Affaire Daniel Galvan Viña

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
Affaire Daniel Galvan Viña
Informations
Date
Localisation Drapeau du Maroc Maroc
Caractéristiques
Participants Mouvement du 20-Février, Association marocaine des droits humains, Association Touche pas à mon enfant[1], Parti socialiste unifié, Parti Annahj Addimocrati, Confédération démocratique du travail, Fédération démocratique du travail[2]
Nombre de participants Plus de 2 000 à Casablanca[3]
Près de 500 personnes à Rabat[4]
Types de manifestations Manifestations, cybermilitantisme, marches protestataires
Répression
Arrestations 5 personnes arrêtés puis relâchées à Tétouan[5]
Blessés Des dizaines de blessées à Rabat

L'affaire Galvan est un scandale provoqué par la libération de Daniel Galvan Viña, un homme de nationalité espagnole, né en Irak, condamné pour pédophilie et emprisonné au Maroc, puis libéré dans le cadre d'une grâce collective au nom des bonnes relations entre les deux royaumes marocain et espagnol. Le Roi du Maroc, qui retira ensuite sa grâce, a affirmé ignorer le dossier.

La nouvelle a provoqué une vive contestation, relayée par les réseaux sociaux, la presse et les médias internationaux. Le 2 août à l'heure de la rupture du jeûne, un sit-in d'une centaine de riverains débute à Rabat[6]. Le lendemain des manifestations sont organisées dans tout le pays. Le surlendemain, le Roi retire sa grâce, et plus tard dans la semaine s'entretient avec les familles des victimes.

Les commentateurs se sont interrogés sur l'affaiblissement du Trône et sa désacralisation, étant donné l'opportunité offerte d'attaquer la personne du Roi. Certains expliquent la grâce initiale par le fait que le coupable serait aussi un espion pour le compte de l'Espagne.

Contexte[modifier | modifier le code]

Le 17 juillet 2013, Juan Carlos Ier d'Espagne arrive chez le chef du gouvernement marocain Abdel-Ilah Benkiran avec une requête, il lui demande de transférer un prisonnier âgé de 74 ans, atteint d'une maladie cardiaque, condamné à 4 ans pour trafic de drogue, ensuite, le 19 juillet, lors du retour du roi d'Espagne Abdel-Ilah Benkiran informa le roi Mohamed VI de la demande du monarque espagnol pour le transfert d'Antonio Garcia, le roi du Maroc lui signifie son accord et lui demande d'accélérer la procédure. Le lendemain, à la suite d'un appel téléphonique de la part de Fouad Ali El Himma, les services de l'ambassade espagnole à Rabat ont dressé deux listes. La première de 30 individus concernent les demandes de transfert, la deuxième composée de 18 individus concernent les demandes de grâce. Puis le 30 juillet, à l'occasion du 14e anniversaire de l'ascension au trône, le roi Mohamed VI accorda, à la demande du roi d'Espagne Juan Carlos un pardon royal à 48 ressortissants espagnols, dont leurs noms figuraient dans les deux listes initiales. Parmi les prisonniers graciés, on trouve, Antonio Garcia Ancio, fils d'Antonio Garcia Vidriel, celui que Juan Carlos avait intercédé. Le fils était considéré comme le principal accusé dans l'opération de transport de 9 tonnes de Haschich et avait été condamné à 10 années de prison, on trouve aussi Daniel Galvan Viña, âgé de 63 ans, espagnol d'origine irakienne qui a violé 11 enfants de quatre à 15 ans et a filmé ses actes. Il y a 18 mois, Daniel Galvan a été condamné par un tribunal de Kénitra à 30 ans de prison ferme pour des actes de pédophilie[6],[7],[8],[9],[10] au Maroc.

Daniel Galvan Viña, surnommé « Le violeur de Kénitra », dont le prénom d'origine est Salaheddine, est né à Bassora le de père et de mère irakiens; il travaillait entre 1996 et 1998 comme stagiaire au département de Relations internationales de l'Université de Murcie, « pour sa connaissance des langues, notamment l'arabe », puis sous contrat entre 1998 et 2002. Ensuite, il retourne en Irak, où il sera emprisonné dans la Prison d'Abou Ghraib «pour effectuer un travail dangereux et secret». D'après Le Monde, El País et Lakome, Daniel serait un espion espagnol travaillant pour le Centro Nacional de Inteligencia, et a été officier de l'armée irakienne ayant aidé à renverser Saddam Hussein. Il obtient la nationalité espagnole grâce à son mariage avec une espagnole, dont il divorcera. Lors de son séjour en Espagne, Galvan a été traité pour schizophrénie. Puis en 2005, il s'installa à Kénitra[11],[12],[13],[14].

