Actinidia deliciosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
 Ne doit pas être confondu avec Actinidia chinensis.
image illustrant la flore
Cet article est une ébauche concernant la flore.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

L’Actinidia deliciosa est une espèce de plante de la famille des Actinidiaceae et du genre Actinidia. Cette liane est originaire de Chine mais elle est massivement cultivée ailleurs dans le monde pour son fruit, le kiwi. Ses autres noms sont entre autres la Groseille de chine, la Souris végétale, Yang Tao et l’Actinide de Chine [1,2].

Cette espèce fût pendant longtemps considérée comme une variété de l’espèce Actinidia chinensis. Elle est aujourd’hui reconnue comme une espèce à part entière, et cela depuis 1984.

Le nom du genre provient du mot grec ‘aktis”, signifiant rayon. Le nom de l’espèce vient du latin, ‘deliciosus’ qui veut dire doux, agréable [3].

Description[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif :

La plante est une liane arbustive, ligneuse et sarmenteuse. Les feuilles, d’un vert sombre, sont alternes, caduques, et le limbe est relié à la tige par un long pétiole [4].  Elles sont de forme ovales, presque circulaires, cordiformes, et mesurent entre 7,5 et 12,5 cm de long. Les jeunes feuilles sont recouvertes de poils pourpres, tandis qu’à maturité elles en sont dépourvues sur la face supérieure.

Actinidia deliciosa3 R.jpg

Appareil reproducteur :

Cette plante dioïque présente des fleurs blanches à jaune chamois, actinomorphes, arborant 6 pétales et sépales. Elles sont regroupées en grappes de 3 à 5 fleurs [4].  Les fleurs mâles ne produisent que du pollen, leurs ovaires étant atrophiés. Les fleurs femelles produisent les fruits, les étamines de celles-ci étant stériles. A. deliciosa n’est donc pas autofertile. La période florale s’étend sur plusieurs semaines, de début mai à juin en fonction des conditions climatiques.

Le fruit ovale ou ovoïde, le kiwi, mesure 5 à 6 cm et est marron, densément couvert de courts poils rigides. La chair, ferme jusqu’à maturité, est verte claire voir brun-jaunâtre mis à part le centre blanc d'où partent de fin rayons clairs entre lesquels se trouvent les graines, en grandes quantités, très petites et de couleur noire [4]. Celles-ci sont presque imperceptibles et comestibles lors de la consommation du fruit, qui a un goût sucré et acidifié. Son apparence, ainsi que son goût, diffèrent selon les variétés.

Écologie[modifier | modifier le code]

Actinidia deliciosa est native de Chine, plus précisément des provinces de Hupeh, Szechuan, Kiangsi et Fukien dans la vallée du Yangzi Jiang au nord du pays, ainsi que dans la province de Zhejiang sur la côte est. On la retrouve naturellement dans des forêts à des altitudes de 600 à 2 000 mètres [1,4].

La pollinisation se fait principalement grâce aux insectes butineurs comme les abeilles, le vent n’étant pas un vecteur suffisant. Bombus terrestris et Apis mellifera sont des exemples de tels insectes [5].

Le Kiwi est relativement libre de problèmes, possiblement du à leur faible taux de plantation industriel qui pourrait attirer des parasites qui commenceraient à prendre goût à ceux-ci.

Les problèmes qui peuvent apparaître sont dus à des mammifères venant se frotter aux plants ou mangeant les feuilles, à des escargots de jardin et certains insectes. C’est une plante qui peut servir d’hôte à certains Lépidoptères [6].

En 2010 et 2011, les cultures de kiwi du monde entier ont souffert de dégâts causés par une bactérie,  Pseudomonas syringae [7]. Cette bactérie peut causer la mort du plant de kiwi, mais ne présente pas de danger pour la santé humaine ou pour d’autres plantes.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Le kiwi aurait des propriétés anti-oxydantes et anti-inflammatoires [8]. Comparé à d’autres fruits, son action anti-oxydante serait moindre que celle des fraises, des oranges ou des prunes mais plus grande que celle des pommes, poires ou du raisin. D’autres espèces du genre Actinidia ont toutefois une action anti-oxydante plus forte [15].

Certaines personnes sont allergiques au fruit. Les symptômes vont de la simple démangeaison jusqu’au choc anaphylactique pour les cas les plus sérieux. C’est un allergène courant.

Utilisations[modifier | modifier le code]

Outre sa valeur alimentaire, cette plante connaît d’autres usages.

La croissance rapide et sa tolérance pour différents supports font du Kiwi un bon élément décoratif principalement utilisé dans les jardins pour son feuillage coloré et ses fruits [9].

En médecine traditionnelle chinoise, le fruit et le jus de la tige sont utilisés pour évacuer les calculs rénaux [4].

Les racines, tiges et fruits auraient des propriétés diurétiques, sédatives et fébrifuges.

Ils sont utilisés dans certains traitements (cancers du foie et de l’œsophage, rhumatismes, ...).

La liane peut également servir dans la confection de corde, papier et même de crayons [4].

En période de famine les feuilles de cette plante étaient parfois consommées.

