22 Long Rifle[43]. Xavier Dupont de Ligonnès possède une arme de ce calibre, héritée de son père trois semaines avant le drame[75].
  • Le , soit le jour même des autopsies, le procureur de la République de Nantes indique qu'il va donner l'ordre de délivrer les permis d'inhumer dans les jours qui suivent[76]. Cette rapidité surprenante dans la procédure, et le fait que la famille a été dissuadée de reconnaître les corps avant l'incinération, renforcera la famille de Xavier dans sa conviction que les corps exhumés ne sont pas ceux d'Agnès et des enfants[77].
  • Un mandat de recherche international est délivré à l'encontre de Xavier de Ligonnès pour qu'il soit entendu à titre de témoin dans le cadre d'une information judiciaire contre X pour assassinats[78].

28 avril : obsèques[modifier | modifier le code]

  • Les obsèques de la famille sont célébrées à 14 h 30 en l'église Saint-Félix de Nantes. La famille de Ligonnès fréquentait régulièrement cette paroisse où le plus jeune, Benoît (13 ans), était enfant de chœur. 1 400 personnes étaient présentes à la célébration[79], ainsi que le maire Jean-Marc Ayrault. La famille a demandé une célébration sobre, sans fleurs ni couronnes. Un important dispositif de sécurité a été mis en place. Puis les corps sont incinérés. Les inhumations ont eu lieu le à 10 h 30, à Noyers-sur-Serein dans l'Yonne, berceau de la famille d'Agnès[80].

Recherche du père de famille[modifier | modifier le code]

Le , une battue est organisée dans le Var[81]. Le , un mandat d'arrêt international est délivré à l'encontre de Xavier Dupont de Ligonnès[78]. Le , une dizaine de spéléologues du Spéléo secours du Var fouillent une quarantaine de cavités naturelles à partir du Rocher de Roquebrune, à quinze kilomètres à la ronde[82],[81].

Médiatisation de l'affaire et « cyber-enquête »[modifier | modifier le code]

À la suite de la disparition de Xavier Dupont de Ligonnès et parallèlement aux éléments d'enquête policière relayés par les médias, des internautes français se regroupent sur des pages Facebook. Ils tentent, de manière collaborative, de découvrir et remonter la moindre trace numérique laissée sur le web par Agnès et Xavier[83].

Selon un communiqué de l'AFP repris par le quotidien Le Monde, « Des administrateurs d'un site catholique, qualifié d'intégriste par l'épiscopat, affirment que Xavier Dupont de Ligonnès participait à leur forum, où il s'interrogeait en 2010 sur le sens du « sacrifice » et où il se serait montré « agressif » récemment ». Parmi ces contributions, des discussions théologiques publiées, sous plusieurs identités, sur le forum chrétien La Cité catholique[84]. Il s'est finalement fait bannir du forum[84],[85]. D'après le témoignage d'un proche, il « ne mettait jamais les pieds à l’église »[86]. Une étude publiée par Bernard Blandre dans Mouvements Religieux et ensuite mise en ligne sur Internet affirme que, s'il est le meurtrier, il n'a pas agi pour des motifs religieux[87].

Pistes de recherche[modifier | modifier le code]

L'enquête, qui dure depuis 2011, a donné lieu à plus de neuf cents signalements et à des recherches qui se sont toutes révélées être de fausses pistes. En 2019, toutes les pistes restent ouvertes et la police judiciaire de Nantes continuera l'enquête tant qu'aucun nouvel élément ne sera apporté : Xavier Dupont de Ligonnès reste sous le coup d’un mandat d’arrêt international[88].

Amies[modifier | modifier le code]

Avant sa disparition, Xavier Dupont de Ligonnès a cherché à reprendre contact avec plusieurs de ses anciennes amies. La police judiciaire de Nantes, sous l'instruction du juge Robert Tchalian, a recherché pendant près de deux ans une femme de nationalité allemande, Claudia, que Dupont de Ligonnès a failli épouser au début des années 1980 et avec qui il avait gardé contact. Il parle notamment, un an avant le crime, d’en finir, dans une lettre envoyée à une de ses maîtresses, Catherine[89].

Le , la police allemande a prévu de lancer un appel à témoins dans l'émission de télévision Aktenzeichen XY ungelöst sur la chaîne publique ZDF[90] pour retrouver Claudia, appel à témoins abandonné lorsque la partie civile, la sœur et le beau-frère de Xavier Dupont de Ligonnès, ont fait remarquer que le dossier d'instruction contenait ses coordonnées mail[91]. Elle est entendue par les enquêteurs le , mais son témoignage « n’a rien apporté au dossier », selon la procureure de la République, Brigitte Lamy[92].

Piste américaine[modifier | modifier le code]

Tentatives d'installation[modifier | modifier le code]

En 1990, il séjourne 18 mois aux États-Unis en faisant un périple en voiture avec un ami de l'époque tout le long de la Route 66. En 1998, il repart outre-Atlantique pendant six mois seul pour évaluer la faisabilité d'une création d'entreprise et d'un déménagement familial. En 2002, il emmène son épouse et ses enfants en Amérique du Nord. Ils voyagent pendant neuf mois avec un camping-car. Leur pérégrination s'achève à Miami en Floride. Sur place, avec l'aide d'un ami, il crée une entreprise reprenant le même concept que la Route des commerciaux[93].

Xavier Dupont de Ligonnès crée ainsi Netsurf Concept LLC, société enregistrée le au registre du commerce de Floride. À cette occasion, il se fait conseiller par Gérard Corona, expatrié français dirigeant de l'entreprise Strategy Netcom fondée en 1998. Ce dernier s'est spécialisé dans l'aide des étrangers dans leurs démarches administratives et légales sur le sol américain. Il propose également à ses clients d'ouvrir des comptes bancaires à l'étranger et d'obtenir des cartes de paiement anonymes leur permettant de retirer de l'argent dans le monde entier sans laisser de trace. Xavier Dupont de Ligonnès aurait pu utiliser ces services pour disparaître[94].

Recherches dans le Massif des Maures[modifier | modifier le code]

Le , une mission de repérage est effectuée afin de retrouver le corps de Xavier Dupont de Ligonnès, préfigurant des recherches plus importantes. Les enquêteurs, assistés de spéléologues, vont fouiller les anciennes mines de plomb du Pic Martin, au Cannet-des-Maures (Var)[95]. C'est à cet endroit que les corps des victimes de la tuerie d'Auriol furent découverts.

Le , les recherches prévues, mobilisant une cinquantaine de gendarmes et de pompiers du GRIMP (Groupe de reconnaissance et d'intervention en milieu périlleux) ne retrouvent aucun corps[96].

Les conclusions des enquêteurs[modifier | modifier le code]

La procureure Brigitte Lamy ne remet pas en cause le statut de suspect de Xavier Dupont de Ligonnès et penche pour la thèse du suicide. Quand le corps sera retrouvé et sans autre suspect, l'enquête débouchera sur un non-lieu ou, éventuellement, un procès par défaut[96].

En , un corps est retrouvé à une vingtaine de kilomètres du lieu où a été vu Xavier Dupont de Ligonnès pour la dernière fois. Une autopsie est réalisée, les enquêteurs n'excluant pas qu'il s'agisse de son corps[97]. « À ce jour, il ne s'agit pas du corps de Xavier Dupont de Ligonnès », a affirmé le procureur de Draguignan, Danielle Drouy-Ayral, sans toutefois donner plus de détails pour justifier cette affirmation[98].

Thèse du suicide[modifier | modifier le code]

En 2019 l'ancien directeur interrégional ouest de la police judiciaire Jean-Paul Le Tensorer se dit convaincu que Xavier Dupont de Ligonnès a mis fin à ses jours. Il décrit un personnage aux abois et acculé face à une situation financière et patrimoniale intenable, empruntant de l'argent à ses proches, à ses maîtresses et puisant dans l'héritage de son épouse. L'ancien policier met en lumière les fonds nécessaires pour financer un changement d'identité, une chirurgie plastique et une vie quotidienne coupée de son entourage[99].

Découverte d'ossements[modifier | modifier le code]

Durant la soirée du , des ossements sont découverts par un promeneur dans la forêt de Bagnols, près de Fréjus, proche du lieu où Xavier Dupont de Ligonnès avait été aperçu pour la dernière fois[100].

La police fait alors le rapprochement avec la disparition du suspect, et procède à des analyses sur ce qui semble rester d'un camp de survie, où sont également retrouvés quelques objets tels qu'un portefeuille vide, un briquet, des lunettes, un sac de couchage, un magazine ainsi qu'une facture datant de 2011[101]. Une broche médicale aurait également été retrouvée dans l'avant-bras de l'inconnu. Toutefois, à la connaissance des policiers, Xavier Dupont de Ligonnès ne portait pas de broche à l'avant-bras, bien qu'il ne soit pas impossible qu'il se soit fait opérer après sa disparition[101]. De plus, il semblerait que le magazine retrouvé dans le camp daterait plutôt de l'année 2010. Or, les événements qui ont précédé la fuite de Xavier Dupont de Ligonnès datent, eux, de 2011.

Le , le site internet RTL.fr rapporte que « l'ADN prélevé sur les effets personnels du cadavre découvert le 28 avril au soir à Bagnols-en-Forêt dans le Var n'est pas celui de Xavier Dupont de Ligonnès mais celui d'un autre homme inconnu pour l'instant »[102].

Courrier envoyé à une journaliste[modifier | modifier le code]

Une journaliste nantaise a reçu mi- un courrier contenant une photo représentant Arthur et Benoît, l’aîné et le benjamin assis devant une table de cuisine. Au verso de la photo est écrit « Je suis encore vivant »[103] et la formule quelque peu bancale et énigmatique, inscrite en minuscules « de là jusqu'à cette heure », suivie de la signature « Xavier Dupont de Ligonnès ». L'identité de l'expéditeur reste incertaine[104].

Piste du monastère de Roquebrune-sur-Argens[modifier | modifier le code]

Le , jour de l'anniversaire du fugitif, le quotidien Ouest-France annonce vers h qu'une intervention de la police judiciaire a lieu au monastère Saint-Désert de Roquebrune-sur-Argens. Une vingtaine d'enquêteurs interviennent dans cet édifice religieux, où deux témoins affirment avoir reconnu le père de famille lors d'une messe. Ce monastère n'avait jamais fait l'objet d'une fouille de la part des enquêteurs. Des policiers de la PJ de Nantes, assistés de leurs collègues de Toulon, relèvent les empreintes, sans succès. Xavier Dupont de Ligonnès ne s'y trouve pas[105],[106].

Arrestation de Glasgow et emballement médiatique[modifier | modifier le code]

Le à 20 h 44[107], Le Parisien annonce, avec un bandeau « Exclusif » que « Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté » à l'aéroport international de Glasgow[108]. Le journal indiquera plus tard avoir croisé l'information auprès de cinq sources distinctes proches du dossier et fiables, certaines s'étant fait authentifier l'identification par la police écossaise[107],[109].

Mais rapidement, l'information réelle est qu’« un homme soupçonné d’être Xavier Dupont de Ligonnès [a été] arrêté »[110]. La police française appelle à la « plus grande prudence » concernant l'identification du suspect[110]. La police écossaise indique à 23 h qu'un homme a été arrêté et que son identification est en cours[107]. Il ne s’agissait que d'une dénonciation anonyme[110], relayée aux autorités françaises par le bureau Interpol de Londres qui nécessitait une vérification[107]. L'AFP relaye à 23 h 30 la tenue d'une perquisition à Limay (Yvelines) au domicile de l'homme arrêté. À minuit, le procureur de la République de Nantes appelle à la "prudence", signalant que la concordance du suspect et du tueur n'est pas faite[107].

Cependant de nombreux journaux, La Dépêche du Midi, Ouest-France, Le Dauphiné libéré, Le Courrier picard, L'Yonne républicaine, Dernières Nouvelles d'Alsace, Midi libre, Presse-Océan, Le Télégramme, L'Alsace, L'Ardennais, L'Est républicain, L'Union et La Montagne, sur la base de l'article du Parisien d'une dépêche AFP envoyée à 21 h et confirmant les faits sur la base de cinq sources distinctes[107], font leur une affirmant sans nuance qu'il s'agit bien de Xavier Dupont de Ligonnès (certaines rédactions retirant le conditionnel à quelques minutes de leur bouclage[107]) et les chaines d'information en continu diffusent des « éditions spéciales » toute la nuit et le lendemain matin. Interviewés tard dans la nuit et le lendemain matin, les voisins de l'homme arrêté déclarent aux enquêteurs et à la radio qu'il est « impossible » que l'homme arrêté soit Xavier Dupont de Ligonnès[107].

Le lendemain, le , les médias remettent l'information au conditionnel (dépêche AFP à 10 h 50)[107] et finalement les autorités annoncent à 12 h 55 que l'homme arrêté n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès [111],[112]: les empreintes ne correspondent que très partiellement (5 points sur 13), l'écart des yeux ne serait pas le même et l'homme arrêté est plus âgé[107],[113]. Les analyses ADN confirment définitivement l’erreur sur la personne[114]. Le Parisien reproche alors aux policiers écossais d'avoir confirmé à leurs homologues français une fausse information, en n'émettant aucun doute quant à l'identité de la personne arrêtée[107],[109].

Remises en cause des conclusions de l'enquête judiciaire par les parties civiles[modifier | modifier le code]

Hypothèse de l'exfiltration[modifier | modifier le code]

Si dans un tout premier temps, Christine de Ligonnès émet un doute de principe sur l'authenticité de l'origine de la lettre du , tout en défendant l'innocence de son frère[115], à partir de , elle affirme aux médias (qui attendront plusieurs mois avant d'en faire état[77]) que « Xavier et sa famille ont été effectivement exfiltrés vers les États-Unis car leur existence était menacée en France. Les corps retrouvés sous la terrasse pourraient ne pas être ceux d'Agnès et des enfants[49]. » Selon elle, « les informations qui ont fuité dans les médias provenaient d'une sélection d'éléments à charge »[116].

En 2013, dans le blog qu'elle a créé avec son époux Bertram de Verdun[117], elle mentionne un courriel assez étonnant, que son frère aurait adressé à deux amis en . Dans ce courriel, il évoque des accidents, qui pourraient survenir à sa famille, et conclut par ces mots :

« Je souhaite enfin que, même après enquête de police, on ne puisse jamais laisser croire à mes parents, frères et sœurs, que ces accidents ont été volontairement provoqués par moi (même si les preuves sont formelles)[118]. »

Approximations de l'enquête[modifier | modifier le code]

Selon Stéphane Goldenstein, avocat de trois des parties civiles (Geneviève Dupont de Ligonnès, mère du principal suspect, Christine, sa sœur, et Bertram de Verdun, époux de cette dernière),

« On ne sait même pas quand les victimes ont été tuées. L'autopsie conclut à une mort 10 à 21 jours avant leur découverte. Un tel manque de précision est tout de même étonnant. (…) En réalité il n'y a aucune certitude dans cette affaire, si ce n'est que des corps ont été découverts au 55, boulevard Schuman. (…) Les corps ne sont pas reconnaissables. Des photos figurent au dossier. (…) Des analyses ont en effet été menées, mais tout ce qu'elles permettent d'affirmer, c'est que les corps partagent le même ADN. Aucune analyse n'a comparé cet ADN commun avec celui d'Agnès Hodanger. En outre, les tailles, les poids ne correspondent pas, ainsi que le souligne ma cliente. Selon moi, il s'agit d'une négligence au niveau de l'autopsie. Mais elle permet à Christine et Geneviève de s'engouffrer dans la brèche. (…) Ce que je sais aussi, c'est qu'un homme seul ne peut pas creuser le trou sous la terrasse, même aveuglé par la rage et la haine : 2,5 m3 de terre ont été déplacés. Dans cette affaire, on est parti du principe que Xavier Dupont avait assassiné sa famille avant de se volatiliser. On n'a exploré aucune autre piste. Je ne sais pas qui a tué cette famille. Rien dans leur vie ne permet de comprendre qui pouvait leur en vouloir à ce point. D'où la conclusion de mes clientes. Puisque personne n'a pu les tuer, c'est qu'ils ne sont pas morts[119]. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Intrigués par la gamelle des chiens renversée à cet endroit, ils découvrent sous une plaque métallique sous laquelle le sol s'effrite les restes humains de la mère et de ses quatre enfants.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Diesbach.com, site de Benoît de Diesbach Belleroche, généalogiste, consulté le 25 avril 2011.
  2. Le JDD, « Dupont de Ligonnès: Une vieille famille française dans le deuil », sur lejdd.fr (consulté le 10 juin 2020)
  3. « Dupont de Ligonnès » (consulté le 5 mars 2019)
  4. « Geneviève de Ligonnes était très froide très directive », Le Parisien, 28 novembre 2011.
  5. a et b Géraldine Catalano et Benoît Magistrini, « Le passé versaillais de la famille Ligonnès », L'Express, .
  6. Le JDD, « Dupont de Ligonnès : une vieille famille française dans le deuil », sur lejdd.fr (consulté le 12 octobre 2019)
  7. a b c d e et f « Xavier de Ligonnès, un profil professionnel très flou », Libération, 22 avril 2011.
  8. « Le crâne rasé de Xavier Dupont de Ligonnès », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2018)
  9. « Les métamorphoses de Xavier de Ligonnès », Paris Match, 18 mai 2011.
  10. « Xavier Dupont de Ligonnès, la trajectoire d'un touche-à-tout », Le Parisien, 30 avril 2011.
  11. « Xavier Dupont de Ligonnès avait "des revenus relativement faibles" », Le Nouvel Observateur, 22 avril 2011.
  12. a b et c Jérôme Sage, « Une famille si discrète », France-Soir, .
  13. Lucie Dancoing, « Ligonnès: A la recherche de son amour de jeunesse », sur Paris Match (consulté le 12 octobre 2019).
  14. Géraldine Catalano et Benoît Magistrini, « Le passé versaillais de la famille Ligonnès », L'Express, (consulté le 13 décembre 2019).
  15. Presse-Océan, « Affaire Xavier Dupont de Ligonnès. Agnès : l’histoire d’une femme amoureuse », sur Presse Océan, (consulté le 12 octobre 2019).
  16. « Meurtres de Nantes : les questions sans réponse », Le Monde, .
  17. Céline Martelet, « Tuerie de Nantes : une page Facebook révèle le mal-être de la mère », BFM TV,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2018).
  18. « Tuerie de Nantes. Un internaute découvre que la mère confiait son mal-être sur le web », Ouest-France,‎ (lire en ligne, consulté le 13 avril 2018).
  19. Claire Ané, « Xavier Dupont de Ligonnès, portraits en famille », Le Monde, 27 juillet 2011.
  20. Résultats Baccalauréat technologique 2010.
  21. « Tuerie de Nantes : Arthur le fils aîné était étudiant en Vendée », Ouest-France, .
  22. a b et c Arnaud Bizot, « Dupont de Ligonnès : la maison de l'horreur », Paris Match, (consulté le 6 août 2020).
  23. « Résultats Baccalauréat 2009 ».
  24. « Tragédie de Nantes : à Angers, la police s'est rendue au foyer du fils cadet », Ouest-France, 23 avril 2011.
  25. « Les Dupont de Ligonnès, une famille sans histoire », 7 sur 7, 22 avril 2011.
  26. « Affaire Xavier Dupont de Ligonnès : qui étaient son épouse et ses quatre enfants assassinés ? », sur CNEWS (consulté le 6 août 2020)
  27. Beatrice Fonteneau et Jean-michel Laurence, Le mystère Dupont de Ligonnès, L'Archipel, (ISBN 978-2-8098-1870-3, lire en ligne).
  28. « Affaire Xavier Dupont de Ligonnès : qui étaient son épouse et ses quatre enfants assassinés ? », sur www.cnews.fr (consulté le 12 octobre 2019).
  29. « Le couple Dupont de Ligonnès était très pratiquant selon la presse française », Le Matin, .
  30. « Dupont de Ligonnès: la maison du massacre toujours en vente », Le Figaro, (consulté le 5 mars 2019)
  31. 55 boulevard Schuman.
  32. a et b « Tuerie de Nantes. Le père s'entraînait au tir avec une carabine munie d'un silencieux », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  33. « Xavier Dupont de Ligonnès : dans un mail, il envisageait "le suicide seul ou le suicide collectif" », France Soir, .
  34. a et b « Drame de Nantes : “Cinq exécutions méthodiques” », Le Figaro, 22 avril 2011.
  35. « Drame de Nantes : cinq corps exhumés, le père localisé », Le Figaro, 22 avril 2011.
  36. « Affaire Ligonnès : l'étau se resserre autour du père », Le Monde, 22 avril 2011.
  37. « Les vies cachées d'un voisin si convenable », Le Point, 29 avril 2011.
  38. « Le scénario de la tuerie de Nantes se dessine peu à peu », Libération, 23 avril 2011.
  39. « Tuerie à Nantes: le parcours du père se précise », L'Express, (consulté le 5 mars 2019)
  40. « Drame de Nantes : le père fréquentait un stand de tir », Le Figaro, 23 avril 2011.
  41. « Interpol et 40 enquêteurs mobilisés sur la tuerie de Nantes », sur BFMTV (consulté le 6 août 2020)
  42. « Tuerie de Nantes. Interpol sur la piste de Xavier Dupont de Ligonnès », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  43. a b c d e f g h i j et k Nathalie Balsan-Duverneuil, « Disparus de Nantes : les derniers jours de la famille Dupont de Ligonnès », Midi-Libre, 22 avril 2011.
  44. « Meurtres de Nantes: la soeur du père disparu lui dit de «se rendre à la police» », 24 heures,‎ (lire en ligne)
  45. « Le message vocal de Xavier Dupont de Ligonnès à sa sœur », RTL, 16 juin 2011.
  46. La Perverie-Sacré-Cœur.
  47. a et b « Des témoignages éclairent les derniers jours de la famille Dupont de Ligonnès », Libération, 25 avril 2011.
  48. RTL et Coup de téléphone avec sa sœur.
  49. a et b Christine Dupont de Ligonnès, seule contre tous à croire en l'innocence de son frère, Midi-Libre, 13 avril 2013.
  50. Le Cavier / la Croix Cadeau.
  51. Drame de Nantes : dîner père-fils le 4/4, Le Figaro, 28 avril 2011.
  52. Dernier repas de Thomas.
  53. Flore Galaud, « Xavier Dupont de Ligonnès, le «John List» à la française ? », Le Figaro,
  54. Doan Bui, « Tuerie de Nantes : Dieu et le 22 long rifle », Le Nouvel Observateur, 29 avril 2011.
  55. a et b « Une autre riveraine a vu Agnès le 5 avril », RTL, 24 avril 2011.
  56. a et b « Tuerie de Nantes: les certitudes et les zones d'ombre », LCI,‎ (lire en ligne)
  57. « Tuerie de Nantes : le troublant témoignage d'un ami de Thomas », Le Parisien - Aujourd'hui en France, 25 avril 2011.
  58. « Nantes : Une ex-petite amie de l'un des fils témoigne », RTL, 26 avril 2011.
  59. « Famille disparue : le père a été vu avec "de gros sacs" », sur RTL.fr (consulté le 5 mars 2019)
  60. « Contre-enquête sur l’énigme Ligonnès », JDD, 6 novembre 2011.
  61. Envoyé Spécial du 24 octobre 2013, "Sur les traces de Xavier Dupont de Ligonnès".
  62. « Xavier Dupont de Ligonnès: Agnès vue du voisinage après sa "mort officielle" », sur Xavier Dupont de Ligonnès, (consulté le 5 mars 2019)
  63. « Tuerie de Nantes : Ligonnès surfait sur un forum catholique intégriste », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mars 2019)
  64. « Affaire de Ligonnès : le Sud passé au peigne fin », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  65. « Un e-mail de Xavier Dupont de Ligonnès oublié par la police », sur FIGARO, (consulté le 5 mars 2019)
  66. Lettre d'adieu à la famille de 4 pages qui aurait été envoyée par le père : « Courrier à notre famille et à nos amis » [PDF], sur www.lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 21 septembre 2017).
  67. « Du nouveau dans l’affaire Dupont de Ligonnès? », sur radiovl.fr, .
  68. « Nantes : la voiture du père retrouvée », sur Europe 1 (consulté le 5 mars 2019)
  69. « Mort de Colette Deromme : la piste du conflit familial et financier », Libération, 22 février 2012.
  70. « La belle-sœur de Colette Deromme avoue », Europe 1 (consulté le 18 mai 2016)
  71. « CARTE. De sa dernière "apparition" dans le Var à son arrestation supposée, 8 ans de fausses pistes autour de Xavier Dupont de Ligonnès », sur Nice-Matin, (consulté le 12 janvier 2020)
  72. « Nantes : La mère et les quatre enfants exécutés dans leur sommeil », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  73. « La cavale du père jusque dans le Var », Le Parsien,‎ (lire en ligne)
  74. « Tuerie de Nantes : le père s'est-il réfugié dans un monastère ? », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  75. « Tuerie de Nantes : les dates clés de l'affaire », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  76. « Drame de Nantes : les obsèques devraient avoir lieu jeudi », LCI,‎ (lire en ligne)
  77. a et b « Et si l'affaire Xavier Dupont de Ligonnès était une vaste supercherie ? », Midi Libre, (consulté le 5 mars 2019)
  78. a et b « Un mandat d'arrêt international est lancé contre Xavier de Ligonnès », Le Monde, 10 mai 2011.
  79. « Environ 1 400 personnes aux obsèques de la famille de Ligonnès », Presse Océan,‎ (lire en ligne)
  80. « Obsèques de la famille Dupont de Ligonnès », Le Figaro, 27 avril 2011.
  81. a et b « Affaire Dupont de Ligonnès: saura-t-on un jour la vérité ? », Nice-Matin, 15 avril 2013.
  82. « Affaire Ligonnès : des cavités fouillées par des spéléologues dans le Var », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2020)
  83. Loïc Hecht, « Xavier Dupont de Ligonnès, la traque sur Facebook », Les Inrockuptibles, (consulté le 7 août 2020).
  84. a et b AFP, « Tuerie de Nantes : Ligonnès surfait sur un forum catholique intégriste », Le Monde, .
  85. « Les obsessions mystiques de Xavier de Ligonnès mises au Net », Libération, (consulté le 5 mars 2019).
  86. Doan Bui, « Le crâne rasé de Xavier Dupont de Ligonnès », L'Obs, (consulté le 5 mars 2019).
  87. « Une secte dans l'affaire Dupont de Ligonnès ? », sur AEIMR.
  88. Raphaël Godet, « "On pensait que j'étais Xavier Dupont de Ligonnès" : six ans après la tuerie, la traque se poursuit. », sur francetvinfo.fr (consulté le 12 août 2017).
  89. Sibylle Laurent, « "Le Disparu", plongez dans la tête de Xavier Dupont de Ligonnès. », LCI,
  90. « Affaire Dupont De Ligonnès. La piste de Claudia, l’ancienne amante », Ouest-France, 24 février 2013.
  91. « Ligonnès : les enquêteurs ont entendu son ex-amie allemande à Munich », Le Parisien, 17 avril 2013.
  92. « Affaire Dupont de Ligonnès: l'audition de Claudia «n'a rien donné» », 20 Minutes, (consulté le 5 mars 2019).
  93. Le 18 mai 2011 à 07h00, « Le rêve américain brisé de Xavier de Ligonnès », sur leparisien.fr, (consulté le 13 octobre 2019)
  94. « L'"ami américain" de Xavier Dupont de Ligonnès. », France Soir, .
  95. « Dupont de Ligonnès : reportage sur le site des prochaines fouilles », Presse Ocean,‎ (lire en ligne).
  96. a et b « Affaire Dupont de Ligonnès: Les nouvelles recherches dans le Var n'ont rien donné », sur 20 Minutes, (consulté le 5 mars 2019).
  97. « Xavier Dupont de Ligonnès : un corps découvert dans le Var [CARTE] », Presse Ocean,‎ (lire en ligne).
  98. « Le corps retrouvé dans le Var ne serait pas Dupont de Ligonnès », sur BFMTV (consulté le 5 mars 2019).
  99. « Le policier français en charge de l'affaire Dupont de Ligonnès : "Je suis convaincu qu'il s'est suicidé" », sur Europe 1 (consulté le 14 octobre 2019)
  100. « Affaire Xavier Dupont de Ligonnès : des ossements trouvés près de Fréjus... », Midi Libre, .
  101. a et b « Des ossements découverts près du lieu où s'est volatilisé Xavier Dupont de Ligonnès. », Le Figaro,
  102. « Xavier Dupont de Ligonnès : l'ADN sur les effets découverts près du cadavre n'est pas le sien. », sur RTL.fr, (consulté le 1er mai 2015).
  103. « Affaire Dupont de Ligonnès : « Je suis encore vivant » », sur leparisien.fr, (consulté le 25 octobre 2016)
  104. « Une photo signée "Xavier Dupont de Ligonnès" envoyée à une journaliste de France 3 », sur Le Huffington Post, (consulté le 5 mars 2019).
  105. « Affaire Dupont de Ligonnès. La police intervient dans un monastère, sans trouver le fugitif », Ouest France, 9 janvier 2018.
  106. Yohan Blavignat, « Les dates clés de la mystérieuse disparition de Xavier Dupont de Ligonnès », Le Figaro, 9 janvier 2018.
  107. a b c d e f g h i j et k https://www.liberation.fr/amphtml/france/2019/10/12/affaire-dupont-de-ligonnes-retour-sur-une-folle-nuit-d-emballement_1757209
  108. « Xavier Dupont de Ligonnès a été arrêté vendredi en Écosse », sur Le Parisien, (consulté le 11 octobre 2019).
  109. a et b http://www.leparisien.fr/amp/faits-divers/affaire-dupont-de-ligonnes-cinq-sources-pour-une-fausse-piste-12-10-2019-8171625.php
  110. a b et c « Un homme soupçonné d’être Xavier Dupont de Ligonnès arrêté en Ecosse », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2019)
  111. « Xavier Dupont de Ligonnès : Révolté, Guy Joao revient sur son arrestation », sur www.purepeople.com (consulté le 30 décembre 2019)
  112. Ouest-France, « Affaire Dupont de Ligonnès. Sur M6, Guy Joao raconte le « mauvais souvenir » de son arrestation », sur Ouest-France.fr, (consulté le 12 janvier 2020)
  113. « Dupont de Ligonnès: les empreintes digitales de l'homme arrêté ne correspondent que très partiellement », sur bfmtv.com, (consulté le 12 octobre 2019)
  114. « L'homme arrêté à Glasgow hier n'est pas Xavier Dupont de Ligonnès, confirment les analyses ADN », sur FranceInfo, (consulté le 15 octobre 2019)
  115. « La soeur de Xavier Dupont de Ligonnès parle sur RTL », sur RTL.fr (consulté le 5 mars 2019).
  116. « Deux ans après, la sœur Dupont de Ligonnès croit toujours à un exil aux États-Unis », Metronews.
  117. xavierdupontdeligonnes.blogspot.fr.
  118. « Affaire Dupont de Ligonnès : La version de la sœur du suspect », sur Médiaterranée, (consulté le 5 mars 2019).
  119. Affaire Dupont de Ligonnès — Stéphane Goldenstein : « Dans ce dossier, il n'y a aucune certitude », Le Point, 9 avril 2013.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amaury Sonet, MOI, XAVIER DUPONT DE LIGONNES: Roman de l’innocence, Indépendant, , 340 p. (ISBN 978-1699285299)
  • Guy Hugnet, L'Affaire Dupont de Ligonnès : la secte et l'assassin, L'Archipel, , 256 p. (ISBN 978-2-8098-2438-4)
  • Solène Haddad, Affaires criminelles inexpliquées, City Editions, (ISBN 978-2-824-60304-9, lire en ligne), « L'incroyable affaire Dupont de Ligonnès »
  • Béatrice Fonteneau et Jean-Michel Laurence, Le Mystère Dupont de Ligonnes, L'Archipel, , 240 p. (ISBN 978-2809818505, lire en ligne) (enquête journalistique)
  • Anne-Sophie Martin, Le Disparu, Ring, , 287 p. (ISBN 979-1091447430) (roman vrai[Quoi ?])
  • Samuel Doux, L’Éternité de Xavier Dupont de Ligonnès, Julliard, , 326 p. (ISBN 978-2-260-02914-4) (roman vrai)
  • dossiers dans Society n° 136 (23 juillet-5 août 2020) et 137 (6-19 août 2020)

