Adoucisseur d'eau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2010).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

image illustrant l’eau
Cet article est une ébauche concernant l’eau.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Un adoucisseur d'eau est un appareil qui réduit la dureté de l'eau en réduisant la quantité de calcaire (carbonates principalement de calcium et de magnésium) en suspension dans l'eau. Il existe deux types d'adoucisseurs principaux selon les techniques utilisées, l'adoucisseur à résine et celui au CO2. Il faut faire attention à ne pas confondre un adoucisseur et un « anti-tartre », qui ne supprime pas le calcaire.

Adoucisseur pour une villa familiale

Mesure de la dureté de l'eau[modifier | modifier le code]

La dureté de l'eau ou titre hydrotimétrique (TH), s'exprime en degré français (°f) ou en ppm et mesure la quantité de carbonates de calcium et de magnésium en solution dans l'eau. Il ne faut pas la confondre avec le pH qui est le potentiel hydrogène qui mesure l’acidité ou la basicité d'un liquide. La dureté de l'eau varie d'une ville à l'autre selon les points de captage pour la production d'eau potable.

L'eau est dite « douce » en dessous de 15 °f et « dure » ou « chargée » au-delà de 25 °f (voir la plage de valeurs du titre hydrotimétrique).

Les normes NF proposaient un réglage entre 12 °f et 15 °f en TH résiduel. Aujourd'hui les normes CE n'imposent aucun réglage. Les professionnels de l'adoucissement recommandent un réglage entre 6 °f et 8 °f [réf. nécessaire]. Il est par ailleurs déconseillé de descendre à 0 °f, bien que dans certaines régions, comme le Massif central, l'eau soit naturellement très douce (avoisinant 0 °f). L'eau adoucie n'est pas une eau naturellement douce.

Fonctionnement d'un adoucisseur à résine[modifier | modifier le code]

Un adoucisseur à résine, technique traditionnelle, fonctionne grâce à des billes de résine sur lesquelles sont fixés des ions sodium (Na+). Les ions calcium (Ca2+) de l'eau dure sont échangés lors de leur passage sur la résine par des ions Na+. Lorsque tous les ions Na+ de la résine sont consommés, il faut régénérer l'adoucisseur. On lui apporte alors une solution saturée en sel (chlorure de sodium NaCl) riche en ions Na+. De leur côté, les ions calcium (Ca2+) sont évacués à l'égout avec les eaux de rinçage.

À chaque étape du processus, de l'eau est rejetée à l'égout, environ 10% de l'eau consommée pour certains appareils, 8 à 9 % pour d'autres ce qui entraîne une consommation supplémentaire. Les adoucisseurs "nouvelle génération" sont plus économes en eau rejetée (2,8 %)[réf. nécessaire] comme les adoucisseurs sans électricité à régénération instantanée.

En sortie d'appareil, un régulateur de dureté va permettre le bon rééquilibrage du taux de calcaire.

Effet du sodium sur la santé[modifier | modifier le code]

De par son fonctionnement, un adoucisseur à résine augmente la teneur en sodium de l'eau. Certains estiment que cette augmentation de la teneur en sodium n'est cependant pas considérée comme suffisante pour empêcher la consommation de l'eau adoucie[1]. D'autres estiment que toute augmentation, même minime, est mauvaise pour la santé. Certains installateurs conçoivent un circuit d'eau indépendant de l'adoucisseur pour l'eau potable à boire pour palier cet inconvénient-.

Fonctionnement d'un adoucisseur au CO2[modifier | modifier le code]

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2015).
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [Comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Un adoucisseur au CO2, technique assez nouvelle, est un appareil qui injecte du CO2 dans l'eau, de façon proportionnelle au débit. Ce CO2 va entrer en réaction avec l'eau et le calcaire, donc les carbonates de calcium et magnésium, en transformant ceux-ci en bicarbonates de calcium et magnésium, solubles dans l'eau[2], tout ceci sans déminéraliser l'eau. Bien réglé, tous les carbonates et donc le calcaire sont transformés. Il n'y a donc plus de calcaire dans l'eau. Néanmoins, tous les minéraux sont conservés. L'eau devient totalement douce, respecte la peau, la santé et les installations. Le dosage du CO2 permet de régler avec précision le pH de l'eau en le rendant plus neutre (7,0)[3].

À la différence du système à résine, l'eau ne stagne pas (risque bactériologique) et ne contient pas de sodium (composant du sel), généralement mauvais pour la santé et corrosif.

Ce système ne nécessite ni régénération ni maintenance et ne provoque aucun rejet ni surconsommation. Au contraire, il recycle le CO2 produit par l'industrie. Les minéraux sous forme de bicarbonates sont assimilables par l'organisme[réf. à confirmer][4] (plus digestes) ce qui n'est pas le cas des carbonates, ne s'incrustent pas et ne se transforment pas en tartre.

L'eau ainsi adoucie peut être bue sans danger pour la santé.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mayo Clinic, Water softeners and sodium, 18 janvier 2000
  2. (en) PETER W. HART*, GARY W. COLSON, JEFFERY BURRIS, « APPLICATION OF CARBON DIOXIDE TO REDUCE WATER-SIDE LIME SCALE IN HEAT EXCHANGERS », J-FOR Journal of Science & Technology for Forest Products and Processes, no VOL.1, NO.2,‎ , p. 68 ([Colone%202%20Ligne%201 lire en ligne])
  3. (en) Scholze, R.J., Prakash, M.T., Rainwater, K., and Harwood, J., « Application of Carbon Dioxide Treatment to Manage Scale in a Building Potable Water System », USA-CERL Technical Report,‎
  4. Nicolas Palangié, « Bicarbonate », Eyrolles,‎ , p. 2 (ISBN 978-2-212-55144-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]