Culture[modifier | modifier le code]

Cette plante grimpante peut atteindre 9 m de long et couvrir des zones de 3 à 5 m de large. Elle a besoin d’une période de croissance longue, avec un minimum de 240 jours sans gel. C’est une espèce qui ne résiste pas bien aux chutes soudaines de températures, néanmoins les différents cultivars sont mieux adaptés à certains climats. Par exemple, une durée de 800 heures avec des températures entre °C et °C est optimale pour la variété Hayward, tandis que d’autres cultivars (Elmwood, Dexter, Abbott, ou Vincent) sont plus adaptés pour les hivers plus chauds, comme ceux de Californie [4].

Les kiwis sont cultivés en vignes sur des supports comme un câble ou des structures en T où la plante peut se fixer en grandissant. Ils tolèrent l’ombre mais sont idéalement placés au soleil et à l’abri des vents forts.

Le sol doit être drainé (perméable et facilitant la circulation de l’eau), quelque peu acide (pH 5-6.5), riche en matière organique et surtout pas chargé en sels.

Les plants nécessitent de grandes quantités d’eau durant la période de croissance, surtout pendant les périodes chaudes de l’été. Les problèmes liés à l’eau sont de loin la principale cause de la mort des plants, avec comme symptôme premier la chute de leurs feuilles.

Cette espèce consomment de grandes quantités d’azote, qui doit idéalement être appliqué comme fertilisant en abondance pendant la première moitié de la saison de croissance, car en deuxième moitié l’ajout de fertilisant ne font qu’augmenter la taille du fruit, au prix de sa qualité car celui-ci perd de sa faculté de stockage.

La récolte des fruits mûrs se fait début novembre de préférence [1].

Cultivars :

Il existe de nombreux cultivars:

Hayward, Blake, Elmwood, Dexter, Abbott, Vincent, Tewi, Allison, Bruno, Gracie, Monty, Saanicheon, Greensill, et d’autres. [4,10]

Les deux mâles généralement utilisés pour la pollinisation sont les cultivars Matua (mi-saison) et Tomuri (fin de saison) [1].

Le cultivar le plus cultivé et commercialisé est le Hayward. C’est un cultivar de choix parce que ses fruits sont plus grands et ont une apparence et un goût souvent considérés supérieurs [10].  

Aspects économiques[modifier | modifier le code]

Le premier pays à avoir planté des kiwis à des fins commerciales est la Nouvelle-Zélande vers 1940 avant d’y attribuer une surface plus importante dans les années 1950 dans la baie de Plenty près de la ville de Tauranga. Aujourd’hui, le kiwi pousse dans de nombreuses zones de l’ile Nord de la Nouvelle-Zélande ainsi que dans la région de Nelson sur l’île Sud. Les premières exportations de kiwi ont eu lieu en 1958 vers les États-Unis.

En 1981 la production s’éleva à 6,5 millions de cageots (7,5 lb.) qui furent exportés vers les États-Unis, l’Europe et l’Asie. En 1986 la culture du kiwi en Nouvelle-Zélande atteignit une surface de plus de 20.000 ha [11,12].

Parmi les pays qui cultivent massivement le kiwi nous pouvons citer la Chine, la Nouvelle-Zélande, l’Italie et le Chili [13].

Aspects culturels et historiques[modifier | modifier le code]

Au début du XXe siècle des graines furent introduites pour la première fois en Nouvelle-Zélande par des missionnaires, gagnant d’abord de la popularité dans les jardins. Des personnes qui goûtèrent au fruit lui trouvaient un goût de groseille, et ils commencèrent à l’appeler Groseille de Chine. C’est en 1959 que le nom de kiwi, en référence à l’oiseau national de la Nouvelle-Zélande, commença à être utilisé [14].

Le cultivar ‘Hayward’ fût développé par Hayward Wright en Nouvelle-Zélande, vers 1924. La commercialisation de la groseille de Chine débuta dans les années 1940, et à plus grande échelle dans les années 1970.

Actinidia deliciosa poussant à l'état subspontané[1] en fond rivière Tiretaine au centre de Clermont (Auvergne)

Synonymes[modifier | modifier le code]

  • Actinidia latifolia var. deliciosa A.Chev.
  • Actinidia chinensis var. deliciosa (A.Chev.) A.Chev.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

[5] Pomeroy, Nelson, and Richard M. Fisher. “Pollination of Kiwifruit (Actinidia Deliciosa) by Bumble Bees (Bombus Terrestris): Effects of Bee Density and Patterns of Flower Visitation.” New Zealand Entomologist 25, no. 1 (January 1, 2002): 41–49. doi:10.1080/00779962.2002.9722093.

[10]A.R. Ferguson, New Temperate Fruits: Actinidia chinensis and Actinidia deliciosa, Perspectives on new crops and new uses. 1999.

https://hort.purdue.edu/newcrop/proceedings1999/pdf/v4-342.pdf

[11] M.C. Salinero, Phenological growth stages of kiwifruit (Actinidia deliciosa ‘Hayward’), Scientia Horticulturae, Volume 121, Issue 1, 2 June 2009, Pages 27–31.

[15] Du, Guorong, Mingjun Li, Fengwang Ma, and Dong Liang. “Antioxidant Capacity and the Relationship with Polyphenol and Vitamin C in Actinidia Fruits.” Food Chemistry 113, no. 2 (March 15, 2009): 557–62. doi:10.1016/j.foodchem.2008.08.025.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. subspontané : Se dit d'une plante issue d'une graine qui vient d'une plante cultivée.