Adriaen van der Werff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Van der Werff.
Adriaen van der Werff
Adriaen van der Werff- Self portrait.jpg
Autoportrait (1699)
Rijksmuseum
Naissance
Décès
Activités
Lieux de travail
Fratrie

Adriaen van der Werff, né le à Kralingen et mort le à Rotterdam, est un peintre, sculpteur et architecte néerlandais qui peint, le plus souvent en petite dimension, des scènes historiques, des scènes de la vie privée et des portraits.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un meunier, il étudie auprès du portraitiste Cornelis Picolet vers 1668-1670 et auprès d'Eglon van der Neer de 1671 à 1676.

Il devient un maître indépendant à Rotterdam en 1676 et produit de petits portraits et des scènes de genre d'un style très fini, évoquant des artistes comme Dou, Metsu, Frans Mieris ou Ter Borch. Comme Eglon van der Neer, il se concentre sur d'élégants costumes et de riches intérieurs qu'il embellis souvent de sculptures classiques. Par son mariage en 1687, il peut accéder aux collections et gravures de Nicolaes Anthonis Flick, tuteur de sa femme. Cela a approfondi ses connaissances des classiques, de l'art de la Renaissance et des baroques français et italiens. Flick l'a introduit auprès d'autres collectionneurs tels que Jan Dix, et auprès de l'érudit Philip de Flines, cofondateur en 1669 avec Gérard de Lairesse, de la société classique littéraire, Nil Volentibus Arduum. C'est à cette époque que Van der Werff adopte les sujets mythologiques classiques pour lequel il est connu.

En 1691 en en 1695 il devient doyen de la Guilde de Saint-Luc de Rotterdam. En 1696, son travail attire l'attention de Jean-Guillaume de Neubourg-Wittelsbach, Electeur Palatin qui achète son Enfants jouant devant une statue d'Hercule et lui commande un Jugement de Salomon et un autoportrait qui se trouve aux Offices.

Il obtient en 1703 la fonction de peintre de cours à Düsseldorf, résidence de l'électeur palatin, qui lui donne une pension, et l'anoblit. A partir de cette période il réalisa surtout des sujets religieux, peints avec son style toujours aussi méticuleux.

Après la mort de l'Electeur palatin, en 1716, il fut internationalement admiré comme le plus important peintre hollandais de l'époque et ses tableaux atteignirent de son vivant, des prix élevés[1]. Mais au XIXe siècle on l'accusa d'avoir trahi la tradition naturaliste hollandaise.

Son frère, Pieter van der Werff (1661–1722), est son principal élève et assistant.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur du tableau Adam et Eve devant le corps d'Abel (musée de Turin), peinture qui fut gravée vers 1776 par Carlo Antonio Porporati (1741-1816) et dédicacé à Marie-Joséphine de Savoie (1753-1810), épouse de Louis XVIII.

  • Bergers et bergères (1696), huile sur toile, 47 × 38 cm, Wallace Collection, Londres[1]
  • Autoportrait avec le portrait de son épouse Margaretha van Rees et de sa fille Maria (1699), huile sur toile, 81 × 65 cm, Rijksmuseum, Amsterdam[2]
  • Adoration des bergers (1703), huile sur bois, 53 × 36 cm, Musée des Offices, Florence[3]
  • Venus et Cupidon (1716), huile sur chêne, 45 × 33 cm, Wallace Collection, Londres[1]
  • Flora et putti jetant des fleurs (ensemble décoratif), huile sur toile, 284 × 189 cm, Château Wilhelmshöhe, Cassel[4]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a b et c (en) Stephen Duffy & Jo Hedley, The Wallace Collection’s Pictures : A complete catalogue, Unicorn Press and Lindsay Fine art, , 400 p. (ISBN 0 906290 38 4), p. 483-484
  2. Autoportrait, Rijksmuseum
  3. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires, (ISBN 2-84459-006-3), p. 548
  4. Flora, Cassel

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :