Adam Weisweiler

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Adam Weisweiler
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Commode, 1790, NY, MET.
Commode à vantaux en placage d'ébène et d'acajou, orné de panneaux en laque du Japon. Cadeau de Louis XVI à la Reine Marie Caroline de Naples, soeur de Marie Antoinette. Vers 1790, collection Wrightsman, New-York, Metropolitan Museum. Partie d'un ensemble avec une paire de cabinets aussi au MET.[1]

Adam Weisweiler (né en Rhénanie le - mort en 1820) était un maître ébéniste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adam Weisweiler naît à Korschenbroich en 1746 (Allemagne). Travaillant notamment pour les marchands merciers Dominique Daguerre (en) et pour la maison Lignereux, il devint le fournisseur de la Cour de France, de Marie-Caroline d'Autriche, reine consort de Naples, de Maria Feodorovna, belle-fille de Catherine II, ainsi que de la haute aristocratie française ou anglaise. Il travailla également sous l'Empire. Il mourut à Paris en 1820.

La production de Weisweiler est particulièrement prolixe. Son style illustre parfaitement le style "pompéien". Il affectionne les plaques de porcelaines (Sèvres et Wedgwood) que lui fournissent le marchand Daguerre. Il exécute peu de marqueterie, si ce n’est quelques rares meubles dans le goût de Boulle, pour répondre à des commandes.  [2]

Quelques oeuvres[modifier | modifier le code]

France :[modifier | modifier le code]

  • Grande commode en acajou, achetée au marchand DAGUERRE pour le Roi à Saint-Cloud, vers 1788, Château de Compiègne.
  • Bonheur-du-jour en citronnier et amarante, Paris, Musée Cognacq-Jay.
  • Table à écrire en placage d'ébène et laque du Japon, bronzes attribués à Gouthière, 1784, Paris, Musée du Louvre. [3]

Angleterre[modifier | modifier le code]

  • Meuble à hauteur d'appui en ébène, marqueterie Boulle en contrepartie de bronze, vers 1780-90, Londres, Victoria & Albert Museum. [4]

Etats Unis[modifier | modifier le code]

Cote[modifier | modifier le code]

  • Une commode estampillée "Carlin et Weisweiler" rehaussée de plaques en pierre dure originaires d'un cabinet florentin, s'est vendue en 1999 à Monaco pour la somme de 7,01 millions d'euros. Elle a appartenu aux collections Rothschild, puis Akram Ojjeh.
  • En avril 2011, un secrétaire en cabinet à plaques en porcelaines de Sèvres et bronze doré, estampillé A. Weisweiler, provenant de l’ancienne collection Gustave de Rothschild, a été vendu 1,4 M € par Sotheby's - Paris.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liste d'ébénistes célèbres


  1. « Adam Weisweiler | Commode (commode à vantaux) (part of a set) | French, Paris | The Met », sur The Metropolitan Museum of Art, i.e. The Met Museum (consulté le 4 octobre 2017)
  2. Pierre KJELLBERG, Les ébénistes français du XVIIIe siècle, Editions de l'Amateur, P° 903
  3. « Site officiel du musée du Louvre », sur cartelfr.louvre.fr (consulté le 4 octobre 2017)
  4. (en) « Cabinet | Weisweiler, Adam | V&A Search the Collections », sur collections.vam.ac.uk (consulté le 4 octobre 2017)
  5. « Adam Weisweiler | Commode (commode à vantaux) (part of a set) | French, Paris | The Met », sur The Metropolitan Museum of Art, i.e. The Met Museum (consulté le 4 octobre 2017)