Adolphe Boisse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Boisse (homonymie).
Adolphe Boisse
Fonctions
Député
Sénateur de la Troisième République
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
RodezVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieu de travail
Activités

Adolphe André Marie Boisse, né à Rodez, en Aveyron, le et mort le dans la même ville, est un homme politique et un ingénieur civil français..

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses origines familiales[modifier | modifier le code]

Adolphe Boisse est né le à Rodez, place du Bourg, dans la maison[1] de l'Annonciation[2]. Il est le fils de Jean André François Boisse et de Marie Madeleine Julie Carcenac. Sa famille[3], originaire du Quercy, a occupé un rang important à Rodez dès le XVIIIe siècle, ses ancêtres y occuperont des charges d'avocat en parlement et de procureur du roi au sénéchal et présidial de Rodez. Jean-François Boisse sera également premier consul du bourg de Rodez en 1758 et seigneur de plusieurs fiefs. Au XIXe siècle, Émile Boisse de Black sera contre-amiral, Yvonne Boisse de Black sera géologue.

La famille Boisse porte pour armes : D'argent au chevron de gueules accompagné en pointe d'une tasse de même[4] (enregistrées en 1701)

Sa carrière[modifier | modifier le code]

En 1832 Adolphe Boisse est admis à l'École royale des mines d'où il sort en 1835 avec le titre d’ingénieur.

Dès 1836, il est nommé à la direction des mines de Carmaux. Il développe les mines en n’ayant de cesse que de travailler à l’amélioration de la sécurité des mineurs. Inventeur, il met au point un appareil respiratoire de type scaphandre[5] pour permettre aux équipes de sauvetage de pénétrer dans les mines remplies de gaz irrespirables. Il construit une pompe en eau de la chaudière des machines à vapeur dans le but de supprimer les explosions aux conséquences catastrophiques. À ces fonctions s'ajouteront celles de directeur général des chemins de fer de Carmaux à Albi ; cette ligne ferroviaire ne servait qu'au transport du charbon. Il se charge également du tracé de la ligne Rodez-Toulouse.

Il épousera en 1846 Justine Dauban.

Il est aussi membre fondateur, vice-président (1863-1869) et président (1869-1892) de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron[6], vice-secrétaire de la Société centrale d'agriculture de ce département, membre de l'Institut des provinces, de la Société géologique de France et de la Société parisienne d'histoire et d'archéologie. Travailleur infatigable et esprit méthodique et curieux, Adolphe Boisse s’intéresse à de nombreux sujets comme l'archéologie, la météorologie, l'étude de météores, la géologie, les questions agricoles. C'est lui qui introduira dans le département la technique du chaulage agricole.

La somme de ses travaux d'exploration géologique de l'Aveyron a été consacrée par la création à Bozouls, où il possédait le château du Colombié, de « Terra Memoria », musée destiné à la vulgarisation des connaissances sur l'évolution des paysages.

Ses mandats politiques[modifier | modifier le code]

Adolphe Boisse[7] fut député de l'Aveyron de 1871 à 1876 puis sénateur[8] de 1876 à 1885.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aussi appelée maison Boisse
  2. Cette maison. a été construite en 1554 par François d'Ardennes.
  3. On peut lire dans la Revue du Rouergue, année 1986, pages 39 à 56 : Jean-François Boisse, avocat en parlement, époux de Marie de Black, fille de noble Charles de Black, gentilhomme d'origine écossaise, écuyer de Mgr de Lusignan. Jean-François Boisse, fils du précédent, avocat en parlement, conseiller procureur du roi au sénéchal et présidial de Rodez, premier consul du bourg en 1758, seigneur de la Maurinie, coseigneur de Rinhac, Vors et Moyrazès. Jean-André-François Boisse, (+ 1821) procureur du roi à Rodez en 1783, le 24 juillet 1789 il prononce en cette qualité le discours d'ouverture de l'assemblée de la noblesse de la sénéchaussée de Rodez et bailliage de Millau, nommé en 1812 juge au tribunal de Rodez. Il était marié à Julie Carcenac de Bourran et propriétaire de la maison Renaissance dite de l'Annonciade, qu'il habitait, place du Bourg, à Rodez. Adolphe Boisse, fils du précédent, qui fait l'objet de la présente notice, marié à Foy-Louise-Justine Dauban. Émile Boisse de Black (né en 1848 à Blaye-les-Mines), fils du précédent, contre-amiral, ancien commandant du croiseur-cuirassier Jeanne-d'Arc. Marié à Mathilde Cahuzac (1856 - 1905), qui lui a donné huit enfants, dont : Jeanne Boisse de Black, mariée à Pierre Marty (1868-1940), demeurant au château de Caillac, archéologue et géologue. Yvonne Boisse de Black (Aurillac 1892 - Boulogne-Billancourt 1989), géologue, auteur de plusieurs publications estimées, mariée à Joseph du Chouchet (1886 - 1979), officier. Germaine Boisse de Black, mariée au général Gaston de Butler (1880 - 1978), ils habitaient au château de Kermaria à Morlhon.
  4. En réalité un boisseau.
  5. Musée du scaphandre Espalion.
  6. Procès-verbaux des séances de la Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, 1er mars 1896
  7. Site de l'Assemblée nationale
  8. Site du Sénat

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Notice sur de nouveaux appareils gnomoniques pour le tracé mécanique des cadrans solaires, ed.impr. de N. Ratery, 1849.
  • Recherches sur le gisement des minerais métalliques dans l'Aveyron, ed. Ratery, 1858.
  • Recherches sur l'histoire, la nature et l'origine des aérolithes, ed. Ratery, 1850.
  • Esquisse géologique du département de l'Aveyron, ed.Imprimerie nationale, 1870. (médaille d’argent du Congrès scientifique de France en 1874) [lire en ligne]
  • L’Atlas physique et statistique de l’Aveyron, 1870. (médaille d’argent du Congrès scientifique de France en 1874)

Sources[modifier | modifier le code]

  • « Adolphe Boisse », dans Robert et Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, [détail de l’édition]
  • « Adolphe Boisse », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  • Revue du Rouergue, Cent cinquante ans d'une académie de province. La Société des lettres, sciences et arts de l'Aveyron, année 1986, pages 39 à 56

Liens externes[modifier | modifier le code]