Ader-Nordmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ader-Nordmann
logo de Ader-Nordmann

Création 1692
Personnages clés Fernand Lair-Dubreuil - Étienne Ader- Rémi Ader
Siège social 3 rue Favart 75002 Paris
Direction David Nordmann
Directeurs Étienne Ader (d) (depuis )[1]Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité CommerceVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales 42 rue Madeleine Michelis à Neuilly-sur-Seine
Effectif 15 salariés

Ader-Nordmann est une maison de ventes aux enchères française, l'une des dix premières de sa profession sur son secteur géographique[2]. Elle fait partie du groupe Drouot.

Ses origines remontent à 1692 à Paris. Sous l’impulsion des commissaires-priseurs Fernand Lair-Dubreuil, Étienne Ader et Rémi Ader, elle a marqué le XXe siècle. David Nordmann en prend la direction en 2005[3]. Xavier Dominique le rejoint en 2017.

Histoire[modifier | modifier le code]

LOUIS XIV À L’ORIGINE DU PREMIER OFFICE

En 1691, Louis XIV réforme la fonction d’huissier-priseur en leur réservant le monopole des ventes publiques. L’année suivante, en 1692, est institué le tout premier office préexistant à la future maison de ventes Ader.

LES VENTES DE PRESTIGE SE MULTIPLIENT

Sous Louis XVI apparait pour la première fois le terme de commissaire-priseur. Dès lors, les ventes aux enchères de prestige vont se multiplier au sein de l’office originel de la maison Ader.

LES COLLECTIONS DE CHOPIN, VICTOR HUGO ET SARAH BERNHARDT

Au XIXe siècle, les collections d’art et le patrimoine mobilier des plus grandes personnalités de l’époque seront dispersés au sein de notre maison de ventes.

Parmi les vacations les plus remarquables figurent celles de la collection de Frédéric Chopin, de Victor Hugo, de la Royauté avec la vente des diamants, perles et pierreries provenant de la collection des joyaux de la Couronne lors d’une vacation au palais des Tuileries, et la mise aux enchères d’environ 100 000 bouteilles et 57 fûts de vins provenant des caves des châteaux des Tuileries, de Fontainebleau et de Compiègne, dont la première vente a lieu au palais du Louvre en 1871. Quelques années plus tard, en 1883, aura lieu la dispersion des effets de célébrités de la Comédie-Française comme la vente des bijoux de Sarah Bernhardt.

MISE EN PLACE DE LA DYNASTIE ADER

La légende de la famille Ader commence en 1931 avec la nomination de Maurice Ader, puis de son frère Etienne en 1933. « En 1950, l’étude française de Maître  Étienne Ader réalisait un chiffre d’affaires en matière de ventes d’oeuvres d’art équivalent aux ventes cumulées de Christie’s et Sotheby’s à la même date », rappelait un récent rapport du Sénat. Parmi les ventes remarquables dirigées par Etienne Ader, nous pouvons noter les collections David David-Weill, André Lefèvre, Hugo Cahen D’Anvers, Henri Beraldi.

«ADER-PICARD-TAJAN» VA DOMINER LE MARCHÉ DE L’ART INTERNATIONAL

La forte augmentation de l’activité de l’étude mène  Étienne Ader puis Rémi Ader à s’associer à d’autres confrères. Jean-Louis Picard, Antoine Ader et Jacques Tajan. Ader-Picard-Tajan va vite devenir la plus importante maison de ventes aux enchères du XX me siècle. Elle domine le Marché de l’art français pendant plus de 20 ans. Son activité ne se limite pas seulement à Paris et à la France, mais s’étend à Monaco, Genève, Bruxelles, Tokyo ou encore New York.

NOUVELLE ASSOCIATION À L’ORIGINE D’UNE PROGRESSION CONSTANTE Après la brutale chute du marché de l’art au début des années 1990, Rémi Ader reste seul à la tête de la société. Il est rejoint en 2004 par David Nordmann puis en 2016 par Xavier Dominique. La maison de ventes se hisse rapidement parmi les 10 premières maisons de ventes françaises. Les ventes thématiques et les ventes de collections se succèdent parmi lesquelles comptent la vente Prévert en 2009, la collection André  Bernard autour de Sacha Guitry en 2011, la collection André  Level en 2016, celle de Jacques Malatier, érudit et banquier féru d’art des XVII ème et XVIIIe siècles en 2018, la collection Marcel Sztejnberg en 2020.

UNE NOUVELLE FILIALE SPÉCIALISÉE DANS LE PATRIMOINE DES ENTREPRISES

La commissaire-priseur Elsa Joly-Malhomme s’associe avec David Nordmann et Xavier Dominique pour créer la première maison de ventes spécialisée dans le patrimoine des entreprises : Ader Entreprises & Patrimoine.


LE GROUPE ADER

Installé dans son fief historique de la rue Favart, au cœur du quartier parisien des antiquaires et de l’Hôtel Drouot, le groupe Ader est également présent dans le 16ème arrondissement de Paris, à Neuilly et dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Est de la France grâce à ses correspondants locaux.

La maison-mère


La rue Favart, fief de la maison Ader L’installation de la maison Ader rue Favart, dans le 2ème arrondissement de Paris, est historique. D’abord située au 6, l’étude déménage au numéro 12 de la même rue en 1956, pour enfin s’installer au numéro 3, en face de l’Opéra-Comique, en 2009. Après d’importants travaux, trois étages de l’hôtel particulier sont aménagés pour accueillir l’équipe et stocker les œuvres avant les ventes. La salle des ventes Favart Une salle des ventes est aménagée au rez-de-chaussée des locaux de la rue Favart. Selon la thématique et le calendrier, l’équipe Ader décide d’organiser ses ventes soit rue Favart soit à Drouot, où 4 000 visiteurs, amateurs d’art et collectionneurs se pressent chaque jour. L’annexe de la rue Marivaux À deux pas du siège de la rue Favart, un espace situé rue Marivaux permet de délivrer les lots aux acheteurs.

Ader Paris 16

Au numéro 20 de l’avenue Mozart, dans le 16ème arrondissement de Paris, la maison de ventes Ader a installé l’une de ses annexes. Tout comme à la maison mère, le public peut venir y faire estimer un objet ou obtenir un conseil en matière de patrimoine (pour une succession, un partage, une assurance...). Des visites et des conférences autour de l’art et de son marché sont également organisées. 20, avenue Mozart 75016 Paris Tél. : +33 (0)1 78 91 00 56 paris16@ader-paris.fr

Ader Neuilly

Depuis 2013, un bureau est ouvert à Neuilly-sur-Seine, rue de Chartres. Dirigée par Maguelone Chazallon, cette antenne de la maison de ventes s’occupe des expertises et inventaires en collaboration étroite avec les commissaires-priseurs et les experts de la maison Ader. 20, rue de Chartres, 92 200 Neuilly sur Seine Tél. : +33 (0)1 78 91 10 00 neuilly@ader-paris.fr

Ader Entreprises & Patrimoine

Première maison de ventes dédiée à la valorisation du patrimoine des entreprises et des institutions, Ader Entreprises & Patrimoine réalise l’inventaire, l’estimation et la vente aux enchères des actifs des sociétés. 20, avenue Mozart 75016 Paris

Tél. : +33 (0)1 76 21 26 41

contact@ader-ep.com


AU COEUR DE LA MAISON DE VENTE

Dans un décor de théâtre, face à l’Opéra-comique, la maison Ader offre une expérience de cohabitation inédite avec les œuvres d’art...

Sur une place paisible, protégée de l’effervescence des Grands Boulevards par l’Opéra-Comique, dont la somptueuse façade ornementée de sculptures et de mascarons dorés lui fait face, la maison de ventes Ader s’inscrit dans un véritable décor de théâtre. Derrière sa façade vitrée, la pièce qui se joue relève d’un scénario à la fois rôdé et prêt à l’improvisation. De l’accueil des clients à l’estimation des objets, jusqu’à l’organisation des expositions publiques et des ventes aux enchères – pour les vacations qui ne se déroulent pas à l’hôtel Drouot –, chaque journée est parfaitement rythmée. Pourtant, aucun des membres de l’équipe ne sait ce qu’il va pouvoir découvrir dans la journée. Clercs, responsables de départements, commissaires-priseurs, photographes, jusqu’aux experts référents qui viennent examiner les objets, tous se tiennent prêts à découvrir les lots qui leur seront apportés.

