Acide usnique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acide usnique
Image illustrative de l'article Acide usnique
Structure de l'acide usnique
Identification
Nom UICPA 2,6-diacétyl-3,7,9-trihydroxy-8,9b-diméthyldibenzo[b,d]furan-1(9bH)-one
Synonymes

usnéine, usniacine

No CAS 125-46-2
7562-61-0 acide (+)-usnique
6159-66-6 acide (–)-usnique
No ECHA 100.028.597
No EINECS 231-456-0
No RTECS HP5295050
PubChem 5646
ChEBI 38319
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute C18H16O7  [Isomères]
Masse molaire[1] 344,3154 ± 0,0176 g/mol
C 62,79 %, H 4,68 %, O 32,53 %,
Propriétés physiques
fusion 201 à 203 °C[2]
Précautions
SGH[2]
SGH07 : Toxique, irritant, sensibilisant, narcotique
Attention
H302,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'acide usnique est un dibenzofurane naturel de formule C18H16O7 présent chez plusieurs espèces de lichens. Il s'agit d'une substance solide jaunâtre de saveur amère. On le trouve dans la nature sous forme D et sous forme L, ainsi que sous forme racémique. Il forme des sels appelés « usnates ».

L'acide usnique a été isolé pour la première fois en 1844 par le scientifique allemand W. Knop[3] et sa première synthèse est l'œuvre de Curd et Robertson en 1933[4]. Il a été identifié dans de nombreux genres de lichens, notamment les usnées, Cladonia, Lecanora, Ramalina, Evernia et Parmelia. On considère généralement qu'il est circonscrit aux lichens, mais il y a eu également des observations isolées et non confirmées d'acide usnique dans la kombucha et chez des ascomycètes non lichenisés[5],[6].

L'acide usnique est un métabolite secondaire des lichens dont le rôle n'a pas été complètement élucidé. On pense qu'il protège les lichens des effets nocifs du soleil et éloigne les animaux par son goût amer. Des extraits de lichens contenant de l'acide usnique ont été utilisés en médecine, parfumerie et cosmétique.

Il possède une certaine activité antibiotique contre des bactéries à Gram positif telles que Staphylococcus, Streptococcus (dont Streptococcus pneumoniae), d'autres bactéries telles que Mycobacterium tuberculosis et certains champignons pathogènes. Il présente également certains effets antiviraux, antiprotozoaires (en), antimitotiques, anti-inflammatoires et analgésiques, ainsi que la propriété d'absorber les rayons ultraviolets.

Chez l'homme, l'acide usnique et ses sels ont été associés à de graves atteintes du foie. Une hépatotoxicité sévère a été observée chez un certain nombre de patients ayant absorbé quotidiennement de 300 à 1 350 mg d'acide usnique comme complément alimentaire sur une période de quelques semaines[7],[8].

Stéréochimie[modifier | modifier le code]

L'acide usnique possède un atome de carbone asymétrique, le carbone C9b, C3 sur le cycle furane au centre et qui porte un substituant méthyle. Ainsi l'acide usnique est chiral et se présente sous la forme de deux énantiomères :

  • acide (+)-usnique ou (9bR)-2,6-diacétyl-7,9-dihydroxy-8,9b-diméthyl-1,3(2H,9bH)-dibenzofurandione et donc acide (R)-usnique ou encore acide (R)-(+)-D-usnique, numéro CAS 7562-61-0
  • acide (–)-usnique ou acide (S)-usnique ou encore acide L-usnique, numéro CAS 6159-66-6

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. a et b Fiche Sigma-Aldrich du composé (+)-Usnic acid 98 %, consultée le 9 juillet 2016.
  3. (de) W. Knop, « Chemisch-physiologische Untersuchung über die Flechten », Journal für Praktische Chemie, vol. 31, no 1,‎ , p. 196-208 (DOI 10.1002/prac.18440310129, lire en ligne)
  4. (en) Frank H. Curd et Alexander Robertson, « Usnic acid. Part III. Usnetol, usnetic acid, and pyrousnic acid », Journal of the Chemical Society (Resumed),‎ , p. 1173-1179 (DOI 10.1039/JR9330001173, lire en ligne)
  5. (en) Moreno Cocchietto, Nicola Skert, Pier Nimis et Gianni Sava, « A review on usnic acid, an interesting natural compound », Naturwissenschaften, vol. 89, no 4,‎ , p. 137-146 (PMID 12061397, DOI 10.1007/s00114-002-0305-3, Bibcode 2002NW.....89..137C, lire en ligne)
  6. (en) Philippe J. Blanc, « Characterization of the tea fungus metabolites », Biotechnology Letters, vol. 18, no 2,‎ , p. 139-142 (DOI 10.1007/BF00128667, lire en ligne)
  7. (en) Li-Ming Hsu, Yi-Shin Huang, Full-Young Chang et Shou-Dong Lee, « 'Fat burner' herb, usnic acid, induced acute hepatitis in a family », Journal of Gastroenterology and Hepatology, vol. 20, no 7,‎ , p. 1138-1139 (PMID 15955234, DOI 10.1111/j.1440-1746.2005.03855.x, lire en ligne)
  8. (en) William Sanchez, John T. Maple, Lawrence J. Burgart et Patrick S. Kamath, « Severe Hepatotoxicity Associated With Use of a Dietary Supplement Containing Usnic Acid », Mayo Clinic Proceedings, vol. 81, no 4,‎ , p. 541-544 (PMID 16610575, DOI 10.4065/81.4.541, lire en ligne)