Adam Adach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Adam Adach (ou Adam Zbigniew Adach) est un artiste d'origine polonaise, avec double nationalité polonaise et française. Il pratique la peinture, mais son œuvre multiforme comporte aussi, entre autres, les dessins, les installations in situ, les photos et les vidéos. Ses travaux s'inscrivent dans un dialogue entre des procédures picturales d'abstraction et la manipulation sélective de référents réalistes, provenant notamment de sources photographiques en rapport avec l'histoire sociale et politique du XXe siècle et la mémoire individuelle. Adam Adach habite et travaille entre Paris, Varsovie et Lisbonne.


œuvre[modifier | modifier le code]

abstraction et réalité[modifier | modifier le code]

Les motifs des tableaux d'Adam Adach s'inspirent souvent d'objets ou de lieux, à la fois emblématiques et imprévus, de l'espace visuel de la vie quotidienne contemporaine ou de moments-clé du XXe siècle. Cette dimension de son travail est néanmoins perçue, par les commentateurs, comme imbriquée dans des logiques post-figuratives. Les surfaces et le côté méthodique de la peinture d'Adach «se trouvent inspirés par les recherches récentes dans le domaine de l'abstraction et de la peinture conceptuelle»[1]. Tout en exerçant et poursuivant une peinture réaliste, l'artiste accentue certains éléments «de telle façon qu'ils acquièrent des traits stylistiques propres au modernisme abstrait»[2]. La reconnaissance immédiate de références culturelles peut «s'avérer trompeuse» et éloigner le regardeur de ce qui est «à la fois montré et caché»[3]. L'artiste lui-même affirme: "Je ne prétends pas réduire 'à la réalité' ce qu'il peut y avoir de pure abstraction"[4].

subjectivité et interprétation[modifier | modifier le code]

Patricia Falguières évoque le tableau Parc de la vérité

pour exprimer la façon dont Adam Adach fictionnalise les enjeux traditionnels de la peinture abstraite: «un empâtement suspect, le brossage vigoureux d'une lourde matière bleu dans un coin du tableau plombe la narration d'un lest pigmentaire excessif, tandis qu'un ruissellement de peinture contrefaisant un bosquet dénonce la toile peinte - version renouvelée du Déjeuner sur l'herbe ? - Version brève chez Wilhelm Sasnal: un avion exemplaire, une idée d'avion volant sur fond neutre, est démasqué par l'épanchement baveux du pigment.»[5] Les tableaux intitulés Bancs parisiens, dont la série complète fut présentée pour la première fois à Yokohama en 2000, peut aussi servir de paradigme. «J'aimerais bien», a dit l'artiste à cette occasion, «que la salle des Bancs parisiens soit ressentie comme un espace continu, où les frontières s'estompent, aussi à l'intérieur qu'à l'extérieur de chaque tableau.» [6] La peinture d'Adach interroge le monde pour le recréer dans une dimension ni purement conceptuelle, ni purement contextuelle. Le langage pictural de l'artiste transforme la toile en un champ de symptômes à la fois visuels et mentaux dont l'interprétation reste ouverte. La subjectivité prend le dessus sur la «sensation de distance objective»[7].


collage mental, cinéma et émotion[modifier | modifier le code]

En réalisant des performances chirurgicales sur les images-source (en dialogue éventuel avec son passé de médecin vétérinaire), l'artiste revendique l'idée de collage mental caractéristique du cinéma d'Eisenstein[8]. Adach semble jouer avec une série de principes inspirés du cinéma, entre le cadrage rapproché, le cadre/hors cadre ou la suppression pure et simple d'éléments dans l'image, y compris «l'élément principal de l'intrigue (le "McGuffin" tel que l'appelait Hitchcock)». L'objet autour duquel l'intrigue se construit peut rester «inscrit dans l'esprit des protagonistes de l'histoire et caché aux yeux du spectateur»[9]. Cela dit, Adach garde un lien émotionnel - y compris autobiographique - avec les contextes d'origine, tout en s'inspirant des ponts entre la théorie des affects et l'art. Curieusement, l'artiste a plusieurs fois jonglé de manière explicite avec des scènes de films ou des référents du septième art[10]. «Si je suis revenu à la figuration après plusieurs années de recherche sur la peinture dite abstraite et processuelle», explique-t-il, «c'est parce que j'ai éprouvé le besoin de m'immiscer dans la vie des gens et de mes proches (...)»[8].

