Adèle Esquiros

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Adèle Esquiros
Image dans Infobox.
Adèle Esquiros par Nadar.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 67 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Adèle BattanchonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Adèle-Julie BattanchonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Journaliste, écrivaine, militante pour les droits des femmes, éditrice, communardeVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Membre de
Partenaire

Adèle Esquiros, née Adèle-Julie Battanchon le à Paris, morte le à Paris, est une femme de lettres et journaliste féministe française.

Biographie[modifier | modifier le code]

Adèle Battanchon est la fille Marie-Rose Rouvion (rentière morte en 1844) et de Pierre-François Battanchon (étudiant en médecine mort en 1860. Elle nait en 1819 tandis que le couple se marie en 1822. Elle a quatre frères — Pierre-François (mort en 1864), professeur de musique à Libourne puis à Bordeaux, Gabriel-Félix, professeur à Genève, Edmond, artiste-peintre à Paris, et Henri, négociant à Buenos Aires — et une sœur — Émilie (morte en 1864), mariée à un propriétaire terrien du Puy, Dubosc.

Adèle est institutrice et poétesse. Elle fait la connaissance d'Alphonse Esquiros, un écrivain romantique converti au socialisme et aux idées républicaines, avec lequel elle se marie à Paris le et dont elle se sépare en 1850[1],[2].

Elle écrit plusieurs ouvrages : Histoire des amants célèbres et Regrets, souvenir d'enfance.

Pendant la Deuxième République, Adèle Battanchon est une membre active du Club des femmes fondé en et de la Société de l'éducation mutuelle des femmes, fondée en , avec Jeanne Deroin, Eugénie Niboyet et Désirée Gay. Avec Eugénie Niboyet et Louise Colet, elle est à l’origine de deux journaux féministes, La Voix des femmes (1848), puis L'Opinion des femmes[3],[2].

Son œuvre la plus notable est sa réponse à Jules Michelet, L'Amour (1860)[2].

Adèle Esquiros est membre du Comité de vigilance du 18e arrondissement durant le siège de Paris puis la Commune de Paris, à laquelle elle participe. Elle écrit pour le journal d'Auguste Blanqui La Patrie en danger, qui paraît de septembre à [4].

Membre de la Société des gens de lettres, elle meurt en 1886, aveugle, paralysée et dans une misère noire, ne survivant que grâce à un maigre traitement de la société[2]. À sa mort, elle ne laisse un actif que de 1 827 francs[1].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Le Fil de la Vierge, Paris, V. Bouton, 1845, 70 p.
  • Histoire des amants célèbres (avec Alphonse Esquiros), Paris, bureau des publications nationales, 1847
  • Regrets. - Souvenirs d'enfance. - Consolation. - Jalousie, (avec Alphonse Esquiros), Paris, imprimerie de Bénard, 1849, 2 p.
  • « Un vieux bas-bleu », dans Les Veillées littéraires illustrées, tome II : « Choix de romans, nouvelles, poésies, pièces de théâtre etc. etc. des meilleurs écrivains anciens et modernes », Paris, J. Bry aîné, 1849
  • Les Amours étranges, Paris, A. Courcier, 1853, IV-349 p.
  • « Une vie à deux », par Alphonse Esquiros. « La Course aux maris », « la Nouvelle Cendrillon », « l'Amour d'une jeune fille », « l'Échoppe du père Mitou », par Adèle Esquiros, Paris, Lécrivain et Toubon, 1859, 48 p.
  • L'Amour, Paris, 1860, 107 p.
  • Histoire d'une sous-maîtresse, Paris, E. Pick, 1861, 138 p.
  • Les Marchands d'amour, Paris, Pick, 1865, 224 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Vincent Wright, Éric Anceau, Jean-Pierre Machelon, Sudhir Hazareesingh, Les Préfets de Gambetta, Presses Paris Sorbonne, 2007, 482 pages, p. 195-198 (ISBN 978-2-84050-504-4).
  2. a b c et d Naomi Judith Andrews, Socialism's muse: gender in the intellectual landscape of French romantic socialism, Lexington Books, 2006, 179 pages (ISBN 978-0-7391-0844-4).
  3. Alphonse Lucas, Les clubs et les clubistes : histoire complète critique et anecdotique des … , E. Dentu, Paris, 1851 books.google.fr
  4. « Esquiros Adèle [née Battanchon Adèle] », sur Le Maitron, (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]