Alfredo Stranieri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Affaire Alfredo Stranieri)
Aller à : navigation, rechercher
Alfredo Stranieri
Information
Nom de naissance Alfredo Stranieri
Surnom Le tueur aux petites annonces ; le Coucou
Naissance (59 ans)
Condamnation
Sentence Réclusion criminelle à perpétuité
Meurtres
Nombre de victimes 4 : Frédéric Adman,
Nathalie Girard,
Nicole Rousseau
et Claude Mouly
Période -
Pays Drapeau de la France France
Régions Île-de-France et Midi-Pyrénées
Villes Viry-Châtillon et Bez-de-Naussac
Arrestation

Alfredo Stranieri (né italien le [1], naturalisé français en [2]) est un tueur en série, surnommé « le tueur aux petites annonces », qui rencontre ses victimes grâce aux petites annonces dans lesquelles il se présente comme un acheteur potentiel de propriétés ou de voitures d'occasion.

Il fait disparaître ses victimes et s'approprie leurs biens. Il est condamné à la prison à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de vingt-deux ans le pour quatre meurtres et une tentative de meurtre avortée. Il s'était approprié les biens des deux couples qu'il avait assassinés pour les gérer frauduleusement. Il a également tenté d'assassiner un homme qui voulait lui vendre une Jaguar.

La disparition de Nathalie et Frédéric[modifier | modifier le code]

Fin , Alfredo Stranieri répond à une petite annonce publiée par un couple de restaurateurs. Frédéric Adman et sa compagne Nathalie Girard veulent vendre le New Love, une boîte de nuit à Viry-Châtillon. Le , la vente est signée. Six jours plus tard, le couple disparaît[3]...

La Jaguar[modifier | modifier le code]

Le , sous le pseudonyme de Frédéric Adman, il contacte Simon Cohen par le biais d'une petite annonce que ce dernier a passé pour vendre sa Jaguar. Curieusement sans voir le véhicule et négocier son prix, Adman (Stranieri) propose à Simon Cohen de finaliser la transaction dans son restaurant/boîte de nuit à Viry-Châtillon (Essonne). Lorsque Simon Cohen arrive dans l'établissement, Adman (Stranieri) lui annonce que son banquier va venir lui apporter un chèque certifié pour payer la voiture. Stranieri amadoue sa victime en lui proposant de visiter les lieux, Cohen accepte à contrecœur[3].

Adman (Stranieri) sort un fusil et tire à 5 reprises sur Simon Cohen, celui-ci parvient à s'échapper chez le voisin qui alerte la police. Stranieri prend alors la fuite. Simon Cohen est transporté aux urgences et sera sauvé au bout de 4 heures d'intervention chirurgicale[4].

Les policiers ouvrent une enquête sur le propriétaire de la discothèque et découvrent qu'Alfredo Stranieri a déjà un casier judiciaire pour de petites escroqueries. Ils se rendent chez lui à Soisy-sur-Seine, son épouse leur promet de les prévenir dès le retour de son mari mais ce dernier ne rentrera jamais chez lui, les enquêteurs perdant sa trace[5].

L'affaire du New Love racontée en quelques lignes dans un journal local attire l'attention des époux Girard dont la fille Nathalie a disparu subitement depuis le [3].

L'auberge « La Bouriatte »[modifier | modifier le code]

En , dans l'Aveyron, il sélectionne dans les petites annonces une auberge à Bez-de-Naussac : « La Bouriatte. » L'endroit est à son goût : luxueux et isolé. L'acte de vente est signé le . Deux jours plus tard, Nicole Rousseau et Claude Mouly, les deux propriétaires qui sont en instance de divorce, s'évaporent... Alfredo qui se présente sous le nom de Mario Stranieri (grâce à la carte d'identité de son frère qu'il a empruntée) et prétend être gérant d'une grande discothèque dans la région parisienne, l'achète sans négocier pour 4 millions de francs et s'installe à la Bouriatte alors que Nicole Rousseau et Claude Mouly disparaissent mystérieusement[3].