Restituer la valeur historique et monétaire des œuvres

Au rez-de-chaussée, dans «l’aquarium» situé juste à côté du comptoir d’accueil, Maître Xavier Dominique et son équipe se tiennent prêts. Spécialisé dans les arts du XXème siècle, le commissaire-priseur accompagne chacune de ses expertises de tableaux, dessins, mobiliers ou objets d’art d’un éclairage historique et d’informations sur les prix du marché. Dans les étages supérieurs, les objets prochainement mis aux enchères sont rangés dans les rayonnages et les réserves qui leur sont dédiés. Les plus belles pièces seront accrochées sur les murs et disposées dans les espaces encore disponibles.

Les œuvres, étage par étage...

Ici, les œuvres sont animées. Accompagnées de leurs référents, elles sont transportées dans les étages, hissées dans l’escalier, analysées sous toutes les coutures à l’aide de loupes et de lampes ultra-violet, elles sont commentées, examinées, comparées et auront même souvent la priorité dans l’ascenseur. Elles y croisent aussi les nombreux collectionneurs qui viennent tour à tour régler leurs achats et prendre possession des œuvres emportées parfois de haute lutte. Ce va-et-vient artistique se poursuit devant la maison de ventes, où un ensemble de tapis pourra être déployé sur des cartons pour être pris en photo et ce jusqu’au soir, aussi pendant les séances de yoga de l’équipe au milieu des sculptures en bronze et des mobiliers Art déco.

Reconstitution historique improvisée

Pourtant en une seconde, tout peut s’arrêter. Une équipe se constitue rapidement pour partir à l’hôtel Drouot où se tient la prochaine vacation. Une autre descend au rez-de-chaussée pour décharger le contenu d’un camion qui vient d’arriver. S’agira-t-il de masques et de sculptures tribales, de porcelaines de Chine, de caisses de vin ou de pièces d’argenterie ? Aujourd’hui, c’est une collection d’armes et de souvenirs historiques. Chacun des collaborateurs se saisit alors des fusils, des sabres et des épées, devant un public amusé par cette reconstitution historique improvisée.


AU COEUR DE L'ACTUALITÉ CULTURELLE ET ARTISTIQUE

Redécouvertes majeures, à l’instar d’un tableau inédit de Pissarro, échanges avec les musées et les comités d’artistes, enrichissement des collections françaises et internationales, l’apport de la maison de ventes Ader à la culture et à l’histoire de l’art est reconnu par les plus grandes institutions. Ader participe à l’enrichissement des collections des musées français. Le Louvre, Le Centre Pompidou, ou le Château de Versailles ont notamment préempté des lots.

Une expertise au musée des Arts décoratifs

Parmi les lieux les plus surprenants dans lesquels les commissaires- priseurs de la maison Ader ont été appelés pour une expertise figure le musée des Arts décoratifs de Paris. Maître Xavier Dominique a récemment été invité dans les réserves de cette célèbre institution française, pour expertiser une œuvre de Jean Souverbie (1891-1981), peintre et décorateur de théâtre français. « Les héritiers de l’artiste souhaitaient faire don au musée d’une œuvre préparatoire pour sa grande fresque du théâtre de Chaillot. Le comité chargé d’entériner cette donation avait besoin d’une estimation et m’a donc appelé pour la réaliser », explique le Commissaire-priseur.

Le Louvre Abu Dhabi, le British Museum et le Rijksmuseum parmi les acheteurs

Cette expertise dans l’un des plus importants musées français illustre les liens étroits entre la maison de ventes et les institutions muséales. Ader participe également à l’enrichissement des collections françaises et internationales. Le Louvre, Le Centre Pompidou, le Château de Versailles, La Bibliothèque Nationale de France mais aussi le British Museum ou le Rijksmuseum, font partie des institutions qui ont préempté ou acheté des lots. Des œuvres aujourd’hui exposées au grand public, à l’image des 15 meubles réalisés par Robert Mallet-Stevens (1886-1945) pour la Villa Cavrois. Préemptés à l’occasion d’une vente Ader par le Centre des Monuments Nationaux pour un total de 323 840 € frais compris, cet ensemble est aujourd’hui installé dans ce véritable château moderne situé près de Lille, dans le Nord de la France. Préemption du célèbre portrait de Debussy peint par Jacques-Émile Blanche

Le portrait de Claude Debussy, peint par Jacques-Émile Blanche (1861–1942) a été préempté par la Cité de la Musique-Philharmonie de Paris à 281.600 € (frais compris). Cette très belle adjudication met en lumière le talent du plus grand portraitiste parisien de la fin du XIXème siècle à l’occasion des 160 ans de sa naissance.

