Adolph Ochs

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adolph Ochs
CAB 1918 Ochs Adolph S.jpg

Adolph Ochs

Informations générales
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 77 ans)
ChattanoogaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
éditeurVoir et modifier les données sur Wikidata
CAB 1918 Ochs Adolph S signature.png

signature

Adolph Simon Ochs (né le 12 mars 1858– mort le 8 avril 1935) était le premier propriétaire du journal américain New York Times.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents, Julius et Bertha Levy Ochs, étaient des immigrés juifs allemands installés à Cincinnati, dans l'Ohio. La famille déménagea ensuite à Knoxville dans le Tennessee à cause de l'engagement sudiste de la mère pendant la Guerre de Sécession. Ochs commença à travailler dans l'édition à l'âge de 11 ans, en tant qu'assistant dans l'imprimerie du journal Knoxville Chronicle.

En 1896, il devient propriétaire du New York Times, qui était alors fortement endetté, avec un passif de 300 000 dollars, des pertes annuelles de 2 500 dollars et n'avait plus qu'un tirage quotidien de 9000 exemplaires[1].

Successeurs[modifier | modifier le code]

Sa fille Iphigene Bertha Ochs a épousé Arthur Hays Sulzberger (1891-1968), qui a été l'éditeur du New York Times de 1935 à 1961, faisant passer au cours de ces 26 ans le tirage de 465 000 à 713 000 exemplaires quotidiens. Leur fils Arthur Ochs Sulzberger a repris le contrôle du journal, qui a ensuite été légué à son fils Arthur Ochs Sulzberger, Jr..

Plus de 115 ans après son investissement dans le journal, les héritiers d'Adolph Ochs ont conservé le contrôle du New York Times grâce à un système d'actions sans droit de vote : même s'ils n'ont qu'une toute petite minorité du capital, ils détiennent via le Trust familial Ochs-Sulzberger 98 % des actions de classe B, les seules détentrices d'un droit de vote. La grande majorité des autres actionnaires détiennent des actions de classe A, partiellement dépourvues de droit de vote, et assorties en compensation d'autres privilèges sur le plan purement financier[2].

Pour « empêcher les divisions internes et les prises de pouvoir externes »[2], le système mis en place prévoit qu'au moins 6 des 8 administrateurs doivent leur donner leur accord avant toute modification des statuts du journal.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Liens Références[modifier | modifier le code]