Acidophile

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le qualificatif acidophile (avec un « o ») s'applique à des organismes ne pouvant survivre et se multiplier que dans des environnements acides (pH faible) ou très acide. Plusieurs d'entre eux se dégradent dans un pH supérieur à 4. Ce sont des organismes extrêmophiles-vrais. (On englobe parfois improprement sous le vocable acidophile des organismes qui supportent une acidité élevée mais qui peuvent également vivre dans un milieu moins acide, neutre ou basique).

Le qualificatif acidiphile (avec un « i ») s'applique à un constituant cellulaire qui a une affinité pour les colorants acides.

Organismes acidophiles[modifier | modifier le code]

Quelques eucaryotes unicellulaires peuvent vivre à des pH inférieur à 1, c'est le cas de certains champignons comme Acontium cylatium, Cephalosporium sp. et Trichosporon cerebriae. L'algue rouge Cyanidium caldarium vit à un pH inférieur à 1.

Des espèces d'Archaea sont les acidophiles les plus extrêmes. Les Sulfolobus ont un pH optimal proche de 2. Des espèces des genres Thermoplasma ou Picrophilus survivent dans des eaux dont le pH est proche de zéro. Picrophilus oshimae et Picrophilus torridus ont été isolés dans une solfatare caractérisée par un pH extrêmement acide. Le pH environnemental optimal de ces bactéries est de 0,7. Ferroplasma acidarmanus peut croître à un pH zéro. Des cyanobactéries, dites « algues bleues », peuvent coloniser des milieux hyperacides (pH de 0) comme les lacs acides des volcans. La plupart des micro-organismes acidophiles vivent dans des environnements contenant du soufre ou ses composés comme des environnements géothermiques, des sources chaudes contenant du soufre. On en trouve aussi dans le vinaigre, le jus de citron ou les fluides gastriques.

Organismes acidiphiles[modifier | modifier le code]

Mécanismes adaptatifs[modifier | modifier le code]

Les organismes acidophiles sont capables de maintenir un pH intérieur moins acide que celui du milieu extérieur. Le pH interne des micro-organismes acidophiles a été mesuré entre 5 et 7 (contre 6 à 8 pour les organismes normaux). Le pH du cytoplasme est régulé grâce à des « pompes transmembranaires ». On peut également rajouter que certains spécimens arrivent à survivre en milieux complétement tourbeux.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Prieur. Jusqu'où la vie se niche-t-elle ? Article du Journal "Pour la science", Juillet-Septembre 2008, p 43

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :