Achillée millefeuille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Achillea millefolium)

Achillea millefolium

L'Achillée millefeuille Écouter ou la Millefeuille (Achillea millefolium L.) est une espèce de plantes herbacées vivaces. C'est l'espèce la plus répandue dans l'hémisphère-nord de la famille des Astéracées. C'est une plante comestible dont on peut utiliser les feuilles (à goût astringent et à faible odeur camphrée)[1] et l'une des plantes les plus couramment utilisées en médecine traditionnelle depuis plus de 3 000 ans[2].

Étymologie et dénominations[modifier | modifier le code]

Selon la légende colportée par Pline, naturaliste romain du Ier siècle apr. J.-C., son nom lui vient d'Achille, héros de la mythologie grecque blessé au cours de la guerre de Troie, qui s'en servit pour guérir sa plaie et celles de ses soldats[3], d'où son autre nom d'« herbe du Soldat ». Achille meurt cependant d'une flèche empoisonnée lancée par Pâris. Ce dernier a-il utilisé la vénéneuse parisette, l'herbe de Pâris, ou simplement l'arsenic[4] ?

La plante possède plusieurs noms vernaculaires : herbe à dindes, herbes à dindons, persil à dinde[5], herbe aux charpentiers, herbe aux cochers, herbe aux militaires ou au soldat, herbe à la coupure ou saigne-nez[6]. C'est l'une des herbes de la Saint-Jean[7], aussi dite herbe de Saint-Joseph et herbe des menuisiers[8], sourcils de Vénus[9].
Nommée Yarrow par les anglophones, et Biranjasipha, Gandana, Gandrain, Puthkanda, Bhut Kesi (en Hindi), Bimjasif (en Joshimath), Rajmari (en Konkani), Rojmaari (en Marathi), Achchilliya (en Tamil), Tukhm gandana, Buiranjasif et Brinjasuf (en Urdu) dans le sous-continent indien[10].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Appareil végétatif[modifier | modifier le code]

Feuille, détail.

C'est une plante rhizomateuse vivace vigoureuse, à longue durée de vie. Elle se présente d’abord sous forme de touffes de feuilles, ayant progressivement tendance à tapisser le sol grâce à ses nombreux petits rhizomes très étendus. Son rhizome traçant noir porte des tiges sillonnées de 2 mm de diamètre, variant de 10 à 100 cm (plus généralement de 50 à 80 cm)[11]. Ces tiges sont uniques ou en groupe peu dense, à port dressé. Elles sont peu ramifiées et portent des poils laineux, courts et blanchâtres.

Les feuilles sont allongées, vert foncé, alternes, aux deux faces pubescentes, finement bipennatilobées (doublement pennées), découpées en fines lanières courtes (37 à 51 divisions principales situées sur des plans différents). Elles sont plus longues et pétiolées à la base (avec une base embrassante mais ne formant pas d'oreillette), plus courtes et sessiles au sommet. Elles mesurent de 2 à 15 cm de longueur pour une largeur de 0,6 à 3 cm[12]. Elles dégagent une odeur légèrement camphrée[13].

Appareil reproducteur[modifier | modifier le code]

Détail de l'inflorescence.

La floraison a lieu de juin à septembre.

Comme tous les membres de la famille des Astéracées, les « fleurs » sont en fait des capitules de 5 mm de diamètre souvent blanches, roses ou pourpres sur les bords (fleurons ligulés zygomorphes), alors que les fleurons du centre (fleurons tubulés actinomorphes) sont blanc-jaunâtre à jaunes. Ces capitules, qui apparaissent sur les réceptacles inflorescentiels aux sommets des tiges, forment des corymbes au sommet aplati ou un peu bombé[14].

Chaque fleur est entourée d'un involucre ovoïde formé de bractées poilues, ovales avec une extrémité obtuse, bordées d'une marge pâle ou brunâtre, ces bractées restant appliquées contre les akènes à maturité. Les bractées forment un pseudo-calice involucral, tandis que les cinq ligules constituent une pseudo-corolle[15].

Chaque capitule mesure environ 5 ou 6 mm de diamètre et sont précédés d'un involucre aux bractées imbriquées comme les tuiles d'un toit. Le capitule contient généralement 5 fleurons ligulés, ne comprenant que des organes reproducteurs femelles, de 2 ou 3 mm de long, blanc ou parfois rose, rarement rouge[12]. Ils entourent de 10 à 30 fleurons tubulés hermaphrodites, crème à jaunâtre[12]. Tous les fleurons présentent un ovaire infère, dont le style se termine par un stigmate bifide.

Leur fécondation est entomogame. Le fruit est un akène oblong, aplati, dépourvu de soies, enfermant une petite graine de 2 mm de diamètre.

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Écologie[modifier | modifier le code]

Cette espèce est cosmopolite dans l'hémisphère Nord. On la trouve en Eurasie et en Amérique du Nord.

Son habitat type est les prairies mésohydriques, mais la plante tolère la sécheresse grâce à son système racinaire étendu. Elle est ainsi une plante indicatrice d'un sol plutôt sec et peu calcaire, pouvant évoluer en prairie épaisse à fromental[16]. Elle peut se faire parasiter par l'Orobanche pourprée.

Plante héliophile, elle tolère mal l'ombre. Elle pousse dans les zones à boisement peu dense (hêtraies-chênaies), sur les bords de route et les terrains vagues. Elle se comporte souvent en mauvaise herbe dans les lieux ouverts tels que pâturages, prairies, pelouses, bords de chemin et terrains vagues. Sa plasticité explique qu'on rencontre dans certaines pelouses fréquemment tondues, des formes basses de la plante dont la faible taille est due à des facteurs génétiques[17].

Cette plante est généralement peu appréciée par les bovins, mais peut être broutée par les caprins, les ovins ou certains cervidés[12]. Cette plante est mellifère[réf. souhaitée].

Pharmacochimie[modifier | modifier le code]

Les études phytochimiques des espèces d'Achillea ont montré que ce genre botanique biosynthétise de nombreux composants hautement « bioactifs »[18].

Les différentes parties de l'Achillée renferment notamment plus d'une centaine de composés chimiques connus (en 2000), dont[19] :

Certains effets pharmacochimiques de la plante peuvent être expliqués par une large gamme de métabolites actifs secondaires (ex : flavonoïdes, acides phénoliques, coumarines, terpénoïdes (monoterpènes, sesquiterpènes, diterpènes, triterpènes) et stérols (souvent trouvés chez les espèces d'Achillea)[18].

Selon Sofi Imtiyaz Ali (2017) certains auteurs lui ont attribué des propriétés anti-ulcéreuses, mais aussi anticancéreuses[10].

Utilisation[modifier | modifier le code]

Usage médicinal[modifier | modifier le code]

Achillea millefolium en fleur ;
c'est la sommité florale qui est la plus utilisée en phytothérapie.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette plante a été trouvée dans une tombe néandertalienne découverte lors de fouilles archéologiques à Shanidar, en Irak[30]. Les hommes de Néandertal semblaient avoir une pharmacie rudimentaire basée sur les plantes, et l'une des huit plantes identifiées au moyen des grains de pollen trouvés sur ce gisement était l'achillée[31],[32]. Une analyse d'ADN a confirmé la présence d'ADN de cette plante dans de la plaque dentaire néandertalienne)[33].

Les trois grands systèmes de médecine traditionnelle d'Inde (Unani, Ayurveda et Siddha), l'utilisent comme anti-inflammatoire, analgésique, antipyrétique, diurétique, emménagogue et anthelminthique)

Le Grec Dioscoride (Ier siècle) fut le premier à mentionner la millefeuille comme une plante incomparable pour traiter les plaies saignantes ainsi que les ulcères anciens ou récents[34].

Pline l'Ancien, naturaliste romain du Ier siècle apr. J.-C., cite Achille, héros de la mythologie grecque, qui s'en servit avec de la rouille pour guérir la blessure de Télèphe[35]. Au IVe siècle, le médecin bordelais Marcellus Empiricus devait reprendre cette thèse pour recommander la millefeuille contre les saignements[36].

Dans la culture et littérature perses, où le nom Bumadaran désigne plusieurs espèces d'Achillea, ces espèces sont dites toniques, anti-inflammatoires, antispasmodiques, diaphorétiques, diurétiques et emménagogiques, cicatrisantes et utilisées contre la pneumonie, des douleurs rhumatismales la littérature traditionnelle persane[37],[38].

La plante est présente en Amérique du nord : au Nouveau-Mexique hispanophone, comme dans le sud du Colorado, l'espèce est nommée plumajillo (« petite plume ») et les Amérindiens, tout comme les premiers colons l'utilisaient pour son astringence favorisant la cicatrisation et l'anti-saignement[39].

En Anatolie, certaines Achillea (dont la millefeuille) en tisane servent traditionnellement à lutter contre les douleurs abdominales et les flatulences[40]. Dioscoride préconisait les Achillea contre la dysenterie et de par le monde, plusieurs espèces d'Achilées ont été utilisées pour soigner le tractus gastrointestinal (peut être parce qu'elles auraient aussi des propriétés antibactériennes) [41] (l'huile essentielle d'une espèce proche, Achillea clavennae a été testée et a aussi montré une activité contre certains pathogènes des voies respiratoires, maximale contre Klebsiella pneumoniae et Streptococcus pneumoniae, y compris contre les souches devenues résistantes à la pénicilline. Cette huile essentielle est aussi très active contre les Gram (-) Haemophilus influenzae et Pseudomonas aeruginosa. Par contre parmi les Gram (+) Streptococcus pyogenes était le plus résistant à l'huile parmi les microbes testés)[41].

La médecine chinoise traditionnelle attribue 3 propriétés principales à l'achillée : le vent extérieur clair (diaphorétique), la carence en tonification (tonique) et le flegme cardiaque clair (antihypertenseur)[42].

Jusqu'au XIXe siècle, elle a notamment été utilisée pour accélérer la cicatrisation (dont gynécologique) et améliorer le système hépatobiliaire[10].

Une étude récente chez l'animal de laboratoire, a confirmé que l'application sur la plaie d'un extrait aqueux des fleurs d'une espèce proche (A. kellalensis Boiss. & Hausskn) a montré une activité significative de cicatrisation chez le rat (taille des plaies diminuant plus vite que chez les groupes témoins [43]).

Durant la Première Guerre mondiale, elle faisait partie du « kit de première urgence » porté par chaque soldat qui pouvait soigner des blessures légères avec cette plante[44].

Elle a été utilisée pour la cicatrisation de plaies et saignements, contre les maux de tête, l'inflammation[45], certaines douleurs (analgésique[10]), les flatulences et la dyspepsie[18], le diabète[10], ou comme cholagogue[10], antitumoral[10], antioxydant[10], antifongique, antiseptique[10] et protecteur du foie (limitant les effets de la cirrhose)[46] ; supposément en raison de ses teneurs en huiles essentielles (sesquiterpènes, composés phénoliques, etc.), notamment selon Karamenderes et Apaydin (2003) [47] ; Stojanovic et al.(2005)[48] ; Cavalcanti et al. (2006)[49] ; Si et al. (2006)[50] ; Tajik et al. (2008)[51] ; Lazarevic et al. (2010)[52] ; Fierascu et al. (2015)[53]. On l'a aussi utilisée contre les maladies spasmodiques ; les premiers flavonoïdes antispasmodiques (cynaroside I et cosmosiine II ont d'abord été isolés d'A. Millefolium L [54]. Le premier proazulène naturel (achillicine III) a aussi été trouvé dans les organes floraux du genre Achillea[55]. Un essai clinique publiée en 2015 a montré que le distillat d'A. Millefolium (en bain de bouche/gargarisme) 4 fois par jour, peut significativement réduire la gravité de la mucite (mycose) de la bouche induite par la chimiothérapie[56].

Vahid et al. en 2012 ont montré que la poudre d'A. Millefolium (1,5 g de fleur séchée, 3 fois par semaine) pouvait diminuer le taux plasmatique d'oxyde nitrique chez des insuffisants rénaux chronique (essai contrôlé randomisé).

Notamment en étudiant ses usages ethnopharmacologiques (ex : calmant, somnifère) et sa pharmaco chimie, on confirme encore des propriétés à cette plante, comme en 2011 un effet anxiolytique pour son extrait hydro alcoolique[57] ou en 2018 un effet antidiurétique[58].

Usages médicinaux[modifier | modifier le code]

Sur le marché de la phytothérapie, cette plante est disponible sous forme de teintures, de capsules contenant des fleurs sèches ou de la poudre, ou en plante sèche pour tisanes et décoctions. Elle est aussi directement intégrée dans divers mélanges de thés ou tisanes industrielles, et comme ingrédient de phytothérapie (par exemple Amersan)[59]. A. millefolium peut aussi être utilisé en huile essentielle ou extrait hydroalcoolique, méthanolique et aqueux[60].

En France, l'utilisation médicinale traditionnelle de l'achillée millefeuille varie selon les régions sans rapport avec sa présence. Ainsi, cette plante fait partie des 20 plantes médicinales majeures en Moselle, mais elle n'est pas utilisée en Haute-Provence en dépit de sa grande abondance[61].

Les parties les plus utilisées de la plante sont les sommités fleuries (ou leur huile essentielle), considérées comme les plus actives, surtout utilisées contre la grippe, les hémorragies, dysménorrhées, diarrhées et comme hémostatique[62],[63].
Leurs propriétés anti-hémorroïdaires et anti-inflammatoires sont attribuées à des principes actifs, tels que les lactones sesquiterpèniques (comme l'achillicine) et le chamazulène[21]. En 2015, un essai clinique (randomisé en double aveugle) a confirmé que l'infusion de poudre de fleurs d'A. Millefolium atténuait l'intensité de la douleur de la dysménorrhée primaire[64]. Les propriétés antispasmodiques des sommités florales sont attribuées aux flavonoïdes et leurs effets antibactériens à l'huile essentielle (qui semble par exemple pouvoir être utilisée contre l'acné)[65]. Ces données résultent d'études in vitro ou in vivo sur animal de laboratoire, mais et à la date de 2009, l'achillée millefeuille n'avait pas encore fait l'objet d'aucune véritable étude clinique[66].

En France, selon l'Agence du médicament (1998), il est possible de revendiquer pour les sommités fleuries (voie orale) les indications thérapeutiques pour troubles et douleurs digestives ; et en usage local, comme traitement d'appoint antiprurigineux ou adoucissant d'affections dermatologiques et de piqûres d'insectes[66].

En Allemagne, les deux utilisations reconnues sont les troubles digestifs (voie orale) et les bains de siège (voie locale) pour douleurs pelviennes féminines d'origine psychosomatique[66].

Maria Treben la recommande pour de nombreux troubles du bas-ventre et affirme que l'achillée agit directement sur la moëlle où elle active la formation du sang[22].

Contre-indications : Elle est contre-indiquée pendant la grossesse[67], et chez les personnes allergiques aux Astéracées[66].

Antiparasitaire ?[modifier | modifier le code]

Il a été récemment constaté plusieurs effets antiparasitaires de composés de cette plante, principalement dans des études in vitro. Des résultats positifs dans ce type d'étude ne présagent cependant pas d'une efficacité in vivo (dans un organisme vivant au fonctionnement complexe et où les agents pathogènes sont plus difficiles à atteindre), ni ne donne d'information sur une éventuelle posologie et une voie d'administration efficace de la forme galénique étudiée.

  • contre un agent de la malaria : en 2020 l'extrait méthanolique et ses composés ont été criblés pour l'activité antiplasmodiale contre des souches sensibles à la chloroquine (D10) de Plasmodium falciparum, responsable de la malaria. L'extrait au méthanol n'a pas induit une mortalité de 50 % contre la souche D10 mais a montré une activité mesurable contre la souche W2 résistante à la CQ. Cet effet anti-parasitaire in vitro semble du à l'apigénine 7-O-glucoside et à la lutéoline 7-O-glucoside contre les deux souches de P. falciparum[68]. En 2008, 11 flavonoïdes ont été étudiés pour leur capacité à inhiber in vitro la croissance du parasite responsable du paludisme intraérythrocytaire (à la fois sur des souches encore sensibles à la chloroquine et sur des souches devenues résistantes). La lutéoline est le composant qui a été la plus efficace pour empêcher la croissance du parasite[69].
  • contre l'agent de la leishmaniose : en 2010, l'huile essentielle des feuilles et des fleurs d'A. millefolium a été testée in vitro pour son activité contre Leishmania amazonensis (promastigotes et amastigotes), et dans la même étude contre une lignée de macrophages murins[70]. Nilforoushzadeh et coll. (2008) ont testé l'efficacité d'A. Millefolium (en la comparant à un extrait hydroalcoolique de propolis et à un traitement systémique à l'antimoniate de méglumine) en application cutanée contre les ulcères due à cette maladie chez la souris (n = 9), avec un certaine efficacité[71].
  • contre un agent de la trypanosomiase : l'huile essentielle d'A. millefolium a été testée in vitro comme antitrypanocide contre les formes épimastigotes et trypomastigotes de Trypanosoma cruzi, avec une certaine efficacité[72].
  • contre la babésiose (Babesia gibsoniis, protozoaire qui détruit les globules rouges du chien, transmis par des tiques). Parmi 24 extraits aqueux de plantes traditionnellement utilisées comme antipaludéen à Java, A. millefolium était l'une des six espèces montrant une forte activité inhibitrice in vitro (plus de 80 % d'inhibition à 1 mg/mL)[73].
  • en 2011, Ebadollahi et Ashouri ont montré qu'une fumigation d'huile essentielle d'A. millefolium était efficace contre les adultes de Plodia interpunctella, une mite alimentaire (mortalité de 100 % à des concentrations de 50, 65 et 80 μL. La CL50 était de 34,80 μL/L après 24 h de fumigation).

Cuisine[modifier | modifier le code]

En cuisine, Lancelot de Casteau la cite dans son Ouverture de cuisine parmi les herbes qu'il faut pour faire des omelettes aux fines herbes.[74]

Ses fleurs qui dégagent une odeur légèrement camphrée parfument les crèmes et les flans[75].

En Europe du nord-ouest (Allemagne, Belgique, Grande-Bretagne), l'achillée millefeuille entrait dans la composition d'un mélange, le gruit, servant à parfumer la bière, utilisé du Moyen Âge jusqu'au XVIe siècle puis tombé en désuétude avec la généralisation de l'usage du houblon.

Selon une étude publiée en 2008 dans International Journal of Agriculture and Biology, ses graines ont une haute teneur en huile riche en acide linoléique (acide gras polyinsaturé essentiel), qui en fait une source potentielle d'huile comestible[76].

Autres usages[modifier | modifier le code]

Cette plante est une source récente de colorant naturel (teinture de la laine), grâce à sa teneur en flavonoïdes (lutéoline V et de l'apigénine VI) et il a été estimé qu'elle a un « bon potentiel agronomique en tant que colorant naturel en Iran »[77].

Culture et jardinage[modifier | modifier le code]

De l'achillée millefeuille découlent de nombreuses variétés horticoles, aux fleurs différemment colorées[78]:

  • 'Appleblossom'
  • 'Brilliant'
  • 'Cassis'
  • 'Cerise Queen'
  • 'Cherry Red'
  • 'Citrona'
  • 'Fire King'
  • Flamingo'
  • 'Heidi'
  • 'Judith'
  • 'Lilac Beauty'
  • 'Little Moonshine'
  • 'Paprika'
  • 'Red Velvet'
  • 'Rosalie'

Ces hybrides horticoles sont très prisés dans les jardins ensoleillés, car les achillées sont reconnues pour leur bonne tolérance à la sécheresse. On lui connaît peu de problèmes d'insectes et maladies[79]. Les espèces A. filipendulina et A. sibirica proposent aussi des variétés horticoles variées.

Cette plante à stolons peut être utilisée comme couvre-sol sur de grandes surfaces. Elle permet alors de s'affranchir de la tonte nécessaire à un gazon classique[80].

Le jardinier peut confectionner un produit phytosanitaire avec ses fleurs, après une infusion à froid de 24 heures, pour renforcer le pouvoir fongicide et insecticide de préparations de type purin d'orties (ou d'autres plantes)[81].

L’achillée millefeuille facilite aussi le compostage[81].

Toxicité, effets secondaires, allergénicité[modifier | modifier le code]

Les risques posés par une exposition à long terme aux extraits d'A. Millefolium n'ont pas fait l'objet d'études systématiques.

La Food and Drug Administration l'a classée « non toxique » et l'a approuvée comme composant de boissons alcoolisées (Guédon et al., 1993), mais quelques effets toxiques ou allergiques ont ensuite été signalés chez l'homme et lors d'expériences animales.

Comme toute huile essentielle, ce type d'extrait d'A. Millefolium doit être utilisé avec précaution. Un test a montré in vitro une génotoxicité chez une souche diploïde hétérozygote d'A. Nidulans, ce qui a fait suggérer aux auteurs de tester l'huile essentielle d'A. Millefolium avec des cellules de mammifères[82].

En 2006, chez des rats Wistar, des examens biochimiques et histopathologiques ont montré que l'extrait aqueux d'A. Millefolium jusqu'à 10 g / kg par voie orale et jusqu'à 3 g / kg par voie intrapéritonéale n'ait pas d'effets en termes de mortalité supplémentaire[49]. De même à plus long terme, jusqu'à 1,2 g/kg/jour par gavage durant jusqu'à 90 jours aucun signe de toxicité significative n'apparaissait. De légères modifications du poids du foie, du cholestérol sanguin et des taux de glucose ont été observées, mais non-orrélées à la dose, ni à la période d'exposition, et ne suggérant pas de toxicité[49].

Exposés 90 jours (par gavage oral) à l'extrait aqueux de feuilles d'A. Millefolium par Dalsenter et al. (2004), des groupes de rats Wistar mâles adultes ont reçu respectivement 0,3, 0,6 et 1,2 g/kg/jour de cet extrait). Uniquement à 1,2 g/kg/jour, le nombre de spermatozoïdes anormaux augmentait, mais sans autre changement important dans les autres paramètres de reproduction (nombre de spermatozoïdes et de spermatides). Une activité œstrogénique/anti-œstrogène de l'extrait a été recherchée (après un traitement de 3 jours de rats femelles immatures), il n'a pas révélé d'effets utérotrophes. Ces résultats ne montrent aucun risque reprotoxique à long terme, aux doses d'A. Millefolium couramment consommées par l'homme[83].

En 1994, Graf et al. testent (chez la mouche Drosophila melanogaster exposées à de l'extrait de tisane d'A. Millefolium ; 20 et 40 %) d'éventuelles mutations somatiques et de recombinaisons génétiques. Ils concluent que cette infusion est faiblement génotoxique, peut-être en raison de sa teneur en flavonoïdes[84].

En 1998, Montanari et al. constatent chez la souris mâle que l'extrait éthanolique administré par voie intrapéritonéale à 200 mg/kg/jour, et un extrait hydroalcoolique administré oralement à 300 mg/kg/jour altèrent la spermatogenèse avec notamment des nécroses de cellules germinales[85].
En 2003, chez le rat, l'administration quotidienne d'extrait éthanolique d'A. Millefolium (2,8 g/kg/jour), les jours 1 à 8 ou 8 à 15 de la gestation chez des femelles (soit 56 fois plus que la dose humaine quotidienne recommandée de 50 mg/kg de poids corporel) n'a montré aucun effet contraceptif, abortif, ni tératogène[86].

En 2003, les effets d'infusions d'A. Millefolium sur les chromosomes et le cycle cellulaire ont été testés sur des cellules apicales d' Oignon §Allium cepa L.) et sur des lymphocytes du sang périphérique humain : aucune altération statistiquement significative n'a été trouvée, par rapport aux témoins non traités[87].

Allergénicité ?[modifier | modifier le code]

Bien qu'elle ait certains effets anti-allergiques (en 2006, une étude a montré l'efficacité d'huile essentielle ou d'extraits d'Achillée mille-feuilles pour significativement atténuer l'effet des piqures de moustiques par exemple)[88], certaines personnes se montrent allergiques à cette plante (et souvent alors à d'autres plantes de la même famille).

Une dermatite de contact survient chez les personnes réactives aux composés sensibilisants de tyme guaianolides (sous-catégorie des sesquiterpénoïdes) et en particulier l'alpha-peroxyachifolide, qui compose jusqu'à 0,6 % des fleurs fraiches et 0,05 % des feuilles[89],[90],[91]. Le taux de cet allergène/sensibilisant (peu stable) peut diminuer avec le séchage de la plante ou certains traitements[10].

En 2005, Shapira et al. ont testé l'efficacité de l'association de trois plantes : Sibirian ginseng, A. millefolium et Lamium album, sur la dermatite atopique (essai randomisé contrôlé par placebo) ; cette trithérapie n'a pas eu plus d'effets que le placebo[92].

Aspects culturels et historiques[modifier | modifier le code]

Divination chinoise[modifier | modifier le code]

Les tiges séchées de l'achillée sont utilisées comme bâtonnets au cours de l'achilléomancie, une technique divinatoire de l'antiquité chinoise, particulièrement en faveur sous la dynastie Zhou.

Dans le système de croyance lié au taoïsme, les Chinois utilisent traditionnellement ces tiges pour interroger l'oracle du Yi King, par un système de manipulations répétitives aboutissant à l'obtention de symboles numériques correspondant à des hexagrammes du Yi King[93].

Le procédé, censé favoriser la concentration sur la question posée et une certaine « adéquation à l'instant », se veut symbolique du changement perpétuel des phénomènes de l'univers (transformation d'un hexagramme dans un autre)[93].

En paléographie chinoise, le mot suàn « calcul » représente deux mains manipulant des tiges divinatoires. L'ancêtre du boulier chinois fut une abaque où les valeurs numériques étaient matérialisées par des bâtonnets ou baguettes à calculer[93].

D'un point de vue historique, l'achillée utilisée à l'origine était plutôt Achillea sibirica[94] (ou Achillea alpina) dite achillée de Sibérie ou Achillée des Alpes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Botineau, Guide des plantes comestibles de France, Humensis, (ISBN 9782701161273, lire en ligne), p. 104.
  2. Radusiene J, Gudaityte O. (2005) Distribution of proazulenes in Achillea millefoliums wild populations in relation to phytosociological dependence and morphological characters. Plant Genet Resource 3: 136–143.
  3. François Couplan, Les plantes et leurs noms. Histoires insolites, Éditions Quae, (lire en ligne), p. 18.
  4. (en) People's Cyclopaedia of Universal Knowledge, Phillips & Hunt, , p. 313.
  5. Ces noms vulgaires paraissent être un pur canadianisme, fondé sur l'emploi de la plante dans l'alimentation de cette volaille. Cf. Jacques Viger, Suzelle Blais, Néologie canadienne, University of Ottawa Press, , p. 202.
  6. Ces noms vernaculaires rappellent que la plante était utilisée à des fins médicinales depuis des millénaires, l'achillée étant réputée hémostatique et capable de cicatriser les plaies. Cf. Sophie Lacoste, Les plantes qui guérissent, Éditions Leduc.s, , p. 35.
  7. L'herbe de la Saint-Jean, surnom plus souvent utilisé pour le Millepertuis perforé, fait référence à la floraison de la plante qui débute autour du 24 juin, fête de la Saint-Jean.
  8. La tradition raconte que lorsque Joseph se blessa dans son atelier de charpentier, l'enfant Jésus alla chercher l'achillée millefeuille pour le soigner. Cf. Catherine Gut, Des plantes, des planètes et des hommes, Éditions Edilivre, , p. 138.
  9. Rappel du récit de Pline selon qui Achille guérit sur le conseil de la déesse Aphrodite (Vénus), par application de cette herbe, les sourcils faisant allusion à la finesse et la découpe de ses feuilles. Cf. Marie d'Hennezel, Les plantes pour tout guérir, Fleurus, , p. 57.
  10. a b c d e f g h i j et k Ali, Gopalakrishnan et Venkatesalu 2017.
  11. Achillée millefeuille (Achillea millefolium L.), Système d'Identification Interactive MultiMedia
  12. a b c et d (en) Mike Haddock ; Kansas Wildflowers and Grasses, « Western yarrow », sur www.kswildflower.org, Kansas State University Libraries Home, (consulté le 22 janvier 2012)
  13. Henri Roques, Précis de botanique pharmaceutique, Librairie Maloine, , p. 804.
  14. Michel Botineau, Guide des plantes comestibles de France, Humensis, (lire en ligne), p. 104.
  15. Robert Gorenflot, Biologie végétale. Plantes supérieures. Tome 2, appareil reproducteur, Masson, , p. 52.
  16. Jean-Michel Groult, Jardiner durablement, Paris, Ulmer, (ISBN 978-2-841-38278-1)
  17. (en) Ernest Small et Paul M. Catling, Les cultures médicinales canadiennes, Ottawa, Les Presses scientifiques du CNRC, , 281 p. (ISBN 978-0-660-96380-8, OCLC 928480584, lire en ligne), p. 10.
  18. a b et c S. Saeidnia, AR. Gohari, N. Mokhber-Dezfuli et F. Kiuchi, « A review on phytochemistry and medicinal properties of the genus Achillea », DARU : Journal of Faculty of Pharmacy, Tehran University of Medical Sciences, vol. 19, no 3,‎ , p. 173–186 (ISSN 1560-8115, PMID 22615655, PMCID 3232110, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  19. Ernest Small et Paul M. Catling 2000, p. 11.
  20. a et b (en) Yarrow. Sur catbull.com.
  21. a et b Christiane Vigneau, Plantes médicinales, Thérapeutique-Toxicité, Masson, (ISBN 2-225-80708-6), p. 85 et 113.
  22. a et b (en) James A. Duke, Handbook of phytochemical constituents of GRAS herbs and other economic plants, Boca Raton, CRC Press, coll. « Herbal reference library », , 654 p. (ISBN 978-0-849-33865-6, OCLC 1013311391, lire en ligne). Achillée (Yarrow) : p. 9-10.
  23. Radulovic, N., Stojanovic, G., & Asakawa, Y. (2006). Hydroxycinnamoyl conjugates from the roots of Achillea holosericea Sibth. et Sm. Biochemical systematics and ecology, 34(1), 83-87.
  24. Mehlführer, M., Troll, K., Jurenitsch, J., Auer, H., & Kubelka, W. (1997) Betaines and free proline within the Achillea millefolium group. Phytochemistry, 44(6), 1067-1069 (résumé).
  25. Saeidnia, S., Gohari, A. R., & Yassa, N. (2004). A search for betaine compounds within the Iranian Achillea. International Journal of Biology and Biotechnology, 1, 719-720.
  26. (en) Karl V. Wood, Connie C. Bonham, Deborah Miles et Arlene P. Rothwell, « Characterization of betaines using electrospray MS/MS », Phytochemistry, vol. 59, no 7,‎ , p. 759–765 (DOI 10.1016/S0031-9422(02)00049-3, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  27. (en) Fan Zhang, Ulrich Warskulat et Dieter Häussinger, « Modulation of tumor necrosis factor-α release by anisoosmolarity and betaine in rat liver macrophages (Kupffer cells) », FEBS Letters, vol. 391, no 3,‎ , p. 293–296 (DOI 10.1016/0014-5793(96)00754-5, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  28. Hamidi, H., Jahanian, R., & Pourreza, J. (2010). Effect of dietary betaine on performance, immunocompetence and gut contents osmolarity of broilers challenged with a mixed coccidial infection. Asian Journal of Animal and Veterinary Advances, 5(3), 193-201 (résumé).
  29. (en) Sibel Konyalioglu et Canan Karamenderes, « The protective effects of Achillea L. species native in Turkey against H2O2-induced oxidative damage in human erythrocytes and leucocytes », Journal of Ethnopharmacology, vol. 102, no 2,‎ , p. 221–227 (DOI 10.1016/j.jep.2005.06.018, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  30. (en) Donald G. Barceloux, Medical Toxicology of Natural Substances : Foods, Fungi, Medicinal Herbs, Plants, and Venomous Animals, John Wiley & Sons, (ISBN 9781118382769, lire en ligne), p. 421
  31. F. Belnet, « Néandertal se soignait par les plantes », sur www.hominides.com, (consulté le 26 mars 2013)
  32. (en) Colin Barras pour New Scientist, « Neanderthal dental tartar reveals evidence of medicine », sur www.newscientist.com, Reed Business Information, (consulté le 26 mars 2013)
  33. Sid Perkins (2017) Neandertals ate woolly rhinos and mushrooms, may have used painkillers and antibiotics; Science magazine ; 08 mars 2017
  34. Bernard Boullard, Plantes médicinales du monde : croyances et réalités, De Boeck Secundair, (ISBN 9782843711176), p. 8
  35. Pline l'Ancien, Histoires naturelles, livre XXV, 19
  36. Émile Georges Dehaut, Les doctrines de Georges Cuvier dans leurs rapports avec le transformisme, P. Lechevalier, , p. 13