sources photographiques, histoire et mémoire[modifier | modifier le code]

Adach crée ses peintures en s'inspirant surtout de photographies, soit de famille, soit d'albums anonymes trouvés dans le marché aux puces ou dans des vide-greniers modestes, soit encore de livres illustrés, de journaux et de magazines du XXe siècle trouvés et collectionnés apparemment au hasard. Il ne s'agit pas de «peindre la photographie» selon les modalités de la séduction ou de la prouesse techniques, mais d'un procédé post-photographique qui expérimente les constituants de la peinture «avec plus de liberté encore»[11]. Selon l'artiste, ses sources sont indéniablement des «documents historiques», mais dans un sens large, pour accentuer que la petitesse des anonymes devant l'histoire avec un grand H n'est pas qu'un fatalisme[8]. «Par ce procédé, [Adam Adach] pose avec délicatesse la question du rapport entre Histoire et mémoire»[12]. Sa peinture interroge «la pauvreté en expérience dont Walter Benjamin avait montré, dès 1933, qu'elle caractérise la condition de l'homme moderne aux lendemains de la Première Guerre Mondiale»[13]. L'artiste surpasse le silence des rescapés, l'absence de fables ou de légendes ou de proverbes des catastrophes advenues, pour atteindre les formes non héroïques d'indépendance ou de résistance. Les options picturales de l'artiste acquièrent ainsi une dimension narrative qui tisse des liens subtils entre l'individuel et le collectif, au point d'affronter artistiquement des moments ou des situations parmi les plus traumatiques de l'histoire du XXe siècle.

art et Holocauste[modifier | modifier le code]

«C'est avec une grande sensibilité qu'Adam Adach répond, dans son tableau Sans titre (Treblinka), à la question des possibilités de l'art face à l'Holocauste.»[14] Il a lui-même photographié l'un des panneaux destinés à donner aux visiteurs une idée de la structure du camp disparu. Peint «dans un blanc sale» dont le contenu est imperceptible, cet élément central du tableau laisse en arrière-plan la forêt de bouleaux, plantée à son tour par les nazis après la suppression du camp afin de masquer le lieu de leurs crimes[15]. S'il peut être exagéré de dire que «toute identification exacte devient impossible» pour cette imagerie située dans l'Histoire[16], le fait est que la peinture finale crée l'impression de «ne jamais pouvoir la raconter»[17]. La subjectivité du résultat n'est pas que la subjectivité de l'artiste, puisque le regardeur est comme forcé de s'y mêler et de «faire appel à sa propre mémoire», soit-elle une mémoire sociale[17]. On parle ainsi de la dimension thérapeutique de la peinture d'Adach[18]. L'artiste a travaillé le sujet dans d'autres travaux, tels une installation et une vidéo (With any luck they might forget all about it) sur une histoire de survivance qui lui a été racontée par des survivants juifs. Pendant la Guerre, deux grands-parents, deux parents et deux enfants ont été cachés aux alentours de Slonim, dans la région de Vilnius, dans une "ziemianka", c'est-à-dire, une très petite cave creusée dans la terre comme un trou où les paysans gardaient, en hiver, les pommes de terre. Cette famille a vécu deux ans à l'intérieur de cette "ziemianka", symboliquement enterrés et effectivement entre la vie et la mort, à la merci d'un paysan polonais qui, tous les soirs, apportait de la nourriture à la famille juive cachée dans sa "ziemanka". L'artiste filme les conséquences de la mémoire dans la vie actuelle de la famille de l'un des survivants[19].

nationalismes, signes et critiques[modifier | modifier le code]

