Addi Bâ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Addi Bâ
Addi Ba 1943.jpg

Addi Bâ avec son fameux sabre à Tollaincourt (Vosges) devant la maison qu'il occupait, 1943.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 26 ans)
ÉpinalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Mamadou Hady BahVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnoms
Terroriste noir
Der schwarze TerroristVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Membre de

Addi Bâ Mamadou (de son vrai nom : Mamadou Hady Bah) né à Pelli-Foulayabé, commune de Bomboli, en Guinée le et mort le à Épinal en France, et appelé par les Allemands le « terroriste noir » (Der schwarze Terrorist)[1] est une figure de la résistance française, membre du premier maquis des Vosges.

Biographie[modifier | modifier le code]

Arrivé en France en 1937-1938 dans la famille d'un percepteur colonial, Addi Bâ séjourne un an à Langeais en Indre-et-Loire avant de rejoindre Paris. Il s'engage dans l'armée française en 1939 où il fait partie du 12e régiment de tirailleurs sénégalais. Fait prisonnier, il parvient à s'échapper et rejoint avec d'autres le maquis des Vosges ; il est arrêté le par les Allemands lors de l'attaque du maquis du camp de la Délivrance. Torturé, il ne parle pas. Il est fusillé le à Épinal sur le plateau de la Vierge, en même temps que le chef du maquis Marcel Arburger.

Addi Ba au maquis en compagnie de deux réfractaires, Andre Munier et Paul Henrion, dans le maquis de la Délivrance au printemps, 1943.

Il reçoit le la médaille de la Résistance à titre posthume[2].

Hommages[modifier | modifier le code]

En 2010, l'ex-footballeur Lilian Thuram consacre un chapitre à Addi Bâ dans son ouvrage Mes étoiles noires (portant sur les grandes personnalités noires de l'histoire)[3],[4]. Sa vie a été racontée, d'une manière romanesque, par Tierno Monénembo dans son roman le Terroriste noir (prix Erckmann-Chatrian, Grand prix du roman métis et prix Ahmadou-Kourouma), paru aux éditions du Seuil, en 2012. En septembre 2013, Étienne Guillermond publie Addi Bâ, résistant des Vosges, aux éditions Duboiris, le résultat de dix années d'enquêtes sur les traces du jeune Guinéen.

Gabriel Le Bomin réalise le film Nos patriotes, un long métrage qui retrace l’histoire d'Addi Bâ[5], sorti en juin 2017.

Une rue de Tollaincourt et une autre de Langeais honorent sa mémoire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baptiste Liger, « Le maquisard à la peau noire », sur L'Express, (consulté le 7 février 2013).
  2. « Addi Bâ : le roman d'un héros », sur La Nouvelle République, (consulté le 23 janvier 2013).
  3. Extraits de ce chapitre dans L'Humanité du
  4. Site consacré à Addi Bâ, réalisé par le journaliste indépendant Étienne Guillermond.
  5. Tournage imminent pour Nos patriotes de Gabriel Le Bomin, sur cineuropa.org

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Nos patriotes, film sorti en 2017 sur l'action d'Addi Bâ durant la Résistance.

Liens externes[modifier | modifier le code]