Envisager les ventes comme des expositions thématiques Pour les collaborateurs de la Maison Ader, la vente aux enchères est également l’occasion de mettre ou remettre en lumière des artistes souvent confidentiels, dont l’œuvre vient enrichir la connaissance historique d’un mouvement ou d’une époque. Ainsi, la présentation, dans un catalogue dédié, d’une centaine d’œuvres sur papier d’Anne-Marie Milliot (1936-2019) a-t-elle été l’occasion de découvrir l’univers d’une artiste radicale, dans la mouvance du mouvement Supports/Surfaces. « Cette redécouverte est un jalon important dans la connaissance du dernier grand courant d’avant-garde français », s’enthousiasme Xavier Dominique. En 2020, une autre vacation rendait hommage aux dessins de Max Jacob (1876-1944). « Célèbre pour ses poèmes et romans d’avant-garde, cet artiste clé de la première moitié du XXème siècle est également l’auteur d’une œuvre dessinée vaste et singulière », détaille Camille Maujean, spécialiste du département Art moderne et Contemporain. Les 80 œuvres sur papier présentées ont particulièrement intéressé les institutions et notamment le comité Max Jacob, qui s’est réuni spécialement pour l’occasion.

Expositions, conférences, visites privées... La maison Ader prend soin de diffuser largement ces ventes- événements, en s’appuyant sur des outils de communication efficaces : articles sur son site Internet, relations presse auprès des journalistes, animation de ses réseaux sociaux... Le public est ainsi invité à venir découvrir ses expositions publiques et à participer aux conférences et visites thématiques organisées régulièrement dans ses différents espaces.


L'ADN DE LA MAISON ADER : LES VENTES "SIGNATURES"

Il suffit d’ouvrir un catalogue de vente au hasard pour remarquer la spécificité et la singularité des vacations organisées par la maison Ader. Qualité des œuvres et documentation des pièces sont au cœur de ces « ventes signatures » préparées en étroite collaboration avec les experts référents.

Chacune des ventes est dédiée à un seul domaine

« Nous faisons le pari de proposer uniquement des ventes de spécialités. Cette organisation évite de mélanger les typologies d’objets à l’intérieur des vacations et permet ainsi de défendre au mieux l’intérêt des vendeurs », expliquent Maîtres David Nordmann et Xavier Dominique. Armes et souvenirs historiques, art russe, estampes, arts décoratifs du XXème siècle... 27 domaines sont ainsi défendus, et chacun d’eux fait l’objet de 2 à 6 ventes aux enchères spécifiques par an.

Des experts référents

La maison de ventes est constituée de différents pôles dédiés à chacune des spécialités. A leur tête , les directeurs de départements supervisent l’administration des ventes : la réception des lots, la réalisation du catalogue et la préparation de la vente. « Nous travaillons en étroite collaboration avec des experts référents qui s’occupent de la documentation des œuvres, de la rédaction des fiches descriptives et de fixer les estimations », précisent les Commissaires-priseurs. Chacune des 27 spécialités est défendue avec le même souci d’exigence et de précision.

Spécialités historiques et nouvelles expertises

En 2004, lorsque David Nordmann prend la direction de la maison de ventes, il décide de préserver les spécialités historiques, comme les tableaux anciens, le mobilier et les objets d’art classiques.« Les clients de toujours, les prescripteurs et autres partenaires attachés à la marque Ader sont restés fidèles et continuent de nous faire confiance. » La maison de ventes est également reconnue pour son expertise dans l’art moderne et contemporain, dans les arts décoratifs et les arts du papier : du dessin à l’estampe en passant par les manuscrits et les autographes...

Une sélection resserrée

L’une des particularités de la maison Ader est de proposer des ventes de prestige ne présentant qu’une centaine de lots. « Nous avons en effet fait le choix de resserrer notre sélection, en choisissant uniquement des pièces d’exception, inédites ou rares sur le marché de l’art. Notre exigence dans la prospection des pièces, dans les recherches que nous effectuons nous permet d’obtenir des résultats d’adjudications toujours plus élevés, et un montant total d’adjudications en hausse » explique David Nordmann.

