Adrien Marie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Adrien Marie
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
CadixVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Parentèle
Émile Bayard (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
signature d'Adrien Marie
signature

Adrien Emmanuel Marie (Neuilly-sur-Seine, -Cadix, ), est un graveur, illustrateur, peintre et voyageur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Giuseppe Verdi conduisant l'orchestre de l'opéra à la première représentation de Aïda à Paris en 1880 par Adrien Marie

Élève de François Pannemaker à l'école de gravure sur bois de Cabasson puis de Émile Bayard (dont il épousera plus tard la fille) pour l'Illustration , il est élève d'Isidore Pils à l'École des beaux-arts.

Il commence sa carrière d'illustrateur chez Lacroix en 1862 avec Les Misérables de Victor Hugo. En 1869, chez Alexandre Houssiaux, il illustre Les Lettres de mon moulin d'Alphonse Daudet et en 1874 La Fille de Carilès de Joséphine Colomb chez Hachette. La même année, il dessine seize illustrations pour Un hivernage dans les glaces de Jules Verne publié chez Hetzel[1] et deux dessins pour Un drame dans les airs qui paraissent sous le nom de son beau-père Émile Bayard.

Pour L'Illustration, il suit le la représentation du Docteur Ox au Théâtre des Variétés. Son estampe fait alors la page de titre du magazine[2]. C'est vraisemblablement dans ces années-là (vers 1874-1878) qu'il produit un portrait au crayon d'un Jules Verne de profil[3].

À Londres par Adrien Marie, Paris-Noël, 1886

En 1880, on lui doit aussi des estampes pour l'adaptation théâtrale de Michel Strogoff. Devenu un illustrateur prolifique de la presse française et londonienne, il produit de nombreux dessins, des estampes et des peintures. En 1884, il s'associe à Bayard pour les illustrations des Contes choisi de Daudet et suit pour Le Monde illustré, Music & Drama et L'Illustration, la saison théâtrale. Il illustre le reportage de James Tissot sur Londres pour le ''Paris-Noël'' de 1886-1887.

Adrien Marie effectue de nombreux voyages en parallèle de sa carrière d'illustrateur et laisse des toiles issus de ses périples. Ainsi, Giuseppe Verdi conduisant l'orchestre de l'opéra à la première représentation de Aïda à Paris en 1880 ou Un instant de beauté qui représente une geisha en pleine séance de maquillage.

Son aquarelle Antibes, époque des orangers (1883) est, en outre, dédicacée à Jules Hetzel et il est l'auteur de dessins sur une ascension qu'Hetzel fils effectua avec Gaston Tissandier accompagnant un article anonyme du Monde illustré du [4]. Par ailleurs, on lui doit des scènes historiques telles Bacchanale au-dessus de la mer ou Le passage des Alpes par Hannibal ainsi que des paysages comme Vaches au bord de la rivière et il expose au Salon de Paris en 1866, 1881 et 1889.

En 1891, il décide de participer pour L'Illustration à la mission de Henri-François Brosselard-Faidherbe en Guinée française, mission dont l'objectif est d'étudier la possibilité de tracer une voie ferrée à travers le pays. Il est accompagné du journaliste du magazine Félix Dubois. Ils partent alors de Benty sur la Mellacorée et remontent la Grande-Scarcie (actuelle Sierra-Leone) puis atteignent Falaba où ils se trouvent bloqués par Samory et doivent faire demi-tour. Ils parviennent néanmoins à cartographier plus de vingt mille kilomètres carrés et à ébablir l'itinéraire ferroviaire de Benty à Farana.

Rentrés épuisés et malades, Brosselard et Marie meurent des suites de ce voyage, le premier à Coutances le et le second à Cadix le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le contrat signé l'est pour 17 dessins. Un dessin est donc inédit ou n'a pas été fourni (voir Alexandre Tarrieu, op. cit en Bibliographie, note de la rédaction, p. 28
  2. L'Illustration no 1771 du 3 février 1877. Cette estampe est reproduite dans le Bulletin de la Société Jules Verne no 189, août 2015, p. 2
  3. Philippe Burgaud, Un Voyage en ballon, in Revue Jules Verne no 37, 2013, p. 154-156
  4. Alexandre Tarrieu, op. cit en bibliographie, p. 37

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henri Demesse, Adrien Marie in La Galerie contemporaine, 5e année, 1880, non paginé
  • Alexandre Tarrieu, Adrien Marie (1848-1891), Bulletin de la Société Jules Verne no 195, , p. 28-32 (avec photographie de l'artiste p. 29) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :