Achille Fontanelli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Achille Fontanelli
Fontanelli.jpg

Andrea Appiani, Portrait d’Achille Fontanelli (1811),
Galerie d'art moderne de Milan.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 62 ans)
MilanVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Conflit
Distinction

Achille Fontanelli, né à Modène en 1775 et mort à Milan en 1838, est un nationaliste, militaire, et comte italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1797, Achille Fontanelli est volontaire dans la légion révolutionnaire italienne[1]. Il est nommé aide de camp italien de Bonaparte en 1802, et devient général de brigade en 1804. Il commande la garde royale italienne en 1807. Après la bataille de Wagram (1809), Napoléon le couvre d'honneurs, le nomme comte « du Royaume », grand officier de la Légion d'honneur[2] et général de division en 1810 ; il est aussi nommé commandeur de l'ordre de la Couronne de fer[3] en 1812. Il devient ministre de la Guerre et de la Marine du royaume d'Italie de 1811 à 1814. Il prend part à la bataille de Leipzig du 16 au [4] à la tête de XVe division d'infanterie composée de quatre brigades dont une d'artillerie et de 1 860 hommes.

Franc-maçon, il est membre de la loge Reale Augusta de Milan, d'abord à l'obédience du Grand Orient de France et à partir de 1806 du Grand Orient d'Italie siégeant à Milan[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Frederick C. Schneid, Napoleon's Italian Campaigns 1805-1815, p. 11 (en ligne).
  2. (it) Catalogue des biens culturels de la région Emilie-Romagne.
  3. (it) Ordre Militaire de la Couronne de fer du royaume d'Italie.
  4. (en) Composition des armées de la bataille de Leipzig.
  5. (it) Vittorio Gnocchini, L'Italia dei Liberi Muratori, Erasmo éd., Rome, 2005, pp. 126-127.
  • (it) Giuseppe Jacopetti, Biographie d'Achille Fontanelli, Francesco Teodoro Arese et Pietro Teulié [« Biografie di Achille Fontanelli, di Francesco Teodoro Arese e di Pietro Teulie, scritte dal Maggiore Jacopetti »], Milano, Borroni e Scotti, (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]