Adhan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Adhān (arabe: أَذَان), « appel » est un terme arabe désignant l'appel à la prière (salat [1]), en particulier l'appel à la prière en groupe.

Trois mots arabes dérivent de la même racine arabe[2] signifiant annoncer :

  • L'Adhan, « appel ».
  • Le Mu'adhdhin, ou muezzin [3], la personne qui fait l'appel. Le premier muezzin fut Bilal.
  • La mi'dhana[4] ou "minaret" [5], le lieu d'où se fait l'appel.

Texte et psalmodie de l'adhan[modifier | modifier le code]

L'adhan peut être entendu dans tous les pays à majorité musulmane aux heures des cinq prières de la journée. Il s'agit d'une annonce publique comportant des phrases définies qui s'inspirent de la chahada, et qui se fait sous la forme d'une récitation scandée et modulée. Toutefois, certains oulémas, en particulier dans l'école hanbalite, se sont opposés à cette modulation[6]. La mélodie du muezzin. Ce moyen de communication publique des heures de prière a été instauré par Mahomet.

Adhan sunnite :

Arabe Traduction Translittération
2 fois malikites
4 fois autres[7]
ٱللَّٰهُ أَكْبَرُ Allah est le plus grand ʾAllâhu ʾakbar
2 fois أَشْهَدُ أَنْ لَا إِلَٰهَ إِلَّا ٱللَّٰهُ J'atteste qu'il n'y a de dieu qu'Allah ʾašhadu ʾan lâ ʾilâha ʾillâ -llâh
2 fois أَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ ٱللَّٰهِ J'atteste que Muhammed est le messager de Allah ʾašhadu ʾanna Muḥammadan rasūlu -llâh
2 fois حَيَّ عَلَىٰ ٱلصَّلَاةِ Venez à la prière ḥayya ʿalâ ṣ-ṣalâh
2 fois حَيَّ عَلَىٰ ٱلْفَلَاحِ Venez à la félicité, ḥayya ʿalâ l-falâḥ
2 fois[8]
L'aube seulement (fajr)
ٱلصَّلَاةُ خَيْرٌ مِنَ ٱلنَّوْمِ La prière est meilleure que le sommeil. aṣ-ṣalâtu khayrun mina n-nawm
2 fois ٱللَّٰهُ أَكْبَرُ Allah est le plus grand. ʾAllâhu ʾakbar
1 fois[9] لَا إِلَٰهَ إِلَّا ٱللَّٰهُ Il n'y a de vraie divinité hormis Allah lâ ʾilâha ʾillâ -llâh


Adhan chiite :

La version chiite imamite est comme ceci :

Arabe Traduction Translittération
4 fois[7] ٱللَّٰهُ أَكْبَرُ Allah est le plus grand ʾAllâhu ʾakbar
2 fois أَشْهَدُ أَنْ لَا إِلَٰهَ إِلَّا ٱللَّٰهُ J'atteste qu'il n'y a de vraie divinité hormis Allah ʾašhadu ʾan lâ ʾilâha ʾillâ -llâh
2 fois أَشْهَدُ أَنَّ مُحَمَّدًا رَسُولُ ٱللَّٰهِ J'atteste que Muhammed est le messager de Dieu ʾašhadu ʾanna Muḥammadan rasūlu -llâh
2 fois أَشْهَدُ أَنَّ عَلِيًّا وَلِيُّ ٱللَّٰهِ J'atteste que 'Alî est le régent de Allah ʾašhadu ʾanna ʿAlīyan walīyu -llâh
2 fois حَيَّ عَلَىٰ ٱلصَّلَاةِ Venez à la prière ḥayya ʿalâ ṣ-ṣalâh
2 fois حَيَّ عَلَىٰ ٱلْفَلَاحِ Venez à la félicité, ḥayya ʿalâ l-falâḥ
2 fois حَيَّ عَلَىٰ خَيْرِ ٱلْعَمَلِ Venez faire la meilleure action (après Accourez à la félicité) ḥayya ʿalâ khayri l-ʿamal
2 fois ٱللَّٰهُ أَكْبَرُ Allah est le plus grand. ʾAllâhu ʾakbar
2 fois[9] لَا إِلَٰهَ إِلَّا ٱللَّٰهُ Il n'y a de vraie divinité hormis Allah lâ ʾilâha ʾillâ -llâh

La version des chiites zaydites est identique, suaf qu'ils rejettent la parole "J'atteste que 'Alî est le régent de Allah". L'adhan est suivi de l'iqama qui reprend les mêmes formules (à une phrase près), et marque le début effectif de la prière.

Langue de l'adhan[modifier | modifier le code]

Traditionnellement, l'appel à la prière se fait partout en arabe (même dans les pays non arabophones). Cependant, en Turquie, entre 1932 et 1950, il était récité en turc sur ordre de Mustafa Kemal Atatürk.

« Allah En Büyüktür
Allah En Büyüktür
Allah En Büyüktür
Allah En Büyüktür
Allah'tan başka ilah olmadığına şahitlik ederim
Allah'tan başka ilah olmadığına şahitlik ederim
Muhammed'in Allah'ın resulü (elçisi) olduğuna şahitlik ederim
Muhammed'in Allah'ın resulü (elçisi) olduğuna şahitlik ederim
Haydi namaza
Haydi namaza
Haydi kurtuluşa
Haydi kurtuluşa
Namaz uykudan hayırlıdır* (Sadece Sabah namazında okunur)
Namaz uykudan hayırlıdır* (Sadece Sabah namazında okunur)
Allah En Büyüktür
Allah En Büyüktür
Allah'tan başka ilah yoktur
 »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. arabe : ṣalā نت, « prière »
  2. arabe : ʾḏn أذن, « annoncer »
  3. turc : müezzin, de l'arabe muʾaḏḏin مؤذّن, « celui qui fait l'appel »)
  4. arabe : midana, مئذنة, le lieu d'où se fait l'appel
  5. turc : minare, de l'arabe : manāra, منارة, « phare », « tour »
  6. Dominique et Janine Sourdel, Adhân, in Dictionnaire historique de l'islam, Paris, PUF, 1996, p. 33.
  7. a et b Malek Chebel, Dictionnaire des symboles musulmans : rites, mystique et civilisation, Paris, Albin Michel, coll. « Spiritualités », , 500 p. (ISBN 978-2-226-07550-5, OCLC 32375820)
  8. L'appel à la prière du matin n'a pas pour objectif d'annoncer le début de l'heure de la prière, mais de réveiller les croyants, afin que ceux-ci puissent se préparer à la prière en commun.
  9. a et b Ces formules sont facultatives, dites une fois à voix basse et une fois à voix haute.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique et Janine Sourdel, Adhân, in Dictionnaire historique de l'islam, Paris, PUF, 1996, p. 33.
  • (en) Liyakat A. Takim, From Bidʿa to Sunna: The Wilaya of Ali in the Shii Adhan, Journal of the American Oriental Society, Vol. 120, No. 2 (Apr. - Jun. 2000). Lire en ligne (Article payant - seule la première page est accessible gratuitement)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]