  37. Zargari A. Medicinal Plants. 4th ed. Tehran: Tehran University Publication; 1996. pp. 106–117.
  38. Saeidnia S, Gohari AR, Yassa N, Shafiee A (2005) Composition of the volatile oil of Achillea conferta DC, from Iran. Daru. ;13:34–36
  39. Dodson, C., & Dunmire, W. W. (2007) Mountain wildflowers of the southern rockies: Revealing their natural history. UNM Press.
  40. (en) Gisho Honda, Erdem Yeşilada, Mamoru Tabata et Ekrem Sezik, « Traditional medicine in Turkey VI. Folk medicine in West Anatolia: Afyon, Kütahya, Denizli, Muğla, Aydin provinces », Journal of Ethnopharmacology, vol. 53, no 2,‎ , p. 75–87 (DOI 10.1016/S0378-8741(96)01426-2, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  41. a et b (en) Mirjana Skočibušić, Nada Bezić, Valerija Dunkić et Ani Radonić, « Antibacterial activity of Achillea clavennae essential oil against respiratory tract pathogens », Fitoterapia, vol. 75, nos 7-8,‎ , p. 733–736 (DOI 10.1016/j.fitote.2004.05.009, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  42. Ross J (2003) Combining Western herbs and Chinese medicine : Principles, practice, and materia medica (pp. 165-181). Seattle, WA: Greenfields press.
  43. Abdollah Ghasemi Pirbalouti, Abed Koohpayeh et Iraj Karimi, « The wound healing activity of flower extracts of Punica granatum and Achillea kellalensis in Wistar rats », Acta Poloniae Pharmaceutica, vol. 67, no 1,‎ , p. 107–110 (ISSN 0001-6837, PMID 20210088, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  44. (en) Kathleen Stokker, Remedies and Rituals : Folk Medicine in Norway and the New Land, Minnesota Historical Society, (ISBN 9780873515764, lire en ligne), p. 223
  45. Ramadan M, Goeters S, Watzer B, et al. 2006. Chamazulene carboxylic acid and matricin: a natural profen and its natura prodrug, identified through similarity to synthetic drug substances. J Nat Prod 69: 1041–1045
  46. Huseini HF, Alavian SM, Heshmat R, Heydari MR, Abolmaali K. 2005. The efficacy of Liv-52 on liver cirrhotic patients: a randomized, double-blind, placebo-controlled first approach. Phytomedicine 12: 619–624
  47. Karamenderes C, Apaydin S. 2003. Antispasmodic effect of Achillea nobilis L. subsp. sipylea (O. Schwarz) Bässler on the rat isolated duodenum. J Ethnopharmacol 84: 175–179.
  48. Stojanovic G, Radulović N, Hashimoto T, Palić R. 2005. In vitro antimicrobial activity of extracts of four Achillea species: the composition of Achillea clavennae L. (Asteraceae) extract. J Ethnopharmacol 101: 185–190.
  49. a b et c Cavalcanti AM, Baggio CH, Freitas CS, et al. 2006. Safety and antiulcer efficacy studies of Achillea millefolium L. after chronic treatment in Wistar rats. J Ethnopharmacol 107: 277–284.
  50. Si XT, Zhang ML, Shi QW, Kiyota H. 2006. Chemical constituents of the plants in the genus Achillea. Chem Biodivers 3: 1163–1118.
  51. Tajik H, Jalali FSS, Sobhani A, Shahbazi Y, Zadeh MS. 2008. In vitro assessment of Antimicrobial efficacy of alcoholic extract of Achillea millefolium in comparison with Penicillin derivatives. J Anim Vet Adv 7: 508–511
  52. Lazarevic J, Radulovic N, Zlatkovic B, Palic R. 2010. Composition of Achillea distans Willd. subsp. distans root essential oil. Nat Prod Res 24: 718–731
  53. Fierascu I, Ungureanu C, Avramescu SM, et al. 2015. In vitro antioxidant and antifungal properties of Achillea millefolium L. Rom Biotech Lett 20: 10626–10636
  54. (en) A.J. Falk, S.J. Smolenski, L. Bauer et C.L. Bell, « Isolation and Identification of Three New Flavones from Achillea millefolium L. », Journal of Pharmaceutical Sciences, vol. 64, no 11,‎ , p. 1838–1842 (DOI 10.1002/jps.2600641119, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  55. Banh-Nhu, C., Gács-Baitz, E., Radics, L., Tamás, J., Ujszászy, K., & Verzár-Petri, G. (1979) Achillicin, the first proazulene from Achillea millefolium. Phytochemistry, 18(2), 331-332 (résumé)
  56. Miranzadeh S, Adib-Hajbaghery M, Soleymanpoor L, Ehsani M. (2015). Effect of adding the herb Achillea millefolium on mouthwash on chemotherapy induced oral mucositis in cancer patients: a double-blind randomized controlled trial. Eur J Oncol Nurs 19:207–213
  57. (en) Irinéia Paulina Baretta, Regiane Américo Felizardo, Vanessa Fávero Bimbato et Maísa Gonçalves Jorge dos Santos, « Anxiolytic-like effects of acute and chronic treatment with Achillea millefolium L. extract », Journal of Ethnopharmacology, vol. 140, no 1,‎ , p. 46–54 (DOI 10.1016/j.jep.2011.11.047, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  58. (en) Fabiola Chávez-Silva, Litzia Cerón-Romero, Luis Arias-Durán et Gabriel Navarrete-Vázquez, « Antidiabetic effect of Achillea millefollium through multitarget interactions: α-glucosidases inhibition, insulin sensitization and insulin secretagogue activities », Journal of Ethnopharmacology, vol. 212,‎ , p. 1–7 (DOI 10.1016/j.jep.2017.10.005, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020)
  59. David RB, Zbigniew AC, Sasha MD. (2010) Aqueous extract of Achillea millefolium L. (Asteraceae) inflorescences suppresses lipopolysaccharide-induced inflammatory responses in RAW 264.7 murine macrophages. J Med Plants Res 4: 225–234.
  60. Dias et al. 2013.
  61. Pierre Lieutaghi, L'herbe qui renouvelle, un aspect de la médecine traditionnelle en Haute-Provence, Maison des Sciences de l'homme, (ISBN 2-7351-0181-9), p. 54-55.
  62. Baser KH, Demirci B, Demirci F, et al. (2002) Composition and antimicrobial activity of the essential oil of Acillea multifida. Planta Med 68: 941–943
  63. Benedek B, Rothwangl WK, Rozema E, et al. (2008) Yarrow (Achillea millefolium); pharmaceutical quality of commercial samples. Pharmazie 63: 23–26.
  64. Jenabi E, Fereidoony B. 2015. Effect of Achillea millefolium on relief of primary dysmenorrhea: a double-blind randomized clinical trial. J Pediatr Adolesc Gynecol 28: 402–404
  65. Shah, R., & Peethambaran, B. (2018). Anti-inflammatory and anti-microbial properties of achillea millefolium in acne treatment. In Immunity and inflammation in health and disease (pp. 241-248). Academic Press. (résumé)
  66. a b c et d Jean de Bruneton, Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales, Lavoisier, (ISBN 978-2-7430-1188-8), p. 401
  67. Catherine Dupin et Alix Leduc, Le petit guide de la grossesse sans risque, Leduc Éditions, (ISBN 978-2-84899-494-9), p. 28
