Afanassi Fet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fet (homonymie) et FET.
Afanassi Fet
Fet by Repin.jpg

Portrait d'Afanassi Fet,
par Ilia Répine

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
MoscouVoir et modifier les données sur Wikidata
Période d'activité
À partir de Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Lieu de travail
Formation
Activités
Autres informations
Genre artistique
Poésie lyrique (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature d'Afanassi Fet

signature

Afanassi Afanassievitch Chenchine (en russe Афана́сий Афана́сьевич Шенши́н Écouter), connu sous le nom de sa mère, Fet ou Foeth (Фет), né le à Novosselki, près de Mtsensk, mort le à Moscou, est un poète lyrique russe, traducteur et mémorialiste, partisan de l'art pour l'art.

Officier, marié à la sœur du poète Vassili Botkine, il publie ses vers dans la revue Sovremennik (Le Contemporain), rompt avec la nouvelle direction (Tchernychevski et Dobrolioubov) en 1859. Il fait ensuite paraître ses écrits dans Le Moscovite, puis se retire dans ses terres, et il se rapproche de Tolstoï.

Traducteur de Juvénal et de Horace, de Goethe et de Shakespeare, il chante vingt ans durant la beauté des femmes, la joie de vivre, le charme des nuits d'été ou des paysages d'hiver (Soirs et Nuits, Champs de neige) et compose des madrigaux pour Ophélie.

Vers 1880, Afanassi Fet s'installe à Moscou, traduit des poètes latins, écrit ses Mémoires et compose de nouveau des vers.

Afanassi Fet, Je suis venu te saluer (1843)[modifier | modifier le code]

Texte original Essai de traduction littéraire

Я пришел к тебе с приветом,
Рассказать, что солнце встало,
Что оно горячим светом
По листам затрепетало;

Рассказать, что лес проснулся,
Весь проснулся, веткой каждой,
Каждой птицей встрепенулся
И весенней полон жаждой;

Рассказать, что с той же страстью,
Как вчера, пришел я снова,
Что душа все так же счастью
И тебе служить готова;

Рассказать, что отовсюду
На меня весельем веет,
Что не знаю сам, что буду
Петь - но только песня зреет.

Je suis venu te saluer,
Te dire que le soleil brille,
Qu'il tremble sa chaude buée
Sur le feuillage qui scintille ;

Te dire que les bois s'éveillent,
Frémissant en chaque rameau ;
Que le bruissant Printemps réveille
La soif au cœur de chaque oiseau ;

Te dire que, si je reviens,
C'est brûlant de la même flamme ;
Que pour toi seule et pour ton bien
Toujours je conserve mon âme ;

Te dire que, de tout côté,
Souffle sur moi un vent de joie,
Que je ne sais outre chanter,
Sinon qu'un chant mûrit en moi.

Sources et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]