Acide sélénique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les composés inorganiques
Cet article est une ébauche concernant les composés inorganiques.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Acide sélénique
Acide sélénique
Identification
Nom UICPA Acide sélénique
No CAS 7783-08-6
No EINECS 231-979-4
Apparence cristaux incolores
Propriétés chimiques
Formule brute H2O4SeH2SeO4
Masse molaire[1] 144,97 ± 0,03 g/mol
H 1,39 %, O 44,15 %, Se 54,47 %,
Propriétés physiques
fusion 58 °C (331 K)
ébullition 260 °C (533 K) (décomp)
Solubilité 1 300 g·L-1 (eau,30 °C)
Masse volumique 2,95 g·cm-3, solide
Propriétés optiques
Indice de réfraction 1.5174 (raie D, 20 °C)
Précautions
Directive 67/548/EEC
Très toxique
T+
Corrosif
C



Transport
88
   1905   
[2]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'acide sélénique est un acide de formule H2SeO4, analogue sélénié de l'acide sulfurique.

Description[modifier | modifier le code]

Il se présente sous forme de cristaux, incolores et fortement hygroscopiques, qui fondent à une température de l'ordre de 59 °C. Ces cristaux à fortes tensions de vapeur se vaporisent en un gaz jaune et piquant et se subliment très facilement en formant sur des surfaces froides de longues aiguilles. Chauffé au-delà de 260−280 °C, il se décompose en anhydride sélénieux SeO2 et en dioxygène gazeux.

Facilement dissous dans l'eau, il donne une solution aqueuse, aussi acide mais beaucoup plus oxydante que celle de l'acide sulfurique, qui dissout en particulier l'or natif ou le platine natif.

Il se dissout facilement dans l'éthanol.

Ses ions, analogues des sulfates et des tellurates, sont appelés les séléniates. Ils forment surtout divers sels avec les alcalis et bases, comme l'avait remarqué le chimiste Berzélius. Existe ainsi de multiples séléniates d'ions alcalins (Naplus, Kplus, Liplus..), d'alcalino-terreux (Ca2 plus, Sr2 plus, Ba2 plus...), d'ions magnésium, aluminium et béryllium, ammonium, plomb, étain, cérium, yttrium, zircone, uranium, mais aussi d'ions de métaux de transition (Fe, Ni, Co, Mn, Hg, Ag).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. Entrée du numéro CAS « 7783-08-6 » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 27 novembre 2008 (JavaScript nécessaire)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Heinrich Rosé, B. Valerius, Traité pratique d'analyse chimique, suivi de tables, servant, dans les analyses, à calculer la quantité d'une substance d'après celle qui a été trouvée d'une autre substance, Dumont, Bruxelles, 1836, 463 pages, avec 63 pages d'annexes, acide du sélénium en particulier p. 64.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]