C'est pourquoi l'origine polonaise de l'artiste et notamment son vécu dans les dernières années du Rideau de Fer se prêtent à des lectures divergentes. Les uns évoquent «une certaine mélancolie slave»[20], voire un calme pictural ancrée dans une «lumière du nord-est»[21]. La réception "occidentale" de l'œuvre d'Adach le distingue de manière récurrente d'autres apports de l'Est, tels ceux de Neo Rauch. En voici un exemple: «Quand tant d'artistes provenant de l'ancien empire communiste se satisfont d'exploiter une imagerie immédiatement négociable sur le marché du néo-pop, c'est au point d'émergence des signes - de ce que l'histoire aura identifié comme signes - que la peinture, chez Adach, intervient.»[22] Il est perçu comme un artiste polonais «engagé dans la déconstruction de l'histoire recente» et dont les travaux «peuvent être lus comme une extension de l'intérêt porté par la tradition artistique polonaise sur la documentation de l'histoire du pays, aussi sanglante qu'ambigüe»[23]. Dans Polish! Contemporary Art from Poland (2011), Ralf Schlüter va jusqu'à saisir dans la peinture d'Adach «une volonté de passer à l'action d'un moment à l'autre». D'autre part, quelques-unes des premières perceptions de son œuvre dans son pays natal ont été virulentes, comme celle-ci: «Au lieu de suer en travaillant pour les solutions locales et de puiser dans les vestiges de la tradition polonaise (Matejko, Wojtkiewicz, Cybis), [Adach] succombe à la nouveauté et il crée le maladroit plagiat, en mordant sa propre queue comme le serpents des gnostiques, épuisé et dirigé par les marchands et les curateurs de la décadente culture à l'ouest»[24]. Plus récemment, la place d'Adach dans le contexte artistique polonais est l'objet de réappréciations, comme participant d'une «polonité en tant que manque ou en tant que soin-de-la-plaie-ouverte», susceptible de renforcer «la sensation d'identité troublée», partagée par des polonais «qui ne sont pas les souverains de l'histoire ou les propriétaires de leur propre révolution»[25]. Selon Ewa Gorzadek, il s'agit d'une forme d' «art critique, compris comme un engagement dans les débats actuels sur le pouvoir»[26].

biographie[modifier | modifier le code]

enfance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Né en 1962 à Nowy Dwór Mazowiecki, près de Varsovie, Adam Adach grandit dans une petite ville de la région de Posnanie, près des grands lacs et de la plus grande base aérienne polonaise. Il passe beaucoup de temps jouant dans de vieux avions russes que répare son père et reste profondément marqué par cette campagne, qu'il considère sa petite patrie. Il apprend l'allemand à l'âge de six ans, chez une tante voisine qui n'a pas d'enfants, et découvre les inscriptions sur les tombeaux détruits d'un vieux cimetière allemand, vestige d'un passé que le pouvoir veut effacer. Il témoigne la destruction d'une église protestante, restée vide après la disparition des derniers habitants germaniques de la ville. Contre la volonté du père, sa mère l'envoie en secret aux cours de religion aboutissant à la première communion. Son père, athée et d'origine juive, part en Union Soviétique pour compléter sa formation technique et, de retour, parle en russe avec les enfants pour améliorer leur éducation[27]. Adam Adach quitte la maison familiale à l'âge de 13 ans, pour fréquenter un lycée de Varsovie en régime d'internat.

études[modifier | modifier le code]

