Adja Rose Basse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Adja Rose Basse est une militante sénégalaise pour l'indépendance, membre de la Section française de l'Internationale ouvrière et du Bloc démocratique sénégalais, morte le [1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

D'abord membre de la SFIO, Adja Rose Basse deviendra vice-présidente de l'Union des femmes du Sénégal (U.F.S.)[3].

Elle s'initie à la politique en 1946 auprès de Lamine Gueye au sein du parti socialiste. En tant que syndicaliste, elle est identifiée par Gueye comme fondatrice du Mouvement des femmes travailleuses du Sénégal[4],[5].

En juillet 1958, elle assiste au nom de l'UFS au congrès du Rassemblement démocratique africain (RDA) à Cotonou au Bénin. Elle y réclame l'indépendance immédiate et totale plutôt qu'une communauté européenne. Basse est parmi les porteurs de pancartes[6] avec d'autres femmes de l'UFS face au général de Gaulle venu à Dakar le 26 août 1958[7].

Elle représente les femmes sénégalaises au séminaire des femmes africaines à Ibadan, au Nigéria en 1960.

À la création de l'Union Progressiste Sénégalaise (l'UPS), elle est la seule femme membre du bureau exécutif provisoire en 1958. Elle y occupe le poste de secrétaire à la propagande[8].

Alliée de Mamadou Dia, elle est emprisonnée en 1963 suite à la crise politique de 1962 opposant Dia et Senghor. Après quelques années sans militer, à la retraite elle s'intéresse à des associations musulmanes[3].

Adja Rose Basse meurt le 31 octobre 2005.

Références[modifier | modifier le code]

  1. A. Thiam, « Sénégal: Décès d'Adja Rose Basse : une des pionnières en politique s'en est allée », Le Soleil,‎ (lire en ligne).
  2. « https://fr.allafrica.com/stories/200511090541.html »
  3. a et b DIA Aissatou Sow« L’évolution des femmes dans la vie politique sénégalaise de 1945 à nos jours », Mémoire de Maîtrise, Université Ch. A. Diop, Dakar, 1995 http://www.codesria.org/IMG/pdf/m_sow_dia_aissatou.pdf?6165/b5d94f99ed17a298dd2737b906ba51e08bd69988
  4. Ndeye Sokhna Gueye, Mouvements sociaux des femmes au Sénégal, CODESRIA, , 190 p. (muse.jhu.edu/book/55813), p.6.
  5. « Mouvements sociaux des femmes au Sénégal », sur unesdoc.unesco.org (consulté le 6 août 2020), p.17
  6. « Le général de Gaulle : Si les porteurs de pancartes veulent l'indépendance qu'ils la prennent le 28 septembre », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 6 août 2020)
  7. EM D, « LES MAMANS DE L’INDEPENDANCE DE DIABOU BESSANE : Les zones d’ombre de l’histoire politique sénégalaise soulevées », sur Xibar.net - L'oeil critique du Sénégal (consulté le 27 juillet 2020).
  8. Abdoulaye Ly, Les regroupements politiques au Sénégal, Karthala, 1992, 444 p. (ISBN 978-2869780071), p. 142.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]