Adam et Ève (Dürer, 1504)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec le tableau homonyme peint en 1507 par Dürer.
Adam et Ève
Albrecht Dürer, Adam and Eve, 1504, Engraving.jpg
Artiste
Date
Type
Technique
Mouvement
Dimensions
(H × L)
265 × 209 mm
Localisation

Adam et Ève est une gravure sur cuivre d'Albrecht Dürer réalisée en 1504. Dürer y signe sa parfaite maîtrise des proportions retrouvées de l’homme et de la femme, thème auquel il consacrera tout au long de sa vie souvent plus d’effort qu’à son œuvre artistique. Les Quatre livres sur la proportion Humaine sortiront de presse deux mois après son décès. D’après son propre aveux, c’est sa rencontre avec le peintre vénitien Jacopo de Barbari qui aurait motivé cette recherche.

À son retour d’Italie en 1507, deux panneaux peints, conservés au Prado, reprendront ce thème.

La rencontre avec Jacopo de Barbari[modifier | modifier le code]

« … Comme je ne trouvais personne qui ai écrit là-dessus, à part un homme du nom de Jacobus, un aimable peintre né à Venise qui me montra un homme et une femme faits selon certaines proportions… bien que je fusse encore jeune à cette époque, je pris la chose à cœur et je me mis à étudier Vitruve qui, lui, a écrit quelque peu sur la proportion humaine. C’est donc à partir de ces deux personnes que j’ai commencé par la suite à chercher ma propre voie ».

Rédigé en 1523, dans un projet de dédicace pour le Traité de proportions, ce renseignement de la main de Dürer ne spécifie pas où et quand il a pu rencontrer Jacopo de Barbari, connu sous le nom de « Maître au caducée », parce qu’il signait ses œuvres de deux serpents entrelacés.

En 1506, dans une lettre de Venise à Willibald Pirckheimer, il répète avec un rien de suffisance les propos de certains peintres vénitiens prompt à dénigrer leur compatriote. Par la suite, lors de son voyage aux Pays-Bas en 1521, Dürer cherchera en vain à se procurer le carnet de dessin de maître Jacopo, auprès de Marguerite d’Autriche, à Malines, qui l’avait déjà promis à son peintre de cour.

Que voulait-il trouver dans ce carnet ? Si l’on étudie la proportion du corps humain mise en œuvre par Jacopo de Barbari, celle-ci ne répond que de très loin à des mesures idéales ?

Quoiqu’il en soit, dès 1500 apparaissent dans l’œuvre de Dürer des dessins d’hommes et de femmes construits à la règle et au compas.

Le grand Livre du peintre[modifier | modifier le code]

Ce Livre du peintre ne fut jamais publié. On en connaît le plan rédigé de sa propre main qui stipule : je veux d’abord parler de la mesure humaine, puis de la mesure du cheval, - de la mesure du bâtiment, - de la perspective et de l’ombre et de la lumière, - des couleurs et comment imiter au plus près la nature.

Tout porte à croire que ce projet avait déjà pris forme, car Christoph Scheurl (1481-1542), un lettré humaniste ayant étudié à Bologne, ami de Dürer et Willibald Pirckeimer, en parle dans sa Vita reverendi patris domini Anthonii Kressen, écrite en 1513 et parue à Nuremberg en 1515 (Ref : Hans Rupprich Schriftlicher Nachlass, Deutscher Verlag Für Kunstwissenschaft, Berlin 1969, livre I. p. 294), comme d’un ouvrage en voie d’être publié.

On sait combien les artistes de la Renaissance on fait du corps humain le plus noble objet de leur investigation picturale. C’est, enveloppé de cette gloire, que Dürer se rendra en 1505 à Venise avec, dans ses bagages, un lot de gravures d‘Adam et Eve.

Discours sur la dignité de l’homme[modifier | modifier le code]

En 1504, l’année même de l’exécution de la gravure d’Adam et d’Eve, paraît chez Grüninger à Strasbourg le Discours sur la dignité de l’homme de Jean Pic de la Mirandole en introduction aux 900 Thèses, discours qui débute par ces termes «Très vénérables Pères, j'ai lu dans les écrits des Arabes que le Sarrasin Abdallah, comme on lui demandait quel spectacle lui paraissait le plus digne d'admiration sur cette sorte de scène qu'est le monde, répondit qu'il n'y avait à ses yeux rien de plus admirable que l'homme… Il prit donc l'homme, cette œuvre indistinctement imagée, et l'ayant placé au milieu du monde, il lui adressa la parole en ces termes : Si nous ne t'avons donné, Adam, ni une place déterminée, ni un aspect qui te soit propre, ni aucun don particulier, c'est afin que la place, l'aspect, les dons que toi-même aurais souhaités, tu les aies et les possèdes selon ton vœu, à ton idée…» (ref : De la Dignité de l’Homme, Giovanni Pico della Mirandola, Yves Hersant, Éditions de l’Eclat, 1993).

Retrouvé et afficher les proportions idéales de l’Homme coïncide ici avec l’affirmation du libre-arbitre qui fait de l’homme l’artisan de sa propre destinée. Dürer ne pouvait ignorer ce texte si l’on se réfère à la dédicace que Willibald Pirckeimer lui a dédié sur la page de garde des Caractères de Théophraste où Pirckeimer spécifie avoir reçu ce livre de Jean-François Pic de la Mirandole, le neveu légataire et éditeur des œuvres de Jean Pic de la Mirandole.

