Adhyatma yoga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adhyatma Yoga (sanskrit Adhi "au sujet de", "en direction de" et atma "le Soi") signifie le yoga en direction du Soi. Issu de la tradition philosophique hindoue[1], il a été transmis par Swami Prajnanpad à des disciples indiens ainsi qu'à Arnaud Desjardins, Frédérick Leboyer, Daniel Roumanoff, Olivier Cambessédès[2]...

L'Adhyatma Yoga permet, par une compréhension du monde, de nous renvoyer à nos propres imperfections et de nous en libérer. Inversement, par une meilleure connaissance de nous-mêmes, il nous permet d'apprécier le monde à sa juste valeur. Dans cette voie spirituelle, l'intellect mène à la porte de la libération, mais la connaissance réelle passe par un vécu supra-intellectuel.

Le Mental, l'égo[modifier | modifier le code]

Le mental agit comme un filtre qui empêche de voir le monde tel qu'il est. Il est animé par des empreintes ou des « mémoires » appelées vasana et samskara et d'une mauvaise interprétation des lois de la vie.

L'égo est le sentiment de séparation vis-à-vis du reste du monde, la sensation d'être un individu particulier et non un autre, l'identification à un corps, à un nom. L'égo est donc, dans cette perspective, une illusion qui nous sépare de la réalité du monde.

Vasana[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un terme sanskrit qui signifie « dynamismes latents » ou schèmes. Ce sont les réactions types que nous avons face à un motif, à une situation. Ils sont issus de l'éducation et ont pour conséquence de faire agir l'homme en fonction de son passé et non en fonction de la situation présente. Les actions qui en découlent sont appelées réactions. L'homme qui réagit est l'esclave de son mental au sens où il ne peut pas ne pas lui obéir, car son mental est inconscient. L'homme ordinaire est persuadé d'être libre alors qu'il ne l'est pas.

Samskara[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'un terme sanskrit qui désigne les traces laissées en nous par le passé.

Le monde est fait d'éléments, vivants ou non, qui forment ensemble des situations. Ces situations n'ont en elles-mêmes que des qualités objectives : volume sonore, nombre d'objets ou de personnes, paroles prononcées. En tant qu'être humains ordinaires, nous apposons des jugements de valeur à ces situations : bonnes ou mauvaises, favorables ou défavorables, intéressantes ou ennuyeuses. Ce qui est bien procure du plaisir, du contentement, et nous le recherchons. Ce qui est mal procure un déplaisir et nous cherchons à le fuir ou à le faire disparaître.

Ordinairement, notre éducation nous apprend que c'est la situation elle-même qui procure le plaisir ou le déplaisir. Ce yoga adopte un point de vue radicalement différent : nous sommes les créateurs de notre bien-être ou de notre mal-être. La situation est ce qu'elle est, donc neutre en elle-même.

Les concepts mentaux erronés[modifier | modifier le code]

Le mental est composé également de concepts erronés et de la méconnaissance des lois de la vie, ce qui accentue la différence entre le monde individuel et le monde réel.

Les lois de la vie[modifier | modifier le code]

La différence[modifier | modifier le code]

Deux choses sont toujours différentes.

Le changement[modifier | modifier le code]

Tout est changement, rien n'est permanent.

L'interdépendance[modifier | modifier le code]

Toute chose est en relation avec le reste du monde.

La causalité[modifier | modifier le code]

Le monde n'est qu'une immense et complexe succession de causes et de conséquences.

La voie[modifier | modifier le code]

Le disciple[modifier | modifier le code]

Le disciple est une personne qui s'engage vis-à-vis d'elle-même à échapper à ses conditionnements et à rechercher la libération. Pour cela, il cherche un maître ayant lui-même déjà atteint l'éveil spirituel. C'est dans un processus de questions-réponses que le maître voit alors apparaître chez le disciple ce qui compose son mental. Le maître agit alors comme un miroir en montrant au disciple ce qu'il est vraiment et non ce qu'il croit être.

L'acceptation[modifier | modifier le code]

L'acception peut se résumer en une phrase: « oui à ce qui est ». Il s'agit d'être émotionnellement d'accord avec tout ce que la vie donne à vivre. Cette acceptation s'entend précisément au niveau des émotions. Il n'est pas question d'être résigné, ni indifférent, ni d'accepter toute transaction dans le monde physique. Accepter, c'est aimer.

La vigilance[modifier | modifier le code]

La vigilance est nécessaire pour enrayer les processus automatiques du mental et vivre consciemment les désirs ou les peurs.

La destruction du mental[modifier | modifier le code]

La destruction du mental se fait par l'intellect, par une analyse objective de la vie.

L'érosion des désirs[modifier | modifier le code]

Dans l'adhyatma yoga, pour atteindre la libération, il est nécessaire de se libérer de ses désirs. Les désirs sont considérés comme une tension vers l'avenir, un manque qu'il faut combler. Pour se libérer des désirs, il faut les vivre pleinement et consciemment.

L'éveil, la libération[modifier | modifier le code]

La libération ne peut être décrite par des mots, elle passe nécessairement par un vécu. L'intellect peut néanmoins s'en faire une idée, un concept.

Il s'agirait du relâchement complet de toutes les tensions physiques, émotionnelles et mentales. Sans égo, le sage est devenu un Homme accompli. Il ne ressent plus la peur. Il est un avec le monde, au sens où il n'y a plus d'identification à soi en tant qu'individu. Le sage est devenu le monde. Il ne ressent plus qu'amour et compassion. Il ne perçoit plus le temps avec un passé et un futur, il vit un éternel présent. Il a atteint le Soi, l'Atman, la pure conscience.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • À la recherche du soi. 1, 2, 3, 4 Adhyatma yoga de Arnaud Desjardins La Table Ronde, 1986
  • Svâmi Prajnânpad. Daniel Roumanoff, Tome 1, 2 & 3 (La Table Ronde - 1989, 1990 et 1991)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) The yoga traditionist history, literature, philosophy and practice. Georg Feuerstein, page 181 (Motilal Banarsidass - 2002) (ISBN 978-81-208-1923-8)
  2. Pour la liste des disciples indiens et français voir cette page du site de C. et D. Roumanoff

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]