Acide métaarsénieux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Acide métaarsénieux
image illustrative de l’article Acide métaarsénieux
Identification
Nom UICPA acide métaarsénieux
No CAS 13768-07-5
PubChem 24577
SMILES
InChI
Propriétés chimiques
Formule brute HAsO2  [Isomères]
Masse molaire[1] 107,9283 ± 0,0007 g/mol
H 0,93 %, As 69,42 %, O 29,65 %,

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

L'acide métaarsénieux , acide arsénieux ou arsenic blanc est un acide de formule brute HAsO2.

Usages[modifier | modifier le code]

  • C'est une des formes de l'arsenic qui a été utilisée
  • comme poison[2], dont contre les rongeurs au XIXe siècle où l'on se pose déjà la question du risque qu'il soit absorbé par les plantes à partir du sol[3].
  • testé comme insecticide, dont contre Phylloxera vastatrix[4], avant d'être interdit ;
  • La solution arsenicale de Loeffler (acide arsénieux en solution neutre) a été testée comme médicament contre la Trypanosomiase humaine africaine (maladie du sommeil) après que Livingstone ait remarqué son effet sur les réactions induites par les piqûres de mouche tsé-tsé sur le cheval[5] ; Une dose minimale de 10 cg/jour d'acide arsénieux (en injections sous cutanées) éliminait les trypanosomes de la circulation périphérique en 24 heures, mais les injections étaient très douloureuses, mal tolérées par les patients et des souches arsénio-résistantes sont rapidement apparues chez le Trypanosome responsable de cette maladie[6].
  • Au XIXe siècle, l'acide métaarsénieux a été testé contre la carie dentaire et abandonné en raison de sa toxicité[7]
  • Cet acide a été utilisé parmi les acides utilisés pour la récupération assistée d'hydrocarbures[8].
    Le premier essai réussi d'utilisation d'un acide pour agrandir les pores de la roche d'un gisement de pétrole daterait de 1928 (en Oklahoma sur des puits de pétrole de la compagnie Gypsy OilCo (dans le Glenn Pool[9]). La compagnie "Michigan pure Oil Co." a ensuite utilisé un mélange d'acide chlorhydrique et de 15 % d'acide arsénieux (à deux reprises dans le même puits), efficacement.
    Ce traitement est ensuite amélioré par l'ajout d'autres additifs[8]. Rapidement, ces traitements acides améliorés dopent la productivité des puits, en la multipliant par 4 à 25[10]. En 1937, selon Heithecker (US Bureau of mines), plus de 6000 puits avaient ainsi été acidifiés rien que dans le Kansas (avec plus de 8000 opérations d'acidification)[11].
    À partir des années 1930, Halliburton et d'autres introduiront d'autres acides (acide fluorhydrique ou fluorures, puis acides organiques), ajoutés à l'acide chlorhydrique[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (fr) P Louyet (1841), Mémoire sur l'absorption des poisons métalliques par les plantes, etc (via Google Books)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. M Orfila, «Mémoire sur l'empoisonnement par l'acide arsénieux » Annales d'Hygiène Publique et de Médecine Légale, 1839
  3. voir le Mémoire sur l'absorption des poisons métalliques par les plantes, etc. par Paulin Louyet, dans la Bibliographie ci-dessous
  4. V Signoret, Phylloxera vastatrix: Hémiptère-Homoptère de la famille des Aphidiens, cause prétendue de la maladie actuelle de la vigne, google books, 1870
  5. Livingstone S (1858) Arsenic as a remedy for the tse tse bite. British Medical Journal 1, pages 360 à 361.
  6. Gaëlle Ollivier et Dominique Legros, Trypanosomiase humaine africaine : historique de la thérapeutique et de ses échecs ; Epicentre, Paris, France Tropical Medicine and International Health, volume 6, no 11, p. 855 à 863 novembre 2001
  7. A Combe, l'Acide arsénieux dans ses applications à la thérapeutique de la carie dentaire, 1879
  8. a, b et c Chambre syndicale de la recherche et de la production du pétrole et du gaz naturel. Comité des techniciens (sous-Commission Production) (1983) Manuel d'acidification des réservoirs ; Éditions TECHNIP, 116 pages, (ISBN 2-7108-0427-1) (Extraits)
  9. Fitzgerald E., A review of oil wells ; Journal of Petroleum Technology, septembre 1953
  10. Heithecker, RE, "Engineering studies and results of acid tretment of wells" ; Zwolle Oil field, Sabine Parish, Louisiana, US Bureau of mines, RI3251, oct 1934
  11. Heithecker, RE, "Effect of acid treatment upon the ultimate recovery of oil from somelimestone fields in Kansas", US Bureau of mines, RI 3445, avril 1938