Chronologie[modifier | modifier le code]

« Nous sommes ici pour déterminer qui est responsable de ce pardon. C'est une honte qu'ils vendent nos enfants » Najat Anwar, présidente de l'association Touche pas à mon enfant[6]

Le vendredi 2 août 2013, après la rupture du jeûne, une manifestation a été organisée à Rabat, devant le Parlement. Des centaines de personnes y participent. Des dizaines de personnes, dont des journalistes ont été blessées lors de l'intervention de la police antiémeute munies de matraques[8],[9],[15],[16].

En France, l'Association marocaine des droits humains à Paris - Île-de-France - a également appelé à manifester samedi 3 août à 18 heures devant l'ambassade du Maroc à Paris[17].

Le 3 août, quatre manifestations ont été organisées une à Agadir, une autre à Tanger et à Tétouan. Ces deux dernières ont également été dispersées par la police antiémeute[18]. Contrairement à celles de Tanger et de Tétouan, la manifestation d'Agadir n'a pas connu d'interventions policières[19]. L'autre manifestation fut organisée à Nador[16].

Les principales revendications de la population concernaient le fonctionnement de la justice, la remise en cause du droit de grâce et la demande d'excuses royales[20], certains ont aussi demandé le départ de Fouad Ali El Himma un des proches conseillers du roi Mohamed VI soupçonné d'être impliqué dans la grâce[20],[21].

Le soir, le cabinet royal a rendu public un communiqué au sujet de la libération du pédophile espagnol[22]:

« À la suite de la libération, ces derniers jours, du dénommé Daniel Galvan Fina de Nationalité espagnole, condamné par la justice marocaine, le Cabinet royal tient à apporter à la connaissance de l’opinion publique les éléments d’information et les précisions suivants : #Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste n’a jamais été informé, de quelque manière que ce soit et à aucun moment, de la gravité des crimes abjects pour lesquels l’intéressé a été condamné. #Il est évident que jamais le Souverain n’aurait consenti à ce que Daniel Galvan Fina puisse arrêter de purger sa peine, au regard de l’atrocité des crimes monstrueux dont il a été reconnu coupable. #Sa Majesté le Roi, en tant que premier protecteur des droits des victimes, de surcroît enfants, et de leurs familles, ne ménagera aucun effort pour continuer à les entourer de sa sollicitude. L’ensemble de l’action royale démontre, à l’évidence, l’attachement du Souverain aux immuables valeurs morales, à la centralité de la promotion des droits de l’Homme et de la protection de l’enfance ainsi qu’à la défense de la société marocaine contre toute atteinte et actions condamnables par la conscience humaine.

Pour toutes ces considérations, Sa Majesté le Roi a décidé, dès qu’il a été informé des éléments du dossier, qu’une enquête approfondie soit diligentée en vue de déterminer les responsabilités et les points de défaillance qui ont pu mener à cette regrettable libération et d’identifier le ou les responsables de cette négligence afin de prendre les sanctions nécessaires. Les instructions seront également données au ministre de la Justice afin de proposer des mesures de nature à verrouiller les conditions d’octroi de la grâce à ses différentes étapes. »

Le dimanche 4 août, le roi Mohamed VI décide d'annuler la grâce qu'il avait accordée au pédophile espagnol multirécidiviste, évoquant une décision «à caractère exceptionnel», malgré l'annulation, une manifestation fut organisée à Kénitra, qu'a connu l'assistance policière mais sans incident[14],[16],[23].

Le lendemain, le roi Mohamed VI révoque le délégué général de l'Administration pénitentiaire et de la réinsertion Hafid Benhachem après avoir mené une enquête approfondie, celle-ci a été confiée à une commission présidée par le ministre de l'Intérieur et le Procureur Général près la Cour de Cassation. Plus tard dans la journée, Daniel Galvan Viña a été arrêté dans la ville de Murcie, au sud de l'Espagne, en vertu d'un mandat d'arrêt international lancé par le Maroc[24].

Le soir, une manifestation fut organisée à Safi, à la suite d'un appel sur Facebook[16],[25].

Le mardi 6 août, le roi Mohamed VI a accueilli les familles des enfants violés par le pédophile gracié, afin de témoigner de sa compassion et de son empathie, a indiqué le Palais royal dans un communiqué[3]. Durant la journée, des manifestations ont été organisées à Casablanca, à El Jadida, à Beni Mellal, à Ouezzane, à Tanger, à Ouarzazate, et à Marrakech[16],[26],[27],[28]. La manifestation de Casablanca a connu la participation de plus de 2 000 manifestants, elle a connu l'assistance policière mais sans incident[3].

Le lendemain, une manifestation fut organisée à Rabat, près de 500 personnes y participé, contrairement de celle du vendredi dernier, cette manifestation n'a pas connu d'interventions policières[4].

D'autres rassemblements d'indignation sont d'ailleurs prévus la semaine prochaine dans de nombreuses villes du Maroc ainsi qu'à l'étranger[9].

Médias[modifier | modifier le code]

Réseaux sociaux[modifier | modifier le code]

En conséquence, les réseaux marocains ont joué un rôle clef dans l'information des citoyens marocains, en adoptant par exemple les hashtag Twitter #DanielGate et #Mafrasich (Je n’étais pas au courant)[14],[29].

Une page Facebook appelle à manifester le vendredi 2 août à 22 heures devant le Parlement à Rabat, la page compte déjà plus de 26 000 adhésions[30].

Sites Web[modifier | modifier le code]

Sur le site Avaaz.org, une pétition intitulée « لا للعفو عن الإسباني دانيال مغتصب الاطفال المغاربة » (Non à la grâce pour l'espagnol Daniel violeur d’enfants marocains) a été lancée et compte désormais 3 756 signatures[31].

Une autre pétition intitulée « لا للعفو عن مغتصب الاطفال » (Non à la grâce d’un violeur d’enfant) a été lancée sur le même site, elle compte actuellement 2 703 signatures[32].

Réactions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « L'association "Touche pas à mon enfant" se félicite de l'"interaction positive" de SM le Roi avec la société civile », LeMag.ma (consulté le 5 août 2013)
  2. DanielGate : Suivez le sit-in à Casablanca en direct sur yabiladi.com
  3. a, b et c Maroc: manifestation à Casablanca contre la grâce d'un pédophile sur La Croix
  4. a et b Affaire Daniel Galvan :La mobilisation continue sur Aufait
  5. Sit-in contre la grâce du pédophile espagnol : rassemblement réprimé à Tétouan (AMDH) sur fr.lakome.com
  6. a, b et c Critiques contre la grâce d'un pédophile espagnol au Maroc sur Le Nouvel Observateur
  7. Pédophile gracié : une requête des services espagnols (source proche du dossier) sur fr.lakome.com
  8. a et b Au Maroc, la grâce accordée à un pédophile espagnol fait scandale sur France Télévisions
  9. a, b et c Maroc: la polémique enfle après la grâce d’un pédophile espagnol sur Radio France internationale
  10. DanielGate : El Himma en première ligne sur fr.lakome.com
  11. Salaheddine, l'ancien prénom de Daniel Galvan sur fr.lakome.com
  12. Maroc: une manifestation contre la grâce d'un pédophile espagnol dispersée sur The Huffington Post
  13. MAROC. Le roi annule la grâce accordée au pédophile espagnol sur Le Nouvel Observateur
  14. a, b et c Maroc : la grâce accordée à un pédophile espagnol en question sur Le Monde
  15. Sit-in ce soir à Rabat pour dénoncer la grâce royale du pédophile de Kénitra sur lakome.com
  16. a, b, c, d, e et f Plusieurs sit-in pour dénoncer la grâce royale accordée au violeur de 11 enfants sur mamfakinch.com
  17. L’AMDH-Paris/IDF appelle à manifester le samedi 3 août à 18h contre la grâce royale accordée à un pédophile sur amdhparis.org
  18. Une manifestation contre la grâce royale du pédophile espagnol dispersée sur Aufait
  19. a et b VIDEO. Maroc : manifestations contre la libération d'un pédophile espagnol sur Le Parisien
  20. a et b Pédophile relâché au Maroc: la «compassion» du roi et la colère d'une partie de son peuple, article du mercredi 07 août 2013, Radio France internationale
  21. Le pédophile espagnol incarcéré en Espagne, poursuite des manifestations au Maroc, article du mercredi 07 août 2013, Jeune Afrique
  22. Communiqué du Cabinet royal au sujet de la libération du dénommé Daniel Galvan Fina de nationalité espagnole sur Le Matin (Maroc)
  23. وقفة احتجاجية لإلغاء العفو عن مغتصب الأطفال دانيال ـ الشعب يريد استقلال القضاء sur Facebook
  24. Arrestation du pédophile espagnol à la suite du retrait de la grâce du Souverain marocain sur apanews.net
  25. وقفة احتجاجية لإلغاء العفو عن مغتصب الأطفال دانيال ـ الشعب يريد استقلال القضاء ـ آسفي sur Facebook
  26. DanielGate : Sit-in ce soir à 22h à Casablanca sur fr.lakome.com
  27. وقفة احتجاجية تنديدا بالعفو الملكي على مغتصب الطفولة المغربية -الدار البيضاء sur Facebook
  28. a et b Liveblogging du Sit-in pour exiger un pardon et une réforme de la justice sur mamfakinch.com
  29. Les meilleurs tweets sur le hashtag #Mafrasich sur welovebuzz.com
  30. وقفة احتجاجية لإلغاء العفو عن مغتصب الأطفال دانيال ـ الشعب يريد استقلال القضاء sur Facebook
  31. لا للعفو عن الإسباني دانيال مغتصب الاطفال المغاربة sur Avaaz.org
  32. لا للعفو عن مغتصب الاطفال sur Avaaz.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :