Adam Curtis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un réalisateur image illustrant britannique
Cet article est une ébauche concernant un réalisateur britannique.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques. Pour plus d’informations, voyez le projet Cinéma.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Curtis.
Adam Curtis
Description de cette image, également commentée ci-après

Adam Curtis en 2005

Naissance (61 ans)
Nationalité britannique
Profession réalisateur

Adam Curtis, né le , est documentariste britannique de la télévision qui a travaillé comme scénariste, narrateur, producteur et réalisateur.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adam Curtis étudie les sciences humaines (introduction à la génétique, la psychologie, les sciences politiques, la géographie, et la statistique élémentaire) à l'université d'Oxford.

Il y enseigna les sciences politiques, mais quitta l'université pour se lancer dans une carrière à la télévision.

L'utilisation régulière d'images d'archives est un de ses traits distinctifs.

The Observer écrit que « s'il y a un thème dans le travail de Curtis, c'est le regard sur la façon dont les différentes élites ont essayé d'imposer leur idéologie dans leur époque, et les conséquences tragi-comiques de celles-ci. »

Il travaille actuellement à la BBC.

Prix[modifier | modifier le code]

Curtis a reçu le prix de la persistance du regard du Golden Gate au Festival international du film de San Francisco en 2005.

En 2006 il a reçu le Alan Clarke Award pour contribution remarquable aux récompenses télévisuelles de l'académie britannique.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • 1984 : Inquiry: The Great British Housing Disaster (Enquête : Le Grand Désastre immobilier britannique).
  • 1988 : An Ocean Apart, épisode Hats Off to Mr. Wilson Séparés par un océan, épisode Chapeau à M. Wilson, concernant le processus d'entrée en guerre des États-Unis lors de la Première Guerre mondiale.
  • 1992 : Pandora's Box (La Boite de Pandore) Sur les dangers de la rationalité technocratique et politique.
    BAFTA Award pour la meilleure série de reportage.
  • 1995 : The Living Dead (Le Mort-vivant) Inspecte la façon dont l'histoire et la mémoire (chacune nationale et individuelle) ont été utilisées par les politiciens et d'autres.
  • 1996 : 25 Million Pounds (25 millions de livres) Une étude de Nick Leeson et Adam Curtis sur l'effondrement de la banque Barings.
    Prix du meilleur documentaire de science et nature au Festival international du film de San Francisco en 1998.
  • 1997 : The Way of All Flesh, sur Henrietta Lacks, la femme « qui ne mourra jamais » Golden Gate Award en 1997.
  • 1999 : The Mayfair Set BAFTA Award pour la meilleure série en 2000.
  • 2002 : The Century of the Self (Le Siècle du moi) pour BBC 4 Le film comment les découvertes de Freud sur l'inconscient menèrent au développement des relations publiques par Edward Bernays, son neveu, l'instrumentation du désir aux dépens des besoins et la réalisation personnelle comme moyen d'atteindre la croissance économique et le contrôle de la population.
    Broadcast Award pour la meilleure série documentaire et récompense Longman/Histoire aujourd'hui du film historique de l'année.
    Il a été distribué aux États-Unis par Art house cinema et choisi comme quatrième meilleur film de l'année par Entertainment Weekly.
  • 2004 : The Power of Nightmares (Le Pouvoir des cauchemars) pour BBC 2 Le film suggère un parallèle entre la montée de l'islamisme dans le monde arabe et le néo-conservatisme aux États-Unis selon que chacun promeut le mythe de l'ennemi dangereux de façon à encourager les gens à les soutenir[1],[2],[3].
    BAFTA Award de la meilleure série de reportage en 2004.
  • 2007 : The Trap — What Happened to our Dream of Freedom (Le Piège - Qu'est devenu notre rêve de liberté) pour BBC 2 Une série sur le concept moderne de liberté.
  • 2007 : court documentaire pour une section sur les reporters des journaux dans le troisième épisode de la quatrième série du programme de Charlie Brooker's Screenwipe de la BBC 4.
  • 2009 : Oh Dearism Court métrage sur la façon dont les médias dominants simplifient des événements complexes et les présentent comme des « choses terribles et effrayantes qui arrivent n'importe où, oh mon dieu[4] », donnant au public l'impression d'être sans pouvoir pour faire quoi que ce soit dans de tels cas.
    Charlie Brooker's Newswipe, troisième épisode de la première série.
  • 2009 : It Felt Like A Kiss (On aurait dit un baiser)
  • 2015: Bitter Lake (en)
  • 2016 : HyperNormalisation (en)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « "The Power of Nightmares" : le pouvoir américain comme fabrique à cauchemars », Le Monde du 16 mai 2005.
  2. (en) The Power Of Nightmares, sur le site de la BBC.
  3. (en) Article sur The Power of Nightmares sur The Guardian.
  4. « Scattered terrible things happening everywhere, Oh Dear. »

Liens externes[modifier | modifier le code]