Adrienne de La Fayette

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adrienne de La Fayette
Madame de lafayette revolutionary-war-124.jpg

Madame de La Fayette

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Louise d'Aguesseau (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Enfants
Georges Washington de La Fayette
Henriette du Motier de La Fayette (d)
Anastasie Louise Pauline du Motier (d)
Marie Antoinette Virginie du Motier (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Marie Adrienne Françoise de Noailles, dite dans sa jeunesse Mademoiselle d'Ayen, par son mariage marquise de La Fayette (1774), née le à Paris et morte le à Paris (ancien 1er arrondissement), est une aristocrate française et l'épouse de Gilbert du Motier, marquis de La Fayette.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hôtel de Noailles à Paris, démoli en 1831 pour construire la rue d'Alger, en face des Tuileries.

Fille de Jean Louis Paul François de Noailles, duc d'Ayen (duc de Noailles en 1793) et d'Anne Louise Henriette d'Aguesseau, arrière-petite-fille de Françoise Amable d'Aubigné, nièce et héritière de Madame de Maintenon, Mademoiselle d'Ayden de Noailles naît et grandit avec ses quatre sœurs et son frère cadet (l'aîné étant décédé en bas âge, en 1757) à Paris, à l'hôtel de Noailles, somptueuse demeure familiale acquise vers 1711 par son arrière-grand-père, le duc Adrien Maurice de Noailles († 1766). La porte cochère de cet hôtel particulier bâti entre cour et jardin s'ouvre sur la rue Saint-Honoré, tandis que la façade sur jardin du corps de logis est tournée vers le Jardin des Tuileries. Dans sa chapelle est célébré le le mariage[1] d'Adrienne de Noailles, jeune fille de quatorze ans et demi, avec Gilbert du Motier, marquis de La Fayette, dix-sept ans, orphelin et héritier de vastes domaines qui lui rapportent un revenu de 150 000 livres. La mère de l'épouse, préoccupée par la jeunesse des jeunes mariés, maintient le couple séparé pendant un an.

En raison de ses absences fréquentes, La Fayette établit sa résidence principale chez ses beau-parents, à l'hôtel de Noailles. En 1776, la jeune marquise donne naissance à une fille, Henriette. Alors qu'elle est enceinte de sa deuxième fille, Anastasie, née en 1777, La Fayette s'embarque pour l'Amérique. La petite Henriette meurt à vingt-deux mois, en 1778, en l'absence de son père. Celui-ci reçoit un accueil triomphal à son retour: le 15 février 1779 la reine Marie-Antoinette tient à se rendre à l'hôtel de Noailles pour une entrevue avec le général victorieux[2].

Ce n'est que durant la troisième grossesse de la marquise de La Fayette que son époux conçoit le projet d'acquérir un hôtel particulier pour s'y installer avec sa femme et ses enfants. Ce sera l'hôtel de La Fayette, située rue de Bourbon (actuelle rue de Lille), presque à l'angle de la rue de Bourgogne, demeure prestigieuse achetée, réaménagée, meublée et décorée à grand frais[3]. La famille La Fayette quitte l'Hôtel de Noailles en 1783, pour emménager dans cette nouvelle demeure sur la rive gauche de la Seine. Des fenêtres la vue s'étend, par-delà le fleuve et le Jardin des Tuileries jusqu'à la maison paternelle d'Adrienne La Fayette, où elle continue à se rendre quotidiennement[4].

Adrienne de Noailles meurt le au 24 rue d'Anjou à Paris (ancien 1er arrondissement)[5].

Descendance[modifier | modifier le code]

Le couple a eu quatre enfants :

  1. Henriette (1776-1778),
  2. Anastasie Louise Pauline du Motier (1777-1863),
  3. Georges Washington du Motier, dit "Georges Washington de La Fayette" (1779-1849),
  4. Marie Antoinette Virginie du Motier (1782-1849).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Une plaque apposée au dessus du portail sur l'actuelle façade du no 211 de la rue Saint-Honoré rappelle l'évènement. Elle porte l'inscription Marie Françoise de Noailles épousa ici Gilbert Motier de La Fayette le lundi 11 avril 1774.
  2. Sur une plaque apposée sur la seule façade subsistante de l'hôtel de Noailles, dans la cour de l'Hôtel Saint-James et d'Albany, figure l'inscription: Dans cet hôtel eut lieu le 15 février 1779 l'entrevue du Général de La Fayette à son retour d'Amérique avec la reine Marie-Antoinette.
  3. Harlow G. Unger: Lafayette, John Wiley & Sons, 2002, p. 169
  4. Cf. Marie-Antoinette Virginie de La Fayette: Vie de Madame de Lafayette, p. 206. La fille d'Adrienne La Fayette y précise la situation de l'Hôtel de La Fayette (presque au coin de la rue de Bourbon) et donne des indications permettant de dater le déménagement vers l'Hôtel de La Fayette (après le mariage de Pauline de Noailles, sœur d'Adrienne, avec M. de Montagu, célébrée le 12 mai 1783, et après la mise au monde, le 1er janvier 1783, par Louise de Noailles, autre sœur d'Adrienne, de Louis Joseph Alexis de Noailles. Cet éloignement, écrit-elle à propos de Madame de La Fayette, ne l'empêchait pas de passer chaque jour beaucoup de temps chez sa mère.
  5. Acte de décès de Madame de La Fayette, extrait du registre d'état civil du 1er arrondissement de Paris : Du 25 décembre mil huit cent sept, à dix heures du matin, acte de décès de dame Marie-Adrienne-Françoise de Noailles, décédée hier à onze heures trois quarts du soir, rue d'Anjou, n°24, division du Roule, âgée de quarante-huit ans, née à Paris, mariée à M. Marie-Joseph-Paul-Yves-Roch-Gilbert Dumottier de La Fayette, ancien général de division (ayant enfant). Constaté par moi, Frédéric-Pierre Lecordier, maire du premier arrondissement de Paris, faisant les fonctions d'officier de l'état civil, sur la déclaration à nous faite par Philippe-Nicolas Beauchet, chef de bureau à la liquidation, âgé de cinquante et un ans, rue de Bourgogne, n°4, dixième arrondissement, et par M. Pierre-Julien Barrier, propriétaire, âgé de cinquante-quatre ans, susdite rue d'Anjou, n°24. Lesquels ont signé avec nous, après lecture faite. Signés : Beauchet ; P.-J. Barrier ; Coste ; Lecordier : officier public. Les originaux des registres paroissiaux et d'état civil à Paris antérieurs à 1860 ont disparu dans les incendies de la Commune de Paris de 1871, mais l'acte a été recopié et est cité dans Étienne Charavay, Le général La Fayette 1757-1834, Paris, 1898, rééd. 1977, page 589.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marie-Antoinette Virginie de La Fayette, marquise de Lasteyrie du Saillant, Vie de Madame de Lafayette; précédée d'une Notice sur la vie de sa mère, Madame la duchesse d'Ayden: 1737-1807, 2e édition, L. Techner fils (Paris), 1869. Lire en ligne.
  • André Maurois, Adrienne ou la vie de Mme de La Fayette, éditions Hachette 1960

Liens externes[modifier | modifier le code]