Adrian Păunescu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Adrian Păunescu
Description de cette image, également commentée ci-après
Păunescu en juillet 2009
Naissance
Copăceni, Bălți (Roumanie)
Décès (à 67 ans)
Hôpital Floreasca, Bucarest (Roumanie)
Nationalité Drapeau : Roumanie Roumaine
Profession
Formation
Faculté de lettres de Bucarest

Adrian Păunescu ( à Copăceni, Bălți — actuelle République de Moldavie — à Bucarest) est un journaliste et homme politique roumain d'origine moldave, d'abord communiste, ensuite nationaliste ; il publia également des romans et des poèmes.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1973, sur instructions du Parti communiste roumain il crée le cénacle « La Flamme » (Cenaclul Flacăra (ro)), mouvement de jeunesse à la fois communiste et littéraire qui durera jusqu'en 1989[1]. Écrivain prolifique (plus de 50 ouvrages[2]). Sa poésie, sentimentale et mélancolique, plaisait d'autant plus qu'il prenait des libertés d'expression que d'autres poètes n'auraient pas pu se permettre, cette liberté lui étant concédée en raison de son statut de laudateur quasi officiel des époux Nicolae et Elena Ceaușescu[3].

Après la chute de la dictature en 1989 il se revendiqua, ainsi que toute la nomenklatura, comme nationaliste et chrétien : à ce titre il intervint à la télévision roumaine plusieurs fois par semaine dans un style revendiqué comme populiste[3]. Bien qu'il lui soit reproché son passé de thuriféraire du régime communiste, il resta populaire auprès des publics qui avaient profité de la dictature et la regrettaient[3]. Le quotidien roumain România Liberă (en) l'a qualifié de « poète de cour de Ceaușescu, considéré comme un héros par le beauf de base tandis que les intellectuels contestent sa valeur tant morale que littéraire et affirment que par ses outrances, Păunescu a continué à servir les intérêts de la nomenklatura, a dégrader l'image du pays à l'étranger et à égarer les électeurs dans les marais nauséabonds du chauvinisme »[4].

Il est aussi en 1996 le candidat du PSM à l'élection présidentielle[4]. Il y remporte 0,7 % des suffrages exprimés.

Dans ses condoléances, le président roumain Traian Băsescu le crédite d'avoir aidé une génération de jeunes artistes[3]. Păunescu est inhumé dans le « carré des célébrités » du Cimetière Bellu de Bucarest le , après des obsèques quasi-nationales[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Lucia Dragomir, « Poésie idéologique et espace de liberté en Roumanie », Terrain. Revue d’ethnologie de l’Europe,‎ , p. 63–74 (ISSN 0760-5668, DOI 10.4000/terrain.1635, lire en ligne, consulté le 26 mars 2016)
  2. (ro) « Tiraj-record de cărţi pentru un poet român în viaţă », sur jurnalul.ro, (consulté le 26 mars 2016)
  3. a b c et d (en) The Associated Press, « Adrian Paunescu, Romanian Poet, dies at 67 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 26 mars 2016)
  4. a b et c (ro) « Cum a ajuns Adrian Păunescu erou », sur RomaniaLibera.ro, (consulté le 26 mars 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens officiels[modifier | modifier le code]

  • (ro) Păunescu sur Blogspot (blog officiel)
  • (ro) Păunescu sur AdrianPaunescu.ro (site officiel)

Écrits[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]