Adulescence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la psychologie
Cet article est une ébauche concernant la psychologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2008).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

L’adulescence est un mot-valise (contraction d’adulte et d’adolescence) utilisé principalement en psychologie.

Origine[modifier | modifier le code]

Invention[modifier | modifier le code]

Ce néologisme fut inventé par les milieux publicitaires[1] qui nourrissent un intérêt particulier pour ce public réputé hyperconsommateur (mode, produits culturels, sorties).

Définition[modifier | modifier le code]

Le terme désigne le prolongement de l’adolescence en dépit de l’entrée dans l’âge adulte. L'adulescence commence vers 18 ans et se termine en général autour de 30 ans (jusqu'à 35 ans, et parfois plus[2]). Ce concept serait le « prolongement diffus de la crise d'adolescence » faite de tendances régressives maintenant l'immaturité psychosociale [3]. « Ce sont les adultes qui tentent de s'identifier aux adolescents et non l'inverse »[4].

« L'adulescence n'est que la résultante de blocages sociétaux qui empêchent l’intégration des jeunes au sein de la société »[5].

Le concept se rapproche du kidult (kidult (en)) anglais, qui désigne un adulte aux goûts enfantins, et non particulièrement adolescents.

Le philosophe Alain Finkielkraut définit l'adulescence comme une adolescence perpétuelle consistant à renoncer à être adulte. Il y voit le fait de la génération issue du baby boom et en situe la naissance en 1968. Ce comportement est selon lui la raison de l'indulgence et de la complaisance dont fait preuve cette génération à l'égard de la jeunesse, de façon intemporelle[6].

Psychanalyse[modifier | modifier le code]

Le père Tony Anatrella, prêtre et psychanalyste, l'utilise dans son ouvrage Interminables adolescences[7]. Ce psychanalyste, consulteur du Conseil pontifical pour la Famille, et chargé de mission sur les drogues et la toxicomanie auprès du Conseil pontifical de la Santé à Rome, développe ce concept dans un article de la revue Études[8].

Dans la culture[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

  • Un cliché de l'adulescent est le héros éponyme du film Tanguy (2001). Non désireux de quitter son enfance, il aime par ailleurs tant ses parents que le confort que ceux-ci lui procurent. Lesdits parents usent de maintes ruses pour l'inciter à quitter le domicile familial.
  • Dans Young Adult (2011), l'héroïne est un écrivain de romans adulescents qui va tenter de reconquérir un amour de jeunesse et de faire preuve d'un manque de maturité.
  • Dans les séries télévisées Friends, et How I Met Your Mother, les personnages sont des adulescents New-yorkais qui vont devoir faire face à la vie réelle avec l'aide de leurs amis.

Anime[modifier | modifier le code]

Musique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "A-S / A-P. Le concours d'entrée Tout en un" de Denise Laurent, Jean-Yves Nogret, Valérie Beal, Monique Lorber, Valérie Bonjean, Raymonde Bichart, éditions Foucher, 2011, p.394
  2. Marie Giral, Les Adulescents, éditions Le Pré aux Clercs, [réf. insuffisante]
  3. "La cerise sur le béton: Violences urbaines et libéralisme sauvage", Vincent Cespedes, Éditions Flammarion
  4. cltnet.de Tony Anatrella
  5. Juan Branco Lopez et Faïza Zerouala, « Avoir 20 ans en 2010 : visions de jeunesse(s) », dans Martine Aubry (dir.) et al., Pour changer de civilisation, Paris, Odile Jacob, (ISBN 978-2-7381-2596-5, OCLC 758912524, notice BnF no FRBNF42402272, lire en ligne), p. 241.
  6. Élisabeth Lévy et Alain Finkielkraut, « L’esprit de l’escalier : Alain Finkielkraut sur la journée des droits des femmes », vidéo hébergée par Youtube de l'émission diffusée par RCJ le 14 mars 2016.
  7. Tony Anatrella, «Interminables adolescences», Cerf, Livre
  8. Tony Anatrella, « Les « adulescents » », Études 7/2003 (Tome 399), éditions S.E.R, Lire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Tony Anatrella, Interminables adolescences, éditions du Cerf, 1988.
  • Tony Anatrella, Les Adulescents, Revue Etudes 2003/7 - Tome 399, pages 37 à 47, éditions SER.
  • Marie Giral, Les Adulescents. Le Pré aux Clercs éditions, 2002.
  • Éric Deschavanne et Pierre-Henri Tavoillot, Philosophie des âges de la vie, Hachette, Pluriel, 2008.