Adam Ferguson

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ferguson.

Adam Ferguson, né le à Logierait dans le Perthshire, mort à St Andrews le , est un écrivain et universitaire écossais.

Il est surtout connu pour son ouvrage publié en 1767 Essai sur l'Histoire de la Société civile. Dans ce livre, il développe une théorie de la sociabilité qui s'oppose à celles développées par les philosophes Thomas Hobbes et Jean-Jacques Rousseau, tout en étant critique de celles développées par David Hume et Adam Smith. Proche de Rousseau dans sa critique de l'État commercial, il développe une théorie de l'histoire moins optimiste que celle de Voltaire et de Smith, mais plus que celle avancée par Rousseau dans le Discours sur l'origine et les fondements de l'inégalité parmi les hommes[1].

Vie[modifier | modifier le code]

Adam Ferguson est né en 1723 au pied des Highlands, dans une partie pauvre et traditionnelle de l’Écosse[2]. Comme son père, il est ordonné pasteur en 1745 après trois ans d'études de théologie à l'université d’Édimbourg. Il devient alors aumônier du 43e régiments d'infanterie des highlanders connu aussi sous le nom de Black Watch[2]. Il officie en tant qu'aumônier pendant neuf ans, ce qui lui permet de découvrir les Flandres et l'Irlande. Il quitte ses fonctions en 1754 et revient à Édimbourg[2]. Il devient alors précepteur des enfants de Lord Milton puis de Lord Bute et visite à cette occasion les Pays-Bas et l'Allemagne. Grâce à ses amis John Homme et David Hume, il est nommé à la chaire de philosophie naturelle de l'université d’Édimbourg en juillet 1759. En 1764, il quitte cette chaire pour celle de philosophie pneumatique et morale[3]. C'est là qu'en 1767, il publie ce qui sera son œuvre majeure : Essai sur l'histoire de la société civile.

Œuvre[modifier | modifier le code]

En anglais[modifier | modifier le code]

  • An Essay on the History of Civil Society (1767) [lire en ligne]
  • Institutes of Moral Philosophy (1769) [lire en ligne]
  • The History of the Progress and Termination of the Roman Republic (1783) [lire en ligne]
  • Principles of Moral and Political Science; being chiefly a retrospect of lectures delivered in the College of Edinburgh (1792)[4]

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Essai sur la société civile, 1767. Traduit par Claude-François Bergier, en 1783.
  • Institutions de philosophie morale, 1769. Traduit par Elie Salomon François Reverdi, à Genève, en 1775. .
  • L'Histoire des progrès et de la chute de la république romaine, 1782. Rééditée en 1799, avec des corrections importantes. Traduite par Jean-Nicolas Démeunier, en 1784.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. McDaniel 2013, p. 9.
  2. a, b et c Vieu 2013, p. ix.
  3. Vieu 2013, p. x.
  4. Ferguson Adam, An Essay on the History of Civil Society, Cambridge University Press,‎ (ISBN 0-521-44736-4), xxviii

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Patrick Vieu, « Introduction », dans Adam Ferguson. Essai sur l'histoire de la société civile le philosophe, ENS Édition,‎ , 650 p.
  • Adam Ferguson (trad. Patrick Vieu), Essai sur l'histoire de la société civile le philosophe, ENS Édition,‎ , 650 p.
  • Norbert Waszek, L'Écosse des Lumières : Hume, Smith, Ferguson, Paris, PUF, Philosophies, 2003.
  • Claude Gauthier, « Introduction ou la modernité problématique », dans Adam Ferguson. Essai sur l'histoire de la société civile le philosophe, Puf,‎
  • (en) Brewer Anthony, « Adam Ferguson, Adam Smith, and the concept of economic growth », History of Political Economy, no 4,‎
  • Vieu Patrick, « L'homme introuvable. Fondement et limites du discours anthropologique chez Adam Ferguson », Archives de philosophie du droit, vol. 12, no 31.2,‎
  • Iain McDaniel, Adam Ferguson in the Scottish Enlightenment: The Roman Past and Europe's Future, Harvard University Press,‎ , 650 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]