Pendant ses études universitaires, dans les années 1980, il participe à la révolte des étudiants contre le régime communiste. Il obtient son diplôme de médecin vétérinaire en 1987. En 1989, il devient bénévole de la communauté L'Arche Internationale, d'abord en France et puis en Angleterre. Il commence ses études artistiques à l'École Nationale des Beaux-Arts de Lyon et puis les complète à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, où il obtient son diplôme en 1995.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • 2015
    • Orties, Galerie Jean Brolly, Paris, France
  • 2013
    • Musée de Cahors Henri-Martin, France (catalogue)
    • Das Jahrhundert der Judenbuche, Maerz Contemporary, Berlin, Allemagne (catalogue)
    • War, Peace and Entertainment, BWA, Zielona Góra, Pologne
  • 2012
    • Reprezentacja, BWA, Varsovie, Pologne
  • 2011
    • Cease-fire, Galleri Bo Bjerggaard, Copenhague, Danemark (catalogue)
  • 2010
    • Go-Between, Galerie Nächst St Stephan Rosemarie Schwarzwälder, Vienne, Autriche
    • Morsure, Galerie Jean Brolly, Paris, France
    • With any luck they might forget all about it, Arsenal Gallery, Bialystok, Pologne(catalogue)
    • Modlitwa o ptaka, Galeria Miejsska Arsenal, Poznan, Pologne (catalogue)
  • 2008
    • La Galerie, Centre d'art contemporain, Noisy-le-Sec, France (catalogue)
    • Cheap History, Arndt & Partner, Berlin, Germany
  • 2007
    • Nomination au Prix Marcel Duchamp, Centre Pompidou, ADIAF
    • Chemical Sunset, D'Amelio-Terras Gallery, New York, États-Unis
    • The Evil-Pop+Politik, Galerie Lehmann, Dresden, Allemagne
    • Portrety. Lustra, Centrum Sztuki Współczesnej Zamek Ujazdowski / Centre for Contemporary Art Ujazdowski Castle, Varsovie, Pologne (catalogue)
  • 2006
    • Stille Beobachtung, Gallery nächst St. Stephan Rosemarie Schwarzwälder, Vienne, Autriche.
    • Ivernia, Arndt & Partner, Zurich, Suisse
  • 2005
    • Musée National Message Biblique Marc Chagall, Nice, France (catalogue)
    • Gallery nächst St. Stephan Rosemarie Schwarzwälder, Vienna, Austria
    • Gallery D'Amelio Terras, New York, États-Unis
  • 2004
    • Centre d’Art Contemporain, Château des Adhémar, Montélimar, France(catalogue)
  • 2003
    • Peintures, Galerie Jean Brolly, Paris, France.
  • 1999
    • À la merci, Galeria Laboratorium, Centrum Sztuki Współczesnej Zamek Ujazdowski / Centre for Contemporary Art Ujazdowski Castle,

Varsovie, Pologne

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Adach, Adam. 2005. «Na Pytania dzieci odpowiada Adam Adach». In M. Gozdziewski et J. Rentowska (org.), Sztuka wspolczesna dla wzystkich dzieci. Warszawa: Zacheta Narodowa Gleria Sztuki, p. 14-20
  • Araszkiewicz, Agata. 2007a. "Exoticism and birches". In Polski Las/The Polish Forest. Bialystok: Galeria Arsenal, p. 4-17
  • Araszkiewicz, Agata. 2007b. "Near Catastrophe". In Adam Adach. Portrety. Lustra/Portraits. Mirrors. Varsovie: Centrum Sztuki Wspolczesnej, p. 126-131
  • Araszkiewicz, Agata. 2007c. «Adam Adach». In G. Borkowski, A. Mazur, M. Branicka (orgs.), New Phenomena in Polish Art After 2000. Warsaw: Centre for Contemporary Art Ujazdowski Castle, p. 338-345
  • Araszkiewicz, Agata. 2008. «Adam Adach. The Sleeping and the lying». In M. Lewoc (org.), Baltic/Balkans. Szczecin: National Museum in Szczecin, p. 84-85
  • Araszkiewicz, Agata. 2012. «Szalenstwo Euro». In Czas Kultury, 1, p. 4-11, 163-168
  • Araszkiewicz, Agata. 2014. "A Drowy Whirl, or Plica Polonica". In Gorzki to chleb jest polkosc/It's a bitter fate - Polishness. Jelenia Góra: Art Gallery BWA, p. 89-98
  • Bissière, Caroline et Laurent Guillaut (org.). 2013. Adam Adach. Car cette peinture que l'on croit silencieuse raconte. Cahors: Musée de Cahors Henri-Martin
  • Blanchet, Jean-Paul. 2013. «Comme un bleu à l'âme». In C. Bissière et L. Guillaut (org.), Adam Adach. Car cette peinture que l'on croit silencieuse raconte. Cahors: Musée de Cahors Henri-Martin, p. 58-60
  • Bomsdorf, Clemens. 2013. "Das Jahrhundert der Judenbuche". In Adam Adach. Das Jahrhundert der Judenbuche. Berlin: Maerz Contemporary, p. 2-7
  • Broch-Lips, Henrik. 2012. "Waging war on history". In Adam Adach. Copenhague: Galleri Bo Bjerggaard, p. 15-20
  • Brolly, Jean. 2004. "Une histoire en l'air". In Adam Adach. Montélimar: Château des Adémar, p. 15-16
  • Chateigné, Yann. 2005. "A-Panorama". In Adam Adach. Paris, Nice: Réunion des musées nationaux, Musée national Message Biblique Marc Chagall, p. 88-95
  • Deptula, Boguslaw. 2014. Self-love, or: Artists love themselves. Sopot: Panstwowa Galeria Sztuki w Sopocie
  • Etgar, Raphie et Nizan Rothem (org.). 2008. Earthquake. Jerusalem: Museum on the Seam
  • Falguières, Patricia. 2002. "Vues du monde/Views of the World". In Urgent Painting. Paris: Musée d'art moderne de la ville de Paris, p. 18-31
  • Falguières, Patricia. 2003. "La Retenue des images". In Voir en peinture. Bruxelles: La Lettre volée, Le Plateau - Frac Île-de-France, p. 20
  • Falguières, Patricia. 2005. "Enfance et Histoire". In Adam Adach. Paris, Nice: Réunion des musées nationaux, Musée national Message Biblique Marc Chagall, p. 96-115
  • Fleck, Robert. 2000. Prodige. Une nouvelle génération d'artistes. Paris: Espace Ricard
  • Fleck, Robert. 2004. "Lumière du Nord-est". In Adam Adach. Montélimar: Château des Adémar, p. 23-25
  • Fleck, Robert. 2013. «Voir le monde en peinture». In C. Bissière et L. Guillaut (org.), Adam Adach. Car cette peinture que l'on croit silencieuse raconte. Cahors: Musée de Cahors Henri-Martin, p. 9-13
  • Foray, Jean-Michel. 2005. "Avant-propos". In Adam Adach. Paris, Nice: Réunion des musées nationaux, Musée national Message Biblique Marc Chagall, p. 7
  • Fuchs, Gilles. 2012. «Adam Adach», In A. Rouvière (org.), Projet pour l'art contemporain. 10 Ans d'acquisitions Société des Amis du Musée National d'Art Moderne Centre Pompidou. Paris: Centre Pompidou, Somogy Éditions d'Art, p. 38-39
  • Fudala, Tomasz. 2010. «Zymboliczne resztki». In Czas Kultury, 1, p. 108-112
  • Fudala, Thomas. 2010. Adam Adach. Bialystok: Galeria Arsenal
  • Garimorth, Julia. 2007. «Adam Adach». In Le Prix Marcel Duchamp 2007. Paris: Centre Pompidou, p. 6-7
  • Garimorth, Julia. 2006. «Adam Adach». In J.-C. Vergne (org.), Vous êtes ici. Fonds Régional d'Art Contemporain Auvergne 2000-2006. Clermont-Ferrand: FRAC Auvergne, p. 58-59
  • Garimorth, Julia et Adam Adach. 2005. "Entretien entre Adam Adach et Julia Garimorth". In Adam Adach. Paris, Nice: Réunion des musées nationaux, Musée national Message Biblique Marc Chagall, p. 96-115
  • Gorzadek, Ewa. 2007. "The Mirror Perspective". In Adam Adach. Portrety. Lustra/Portraits. Mirrors. Varsovie: Centrum Sztuki Wspolczesnej, p. 116-117
  • Guillaut, Laurent. 2013. «Chambre 1050». In C. Bissière et L. Guillaut (org.), Adam Adach. Car cette peinture que l'on croit silencieuse raconte. Cahors: Musée de Cahors Henri-Martin, p. 14-20
  • Kobayashi, Tadashi. 2014. Fruits de la passion: la collection du Centre Pompidou. Kôbe, Paris: Hyogo Prefectural museum of art, Centre Pompidou
  • Kurjakovic, Daniel (ed.). s.d. Burger Collection Quadrology. Part 1. Subjectivity. Conflicting Tales. Zürich: JRP/Ringier
  • Lanavère, Marianne et Adam Adach. 2007-2008. Adam Adach. Noisy-le-Sec: La Galerie
  • Leszkowicz, Pawel (org.). 2010. Ars Homo Erotica. Warzsawa: Muzeum Narodowe Warszawie, CePed
  • Mikina, Ewa. 2007. "Un Faiseur de peinture". In Adam Adach. Portrety. Lustra/Portraits. Mirrors. Varsovie: Centrum Sztuki Wspolczesnej, p. 118-123
  • Oppenheim, Jeane Freifrau von (org.). 2007. 10 Jahre Sammllung Sal. Oppenheim/10 Years Collection Sal. Oppenheim. Luxemburg: Sal. Oppenheim jr. & Cie. S.C.A.
  • Piguet, Philippe. 2007. «Adam Adach». In Frac Alsace. Catalogue des acquisitions 2003-2007. Sélestat: Frac Alsace, Agence Culturelle Alsace, p. 26-27
  • Pühringer, Alexander. 2005. "Bouleau et mémoire", In Adam Adach. Paris, Nice: Réunion des musées nationaux, Musée national Message Biblique Marc Chagall, p. 80-87
  • Robert, Yves (coord.). 2000. Multipass. Yokohama: City Art Gallery
  • Rosa, Frederico Delgado. 1999. "Hardware and Hardcore in Adach's Hands". In Nous nous sommes tant aimés. Paris: ENSBA, p. 71-72
  • Rosa, Frederico Delgado. 2007. "The World of Zarah Leander, Captain Blood and Antonina Traczyk". In Adam Adach. Portrety. Lustra/Portraits. Mirrors. Varsovie: Centrum Sztuki Wspolczesnej, p. 124-125
  • Rydiger, Monika et Natalia Zak (org.). Memory. Registers and Territories. Kraków: International Cultural Centre
  • Schlüter, Ralf. 2011. "Adam Adach", In Polish! Contemporary Art from Poland. Berlin: Hatje Cantz, Zak/Branicka Foundation, Art Stations Foundation (Poznan), Instytut Polski w Berlinie, p. 20-21
  • Stange, Raimar (org.). 2007. The Evil. Dresden: Galerie Gebr. Lehmann
  • Swiatkowska, Bogna et Adam Adach. 2011. «Wewnetrzny motor postepowania». In Notes na 6 tygodni, vol. 72, p. 132-147
  • Szymczyk, Adam. 2/7/1997. In Zycie kultury
  • Tosato, Guy et Cécile Brilloit (org.). De leur temps (2). Art contemporain et collections privées en France. Grenoble: Musée de Grenoble, ADIAF, Archibooks + sautereau éditeur
  • Urzykowski, Tomasz. 2014. Aleja Szucha 25. Historia gmachu polskiej edukacji.Warszawa: Ministerstwo Edukacji Narodowe, Narodowe Archivum Cyfrowe
  • Waldmann, Susan. 2006. «Adam Adach». In C. Lange et F. Matzner (org.), Zurück zur Figur. Malerei der Gegenwart. Burgdorf, München: Museum Franz Gertsch, Kunsthalle der Hypo-Kulturstiftung, p. 50-51