Temps forts du marché

Temps forts du marché de l’art, les ventes de spécialités de la maison Ader sont particulièrement attendues par les collectionneurs, les professionnels du secteur et les institutions. « Les grandes collections que nous avons la chance de proposer à la vente témoignent de la confiance des vendeurs qui choisissent notre maison pour disperser leurs œuvres. La cohérence de ces ensembles et la pertinence des choix effectués par les collectionneurs sont toujours saluées par les acheteurs et récompensées par d’importantes adjudications » précise David Nordmann.


Index des commissaires-priseurs de l'étude Ader[modifier | modifier le code]

Portrait de la famille Ader. Debout de gauche à droite : Eugène, 16 ans,  Maurice, 22 ans, Jean, 56 ans, Pierre, 20 ans  et Étienne, 19 ans. Assis : Marie, 21 ans, Alice, 42 ans, François, 6 ans et Anne-Marie, 17 ans.
  • Michel Saignet (prise de fonction en 1692)
  • Sébastien Dupré (prise de fonction en 1708)
  • Jean-Baptiste Dupré (prise de fonction en 1747)
  • Dupré-Desmarais (prise de fonction en 1751)
  • François Graux prise de fonction en 1767)[4]
  • Louis-François Boileau (prise de fonction en 1781)[5]
  • Antoine-Claude Balbastre (prise de fonction en 1802)[5]
  • Henry Pinart (prise de fonction en 1828)[6]
  • Nicolas Ridel (prise de fonction en 1833)[5]
  • Saturnin Pouchet (prise de fonction en 1854)[7]
  • Eugène Escribe (prise de fonction en 1858)[8]
  • Georges Duchesne (prise de fonction en 1890)[9]
  • Fernand Lair-Dubreuil (prise de fonction en 1900)[10]
  • Maurice Ader (prise de fonction en 1931)[11]
  • Étienne Ader (prise de fonction en 1933)[12]
  • Ader Picard Tajan (société civile de commissaires-priseurs, créée en 1972)
  • Rémi Ader (indépendant en 1994)[13]
  • David Nordmann (prise de fonction en 2004)
  • Xavier Dominique (prise de fonction en 2017)

Ventes notables[modifier | modifier le code]

Durant ses trois siècles d'existence, les ventes historiques menées par la maison Ader se succèdent. Parmi les ventes d'exception, plusieurs vacations se démarquent particulièrement (voir ci-dessous).

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Page du catalogue des diamants, perles et pierreries des Joyaux de la Couronne
  • Bibliothèque du marquis de Bruyères-Chalabre, maison de vente Silvestre - rue des bons enfans, 6 - et -
  • Vente après décès de Frédéric Chopin, 42 rue de Jeuneurs,
  • Vente après départ de Victor Hugo, rue de la Tour d'Auvergne,
  • La liquidation d’environ 100 000 bouteilles et 57 fûts de vins provenant des caves des châteaux des Tuileries, de Fontainebleau et de Compiègne, porte Jean Goujon, Louvre, [14]
  • Diamants, bijoux et argenterie de Sarah Bernhardt, hôtel Drouot, [15]
  • Diamants, perles et pierreries provenant de la collection dite des joyaux de la Couronne, palais des Tuileries, pavillon de Flore (salle des États), [16]
  • Collection des frères Goncourt, hôtel Drouot, 15 - [17]

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Titre gravé du catalogue de la vente de la collection Jacques Doucet

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Succession Jean Bourgogne, hôtel Drouot-Richelieu, [24]
  • Collection Jacques Prévert, morceaux choisis, hôtel Drouot-Richelieu, [25]
  • Vente Sacha Guitry, collection André Bernard, hôtel Drouot-Richelieu, 17 et [26]
  • Vente du mobilier du restaurant Kong par Starck, restaurant Kong, [27]
  • Femmes, lettres et manuscrits autographes, salle des ventes Favart, 18 - [28]
  • Collection Judaïca Norman P. Schenker, salle des ventes Favart ; [29]
  • Collection André Level, hôtel Drouot-Richelieu [30]
  • Collection H. M. Petiet, 50e vente, Opéra Comique, 25 et [31]
  • Collection Aristophil, manuscrits musicaux, hôtel Drouot-Richelieu, [32]

Préemptions[modifier | modifier le code]

Parmi les nombreux objets ou manuscrits proposés à la vent par l'étude Ader et acquis par les institutions, on note : quatre lettres autographes de Charles de Gaulle aux Archives de France (2010), une Bible enluminée du XVIIIe siècle au Louvre Abu Dhabi (2013), une dague Algue de Sarah Bernhardt au musée du Petit Palais (2014), une miniature indienne du Haut-Penjab au musée Guimet (2015), des carnets de jeunesse de Jean-Émile Laboureur à l’INHA (2015) ou enfin un dessin d’Ephraïm Moses Lilien au musée d’Art et d’histoire du judaïsme (2015)[33].

