Adrien de Gasparin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gasparin.
Adrien de Gasparin
Adrien de Gasparin, bronze de Pierre Hébert (1804-1869), fondu en 1942
Adrien de Gasparin, bronze de Pierre Hébert (1804-1869), fondu en 1942
Fonctions
Député du Vaucluse
Élection 1830
Pair de France
Sous-secrétaire d'État à l'Intérieur
Gouvernement Ministère Broglie
Ministre de l'Intérieur
Gouvernement Ministère Molé I
Prédécesseur Camille de Montalivet
Ministère de l'Intérieur
Gouvernement Ministère de transition
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Orange (Vaucluse)
Date de décès (à 79 ans)
Lieu de décès Orange (Vaucluse)
Nationalité Drapeau de la France France française
Père Thomas-Augustin de Gasparin
Mère Marguerite de Serres
Fratrie Augustin de Gasparin
Conjoint Adèle de Daunat
Enfants Paul Joseph de Gasparin
Agénor Étienne de Gasparin
Profession Officier de cavalerie
Religion Protestant

Adrien Étienne Pierre de Gasparin[1] est un agronome, haut fonctionnaire et homme politique français né à Orange (Vaucluse) le et mort dans la même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu de la branche protestante d'une famille d'origine corse, fils de Thomas-Augustin de Gasparin (1754-1793), conventionnel et membre du Comité de salut public, et de Marie-Anne Marguerite de Serre, Adrien de Gasparin embrassa, comme son père, la carrière des armes et fut attaché comme officier de cavalerie à l'état-major du maréchal Murat pendant la campagne de Pologne (1806). Une blessure reçue à Eylau le força à quitter le service.

Il rentra dans sa famille et s'adonna à des études d'agronomie. Il adressa de nombreux mémoires aux Sociétés d'agriculture des départements et à l'Académie des sciences, qui établirent sa réputation dans ce domaine. Il donna notamment des travaux sur Le Croisement des races (1810) et sur La Gourme des chevaux (1811) et vit ses mémoires récompensés à Paris et à Lyon. Il publia une étude sur La Culture de la garance (1815), une Histoire de la ville d'Orange et de ses antiquités (1815), un Manuel d'art vétérinaire (1817), appuyé sur les observations qu'il avait faites dans les dépôts de chevaux malades qu'il avait été chargé d'inspecter durant sa carrière militaire, et un Mémoire sur l'éducation des Mérinos (1823). Son mémoire sur Les Maladies contagieuses des bêtes à laine (1821) remporta le prix de la Société royale d'agriculture, qui couronna également, en 1823, le Guide des propriétaires de biens ruraux affermés (publié en 1829).

Après la Révolution de 1830, Gasparin, qui jusque-là s'était plutôt rangé dans l'opposition à la Restauration, se rallia à la Monarchie de Juillet. Ami intime de François Guizot, comme lui protestant du Midi de la France, il fut élu député le par le 2e collège de Vaucluse (Carpentras) (88 voix sur 152 votants et 208 inscrits) en remplacement de M. Duplessy, démissionnaire. Mais, Guizot, ministre de l'Intérieur jusqu'en novembre 1830, lui donna des fonctions administratives qui ne lui permirent pas de prendre part aux travaux parlementaires.

Gasparin fut successivement préfet de l'Isère (), de la Loire (1831), député du Vaucluse et préfet du Rhône (novembre 1833). Il était en poste à Lyon au moment de la révolte des Canuts d'avril 1834. Le 9 avril, il déploya la troupe dans toute la ville et engagea une répression brutale, qui fut aussi l'occasion de frapper les républicains et de démanteler leurs réseaux. Il fut accusé par ces derniers d'avoir laissé grandir l'insurrection pour mieux la réprimer : « On a dit, écrit Louis Blanc dans l’Histoire de Dix ans, et c'est moins contre le lieutenant général Aymard[2] que contre M. de Gasparin que l'inculpation a été dirigée, que, pour ajouter à l'importance de sa victoire, le pouvoir avait prolongé volontairement le combat ; que, dans ce but, il avait renoncé à des positions qui n'étaient point menacées ; que, résolu à terrifier Lyon et la France, il n'avait point empêché, le pouvant, des calamités superflues ; que c'était pour rendre les républicains odieux aux propriétaires qu'il avait déclaré la guerre aux maisons, abusé de l'incendie, imposé aux soldats une prudence féconde en désastres, et donné aux moyens de défense les proportions de sa haine plutôt que celles du péril. »

En récompense de son zèle, Gasparin fut fait pair de France le , mais il continua à administrer le département du Rhône jusqu'à sa nomination, le , aux fonctions de sous-secrétaire d'État à l'Intérieur dans le ministère Broglie. S'il ne fit pas partie du ministère Thiers, dont les doctrinaires avaient été écartés, Guizot le fit ensuite nommer ministre de l'Intérieur dans le ministère Molé le . Il ne se fit guère remarquer par son talent oratoire à la tribune de la Chambre, mais soutint néanmoins la discussion du projet de loi municipale et prépara un projet de loi sur les prisons que la chute du ministère, le , ne lui permit pas de mener devant le parlement. Il réalisa toutefois différentes réformes dans l'organisation des hospices, la législation sur les aliénés, et le régime des prisons. Il supprima la chaîne des forçats et décida que le transfert aux bagnes s'effectuerait désormais dans des voitures fermées.

Dans le ministère de transition du , Gasparin fut nommé de nouveau ministre de l'Intérieur et chargé de l'intérim du ministère des Travaux publics, de l'Agriculture et du Commerce. Le retour aux affaires du maréchal Soult, le , en éloigna Gasparin. Il fut admis à l'Académie des sciences le , en remplacement de Turpin dans la section d'économie rurale.

Après la Révolution de 1848, il se retira définitivement de la vie publique et reprit ses travaux agronomiques. Le ministre de l'Agriculture Charles Gilbert Tourret lui offrit la direction du nouvel Institut national agronomique de Versailles, qu'il refusa d'abord, puis finit par accepter sur les instances de M. Schneider (1851) ; mais cette institution fut bientôt supprimée par un décret du .

Au début de 1852, Napoléon III pressentit Adrien de Gasparin pour entrer au Sénat, mais il refusa après le décret du sur les biens de la maison d'Orléans. Il vécut retiré dans sa ville natale et mourut en 1862.

Il était membre de la Société centrale et du Conseil central d'agriculture, et président du Comité historique des arts et monuments.

Sa statue de bronze fut élevée par souscription nationale et inaugurée le à Orange sur le cours Saint-Martin (actuel cours Aristide Briand), où la famille de Gasparin avait son château, construit en 1787 et démoli vers 1910 par la ville, qui l'avait acheté. Transférée dans le parc en 1931, cette statue fut enlevée en mai 1942, pour être fondue.

Famille[modifier | modifier le code]

  • Thomas-Augustin de Gasparin (1754-1793), général de brigade, marié à Marie-Anne Marguerite de Serres
    • Adrien Étienne Pierre de Gasparin, marié à Rosalie Adèle de Daunant, fille de Paul Guillaume de Daunant, sœur d'Achille de Daunant, ami de François Guizot, et de Laure de Daunant, dont il a eu :
    • Augustin de Gasparin (1787-1857) marié à Laure de Daunant
    • Anne Cécile de Gasparin (1784-1807) mariée en 1805 à Jean César Dumas (1779-1866), d'où :
      • Alphonse Dumas (1806-1884) marié en 1838 à Augustine Valz
      • Adrien Dumas
    • Adeline de Gasparin (1786-1871) mariée en 1810 à François Forel (1780-1865), d'où :
      • Cécile Forel mariée à Jean Lombard,
      • François Forel marié à Adèle Morin.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Le Croisement des races, 1810
  • La Gourme des chevaux, 1811
  • La Culture de la garance, 1815
  • Histoire de la ville d'Orange et de ses antiquités, Orange : J. Bouchony, 1815, in-12
  • Manuel d’art vétérinaire, à l’usage des officiers de cavalerie, des agriculteurs et des artistes vétérinaires, Paris : Jean-Jacques Paschoud, et Genève : même maison de commerce, 1817, in-8°, XXIV-519-48 p
  • Des Petites propriétés considérées dans leurs rapports avec le sort des ouvriers, la prospérité de l'agriculture et la destinée des États, Paris : P. Mongie aîné, 1820, in-8°
  • Les Maladies contagieuses des bêtes à laine, Paris : Mme Huzard, 1821, in-8°
  • Mémoire sur l'éducation des Mérinos, comparée à celle des autres races de bêtes à laine, 1823 [lire en ligne]
  • Guide des Propriétaires de biens ruraux affermés, Paris : Mme Huzard, 1828, 471 p. ; Paris : Impr. de E. Duverger, Librairie agricole de la Maison rustique, 1844, 471 p. ; 2e éd., Paris : Dusacq, 1851, in-18, 383 p., et 1853, in-18, 162 p. ; 3e éd., Paris, Dusacq, 1862, in-16, 216 p[3].
  • Observations sur l'ouvrage de M. Mathieu de Dombasle intitulé : ″des Impôts dans leurs rapports avec la production agricole″, Paris, Mme Huzard, 1829 (Extrait des Annales administratives et scientifiques de l'agriculture française, tome III, 3e série), in-8°
  • Recueil de mémoires d'agriculture et d'économie rurale, Paris : Mme Huzard, 1829-1841, 3 vol. in-8°
  • Mémoire sur le métayage, Lyon : Impr. de J.-M. Barret, 1832, in-8°
  • Considérations sur l'extension de la culture des mûriers, Lyon : Impr. de J.-M. Barret, 1833, in-8° [lire en ligne]
  • Mémoire sur la valeur des engrais, Paris : Impr. de la Veuve Bouchard-Huzard, 1842, in-8° (extrait des Mémoires de la Société royale et centrale d'agriculture)
  • Cours d'agriculture, Paris : au bureau de la Maison rustique, 1843-1848, 6 vol. in-8° ; 2e éd., Paris, 1846-1860, 6 vol. in-8° ; 3e éd., Paris, [lire en ligne 1845, tome 1] ; [1844, tome 2] ; [1851, tome 5]
  • Considérations sur les subsistances, Paris : Dusacq (extrait du Journal d'agriculture pratique et de jardinage, mai 1847), in-8°)
  • Guide des propriétaires de biens ruraux affermés, Paris : Dusacq, 2e édition, 1851, in-18 [lire en ligne]
  • Guide des propriétaires des biens soumis au métayage, Paris, Dusacq, 2e édition, 1853, in-18 [lire en ligne]
  • Principes de l'agronomie, Paris : Dusacq, 1854, in-8° [lire en ligne]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il se dit « comte » après son élévation à la pairie (1834), mais sans avoir pour autant été anobli.
  2. gouverneur militaire de Lyon
  3. Florian Reynaud, Les bêtes à cornes (ou l'élevage bovin) dans la littérature agronomique de 1700 à 1850, Caen, thèse de doctorat en histoire, 2009, annexe 2 (4. 1828)
  4. « Gasparin, Adrien Etienne Pierre de », base Léonore, ministère français de la Culture

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

  • « Adrien de Gasparin », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]
  • Casimir-François-Henri Barjavel, Dictionnaire historique, biographique et bibliographique du département du Vaucluse, imprimerie L. Devillario, Carpentras, 1841, tome 2, G-Z, p. 5-7 (lire en ligne)
  • Léonce de Lavergne, Éloge historique du comte de Gasparin, Extrait des Mémoires de la Société impériale et centrale d'agricultire de France, 1862 (lire en ligne)
  • Antonio Saltini, Storia delle scienze agrarie, t. III, L'età dei concimi industriali e della macchina a vapore, Edagricole, Bologna 1987, 173-277

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]