Adriaen van Nieulandt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adriaen van Nieulandt
Adriaen van Nieulandt - gulden cabinet.png

Portrait gravé d'Adriaen van Nieulandt paru dans Het Gulden Cabinet de Cornelis de Bie (1662)

Naissance
Décès
Activités
Peintre, graveurVoir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Jacob van Nieulandt (d)
Guilliam van NieuwelandtVoir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Jacob van Nieulandt (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Adriaen van Nieulandt le Jeune (1587, Anvers - enterré le 7 juillet 1658, Amsterdam) est un peintre et graveur flamand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Adriaen van Nieulandt l'Ancien, marchand né dans une famille d'artiste d'Anvers[1], et de Geertruyd Loyson et frère de Guilliam van Nieulwelandt II, lui aussi artiste. Sa famille, protestante, s'est probablement installée à Amsterdam en 1589 où Adriaen van Nieulandt le Jeune et ses frères deviennent peintres. Il épouse Catelynken Raes le 19 mai 1609 à Amsterdam, avec laquelle il a 11 enfants[2].

Il est tout à la fois peintre, marchand d'art et courtier à Amsterdam où il reste de 1607 à 1658[2] hormis une courte période entre 1619 et 1620 pour décorer la chapelle du château de Frederiksborg à Copenhague[3]. Lui sont attribués des sujets animaliers, militaires, d'allégories, d'histoire, de paysages, de natures mortes et des portraits[4].

À Amsterdam, Adriaen le Jeune est l'élève de Pieter Isaacsz (en) et de Frans Badens (en) puis est probablement influencé par Carel Badens et Jacob van Nieulandt[2].

Il collabore avec Frans Jansz Post, Paul Vredeman de Vries, Claes Pietersz Lastman, alias Nicolaes Pietersz. Lastman, travaille pour Pieter Isaacsz et a des relations amicales avec Lambert van Twenhuysen, Gerard Thibault et Gottfridt Müller pour son album amicorum[2].

La famille vit à Amsterdam au numéro 5 de Breestraat, quartier d'artistes à cette époque, en face de la maison où réside Rembrandt. Son professeur Pieter Isaacz. a vécu deux maisons plus loin, avant de déménager dans une autre maison dans la rue Sint Antoniesluis[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Nieulandt, aux thèmes profanes et bibliques, sont réparties dans les collections du Rijksmuseum, du musée d' Amsterdam, du musée Frans Hals, de Mauritshuis, du museum de fundatie, de l'Institut Courtauld à Londres et du musée national d'art à Copenhague. Une de ses peintures bien connue est le Barrage en 1604 au cours de la dernière collecte des lépreux à Amsterdam, peinte en 1633 à la demande des régents de la léproserie. Le tableau se trouve maintenant dans une galerie du musée d'Amsterdam Musée[6].

  • Allégorie de la paix sous le règne de Willem II, peinture signée 'Adriaen van Nieulandt Fecit Anno 1650', 136 cm × 105 cm, avec autoportrait du peintre[7]
  • Galatea and Acis, 1651, huile sur canevas 155.5 cm × 201 cm, rijksmuseum[8]
  • Diane et les nymphes dans une caverne[9]
  • Mars et Venus, huile sur canevas, 109x162 cm[10]
  • Vue de Rome, encre et aquarelle sur craie noire, 185x420 mm[11]
  • Joseph vendu par ses frères[12]
  • Salomon et la reine de Saba[13]
  • Moïse et le serpent d’airain[14]
  • Vol sur l'Egypte des anges portant des fruits, estampe[15]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) M. Abelmann, Hans Devisscher, « Willem van Nieulandt II (born 1584), Painter, engraver, writer and Adriaen van Nieulandt (1587 - 1658), Painter, draughtsman, engraver : Grove Art Online - oi », Grove Art Online,‎ (DOI 10.1093/gao/9781884446054.article.t062443, lire en ligne).
  2. a, b, c et d (en) « Adriaen van Nieulandt I, alias: Nieuwelandt », sur www.vondel.humanities.uva.nl (consulté le 8 juin 2017).
  3. (en) Ariane van Suchtelen, Dageraad Der Gouden Eeuw : Noordnederlandse Kunst, 1580-1620, Rijksmuseum (Netherlands), Yale University Press, , 717 p. (ISBN 9780300060164, lire en ligne), p. 312.
  4. (en) « Nieulandt, Adriaen I van (1587 - 1658), Painter, draughtsman : Benezit Dictionary of Artists - », Benezit Dictionary of Artists,‎ (ISBN 9780199773787, lire en ligne).
  5. Steven Nadler, Rembrandt's Jews, University of Chicago Press, 2003, p. 8.
  6. (nl) « #020today: Koppertjesmaandag », sur Hart Amsterdammuseum (consulté le 11 juin 2017)
  7. (nl) Adriaen van Nieulandt (I), « Allegorie op de vredestijd onder stadhouder Willem II », Rijksmuseum,‎ (lire en ligne)
  8. (nl) Adriaen van Nieulandt (I), « Galathea en Acis », Rijksmuseum,‎ (lire en ligne)
  9. « Adriaen I Nieulandt - Artist, Fine Art Prices, Auction Records for Adriaen I Nieulandt », sur www.askart.com (consulté le 11 juin 2017)
  10. (en) « Adriaen van Nieulandt Mars and Venus », sur Sotheby's Art Auctions and Private Sales, (consulté le 11 juin 2017)
  11. (en) « Adriaen van Nieulandt Antwerp 1587 - 1658 Amsterdam », sur Sotheby's Art Auctions and Private Sales, (consulté le 11 juin 2017)
  12. « Joseph est vendu par ses frères de Adriaen Van Nieulandt The Younger (1587-1658, Belgium) », sur fr.wahooart.com (consulté le 11 juin 2017)
  13. « Salomon et la reine de Saba de Adriaen Van Nieulandt The Younger (1587-1658, Belgium) », sur fr.wahooart.com (consulté le 11 juin 2017)
  14. « Moïse et le serpent d airain de Adriaen Van Nieulandt The Younger (1587-1658, Belgium) », sur fr.wahooart.com (consulté le 11 juin 2017)
  15. Adriaen van Nieulandt, « The Rest on the Flight Into Egypt with Putti Bearing Fruit and Disporting », www.galerie-creation.com,‎ 1587-1658 (lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Cornelis de Bie, Het Gulden Cabinet, 1662, p. 146
  • (nl) A. M. Abelmann, Adriaen van Nieulandt à Amsterdam : un catalogue de peintures de Adriaen van Nieulandt : Anvers 1587 - Amsterdam 1658, Rijksuniv. Utrecht, Faculteit der Kunstgeschiedenis, , 211 p. (lire en ligne)
  • (de) Hans-Joachim Raupp, Historien und Allegorien - Volume 4 de Niederländische Malerei des 17, LIT Verlag Münster, , 593 p. (ISBN 9783825822408, lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :