Acrassicauda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acrassicauda
Pays d'origine Drapeau de l'Irak Irak
Genre musical Heavy metal, groove metal, thrash metal
Années actives Depuis 2000
Labels Vice Records (2010-2014), indépendant (depuis 2014)
Site officiel heavymetalinbaghdad.com
Composition du groupe
Membres Faisal Talal Mustafa
Firas Al-Lateef
Marwan Hussein Riyadh
Muhammed Al Ansari
Marwan Grada
Anciens membres Waleed Moudhafar
Tony Aziz Yaqoo

Acrassicauda est un groupe de heavy metal irakien, originaire de Bagdad. Il est le premier groupe à avoir sorti une démo en Irak. Le groupe acquiert cependant la célébrité grâce au documentaire de 2007 retraçant leur histoire : Heavy Metal in Baghdad. Les membres du groupe ont fui la violence de Bagdad en Syrie, puis à Istanbul.

Biographie[modifier | modifier le code]

Irak[modifier | modifier le code]

Acrassicauda se compose initialement du chanteur Waleed Moudhafar, du guitariste Tony Aziz Yaqoo (aussi nommé Tony Aziz), du bassiste Firas Al-Lateef, du batteur Marwan Hussein Riyadh (aussi nommé Marwan Hussein) et du chanteur et guitariste Faisal Talal Mustafa (Faisal Talal ou Faisal Mustafa)[1]. Moudhafar quitte le groupe en 2003, et est remplacé par Talal au chant. Le groupe est formé en 2000 après la rencontre entre Riyadh, Talal et Aziz dans une école d'arts à Bagdad[2]. Les autres membres étaient journalistes et traducteurs avant l'invasion américaine[3]. Le groupe porte le nom latin d'une espèce de scorpion noir répandue en Irak[4]. En Irak sous Saddam, le groupe parvient à s'inspirer de bootlegs des trente ans du heavy metal.

Avec le chanteur Waleed Moudhafar, le groupe joue sous le régime de Saddam, mais à cause de la censure, doit écrire une chanson félicitant Saddam Hussein[5]. Intitulée The Youth of Iraq, le groupe comprend les paroles « Suivre notre leader Saddam Hussein, nous les feront tomber, nous les rendront fous ! »[6] Le headbanging est également banni, car il rappelle le mouvement de tête des juifs orthodoxes pendant les prières[5],[7]. Au début de la présence américaine à Bagdad, le magazine Vice (Vice 2004, vol. 11, no. 1) crée un profil du groupe clamant qu'il est le seul dans le genre heavy metal basé à Bagdad[3]. Dès lors, d'autres groupes émergent dans la scène heavy metal à Bagdad[6],[8].

Après l'éviction de Saddam Hussein, Acrassicauda joue un concert à l'Al-Fanar Hotel en été 2005. Après un renforcement de sécurité, le concert peut continuer, mais plusieurs coupures de courant interrompent le concert. Les membres répèteront en 2006, mais leur équipement sera détruit après la chute d'une bombe[5]. À cause de représailles, et craignant pour leurs vies, les membres se déplacent un à un en Syrie[7].

Syrie et Turquie[modifier | modifier le code]

En Syrie, le groupe joue un concert au sous-sol d'un hôtel à Damas. En concert, le groupe joue des reprises, le public syrien n'étant pas familier avec le style musical d'Acrassicauda[5]. En Syrie, les membres vivaient dans un peti appartement sans fenêtres.

Pendant l'enregistrement de Heavy Metal in Baghdad en 2007, le gouvernement syrien ne renouvelle pas les visas du groupe. Le pays ayant changé de politique d'immigration, les irakiens sont ramenés à Bagdad plutôt qu'à la frontière syrienne[9]. Des fonds seront collectés afin d'aider le groupe à vivre dans un pays plus sécurisé que l'Irak[10]. Le groupe a également vendu ses instruments pour subvenir à ses besoins. Désormais réfugiés, les membres s'envolent pour la Turquie en attendant un pays qui accepterait de les accueillir[9],[11]. Entretemps, le magazine Vice tente de placer les membres au Canada et en Allemagne, et leur donne de l'argent issu de la corporation Vice. Quelque $ 40000 seront donnés au groupe, selon Suroosh Alvi, l'un des fondateurs de Vice[4]. Il enregistreront une démo trois titres dans un studio d'enregistrement syrien, qui comprend Between the Ashes et Massacre[9].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Après leur avoir donné l'asile, le gouvernement américain attribue au groupe le statut de réfugié, ce qui leur permet de rester légalement pendant un an. Tony, Faisal, et Firas seront les premiers[12]. Tony emménagera dans le Michigan. Faisal et Firas iront vivre dans le New Jersey. Une association humanitaire et d'aide aux réfugiés, l'International Rescue Committee, les loge dans un appartement situé à Elizabeth[4],[13]. À leur deuxième jour aux États-Unis, ils réussissent à assister Metallica au Prudential Center de Newark[4].

Le premier album officiel du groupe, Only the Dead See the End of the War, est un EP quatre titres publiés par Vice Records le 9 mars 2010[14]. Il est produit par Alex Skolnick de Testament au Spin Studio à Astoria, dans le Queens. Acrassicauda joue ensuite avec Cannibal Corpse, Voivod, et d'autres groupes au Scion Rock Fest de Colombus, dans l'Ohio, le 13 mars[15]. En juillet 2011, Acrassicauda embarque dans une tournée nationale Make it or Break it[16]. Le guitariste Muhammed Al Ansari se joint au groupe. Après la tournée, Tony Aziz quitte le groupe à cause de « problèmes familiaux », et revient en Virginie[1]. Leguitarist Marwan Grada joined the band in 2012. En 2012, le groupe joue pour Ministry[17]. En 2013, leur tournée We're Not Gonna Stop[18].

Depuis 2014[modifier | modifier le code]

En mi-2014, Acrassicauda enregistre album à New York, Gilgamesh. Le groupe récolte assez de fonds sur Kickstarter pour le financer ($ 37383)[19]. Le 4 avril 2015, Acrassicauda, publie son premier album studio.

Documentaire[modifier | modifier le code]

L'histoire du groupe est le sujet du documentaire Heavy Metal in Baghdad des canadiens Eddy Moretti et Suroosh Alvi[20]. Le film a été présenté en septembre 2007 au Festival international du film de Toronto[21]. Ils sont aussi apparus dans le documentaire de 2004 Voices of Iraq.

Membres[modifier | modifier le code]

Membres actuels[modifier | modifier le code]

  • Marwan Jassam - paroles, batterie (depuis 2001)
  • Faisal Talal Mustafa – chant (depuis 2001), guitare rythmique (2001–2011)
  • Firas Al-Lateef – basse (depuis 2001)
  • Muhammed « Moe » Al Ansari – guitare (depuis 2011)

Anciens membres[modifier | modifier le code]

  • Waleed Moudhafar – chant solo (2001–2003)
  • Tony Aziz Yaqoo – guitare solo (2001–2011)
  • Marwan (Mar2) Grada - guitare solo (2012-2014)

Discographie[modifier | modifier le code]

Album studio[modifier | modifier le code]

EP[modifier | modifier le code]

  • 2010 : Only the Dead See the End of the War

Singles[modifier | modifier le code]

  • 2009 : Flowers in the Desert
  • 2009 : Garden of Stones Promo Single

Démos[modifier | modifier le code]

  • 2004 : Black Scorpion Demo
  • 2006 : Damascus Demo
  • 2011 : KEXP Demo

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Biography of Acrassicauda; www.acrassicauda.com.
  2. (en) Wayne Parry, Associated Press, « After Saddam & Bombs, Iraqi Band Rockin' in USA », New Elizabeth, NJ, ABC News, (consulté le 6 janvier 2010).
  3. a et b (en) « No war for heavy metal », Vice, (consulté le 6 janvier 2010).
  4. a, b, c et d (en) Sisario, Ben, « One Band Moves Its Metal Out of Iraq », The New York Times, (consulté le 6 janvier 2010).
  5. a, b, c et d (ar) Suroosh Alvi, Eddy Moretti (réalisateurs). (). Heavy Metal in Baghdad..
  6. a et b (en) « Band on the run – Iraqi rockers seek new home », News Limited, (consulté le 15 décembre 2007).
  7. a et b (en) Garland, Christopher, « Head banging in Baghdad », The New Zealand Herald, (consulté le 6 janvier 2010).
  8. (en) Rashid, Aadel, « Brutal Impact, an Iraqi Heavy-Metal Band, Hits the Stage », ABC News Baghdad, (consulté le 6 janvier 2010).
  9. a, b et c (en) Rainsford, Sarah, « Baghdad's refugee rockers », BBC News, (consulté le 6 janvier 2010).
  10. (en) « Iraqi Heavy Metal Band Asks for Help as it Fights to Survive », Rolling Stone, (consulté le 6 janvier 2010).
  11. (en) Moe, John et Kim, Angela, « Rocking out in the War Zone », publicradio.org, (consulté le 6 janvier 2010).
  12. (en) Ingle, Laura, « Band on the Run *Update* », foxnews, (consulté le 6 janvier 2010).
  13. (en) Ries, Brian, « Iraqi Heavy Metal Band Relocates to N.J. », MSNBC, (consulté le 6 janvier 2010).
  14. (en) Carman. Keith Conversations: Acrassicauda, Exclaim!, mars 2010.
  15. (en) Jay Lustig, « Acrassicauda: Iraqi heavy-metal band finds new home in NJ and NY », The Star-Ledger, (consulté le 7 mars 2010).
  16. (en) Moorman, Trent, « Acrassicauda: Overcoming Iraq to Make Metal Music », The Stranger, (consulté le 25 juillet 2011), Sound Check.
  17. (en) Daniel J. Gertstle, Iraq's Acrassicauda Tear it up With Ministry, Shed 'Shrapnel Rock' Tag; Rolling Stone.
  18. (en) A message from Acrassicauda to all of our fans, News, acrassicauca.com.
  19. (en) Kickstarter, « Acrassicauda's Official First Full Length Album », Kickstarter, (consulté le 22 février 2016)
  20. (en) Band on the run - Iraqi rockers seek new home, News Limited, 31 octobre 2007, consulté le 26 mars 2008
  21. (en) Baghdad band on the run, Rosie Swash, The Guardian, 28 septembre 2007, consulté le 26 mars 2008

Liens externes[modifier | modifier le code]