Adriaan van Dis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adriaan van Dis
Adriaan.vanDis.jpg

Adriaan van Dis

Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions
Prix Groenman de la langue (d)
Gouden Uil ()
Médaille d'argent Nipkowschijf (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Adriaan van Dis sig.png

signature

Adriaan van Dis, né en 1946 à Bergen (Pays-Bas), est un écrivain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1946 à Bergen, au nord d’Amsterdam, Adriaan van Dis a grandi dans une famille métissée rapatriée d’Indonésie. Son père, sous-officier de l’armée coloniale, invalide de guerre vivant dans ses souvenirs, a durablement marqué sa sensibilité.

Après des études de néerlandais à Amsterdam et (ce qui est plus rare) d’afrikaans dans la région du Cap en Afrique du Sud, Adriaan van Dis a opté pour l’écriture après un détour par le militantisme anti-apartheid et le journalisme littéraire.

Grand connaisseur de l’Afrique, sincèrement engagé en faveur du Sud, il se fait d’abord connaître comme auteur de voyage (Sur la route de la soie ; La Terre promise ; En Afrique). Son œuvre se développe ensuite en une majestueuse série d’autofictions où il dénoue les fils d’une identité multiculturelle, à travers une écriture raffinée : Les dunes coloniales, qui a reçu deux prix littéraires importants, Dubbelliefde (Amour double), Familieziek (Fichue famille) et De wandelaar (Le promeneur).

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Sur la route de la soie, traduit par Marie Hooghe, éd. Actes Sud, 1990.
  • La Terre promise, traduit par Georges-Marie Lory, éd. Actes Sud, 1993.
  • En Afrique, traduit par Nadine Sabile, éd. Actes Sud, 1993.
  • Les Dunes coloniales, traduit par Marie-Claire Cécilia, éd. Actes Sud, 1999.
  • Années tropicales, traduit par Mike Sens, International Theatre & Film Books, 2000.
  • Vin de palme, traduit par Anne-Marie de Both-Diez, éd. Gallimard, 2000.
  • Fichue famille, traduit par Daniel Cunin, éd. Gallimard, 2003.
  • Le Promeneur, traduit par Daniel Cunin, éd. Gallimard, 2008
  • Tête à crack, traduit par Daniel Cunin, éd. Actes Sud, 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]