L'arrestation[modifier | modifier le code]

Corinne Mouly, inquiète de ne plus avoir de nouvelles de son père, s'installe en face de l'auberge pour espionner Stranieri et alerte la gendarmerie. Les enquêteurs, sous la direction du commandant de la gendarmerie en Aveyron le colonel Gery Plane, découvrent alors que Stranieri est recherché pour la tentative d'assassinat sur Simon Cohen. Il est arrêté le par les gendarmes de Capdenac. Le , on exhume les corps de Frédéric Adman et Nathalie Girard dans le jardin du New Love et le lendemain ceux de Nicole Rousseau et Claude Mouly à proximité de la Bouriatte[6].

Le procès[modifier | modifier le code]

Le procès d'Alfredo Stranieri débute le devant la cour d'assises de l'Essonne[6].

La condamnation[modifier | modifier le code]

Au terme du procès, Alfredo Stranieri est condamné le à la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans. Cette condamnation est confirmée en mars 2004 par la cour d'appel de Créteil. Le pourvoi en cassation d'Alfredo Stranieri est rejeté au début de l'année 2005[7].

Affaire Zohra Dati[modifier | modifier le code]

Alfredo Stranieri et Germain Gaiffe, comparaissent le devant la 6e chambre correctionnelle de Versailles pour « outrage ». Depuis des mois et du fin fond de leur cellule, ils revendiquent tous les deux être le père de la fille de l’ancienne garde des Sceaux, Rachida Dati[8].

L’affaire remonte à septembre 2010. Alfredo Stranieri, condamné à la perpétuité pour avoir tué et enterré dans des jardins quatre personnes, et Germain Gaiffe, trente ans de prison pour avoir tué et démembré un homme, postent tous deux, de la prison de Poissy, une lettre identique adressée à la mairie du 16e arrondissement de Paris. Ils y clament être le père de la fille de Rachida Dati et joignent une déclaration de paternité. Prévenu par les services pénitentiaires, le parquet décide de se saisir de l’affaire et de les poursuivre pour « outrage sur personne dépositaire de l’autorité publique ». Rachida Dati se constitue alors partie civile. Lors d’une audience, Germain Gaiffe se montre provocateur en portant un pull où est inscrit : « Je suis le père de Zohra ». Interrogés, les deux hommes expliquent alors avoir partagé un moment d’intimité dans une pièce avec la ministre venue visiter leur prison en décembre 2007, plus d’un an avant son accouchement.

Le , Alfredo Stranieri se marie avec Germain Gaiffe. Le mariage, prononcé par Frédérik Bernard, maire de Poissy, a eu lieu en la présence de leurs témoins respectifs, le terroriste Carlos et l'humoriste Dieudonné à la Maison centrale de Poissy dans les Yvelines[9]. Dieudonné, opposant déclaré au mariage gay, avait rencontré les deux criminels à l'occasion d'un atelier d'écriture de sketches en prison. Libération commente qu'il est « peu probable que cela soit un mariage d'amour », et y voit plutôt « une nouvelle provocation de l'humoriste, organisée avec quelques camarades »[10].

Documentaires télévisés[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Simon Sidney Cohen, Affaire Stranieri : Le Survivant, édition du Rocher, 2 janvier 2003 (ISBN 2268044882)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfredo Stranieri sur affaires-criminelles.com
  2. Un escroc assassin a tué quatre personnes par profit sur tueursenserie.org
  3. a, b, c et d Jacques Pradel, « Alfredo Stranieri, le tueur aux petites annonces », émission L'heure du crime sur RTL, 16 janvier 2013
  4. Magazine d'investigation hebdomadaire "Enquêtes Criminelles" du 24 juin 2009 - W9-TNT
  5. L'affaire Alfredo Stranieri 17 octobre 2007
  6. a et b Marc Dejean, « Alfredo Stranieri est-il un serial killer ? », sur La Dépêche du Midi,‎
  7. « Retour sur une affaire criminelle : Alfredo Stranieri, « le coucou » », sur 20 minutes,‎
  8. « Les deux assassins qui se rêvaient en amant de Dati vont être jugés », sur 20 minutes,‎
  9. « Dieudonné et le terroriste Carlos témoins du mariage de deux détenus », 20 Minutes, 17 juillet 2013.
  10. « En prison, le mariage gay tourné en dérision », Libération, 17 juillet 2013