Acharnement thérapeutique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’acharnement thérapeutique, appelé "obstination déraisonnable" dans la législation médicale, désigne l'emploi de thérapies exagérément lourdes pour le patient, disproportionnées par rapport à l'amélioration attendue, le refus de cet acharnement pouvant potentiellement conduire à la mort. Il pose le problème du conflit entre la liberté du patient et les convictions, voire les intérêts financiers, du corps médical.

Dans certains pays, l'acharnement thérapeutique est interdit, car considéré comme contraire au respect du patient et de l'exigence de son consentement aux examens et aux soins. En France, cette interdiction a été introduite dans le code de la santé publique par la loi Leonetti de 2005[1]. En effet, selon un avis du Comité consultatif national d'éthique (CCNE) en 2000, il témoigne d'« une obstination déraisonnable, refusant par un raisonnement buté de reconnaître qu’un homme est voué à la mort et qu’il n’est pas curable »[2]. La loi Claeys-Leonetti du 2 février 2016 a précisé cette notion en modifiant l'article L1111-4 du code de la santé publique, qui concerne le refus des traitements, et en créant un article L1110-5-1 qui définit plus clairement l'obstination déraisonnable : "Les actes mentionnés à l'article L. 1110-5 ne doivent pas être mis en œuvre ou poursuivis lorsqu'ils résultent d'une obstination déraisonnable. Lorsqu'ils apparaissent inutiles, disproportionnés ou lorsqu'ils n'ont d'autre effet que le seul maintien artificiel de la vie, ils peuvent être suspendus ou ne pas être entrepris, conformément à la volonté du patient et, si ce dernier est hors d'état d'exprimer sa volonté, à l'issue d'une procédure collégiale définie par voie réglementaire."[3]

Acharnement thérapeutique et euthanasie[modifier | modifier le code]

Article connexe : Euthanasie.

La difficulté de la question du non-acharnement thérapeutique réside dans la limite avec l'euthanasie, qui est punie par la loi dans la plupart des pays. L'euthanasie désigne une pratique (action ou omission) dont l'objectif est de provoquer intentionnellement le décès d'une personne, en principe atteint d'une maladie incurable qui lui inflige des souffrances intolérables, particulièrement par un médecin ou sous son contrôle. En France, la situation de Vincent Lambert, par exemple, a été qualifiée d'obstination déraisonnable par son médecin et par plusieurs décisions de justice, mais reste source de procédures judiciaires et de débats sociétaux depuis plusieurs années sur le fait de savoir si l'arrêt des traitements serait une euthanasie ou pas.

En France, le Code de déontologie médicale rejette l'acharnement thérapeutique, tout en préconisant les soins palliatifs[2]. Ces derniers n'ont pas pour objectif de hâter le décès des patients mais de soulager la douleur, même si, pour ce faire, il arrive aux soignants d'user de doses d'analgésiques ou d'antalgiques qui risquent de rapprocher le moment du décès.

Le Danemark reconnaît un droit des malades à refuser un traitement[2].

Position de l'Église catholique[modifier | modifier le code]

L'encyclique Evangelium vitae rappelle la doctrine de l'Église catholique sur la fin de vie. Elle reprend les distinctions précédentes et rejette l'euthanasie et l'acharnement thérapeutique :

« Il faut distinguer de l'euthanasie la décision de renoncer à ce qu'on appelle l’acharnement thérapeutique, c'est-à-dire à certaines interventions médicales qui ne conviennent plus à la situation réelle du malade, parce qu'elles sont désormais disproportionnées par rapport aux résultats que l'on pourrait espérer ou encore parce qu'elles sont trop lourdes pour lui et pour sa famille. Dans ces situations, lorsque la mort s'annonce imminente et inévitable, on peut en conscience "renoncer à des traitements qui ne procureraient qu’un sursis précaire et pénible de la vie, sans interrompre pourtant les soins dus au malade en pareil cas" »

— Evangelium vitae, 65

Une distinction est ainsi tracée entre les « soins normaux » et les traitements médicaux. C'est ainsi que, dans un document approuvé par le pape Benoît XVI, la Congrégation pour la doctrine de la foi estime que l'alimentation et l'hydratation artificielles constituent « en règle générale un moyen ordinaire et proportionné de maintien de la vie », qui ne doit pas être interrompu par respect pour la dignité des patients[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lorsqu'une personne, en phase avancée ou terminale d'une affection grave et incurable, quelle qu'en soit la cause, décide de limiter ou d'arrêter tout traitement, le médecin doit respecter sa volonté après l'avoir informée des conséquences de son choix. La décision du malade est inscrite dans son dossier médical. »

    — Art. L.1111-10 al. 1 du code de la santé publique

    (Article abrogé à ce jour)

  2. a, b et c CCNE. http://www.ccne-ethique.fr/fr/publications/fin-de-vie-arret-de-vie-euthanasie, 27 janvier 2000 Erreur de référence : Balise <ref> non valide ; le nom « CCNE » est défini plusieurs fois avec des contenus différents
  3. Code de la santé publique - Article L1110-5-1 (lire en ligne)
  4. Avis visible sur le site du Vatican

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • L'acharnement thérapeutique, Hôpital Maisonneuve-Rosemont, Montréal, 1994, 41 p. (ISBN 978-2-921736-00-8)
  • L'acharnement thérapeutique : les comités d'éthiques hospitaliers, Centre Universitaire de Luxembourg, 1996, 88 p. (ISBN 978-2-87971-072-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]