Acquarossa (Italie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acquarossa
Site archéologique d'Acquarossa
Aire archéologique étrusque d'Aquarossa
Aire archéologique étrusque d'Aquarossa
Localisation
Pays Drapeau de l'Italie Italie
province de Viterbe province de Viterbe
Latium Latium
Site archéologique Site archéologique
Coordonnées 42° 29′ 00″ Nord, 12° 08′ 00″ Est
Superficie 100 hectares

Géolocalisation sur la carte : Italie

(Voir situation sur carte : Italie)
Acquarossa
Acquarossa

Géolocalisation sur la carte : Latium

(Voir situation sur carte : Latium)
Acquarossa
Acquarossa
Histoire
Période archaïque étrusque
Internet
Acquarossa, percorso archeologico [1]
ABITATO ETRUSCO dell' ACQUAROSSA (resti) [2]
Al sito etrusco Acquarossa un percorso archeologico [3]
ACQUAROSSA E SAN GIOVENALE. INTRODUZIONE [4]
Sources
[5]
[6]
[7]
[8]


Acquarossa est le nom moderne d'un important centre étrusque abandonné ou détruit dans la seconde moitié du IVe siècle av. J.-C. Il a été fouillé sous l'égide de l'Institut suédois de Rome par des archéologues suédois et italiens dans les années 1960 et 1970.

Situation[modifier | modifier le code]

Les ruines d'Acquarossa sont situées sur un plateau de tuf, distant de 5 km de Viterbe, s'étendant sur un kilomètre environ et délimité par de profondes vallées.

C'est un exemple typique de la cité étrusque de la période archaïque, qui devait sa prospérité au fait de se situer près de points de rencontre d'un réseau de routes.

Fouilles[modifier | modifier le code]

Les fouilles ont permis de mettre au jour des maisons, des bâtiments publics, des rues et les places de la ville ancienne.

Découvertes et reconstitutions[modifier | modifier le code]

Les archéologues ont mis au jour les vestiges d'un palais étrusque entouré de vastes domaines agricoles. Ce palais était composé d'une cour centrale rectangulaire entourée par d'une série de salles[1]. Autour du palais, quelques maisons ont été retrouvées dans les années 1980[2].

Les fondations sont constitués de blocs de tufs de formes régulières. Sur les fondations les murs sont de briques d'argile crue, séchées uniquement au soleil sur lesquels repose un toit de terre cuite recouvert de tuiles et de carreaux imperméabilisés avec du lait, la caséine renforçant la résistance à l'eau.

Dans la partie septentrionale de la zone, un complexe d'édifices monumentaux a, lui aussi, été découvert.

Dans la Rocca Albornoz du Musée national étrusque de Viterbe sont exposés les objets et céramiques qui ornaient les maisons et le temple. Les meubles et ustensiles d'usage quotidien ont permis de reconstituer les intérieurs et les extérieurs des maisons.

Annexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Marc Irollo, Histoire des Étrusques, p. 85.
  2. Jean-Marc Irollo, Histoire des Étrusques, p. 189.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Histoire des Étrusques, Paris, Perrin, coll. « Tempus », , 250 p. (ISBN 978-2-262-02837-4) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Franz De Ruyt, « Une cité étrusque d'époque archaïque à Acquarossa (Viterbe) », L'antiquité classique, vol. Tome 42, no fascicule 3,‎ , pages 584-586 (DOI 10.3406/antiq.1973.1726, lire en ligne)
  • (en) Frank Van Wonterghem et Wendt et al. Leni, « Acquarossa : VII. Trial Trenches, Tombs and Surface Finds. », L'antiquité classique, vol. Tome 66,‎ , pages 671-672 (lire en ligne)
  • (it) A. Staccioli Romolo, « Considerazioni sui complessi monumentali di Murlo e di Acquarossa. », dans collectif, L'Italie préromaine et la Rome républicaine. : I. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, vol. 27, Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l'École française de Rome », 1976. (lire en ligne), pages 961-972.
  • Paul Fontaine, « Wendt (L.) - Lundgren (M.-B.) - Roos (P.) - Rystedt (E.) - Strandberg Olofsson (M.) - Persson (C.B.). Acquarossa. : VII. Trial Trenches, Tombs and Surface Finds », Revue belge de philologie et d'histoire, Antiquité - Oudheid, vol. tome 74, no fascicule 1,‎ , p. 244-245 (lire en ligne)
  • Roger Lambrechts, « Wikander (Orjan), Acquarossa. VI. The Roof-Tiles : 2. Typology and Technical Features. », Revue belge de philologie et d'histoire, Antiquité - Oudheid, vol. tome 73,‎ , pages 263-264. (lire en ligne)
  • (en) Larissa Bonfante, Etruscan Life and Afterlife : A Handbook of Etruscan Studies, Wayne states university press, , 286 p. (lire en ligne), pages 195 à 197
  • (en) Michael Thomas et Gretchen E. Meyers, Monumentality in Etruscan and Early Roman Architecture : Ideology and Innovation, , 186 p. (lire en ligne), pages 2 à 6
  • (it) Mario Torelli, « Polis e « Palazzo » : Architettura, ideologia e artigianato greco in Etruria tra VII e VI sec. A.C. », dans collectif, Architecture et société. : De l'archaïsme grec à la fin de la République. Actes du Colloque international organisé par le Centre national de la recherche scientifique et l'École française de Rome (Rome 2-4 décembre 1980), Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l'École française de Rome, 66 », (lire en ligne), pages 471-499

Liens externes[modifier | modifier le code]