Acide picolinique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Acide picolinique
Picolinic acid.svgPicolinic-acid-3D-balls.png
Identification
Nom UICPA acide pyridine-2-carboxylique
No CAS 98-98-6
No EINECS 202-719-7
PubChem 1018
SMILES
InChI
Apparence poudre cristalline incolore, presque inodore[1]
Propriétés chimiques
Formule brute C6H5NO2  [Isomères]
Masse molaire[3] 123,1094 ± 0,006 g/mol
C 58,54 %, H 4,09 %, N 11,38 %, O 25,99 %,
pKa 5,39 à 25 °C[2]
Propriétés physiques
fusion 134 à 137 °C[1]
Solubilité 887 g·l-1 (eau, 20 °C)[1]
Point d’éclair 139 °C[1]
Précautions
Directive 67/548/EEC[1]
Nocif
Xn



Transport[1]
non-soumis à règlementation
NFPA 704[4]

Symbole NFPA 704

 
SGH[4]
H301, H315, H319, H335, P321, P301+P310, P302+P352, P305+P351+P338, P405, P501,
Écotoxicologie
DL50 487 mg·kg-1 (souris, i.v.)[5]
360 mg·kg-1 (souris, i.p.)[6]
LogP 0,72[1]
Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'acide picolinique ou acide picolique ou acide pyridine-2-carboxylique est un composé aromatique, constitué d'un noyau de pyridine substitué par un groupe carboxyle en position 2. C'est l'isomère de l'acide nicotinique (ou niacine), plus connu sous le nom de vitamine B3 et de l'acide isonicotinique pour lesquels le groupe carboxyle est respectivement en position 3 et 4. C'est un catabolite du tryptophane, un acide aminé.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Propriétés chélatrices[modifier | modifier le code]

L'acide picolinique agit comme agent chélateur sur des éléments tel que le chrome, le zinc, le manganèse, le cuivre, le fer ou encore le molybdène dans le corps humain. Il est impliqué dans la production de phénylalanine, de tryptophane et d'alcaloïdes production et est utilisé pour la détection quantitative de calcium.

On pense que l'acide picolinique forme un complexe avec le zinc, ce qu pourrait faciliter son passage à travers la barrière gastro-intestinale et dans le système sanguin. Une étude sur les rats a trouvé que l'addition d'acide picolinique dans l'alimentation augmentait le renouvellement et l'excrétion du zinc[7]; d'autres résultats suggèrent que l'acide picolinique est un chélateur qui réagit avec d'autres métaux que le zinc[8]. Le complexe picolinate de chrome(III) est lipophile et accélère la production de masse musculaire aux dépens des masses graisseuses[9]. Ce composé est vendu comme complément alimentaire dans ce but, et ce même si une consommation fréquente présente des risques pour la santé. En effet, les composés du chrome sont relativement stables, et il a été prouvé que ceux-ci pouvait pénétrer à l'intérieur des cellules et endommager l'ADN[10]. Des tests sur la mouche du vinaigre ont montré que le picolinate de chrome pouvait entrainer des troubles génétiques[11].

L'acide picolinique est utilisé comme intermédiaire dans la production de composés pharmaceutiques et phytosanitaires, en particulier d'anesthésiques locaux, de sels de métaux utilisé comme compléments alimentaires ou encore d'herbicides tels que l'aminopyralide, le clopyralide et le picloram.

Propriétés inflammatoires[modifier | modifier le code]

L'acide picolinique induit la production de protéines inflammatoires des macrophages (MIP)[12], un effet auquel s'oppose l'action de l'interféron-gamma (IFN-γ)[13].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f et g Entrée de « 2-Pyridinecarboxylic acid » dans la base de données de produits chimiques GESTIS de la IFA (organisme allemand responsable de la sécurité et de la santé au travail) (allemand, anglais), accès le 29 mai 2011 (JavaScript nécessaire)
  2. (en) « Picolinic acid » sur ChemIDplus, consulté le 29 mai 2011
  3. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  4. a et b Fiche Alfa Aesar, consultée le 29 mai 2011
  5. Therapie. Vol. 23, Pg. 1343, 1968.
  6. Chemical and Pharmaceutical Bulletin. Vol. 17, Pg. 2377, 1969.
  7. (en) Evans GW, Johnson EC, « Effect of iron, vitamin B-6 and picolinic acid on zinc absorption in the rat », J. Nutr., vol. 111, no 1,‎ janvier 1981, p. 68–75 (PMID 7452375, lire en ligne)
  8. (en) Aggett PJ, Fenwick PK, Kirk H, « An in vitro study of the effect of picolinic acid on metal translocation across lipid bilayers », J. Nutr., vol. 119, no 10,‎ octobre 1989, p. 1432–7 (PMID 2585133, lire en ligne)
  9. G. W. Evans en D. J. Pouchnik, "Composition and biological activity of chromium-pyridine carboxylate complexes". Journal of Inorganic Biochemistry 49 (1993) blz. 177-187.
  10. J. Kristopher Speetjens et al., "The Nutritional Supplement Chromium(III) Tris(picolinate) Cleaves DNA." Chem. Res. Toxicol. 12 (1999), blz. 483-487.
  11. Dontarie M. Stallings et al., "Nutritional supplement chromium picolinate generates chromosomal aberrations and impedes progeny development in Drosophila melanogaster". Mutation Research/Genetic Toxicology and Environmental Mutagenesis 610 (2006) blz. 101-113]
  12. (en) Maria Carla Bosco, Annamaria Rapisarda, Stefano Massazza, Giovanni Melillo, Howard Young and Luigi Varesio, « The Tryptophan Catabolite Picolinic Acid Selectively Induces the Chemokines Macrophage Inflammatory Protein-1{alpha} and -1ß in Macrophages », THE JOURNAL OF IMMUNOLOGY, vol. 164, no 6,‎ 2000, p. 3283–3291 (PMID 10706721, lire en ligne [HTML])
  13. (en) Bosco MC, Rapisarda A, Reffo G, Massazza S, Pastorino S, Varesio L, « Macrophage activating properties of the tryptophan catabolite picolinic acid », Advances in Experimental Medicine and Biology, vol. 527,‎ 2003, p. 55–65 (PMID 15206716)

Voir aussi[modifier | modifier le code]