Description de la gravure[modifier | modifier le code]

Dürer a représenté le couple originel se détachant harmonieusement sur le fond d’une sombre forêt dans laquelle se profilent les quatre animaux symbolisant, selon l’antique théorie des quatre humeurs, les quatre tempéraments à l‘image des quatre fleuves irriguant le paradis terrestre :

  • le chat pour l’humeur colérique,
  • le lapin pour le sanguin (un chaud lapin),
  • le cerf mélancolique
  • et le bœuf lymphatique.

Hildegarde de Bingen abbesse bénédictine de Disibodenberg, voit dans la chute de l’homme une conséquence du déséquilibre de ces quatre humeurs entraînant consécutivement la maladie et la mort. L’homme et la femme dans la position classique du contrapposto qu’affectionne la renaissance, semblent planer, comme détachés de la forêt dont le sombre couvert fait ressortir le galbe clair des nus. Cette mise en scène du paradis avec les quatre animaux symbolisant les quatre tempéraments où interfèrent également un bouquetin juché sur une falaise, un perroquet perché sur une branche surplombant le cartelino et une petite souris figée de peur, méritent qu’on approfondisse son symbolisme.

Le jeu des regards[modifier | modifier le code]

Ce que le regard désigne la main le dessine. Ce constat de l’artiste Frank Morzuch circonscrit le mystère de cette gravure. Tout est dans le regard. Et le nôtre est attiré et dirigé, pris dans le rets triangulaire qu’amorce la trajectoire du regard d’Adam porté sur Eve dont les yeux baissés passent par l’œil du serpent jusqu’au sexe de l’homme. Si l’on trace avec une règle un trait qui va d’une pupille à l’autre il se dessine entre l’homme, la femme et le serpent un triangle isocèle qui présente la même aire que celle d’une des 49 cases de la grille d’ordre 7 qui pourrait, selon l’artiste , structurer cette gravure (ref : en bas affaire dürer). Dürer, inspiré par Vitruve, nous en livre le canon dont la proportion coïncide avec celle de la grille.

Adam et Eve, gravure de Dürer vue à travers la grille du carré de Vénus d'après le parcours des 7 premiers nombres.

De la mesure du corps humain (notes de Dürer)[modifier | modifier le code]

Gravure de Dürer vue à travers la grille du carré magique de Vénus selon les mesures de Vitruve, 2009.

Or la grille d’ordre 7 correspond à celle du carré planétaire de Vénus. Ce qui pourrait placer cette gravure dans une suite de quatre gravures comprises comme une tétralogie fondée sur les quatre tempéraments et les carrés magiques appelés carrés planétaire qui leurs correspondent. Si l’on relie dans l’ordre croissant les sept premiers nombres de la table de Vénus il se dessine un triangle qui reporté sur la gravure suit la trajectoire du regard d’Adam et pointe la petite souris, comme pour souligner la tension perceptible entre Adam et Eve.

Ce regard d’artiste posé sur l’œuvre du vieux maître allemand ouvre la voie à une approche nouvelle de quatre gravures de Dürer, comprises comme une tétralogie. Une thèse déjà évoquée par Peter-Klaus Schuster pour qui, s’il existe bel et bien une suite supposée de gravures liées à Melencolia § I, celle-ci ne peut exister que sous forme d’une tétralogie fondée sur les 4 tempéraments. L’originalité de cette hypothèse est qu’elle correspond tout à fait à la vision philosophique qui avait cours à cette époque.

Un trop grand écart entre les dates[modifier | modifier le code]

Pourquoi un tel écart entre les dates d’exécution d’ Adam et d’Eve (1504) et une supposée suite, en 1513, avec Le Chevalier, la Mort et le Diable, Melencolia § I (1514) et Saint Jérôme dans sa cellule (1514) ?

La réponse nous est donnée par Joachim Camerarius (lien) qui nous informe que Dürer s’est fait voler dans son atelier toute sa recherche sur la mesure idéale du cheval, lors de son séjour de 1505 à 1507 à Venise. En 1528, tout de suite après son décès, est apparu un petit livre sur la construction du cheval que le Conseil municipal de Nuremberg a derechef fait saisir, sur l’instigation de Willibald Pirckeimer et d’Agnès Dürer, au prétexte que ce matériel appartenait à Dürer. Or, selon le plan du Livre du peintre la construction du cheval arrive en deuxième position après celle de l’homme et de la femme. Tout laisse croire que Dürer, en 1505, à la veille de son départ pour Venise, maîtrisait déjà parfaitement cette construction. De retour à Nuremberg, et mis devant le fait accompli, il est compréhensible que l’artiste ait d’abord du faire face à d’autres priorités et n’aurait repris cette tétralogie que neuf ans plus tard, avec le burin magistral du Chevalier, la Mort et le Diable, faisant de la Melencolia § I une illustration des arcanes des bâtisseurs doublée d’une géométrie secrète de l’âme, et de Saint Jérôme le modèle d’une perspective rayonnante sous l’égide du carré d’ordre 6.

Postérité[modifier | modifier le code]

En mai 2015, une copie de l'Adam et Ève estimée à 600 000 dollars disparaît de la bibliothèque publique de Boston, ainsi que d'autres œuvres[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Clément Solym, « La bibliothèque de Boston égare pour 600.000 $ d'oeuvres d'art », sur ActuaLitté (consulté le 18 juin 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Albrecht Dürer, Adam und Eva, Die Gemälde, ihre Geschichte und rezeption bei Lucas Cranach d. Ä. und Hans Baldung Grien, Christian Schoen, Éditions Reimer, 2001 (ISBN 9783496012443).

Articles connexes[modifier | modifier le code]