AUS 32

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis AdBlue)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Réservoirs de gazole et d'AdBlue.

L'AUS 32 (en anglais : aqueous urea solution) est une solution aqueuse d'urée composée de 32,5 % d'urée et de 67,5 % d'eau déminéralisée. Elle est utilisée dans le processus de réduction catalytique sélective (SCR). C'est un fluide d'échappement Diesel (FED) (en anglais Diesel exhaust fluid, DEF), aussi appelé AdBlue (marque déposée). L'AUS 32 est standardisée selon la norme ISO 22241. Les camions construits à partir d' sont équipés d'un système qui utilise l'AUS 32.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'AUS 32 est synthétisée à partir d'ammoniac et de dioxyde de carbone :

2NH3 + CO2 → CO(NH2)2 + H2O

L'AUS 32 permet de convertir 85 %[1] (voire 90 %[2]) des oxydes d'azote contenus dans les gaz d'échappement, en diazote et vapeur d'eau.

Cette solution incolore est biodégradable, non toxique, non explosive, ininflammable, et ne présente pas de danger majeur ni pour l'environnement ni pour la santé. Elle est instable et corrosive pour certains métaux et requiert des conditions de stockage et de transport spécifiques[1], tolérant mal les températures extrêmes. Elle n'est pas soumise à la réglementation sur le transport de matières dangereuses. Son odeur est peu puissante (généralement considérée comme inexistante) à l'état stable, bien qu'une intense odeur d'ammoniaque puisse être remarquée en cas de défaillance du système SCR.

AdBlue est une marque déposée de l'Association allemande de l'industrie automobile (VDA)[3],[4], qui assure le maintien des standards de qualité DIN 70070, complétée depuis par la norme ISO 22241[5].

Propriétés physico-chimiques[modifier | modifier le code]

Chimie[modifier | modifier le code]

Schéma de principe de la technologie RCS
Schéma de principe du mode de fonctionnement d'une technologie de dépollution :
- moteur Diesel ;
- oxydation des gaz d'échappement ;
- FAP qui retient presque toutes les particules ;
- injection de la solution uréique par l'unité de dosage dans le flux d'échappement et hydrolyse sous l'effet de la chaleur ;
- réduction sélective de l'oxyde et dioxyde d'azote NO et NO2 ; oxydation de l'ammoniac NH3.

Au cours du processus de combustion au sein du moteur Diesel, il est admis plus d'air que de gazole dans la chambre de combustion, afin d'éviter le rejet de carburant imbrûlé. Il se forme des oxydes d'azote, gaz à effet de serre et dangereux pour la santé.

Le premier élément constituant le procédé RCS consiste en une oxydation des gaz d'échappement par injection de dioxygène. Après le filtre à particules (FAP), la solution uréique, contenue dans un réservoir dédié[8] des véhicules équipés de la technologie RCS, est injectée.

Réactions chimiques[modifier | modifier le code]

Étape 1 : oxydation des gaz d'échappement

Au contact du dioxygène de l'air, des composés des gaz d'échappement « bruts » s'oxydent (ils récupèrent un atome d'oxygène) :

2NO + O2 → 2NO2
2CO + O2 → 2CO2

Des hydrocarbures (imbrûlés) sont brûlés :

4HC + 5O2 → 4CO2 + 2H2O

Étape 2 : décomposition et hydrolyse

L'urée et l'eau, qui sont injectés sous forme de brouillard, chauffent. Ces composés se séparent et se recombinent pour former de l'ammoniac NH3 et du dioxyde de carbone CO2.

Deux réactions interviennent :

CO(NH2)2 → NH3 + HNCO
  • ce dernier s’hydrolyse en dioxyde de carbone et en ammoniac :
HNCO +  H2O → CO2 + NH3

le bilan est :

CO(NH2)2 + H2O → 2NH3 + CO2

Étape 3 : réduction catalytique sélective

Article connexe : Sélectivité.

Au contact du système catalytique RCS, l'ammoniac libéré réagit avec les oxydes d'azote, suivant plusieurs réactions possibles en fonction des molécules présentes dans les gaz d'échappement ; du diazote et de l'eau sont formés.