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

  • « L'énigme Xavier Dupont de Ligonnès » dans 13 h 15, le samedi diffusé le sur France 2.
  • « Le mystère Dupont de Ligonnès » dans Crimes, diffusé le et le et le sur NRJ 12.
  • « L'affaire Dupont de Ligonnès : la tuerie de Nantes » (premier reportage) Chroniques criminelles diffusé le 9 et , , 1er et et le 9, le 16 et le et le sur NT1.
  • « Sur les traces de Xavier Dupont de Ligonnès » dans Envoyé spécial diffusé le sur France 2.
  • « Nantes : l'incroyable histoire de Xavier de Ligonnès » (deuxième reportage) dans Devoir d'enquête diffusé le sur la Une (RTBF).
  • « Affaire Xavier Dupont de Ligonnès » dans Non élucidé diffusé les , et sur France 2.
  • « Tuerie de Nantes : le mystère De Ligonnès » (deuxième reportage) dans Suspect no 1 diffusé le 8 et , , , 13 et sur TMC.
  • « La maison de l'horreur : l'affaire Dupont de Ligonnès » dans Enquêtes criminelles : le magazine des faits divers diffusé le sur W9.
  • « L'affaire Dupont de Ligonnès » (deuxième reportage) le dans Reportages faits divers sur TF1.
  • « La maison de l'horreur » le dans Les Enquêtes extraordinaires (volume 1, épisode 3) sur Netflix.

Émissions radiophoniques[modifier | modifier le code]

  • « Le mystère Xavier Dupont de Ligonnès » le , « Le mystère Dupont de Ligonnès » le , « Il y a 6 ans : l'affaire Xavier Dupont de Ligonnès » le , et « Affaire Dupont de Ligonnes : la piste de la secte ? » le , dans L'Heure du crime de Jacques Pradel sur RTL.
  • « Xavier Dupont de Ligonnès : un drame, ses certitudes et ses mystères » le (rediffusé le , puis le 8 avril 2020) dans Affaires sensibles de Fabrice Drouelle sur France Inter.
  • « Xavier Dupont de Ligonnès » le dans Hondelatte raconte de Christophe Hondelatte sur Europe 1.

Films et téléfilms[modifier | modifier le code]

Dessin animé[modifier | modifier le code]

  • « Au rendez-vous des Atrides » épisode de la série « 50 Nuances de Grecs » par le dessinateur Jul, avec la voix de Christophe Hondelatte, diffusé sur Arte en 2018. Le dessin animé parodie l'émission Faites entrer l'accusé avec le personnage de « Xavier Agamemnon de Ligonnès ».

Lien externe[modifier | modifier le code]