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fleck 2000: 14.
  2. Garimorth, Adach, 2005: 108.
  3. Rosa 1999: 71.
  4. Garimorth, Adach 2005: 108.
  5. Falguières 2002: 23-25.
  6. Adach, in Robert 2000.
  7. Garimorth, Adach, 2005: 104; V. Brolly 2004.
  8. a, b et c Garimorth, Adach, 2005: 104.
  9. Chateigné, 2005: 92.
  10. V. Rosa 2007.
  11. Fleck 2004: 24.
  12. Kobayashi 2014; v. Falguières 2005; Foray 2005.
  13. Falguières 2005: 76.
  14. Pühringer 2005: 82; V. Bomsdorf 2013.
  15. Pühringer 2005: 82; V. Araszkiewicz 2007; Lanavère, Adach 2007-2008.
  16. Schlüter 2011: 20.
  17. a et b Kobayashi 2014.
  18. Falguière 2005: 78.
  19. Fudala 2010.
  20. Fleck 2000.
  21. Fleck 2004: 23.
  22. Falguières 2005: 76; V. Falguières 2003.
  23. Broch-Lips 2012: 15.
  24. Szymczyk 1997.
  25. Araszkiewicz 2014: 16.
  26. Gorzadek 2007: 117; V. Mikina 2007; Araszkiewicz 2007.
  27. V. Garimorth, Adach, 2005.