8NH3 + 6NO2 → 7N2 + 12H2O
4NH3 + 4NO + O2 → 4N2 + 6H2O
2NH3 + NO + NO2 → 2N2 + 3H2O

Étape 4 : oxydation de l'ammoniac

L'ammoniac en excès est oxydé, du diazote et de l'eau sont formés.

4NH3 + 3O2 → 2N2 + 6H2O

Utilisation[modifier | modifier le code]

Réservoir et unité AdBlue d'un camion.

Le faible dosage (solution uréique à 32,5 %) permet un transport, un stockage et une utilisation sans danger (mis à part le risque d'allergie par contact ou par inhalation[9]). C'est un composé stable dans le temps, facilement manipulable, contrairement à l'ammoniac pur, qui est un composant dangereux pour les personnes, les matériels, les animaux et l'environnement. C'est donc une solution techniquement très avantageuse.

La faible consommation nécessaire pour la réaction permet des remplissages peu fréquents et minimise l'impact de ce réservoir en termes d'espace sur le châssis (consommation par rapport au gazole de 3 à 8 % de solution uréique[10],[4]). Ces systèmes sont actuellement en usage en Europe aussi bien qu'au Japon et à Singapour. Presque tous les constructeurs européens de poids lourds (camions, autobus, bennes à orduresetc.) proposent des véhicules équipés du système SCR afin de satisfaire à la norme Euro 5 que ce système permet d'atteindre. Cependant, ces systèmes sont sensibles aux impuretés dans la solution uréique, ce qui nécessite de maintenir une haute qualité dans la préparation de la solution, qualité définie dans la norme ISO 22241 qui comporte quatre parties (exigences de qualité ; méthodes d'essai ; manipulation, transport et stockage ; interface de remplissage)[11].

L'utilisation de l'AUS 32 s'est développée avec la mise en application des normes d'émission Euro 4, Euro 5 et Euro 6 destinées à réduire les émissions d'oxydes d'azote (NOx) des poids lourds.

Les engins de travaux publics, les engins agricoles et les véhicules utilitaires et particuliers vont aussi être concernés dans les années à venir.

L'utilisation grandissante de la technologie SCR en Europe a imposé la constitution de réseaux de distributions performants. L'AdBlue peut être achetée aussi bien en citerne auprès des fabricants qu'aux pompes de station-service. Les principaux producteurs européens sont Yara[1], Boréalis (ex-GPN du groupe Total), BASF, Greenchem[9],[1]Kruse, Dehon SA, Dureal et AMI[réf. nécessaire].

Les véhicules particuliers sont désormais soumis aux réglementations européennes de limitation des émissions de dioxyde d'azote. Chaque véhicule répond à des spécificités propres pour le remplissage (ex. : taille et emplacement du réservoir, alerte, etc.)[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Virginie Lepetit, « L'Adblue fait son entrée en France », sur L'Usine Nouvelle, (consulté le 12 octobre 2018).
  2. (en) « AdBlue for Diesel Cars and Vans » [PDF], VDA (consulté le 13 octobre 2018).
  3. Adblue, INPI (consulté le 12 octobre 2018).
  4. a, b, c et d « Qu'est-ce qu'AdBlue ? », Total.
  5. (en) « ISO 22241-1:2006 ».
  6. a, b, c et d (en) « Safety Data Sheet : Air1 » [PDF], 27 juillet 2017 (consulté le 12 octobre 2018).
  7. (en) « AdBlue », VDA (consulté le 12 octobre 2018).
  8. Le réservoir d'AdBlue possède un bouchon bleu.
  9. a et b « À quoi sert l’AdBlue ? – Qu’est-ce que l’AdBlue et à quoi sert-il ? », sur greenchem-adblue.com, (consulté le 7 octobre 2018).
  10. « AdBlue : De quelle quantité ai-je besoin ? », AdBlue4You.
  11. (en) « ISO 22241-1:2006 (en) — Diesel engines — NOx reduction agent AUS 32 — Part 1: Quality requirements ».

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]