Adecco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme, voir ADECO.

Adecco
logo de Adecco
Logo d'Adecco à partir de mai 2006

Création 1996 : fusion de Ecco et de Adia
Fondateurs Henri-Ferdinand Lavanchy (Adia), Philippe Foriel-Destezet (Ecco)
Personnages clés Rolf Dörig, Alain Dehaze,Hans Ploos, Federico Vione, Stephan Howeg et Philippe Marcel
Forme juridique Société anonyme
Action SWX : ADEN
Slogan Construisons ensemble l'emploi de demain
Siège social Zurich
Drapeau de Suisse Suisse
Direction Rolf Dörig (Président), Alain Dehaze (CEO), Christophe Catoir (CEO France)
Actionnaires 12/2017 Akila Finance S.A. (4,31%), Group BlackRock Inc. (5,09%)
Activité Travail temporaire Recrutement Consulting Outsourcing Accompagnement RH
Effectif 34 000 (2017)
Site web http://www.adeccogroup.fr

Capitalisation 13,835 milliards de francs suisses
Chiffre d’affaires en augmentation 23,6 milliards d'euros (2017)[1]
+4,55%
Résultat net en augmentation 8 millions d'euros (2015)
+14 %

Adecco est un groupe Suisse spécialisé dans l'intérim. Il figure sur la liste des 500 plus grandes sociétés mondiales du magazine Forbes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Schéma des acquisitions et fusions liées à l'histoire d'Adecco
Le siège d'Adecco

En 1957 Henri Lavanchy créé Adia à Lausanne (Suisse). En 1964 Philippe Foriel-Destezet, créée à Lyon la société Interecco qui très vite devient Ecco et prend la tête du marché français en 1984. En 1996 les deux leaders Ecco et Adia fusionnent et le groupe prend le nom d'Adecco. S’enchaînent alors plusieurs acquisitions dont Olsten Staffing (numéro 1 du recrutement aux USA) en 2000.

En , le groupe a révélé la découverte dans ses comptes d'irrégularités l'obligeant à repousser sine die la publication de ses résultats financiers. Cette annonce a effrayé les investisseurs et a provoqué une chute de 48 % de son cours de bourse. Il s'est avéré en fait qu'aucune irrégularité n'avait été commise et toutes les actions engagées par les autorités boursières ont donné lieu à un non-lieu complet.

En 2005 Adecco acquiert Altedia, cabinet de conseil en ressources humaines. Puis, en 2010, il acquiert le groupe MPS aux Etats Unis et s'implante en Chine. En 2011, Adecco acquiert DBM et en 2012 VSN au Japon.

En 2016, le Groupe Adecco devient The Adecco Group[2].

En avril 2018, Adecco acquiert General Assembly, entreprise spécialisée dans la formation notamment en informatique, pour 412,5 millions de dollars[3].

Activité[modifier | modifier le code]

Présence mondiale d'Adecco en 2008.

The Adecco Group est la plus grande entreprise des services en Ressources Humaines en France, en Europe et dans le Monde en 2014[4],[5]

[modifier | modifier le code]

Condamnations pour discrimination[modifier | modifier le code]

En Belgique[modifier | modifier le code]

En 2001, un employé transmet anonymement des documents internes et dénonce le fait de devoir encoder des fiches de postes vacants avec la mention BBB, pour « Blanc Bleu Belge » (race de viande bovine), quand certaines entreprises demandent à la société de ne pas envoyer de personnes étrangères dans le cadre de certaines missions. Le parquet lance dans la foulée une instruction pour discrimination à l’embauche, à la suite d'une plainte du Centre pour l’égalité des chances. Grâce aux perquisitions opérées en 2001 auprès du siège d’Adecco, la justice découvre qu’au moins une centaine d’entreprises ont demandé à celle-ci des travailleurs « bien de chez nous ».

Le 31 mai 2011, le tribunal de première instance de Bruxelles a donné gain de cause à la FGTB, à SOS Racisme et Kifkif et condamné la société d'intérim Adecco à payer 25 000 euros à SOS Racisme, ainsi qu’un euro symbolique à titre de dommages et intérêts aux deux autres associations pour pratiques illégales de discrimination à l'embauche. Cette condamnation est confirmée en 2015 [6]

En France[modifier | modifier le code]

En 2009, c'est à Paris qu'Adecco est condamné pour les mêmes faits à 30.000€ d'amende et condamné à payer à SOS racisme 30.000€ [7], jugement confirmé par la Cour de Cassation en ses dispositions pénales en 2011 [8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]