Lieux[modifier | modifier le code]

Rue Favart – Salle des Ventes Favart - Paris[modifier | modifier le code]

La rue Favart est le fief historique de la maison Ader. D’abord située au 6, l’étude déménage au 12 de la rue Favart en 1956. Après la dissolution de la société Ader Picard Tajan, l’étude est temporairement transférée rue Saint-Marc pour revenir en 2009 au 3 de la rue Favart. La maison Ader est située en face de l’Opéra-Comique, à l’angle de la rue Favart et de la place Boieldieu[34]. D’importants travaux d’agrandissement sont entrepris pour répondre aux besoins croissants d’une étude en expansion. Ces travaux lui permettent d’installer au rez-de-chaussée une salle des ventes et d’aménager les étages pour mieux accueillir les experts et la nouvelle génération de collaborateurs. À deux pas de l’Hôtel Drouot, la maison Ader est restée dans le cœur du quartier des collectionneurs, experts et amateurs.

Rue Madeleine Michelis – Neuilly-sur-Seine[modifier | modifier le code]

En 2013, Ader ouvre un bureau à Neuilly-sur-Seine, dirigé par Nicolas Nouvelet. Cette antenne de la maison de ventes historique procure des expertises et des inventaires.

Avenue Mozart - Paris[modifier | modifier le code]