  68. (en) Sara Vitalini, Giangiacomo Beretta, Marcello Iriti, Simone Orsenigo, Nicoletta Basilico, Stefano Dall'Acqua, Maria Iorizzi et Gelsomina Fico, « Phenolic compounds from Achillea millefolium L. and their bioactivity », Acta Biochimica Polonica, vol. 58, no 2,‎ , p. 203-209 (ISSN 0001-527X, DOI 10.18388/ABP.2011_2266, lire en ligne).
  69. Lehane AM, Saliba KJ. (2008) Common dietary flavonoids inhibit the growth of the intraerythrocytic malaria parasite. BMC Res Notes 1: 26–30.
  70. Santos AO, Santin AC, Yamaguchi MU, et al. 2010. Antileishmanial activity of an essential oil from the leaves and flowers of Achillea millefolium. Ann Trop Med Parasitol 104: 475–483
  71. Nilforoushzadeh MA, Shirani-Bidabadi L, Zolfaghari-Baghbaderani A, Saberi S, Siadat AH, Mahmoudi M. 2008. Comparison of Thymus vulgaris (Thyme), Achillea millefolium(Yarrow) and propolis hydroalcoholic extracts versus systemic glucantime in the treatment of cutaneous leishmaniasis in balb/c mice. J Vector Borne Dis 45: 301–306.
  72. Santoro GF, Cardoso MG, Guimaraes LG, Mendonça LZ, Soares MJ. 2007. Trypanosoma cruzi: activity of essential oils from Achillea millefolium L., Syzygium aromaticum L. and Ocimum basilicum L. on epimastigotes and trypomastigotes. Exp Parasitol 116: 283–290
  73. Murnigsih T, Subeki MH, Takahashi K, et al. 2005. Evaluation of the inhibitory activities of the extracts of Indonesian traditional medicinal plants against Plasmodium falciparum and Babesia gibsoni. J Vet Med Sci 67: 829–831
  74. Casteau, Lancelot de., Ouverture de cuisine, De Schutter, (ISBN 90-70667-05-3 et 978-90-70667-05-4, OCLC 26195691, lire en ligne)
  75. François Couplan, Étonnantes plantes de montagne, Quae, , p. 82.
  76. Goli S, Rahimmalek, M & Tabatabaei B (2008) ™https://www.researchgate.net/profile/Badraldin_Sayed-Tabatabaei/publication/242196043_Physicochemical_Characteristics_and_Fatty_Acid_Profile_of_Yarrow_Achillea_tenuifolia_Seed_Oil/links/0deec53527777cb4b6000000/Physicochemical-Characteristics-and-Fatty-Acid-Profile-of-Yarrow-Achillea-tenuifolia-Seed-Oil.pdf Physicochemical characteristics and fatty acid profile of yarrow (Achillea tenuifolia) seed oil]. International Journal of Agriculture and Biology, 10(3), 355-357.
  77. Kiumarsi, A., Abomahboub, R., Rashedi, S. M., & Parvinzadeh, M. (2009) [Prog. Color Colorants Coat. 2(2009),87-93 Achillea millefolium, a new source of natural dye for wool dyeing] ; Prog. Color Colorants Coat. 2),87-93.
  78. « List of names of woody plants and perennials », sur www.internationalplantnames.com (consulté le 29 mars 2020)
  79. Mysheline Bouchard, Je jardine avec les vivaces, Québec, Éditions Partico-Pratiques, 1er trimestre 2004, 64 p. (ISBN 2-923261-02-X), p. Les achillées
  80. Les alternatives à la pelouse, sur le site Rustica, consulté le 15 avril 2014.
  81. a et b Bernard Bertrand, Eric Petiot et Jean-Paul Collaert, Purins d'ortie & compagnie aux éditions de Terran, 4e édition, avril 2012.
  82. De Santanna JR, Franco CC, Miyamoto CT, et al. (2009) Genotoxicity of Achillea millefolium essential oil in diploid cells of Aspergillus nidulans. Phytother Res 23: 231–235
  83. Dalsenter PR, Cavalcanti AM, Andrade AJ, Araujo SL, Marques MC. 2004. Reproductive evaluatioin of aqueous crude extract of A. millefolium L. (Asteraceae) in Wistar rats. Reprod Toxicol 18: 819–823.
  84. Graf U, Moraga AA, Castro R, Diaz CE. 1994. Genotoxicity testing of different types of beverages in the Drosophila wing somatic mutation and recombination test. Food Chem Toxicol 32: 423–430.
  85. Montanari T, de Carvalho JE, Dolder H. 1998. Antispermatogenic effect of Achillea millefolium L. in mice. Contraception 58: 309–313
  86. Boswell-Ruys CL, Ritchie HE, Brown-Woodman PD. 2003. Preliminary screening study of reproductive outcomes after exposure to yarrow in the pregnant rat. Birth Defects Res B Dev Reprod Toxicol 68: 416–420.
  87. Teixeira RO, Camparoto ML, Mantovani MS, Vicentini VEP. (2003) Assessment of two medicinal plants, Psidium guajava L. and Achillea millefolium L., in vitro and in vivo assays. Genet Mol Biol 26: 551–555.
  88. Jaenson TG, Pålsson K, Borg-Karlson AK. 2006. Evaluation of extracts and oils of mosquito (Diptera: Culicidae) repellent plants from Sweden and Guinea-Bissau. J Med Entomol 43: 113–119.
  89. Hausen BM, Breuer J, Weglewski J, Rücker G. 1991. α- Peroxyachifolid and othernew sensitizing sesquiterpene lactones from yarrow (Achillea millefolium L., Compositae). Contact Derm 24: 274–280
  90. Rucker G, Kiefer A, Breuer J. (1992) Isoachifolidiene, a precursor of guaianolide peroxides from Achillea millefolium L. Planta Med 58: 293–295.
  91. Rucker G, Manns D, Breuer J. (1991) Peroxides as plant constituents. 8. Guaianolide-peroxides from yarrow, Achillea millefolium L., a soluble component causing yarrow dermatitis. Arch Pharm 324: 979–981.
  92. Shapira MY, Raphaelovich Y, Gilad L, Or R, Dumb AJ, Ingber A. 2005. Treatment of atopic dermatitis with herbal combination of Eleutherococcus, Achillea millefolium and Lamium album had no advantage over placebo: a double blind, placebo-controlled, randomized trial. J Am Acad Dermatol 52: 691–693.
  93. a b et c Léon Vandermeersch, Divination et Rationalité, Seuil, coll. « Recherches anthropologiques », , partie II, « De la tortue à l'achillée », p. 30 et 46-50.
  94. (en) Joseph Needham, Science and civilisation in China, vol. 2 : History of scientific thought, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-05800-7), chap. 14 (« The pseudo-sciences and the sceptical tradition »), p. 347.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Maria Inês Dias, Lillian Barros, Montserrat Dueñas et Eliana Pereira, « Chemical composition of wild and commercial Achillea millefolium L. and bioactivity of the methanolic extract, infusion and decoction », Food Chemistry, vol. 141, no 4,‎ , p. 4152–4160 (ISSN 1873-7072, PMID 23993599, DOI 10.1016/j.foodchem.2013.07.018, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • (en) Sofi Imtiyaz Ali, B. Gopalakrishnan et V. Venkatesalu, « Pharmacognosy, Phytochemistry and Pharmacological Properties of Achillea millefolium L.: A Review: Achillea millefolium L.: A review », Phytotherapy Research, vol. 31, no 8,‎ , p. 1140–1161 (DOI 10.1002/ptr.5840, lire en ligne, consulté le 17 septembre 2020). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]