En 2017, Ader ouvre un bureau dans le seizième arrondissement de Paris, dirigé par Emmanuelle Hubert.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « https://www.ader-paris.fr/notre-histoire »
  2. ADER se place à la 9e place des premières maisons de ventes aux enchères de France. Rapport d'activité 2017 du Conseil des ventes volontaires — en ligne.
  3. http://www.lejournaldesarts.fr/jda/archives/docs_article/84118/entretien-avec-david-nordmann-commissaire-priseur-dirigeant-de-la-svv-ader-paris-.php Le Journal des arts].
  4. Benjamin Peronnet, Collection et marché de l’art en France : 1789-184, actes du colloque, Paris, INHA, Institut national d'histoire de l'art, 4-6 décembre 2003.
  5. a b et c http://www.archivesnationales.culture.gouv.fr/chan/chan/series/pdf/BB9-commissaires-priseurs.pdf
  6. Quitus de la chambre des commissaires-priseurs, Chambre des commissaires-priseurs de Paris. [1]
  7. Journal des amateurs d'objets d'art et de curiosité, 1885-1858 (T5), op. cit., p. 54.
  8. http://www.idref.fr/079910890
  9. Minutes et procès-verbaux de Me Duchesne, Chambre des commissaires-priseurs de Paris, Archives de Paris, côte, D42E3 76 à 86. [2]
  10. http://www.idref.fr/059733624
  11. http://www.idref.fr/141814942
  12. http://www.idref.fr/077245318
  13. http://www.idref.fr/116583541 Rémi Ader
  14. http://www.sudoc.abes.fr/DB=2.1//SRCH?IKT=12&TRM=154915440&COOKIE=U10178,Klecteurweb,D2.1,E66653e86-838,I250,B341720009+,SY,A\9008+1,,J,H2-26,,29,,34,,39,,44,,49-50,,53-78,,80-87,NLECTEUR+PSI,R193.248.49.115,FN
  15. https://archive.org/stream/lhteldrouoten02eudegoog/lhteldrouoten02eudegoog_djvu.txt
  16. Arthur Bloche, La vente des diamants de la couronne : son histoire, ses préparatifs, ses résultats : avec le catalogue raisonné des joyaux : précedé de la reproduction du catalogue officiel et orné de 35 dessins des principaux bijoux, Paris, Quantin, 1888.
  17. http://www.inha.fr/fr/ressources/publications/dictionnaire-critique-des-historiens-de-l-art/goncourt-jules-et-edmond-de.html?article2342
  18. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k64711831.r=.langEN.textePage
  19. Fonds de l’étude Ader - catalogue de vente, Collection Ali Khan, Galerie Charpentier, 23 mai 1957. [3]
  20. Fonds de l’étude Ader - catalogue de vente, Collection D. David Weill, Hôtel Drouot, 25 mai 1971 au 29 juin 1972. [4]
  21. Fonds de l’étude Ader - Catalogue de vente, vente de l’escalier rhomboïdale de la Tour Eiffel, salle polyvalente Gustave Eiffel, au premier étage de la Tour, le 1er décembre 1983. [5]
  22. Fonds de l’étude Ader - catalogue de vente, Collection Daum, à Tokyo, Hôtel Okura, le 15 mars 1984. [6]
  23. Fonds de l’étude Ader - catalogue de vente, Collection Sérusier, Opéra-Comique, 19 et 20 juin 1984.
  24. http://artwithoutskin.com/2009/03/27/parfaite-reussite-pour-la-vente-de-la-succession-jean-bourgogne/ , http://www.auction.fr/_fr/vente/succession-jean-bourgogne-unique-petit-fils-d-rsquo-emile-galle-12749?tab=infos#.VjouRiuyDTE
  25. http://www.marcel-carne.com/la-bande-a-carne/jacques-prevert/2010-la-vente-aux-encheres-jacques-prevert-a-drouot-le-09-juin-2010/ , https://www.lemonde.fr/culture/article/2010/06/09/des-souvenirs-de-prevert-en-vente-a-drouot_1369955_3246.html
  26. Fonds de l’étude ADER - catalogue de vente, Sacha Guitry, collection André Bernard, Drouot Richelieu, 17 et 18 novembre 2011. [7], [8], [9], [10]
  27. http://www.abc-luxe.com/actus/l-actu-des-marques/article/vente-aux-encheres-du-mobilier-kong-restaurant-by-philippe-starck , http://www.firstluxemag.com/kong-by-starck-envie-dencherir-sur-une-creation-manga-kitsch/#.VjovjCuyDTE , http://www.leparisien.fr/espace-premium/culture-loisirs/du-starck-a-partir-de-30-eur-20-04-2013-2742709.php
  28. http://www.directmatin.fr/france/2014-11-18/des-ecrits-de-femmes-aux-encheres-694858 , https://france3-regions.francetvinfo.fr/cote-d-azur/2014/11/11/un-mot-d-excuses-scolaires-de-grace-de-monaco-vendu-aux-encheres-paris-589614.html , http://www.nicematin.com/derniere-minute/des-lettres-de-brigitte-bardot-et-grace-de-monaco-aux-encheres.1982779.html , http://www.ader-paris.fr/html/index.jsp?id=20951&lng=fr&npp=10000
  29. « Vente aux enchères de la collection Schenker | L'Arche », sur larchemag.fr (consulté le ).
  30. drouot.com, « Au cœur des collections André Level, Jacques Beltrand & d'une collection particulière alsacienne » (consulté le ).
  31. Éric Tréguier, « Les coulisses de l'incroyable vente de 100 planches de Picasso », Challenges,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. « Aristophil : objectif atteint pour la deuxième vente des manuscrits d'une collection exceptionnelle », FIGARO,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Fonds de l’étude der, archives des préemptions et achats des institutions 2015.
  34. « Ventes aux enchères - Ader Nordmann », sur Ader (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Isabelle Rouge-Ducos, Le Crieur et le Marteau, Belin, 2013.
  • Patrick Michel, Le Commerce du tableau à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Presses universitaires du Septentrion, 2007.
  • Répertoire des tableaux vendus en France au XIXe siècle, Burton B. Fredericksen, Benjamin Perronet, 1998.
  • Michel Beurdeley, Trois siècles de ventes publiques, Tallandier, 1988.
  • Alain Quemin, Les commissaires-priseurs, la mutation d'une profession, Revue française de sociologie, 1999.
  • Arthur Bloche, La vente des diamants de la couronne, son histoire, ses préparatifs, ses résultats : avec le catalogue raisonné des joyaux, précédé de la reproduction du catalogue officiel et orné de 35 dessins des principaux bijoux, Paris, Quantin, 1888.

Liens externes[modifier | modifier le code]